Reportage publié le 03 décembre 2018

Le 7ème Rallye des Pionniers Agadir [page 3]

Texte de David Zimmermann / Photo(s) et vidéo(s) de Didier Grifoullière

Pages

Notre confiance augmente au fur à et mesure des kilomètres et on s’habitude au rythme des six à huit heures de conduite journalière. Les pistes sont caillouteuses et très cassantes mais la température en ce mois d’octobre est agréable d’autant plus qu’on a un ciel un peu couvert, idéal pour ne pas se déshydrater trop vite.

On roule la plupart du temps à trois avec Manu et Brice et une complicité s’installe rapidement dans notre team de Ténéristes, chacun prenant les reines pour la navigation à tour de rôle. 

 

Marcel, Gunter et Carlo, les belges, roulent bien et ne font quasiment jamais d’erreur de navigation. Le matin ils sont prêts avant tout le monde, et ils arrivent facilement une à deux heures avant nous au camping le soir. Quand parfois on les rattrape, c’est qu’il y a soit de grosses difficultés de navigation ou une erreur dans le Road Book et qu’ils sont en train de tourner en rond pour trouver la bonne trace. C’est tout bénéf pour nous, puisqu’on a qu’à les suivre pour se remettre sur la bonne voie, jusqu’à ce qu’ils nous sèment...

On croise également régulièrement le binôme Vincent et Stéphane suite à des erreurs de navigations ou des erreurs du Road Book. Vincent, c’est un faux calme qui envoie du lourd comme un fou furieux avec sa Kawasaki KLX 650 au guidon de laquelle il a d’ailleurs gagné la 6ème édition. Mieux vaut ne pas se trouver à moins de vingt mètres de sa roue arrière sous peine de finir lapidé. Je ne sais pas trop comment son pote Stéphane arrive à tenir le rythme au guidon de son Aprilia Tuareg 600, plus lourde et moins performante, tout en ayant l’air de rouler plutôt cool, mais il assure. 

Le malchanceux de notre petit groupe de motard c’est Jean-François, qui le troisième jour se casse la clavicule au guidon de sa Honda XR400. Suite à des ennuis avec son assurance rapatriement, il va devoir rester à Fort Bou Jérif jusqu’à la fin du rallye avec une épaule en rade… 

En général, on est de retour à Fort Bou Jérif vers les 17-18 heures et le souper est à partir de 21 heures. Entre temps, il nous reste encore un peu de temps pour réparer les motos à la lumière du jour, commander l’essence pour le lendemain prendre une douche bien méritée et parfois même faire trempette dans la petite piscine. La pompe à essence la plus proche étant à plus de 40 kilomètres, on profite des services de Momo, un local, qui va la chercher en bidons de 20 litres avec son pickup et nous la revend un peu plus chère. 

J’avais imaginé qu’on puisse s’arrêter au passage d’une ville pour casser la croute durant la journée, mais c’était sans compter sur notre itinéraire qui ne croise qu’exceptionnellement une ville pourvue d’un restaurant voire même d’un magasin. On se partage quelques barres de céréales ou même, oh bonheur, un saucisson emporté par Brice. Aux Check Points, on est également gâté avec des biscuits et autres friandises bienvenues. 

Bert, qui prépare tous les jour un repas chaud pour le team belge dès leur arrivée en milieu d’après-midi au camping est vraiment sympa, parce qu’il me met toujours une portion de côté pour quand j’arrive, une à deux heures plus tard. Ils n’ont pas fait les choses à moitié les belges. Tables, chaises, frigo, plaque de cuisson, four microondes, groupe électrogène, tentes de paddocks et je n’aborderai même pas la partie mécanique. On voit qu’ils ont de l’expérience.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Moto

La 10ème Rétro Moto Internationale de Saint-Cergue aura lieu le samedi 15 juin 2019
Le samedi 15 juin, la commune de St-Cergue (VD) accueillera sa 10ème rétrospective moto internationale.
Ducati Streetfighter V4 – Elle roule !
Cette fois c'est bon, on l'a vue rouler ! Cette fameuse Ducati Streetfighter V4 qui fait couler tant d'encre et qui est attendue comme le roadster ultime made in Bologne.
La Baby Panigale va évoluer – Une nouvelle 959 surprise en plein roulage
Le constructeur de Bologne va faire évoluer la Panigale 959, et selon les clichés du modèle surpris en plein roulage, elle restera fidèle au V-twin.
MV Agusta F3XX – Lorsque le département course se lâche
Chez MV on aime les séries spéciales et celle-ci ne déroge pas à la règle avec cette Supersport de 800cc poussée à 160 chevaux !
Indian Bobber Appaloosa by Workhorse Speedshop – Avec du vrai Randy Mamola dessus
Les States sont le vrai pays du Custom avec un grand "C". Cette réalisation nommée Appaloosa réalisés conjointement par Indian Motorcycle et Workhorse Speedshop et pilotée par Randy Mamola en est la parfaite illustration.

Hot news !

Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!
Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.