Reportage publié le 04 novembre 2021

Schallenberg Classic 2021 - Un week-end exceptionnel d’immersion (partie 2/2)

Texte de Phoukham Phothirath / Photo(s) de Phoukham Phothirath & Andreas Reber

Samedi et Dimanche – Des montées, de l’adrénaline, des clichés et de la joie

Samedi matin : "j'ai beau être matinal, j'ai mal"

Après les premières émotions de la veille, ce matin, c'est levé aux aurores. Mais genre 6h30, et ça, ça pique un peu. J'ai beau être matinal, j'ai mal... Mais à peine réveillé et c’est déjà la course contre la montre. Pas le temps de traîner, je saute le (petit) déjeuner et j’affronte direct le frais matinal afin de passer le col au plus vite (mâtin, ça pique) et regagner le paddock. Gaffe quand même, la chaussée est humide par endroit.

Le village est encore engourdi lorsque j’arrive au niveau des remorques, caravanes et autres barnums. Le parc coureurs se réveille doucement… Les visages sont encore engourdis, les traits parfois tirés et les esprits embrumés des agapes de la veille... Je contemple en silence ce circus lorsque, soudain, un tonnerre mécanique fend l’air. On démarre les premières motos, le vrombissement déchire la quiétude des lieux avant de se caler sur le régime de ralenti...

La première série est prête et les pilotes viennent impatiemment s'aligner en pré-grille. Et c'est parti pour un week-end ! Les coureurs viennent se positionner avec discipline et, pendant qu'ils fixent fébrilement le feu, une cale vient bloquer la roue arrière. Et ils défilent, les uns après les autres sur cette rampe de lancement...

Je me mets à l’écart et laisse Jean-Luc effectuer la toute première montée et aller chercher les pilotes de la première série. Puis j’enquille avec lui sur les deux montées suivantes pour aller chercher les pilotes. Alors là, fini la balade du touriste trop bouffi de la veille. Là, le tracé me saute littéralement à la figure. Passé la marque des 5’000trs/min, le Twin grimpe avec furie vers les dernières graduations du compteur. Le martèlement, jovial et allègre, se transforme alors en un grondement puissant, caverneux, guttural. Mon cœur s’est calé sur ce rythme effréné et bat maintenant à rompre. Je ne respire plus, je scrute les zones d'ombres, je cherche les traces humides et les points de corde. Et parfois, régulièrement, je sens l’arrière qui se tortille sous la charge. Je regarde au loin, je déhanche, je suis en apnée. Je suis bien. Mon coeur bat à deux cents à l'heure. J'ai juste le temps d'apercevoir les spectateurs. Entre deux inspirations. La poussée en avant est régulière, cadencée. Le paysage défile, de plus en plus vite, ça vibre, le Twin vocifère et crie sa joie de vivre. Je suis mort de trouille mais plus vivant que jamais.

Cerise sur le gateau: ma dernière montée se fera à bord d’une Porsche 356 Speedster. Et quelle expérience ! Ça part en travers de partout, la légèreté de la caisse procure des sensations énormes, presque celles d’un karting. J’encaisse de petits g latéraux dans tous les sens. Mon cerveau n’est pas habitué à de telles sensations. Je jubile, je flippe, tandis que le bolide trace sa route, tous crissements dehors, vers le col…

Pour les photos, la lumière de fin de journée est sublime : je me place un peu après le départ pour mitrailler. Une bonne moisson, mais pas encore satisfait avec l’arrière-plan de certaines photos. On verra bien demain. En fin de journée, je retrouve des pilotes du SMLT pour un petit apéro. Puis derechef, je remonte ce fameux col. Et de nouveau la voie royale, avec des bénévoles qui me saluent au passage.

C'était une belle journée.

Dimanche matin: "en mode paparazzi".  

L'ami Frédéric vient d’arriver. Et, avec lui, déjà quelques gouttes. Qui entament à peine l’enthousiasme des pilotes de tous âges. Qui, impatients, sont déjà en prégrille !

La lumière est difficile à travailler pour les photos. Il fait sombre, faut monter dans les ISO. Pas le choix. Pour gagner du temps je prends la navette (gratuite), qui me dépose au milieu du parcours, vers la fontaine, là où on peut voir arriver les pilotes de loin. Andreas Reber, mon collègue photographe, est déjà à l'oeuvre. Je m'installe, cherche un nouveau spot, puis mitraille, en prenant soin de donner un peu de dynamisme cette fois-ci. Le public est dense. Il apprécie le spectacle sportif et la prise de risque… Et communie avec les pilotes.

Les montées s'enchaînent, avec peu d'accidents et d'incident. Et la fin de journée arrive. Pour les pilotes du SMLT, il y a eu malgré tout peu de montées au final (quatre si je me souviens bien) mais un beau week-end de retrouvailles qui fleure bon la fin de saison. Pour les résulats, Beat Muff (#931) remporte cette manche devant Martin Mersserli (#995), Andreas Flück (#967), Cédric Meylan (#957) et Ueli Schönmann (949) - à noter les 40 pilotes inscrits mais aussi la belle 7ème place de Jean-Luc Ronchi (#908) qui a su se glisser aussi dans la peau du pilote et le temps stratosphérique posté par Bruno Kernen (1.27.881), le patron volant sur sa Yamaha R1 de 1998.

Au classement final du championnat, Olivier Audétat est le nouveau champion 2021 avec 56 points, devant Jean-Luc Ronchi (52 points) et Cédric Meylan (48 points). Bravo. Bravo aussi aux 70 participants tout au long de l'année, dont 62 classés, avec un bravo spécial à Séverine Gothuey, seule pilote féminine et qui a gagné à Marchaux.

Puis vient le temps de plier, le temps de ranger. Et il faut déjà partir, laisser derrière soi ce village. En se promettant de revenir dans une année...

Je retrouve Fred vers la ligne de départ. La lumière du soir est douce lorsque nous redescendons sur Süderen, on repasse par Berne et ses travaux omniprésents. Mais là, c'est beaucoup plus fluide. Le soir tombe sur la campagne fribourgeoise lorsque je parviens à la hauteur de Fribourg. Le Twin ronronne, le vent siffle doucement dans les oreilles, et je me sens heureux. Et nourri. De toutes ces rencontres du week-end, de tous ces moments vibrants.

Autres bons points :

  1. je suis rentré du Schallenberg sans m’être satellisé et...
  2. je n'ai pas explosé la Speed Twin diligemment prêtée par Triumph Suisse.

La banane !

C’était un superbe week-end, vraiment.
Schallenberg 2021 fait assurément partie de ces moments qui marquent une vie. Ma vie. Et je sais au fond de moi que depuis ce weekend en question, je ne suis plus vraiment le même… Revigoré, mieux : je me suis retrouvé. Auprès de ces pilotes et de leurs drôles de machines. Enchanté, époustouflé par autant de passion commune, d’adrénaline servie à la louche et d’amour partagé pour ces vieilles bécanes qui retrouvent une seconde jeunesse. Et qui sont parfois plus rutilantes que les neuves de l'époque.

Allez, je peux l'avouer maintenant: j'aime les anciennes et au Schallenberg, je viens de tomber amoureux du SMLT. C'était comme m'être plongé dans un bain de jouvence.
Mieux: un Printemps de Septembre.

Remerciements : À Max Marti et à la direction de course du Schallenberg Classic, aux pilotes, à TMS Classic Cars, à Jean-Luc Ronchi et aux concurrents du SMLT, sans oublier Andreas Reber pour la photo du Speedster.

Foux Foux
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Sport

Dominique Aegerter Champion du Monde WSS600 - Retour sur un titre amplement mérité
Le Dimanche 17 octobre 2021 Dominique Aegerter a remporté le titre de Champion du Monde Supersport. Un titre amplement mérité !
2021:  l'année de la domination de Yamaha Racing
La dernière manche du championnat WSBK à Lombok en Indonésie a décerné la triple couronne à Yamaha. Mais il n'y a pas que ça !
2021 ne dérogera pas à la règle, la 65ème course de Verbois aura lieu !
Monument du sport moto genevois, le Norton Sport Club de Genève organise pour la 65ème fois la montée de Verbois. Ce sera à nouveau sur 2 jours, les 16 et 17 octobre 2021 au pied du barrage de Verbois.
WorldSSP et MotoE - Un mois de septembre sous haute tension pour Dominique Aegerter
La lutte pour le titre WorldSSP ne va pas être de tout repos pour Dominique Aegerter car malgré ses 47 points d’avance en raison d’une concurrence de date avec le MotoE.
Tom Lüthi raccrochera son cuir à l’issue de cette saison
Thomas Lüthi a pris sa décision. La saison 2021 sera la dernière disputée au plus haut niveau, il se retirera le 14 novembre des Grands-Prix à l’issue de la course de Valence.
Pikes Peak et la moto c’est fini
On l’avait déjà annoncé en 2019 après le terrible accident ayant entrainé le décès de Carlin Dunne, cette fois c’est confirmé, les motos sont bannies de la course de côte de Pikes Peak.

Hot news !

Leçon de vie - Première course PMR de Renaud Pellissier
Je m'appel Renaud j'ai 28 ans et aujourd'hui on m'a proposé de raconter mon histoire. Je vais vous parler de ma première expérience en course de vitesse PMR, mon premier podium.
Dovizioso quittera le team officiel Ducati à la fin de la saison
La nouvelle tombe comme la foudre sur le Red Bull Ring. Andrea Dovizioso ne roulera plus chez Ducati fin 2020. La relation entre l'usine et le pilote italien n'était plus au beau fixe depuis plusieurs moi
OFFICIEL - Robin Mulhauser en Supersport chez CIA Landlord Insurance Honda
Le sympathique Fribourgeois de la Swiss Mafia du Moto2 a trouvé un guidon pour 2017. Robin Mulhauser courra en effet le Championnat du Monde Supersport dans le team PTR Honda la saison prochaine.
Moto2 – Après l'annonce de la signature avec Leopard pour 2017, Aegerter expulsé du team de Fred Corminboeuf
Selon nos confrères très bien informés du Blick, Dominique Aegerter ne fera pas partie de la tournée outre-Atlantique pour le team carXpert Interwetten.
Aprilia FaceTheRace - Les clients en visite au RedBull Ring
Début Mars, pour l'achat d'une Aprilia V4 vous receviez en cadeau un accès VIP à la course MotoGP du RedBull Ring en Autriche. Retour sur ce voyage.
MXGP of Switzerland - La fête fut grandiose à Frauenfeld (TG)
Faites un événement de sport motorisé en Suisse et les gens se déplacent en masse, la 15e manche du championnat du monde MXGP l'a une fois de plus prouvé.