Reportage publié le 11 décembre 2012

La course de côte de Verbois en Triumph Street Triple R - La recette pour finir second de la catégorie

Texte de Marc / Photo(s) de Patrick Schneuwly & Denis Guyot

C'est dans le cadre idyllique de la course de côte internationale du championnat du monde de la montagne de Verbois que je vous propose de découvrir l'essai de ma Triumph Street triple R "Verbois limited edition".

Commençons tout de suite par les différences fondamentales entre la version que votre concessionnaire vous proposera et celle préparée par les soins de votre serviteur. En premier lieu, il faut y adapter une bonne paire de pneus qui s’accroche à la route tel un Hollywood chewing-gum à la semelle de votre basket,. Mon choix s’est porté sur les Dunlop D211 GP Racer en gomme moyenne.

Ensuite, afin de coller encore mieux à la route, j’y ai adjoint une préparation importante à mes yeux, à savoir confier les suspensions à un spécialiste pour les mettre aux normes d’une utilisation piste. En effet, il faut savoir que les suspensions d'origine sont prévues pour supporter les affres du duo et de la charge … elles sont donc peu adaptées pour un pilote solo qui même une fois harnaché de son équipement complet pèsera, pour ce qui est mon cas, au maximum 80 kilos.

Les suspensions préparées, il ne faut pas omettre de placer une cale de 2mm au sommet du combiné arrière afin de relever l'assiette de la moto et de la basculer sur l'avant. Cela aura pour effet de plus charger l'avant et de mieux le "sentir". L’amortisseur pourra aussi travailler plus librement.

Le reste de la préparation est affaire de détails : scotch sur les phares, otage du support de plaque, vérification des plaquettes et des niveaux, ... C'est volontairement que je ne change pas la démultiplication. En effet, mon Anglaise est également le moyen de transport que j’utilise dans le cadre du boulot-apéro-dodo.

Ah, j'allais oublier un accessoire indispensable... j’y ajoute une bonne paire de LeoVince avec les chicanes en moins, histoire de gagner encore quelques grammes. Surtout que pour ceux qui ont eu la joie de l'entendre, le son du "triple" en version acoustique italienne est juste magnifique. C’est un peu comme si Pavarotti chantait le "God save the Queen".

Bon, la prépa étant achevée, je vous propose de nous retrouver pour la partie sérieuse face au feu rouge sur la ligne de départ aux ordres du starter.

La montée qui dure, pour les meilleurs, à peine 45 grosses secondes (mes respects Bernard) et, pour ma part, rallongée de 4 secondes, se compose de six virages dont certains s’apparentent presque à un passage dans les wooops du supercross si la trajectoire n’est pas bonne. J’ai toujours entendu qu’à Verbois la bonne traj' est celle où il y a le moins de bosses.

Revenons à nos moutons ! Nous voilà sur la ligne de départ, face au feu rouge, la roue arrière calée par le plot, concentré sur ce premier gauche qui se passe, pour ce qui est de mon modeste roadster, à fond de deux. Peu avant que le feu ne passe au vert, je baisse la visière et essaie de faire un tantinet le vide.

Ça y est !! Le feu passe au vert, ne pas se précipiter, bien mettre les gaz et faire cirer l’embrayage. C’est là que les commandes souples de la Triumph font merveille. Sur tous les départs pris avec elle, à savoir une douzaine cette année et au moins six l’année dernière, je n’en ai raté qu’un seul, c’est vous dire le feeling qu’elles amènent.

C’est donc parti, première, deuxième, je plonge à gauche, passe la trois juste au début du passage des palissades, le plus impressionnant de la montée pour moi ! C’est comme si je rentrais dans un tunnel, la visibilité est restreinte par les deux "murs" en bois et il faut se battre contre la raison qui dit : "Coupe ! Coupe !"

S’ensuit une bonne accélération toujours sur le troisième rapport qui permet de profiter du couple de la Triumph. On dirait vraiment un moteur d’une cylindrée supérieure, y’a pas à dire l’architecture à trois cylindres est un vrai bonheur et permet de profiter à la fois du couple d’un bi et de l’allonge d’un quatre pattes.

Gros freinage, je rentre un rapport, qui ne me quittera plus jusque presque en haut, et hop je plonge dans le gauche du stop. Cette année, j’ai promis de ne pas profiter de l’hospitalité des bottes de pailles, je me montre donc "prudent" sur ce passage, mais qu’est-ce que ce virage est bon ! A ras du trottoir, à contenir les mouvements induits par le plissage de la route suite au passage des nombreux camions.

Petite accélération en arrondissant au maximum la trajectoire pour garder de la vitesse de passage en courbe, et ainsi tirer parti de la rigueur du châssis issu de la Daytona, je rentre dans le droite du pont en essayant d’oublier les lignes blanches qui font un peu bouger le guidon en passant dessus (les lignes blanches, pas le guidon!).

Ce droit se poursuit sur une belle accélération, presque au rupteur (vous vous souvenez... cette fameuse allonge du trois-pattes !). Bon freinage et attaque du gauche des vignes dans lequel un nombreux public est toujours porté, et il est vrai que je me suis toujours demandé si ce passage devait son nom aux nombreux ceps qui le bordent ou à la buvette qui s’y trouve et qui vend le breuvage issu de ceux-ci.

Il est important de garder une bonne vitesse de passage dans ce gauche, en jonglant avec les nombreuses bosses, d’où ma remarque précédente concernant la bonne trajectoire à Verbois.

Le gauche passé, il faut tout de suite plonger dans le droite qui commande la ligne droite d’arrivée, en accélérant le plus tôt possible et en n’ayant pas peur d’écarter au ras des bottes de paille. Passage de la trois peu avant l’arrivée et... verdict... dur ! Deuxième à deux centièmes du premier.

Il est vrai que dans la ligne droite d’arrivée, je me rends quand même compte qu’il manque quelques poneys à mon Anglaise. Même si elle a un moteur extraordinaire, le meilleur que j’ai pu rouler malgré les quatre pattes, les monos, le bi qui l’ont précédée dans mon garage. Mais voilà, il faut se battre contre des sportives et je trouve que la Street R s’en sort très bien.

Un grand bravo à Cri-Cri pour sa première place ! (votre serviteur terminera second de la catégorie -750cc)

Rendez-vous l’année prochaine pour continuer à vibrer sur cet événement unique à Genève qu’est la course de Verbois. Et qui sait... peut-être au guidon d’une Daytona.

Marcouille
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Sport

Michael van der Mark signe avec BMW Motorrad Motorsport
On savait que le pilote batave quitterait le team WSBK Yamaha Pata en fin de saison, mais son team de destination était encore une question en suspend.
MotoGP 2020 - Le GP des Amériques est annulé
Le calendrier 2020 était remis en question pour les dates outre-mer qui devaient suivre les manches européennes.
Point de Monster Energy Supercross de Genève en 2020 !
Nouvelle annulation pour Palexpo cette année, le Supercross agendé à début décembre n'aura pas lieu.
Après 4 saisons chez avec Yamaha, Michael van der Mark quittera l'équipe fin 2020
C'est Yamaha qui a annoncé le départ du hollandais de 27 ans au terme de la saison 2020. Mais que va-t-il faire la saison prochaine ?
MotoGP - Fracture de la clavicule pour Dovisiozo
Le pari de la course de motocross aura été perdu pour Dovisiozo qui a chuté lors de la manche disputée à Faenza avec une fracture de la clavicule gauche à la clé.
Les 500 Miles de Magny-Cours 2020 n'auront pas lieu
C'est sur la page Facebook de FVP Moto que la décision a été officialisée. La course d'endurance amateur nivernaise n'aura pas lieu en 2020.

Hot news !

OFFICIEL - Robin Mulhauser en Supersport chez CIA Landlord Insurance Honda
Le sympathique Fribourgeois de la Swiss Mafia du Moto2 a trouvé un guidon pour 2017. Robin Mulhauser courra en effet le Championnat du Monde Supersport dans le team PTR Honda la saison prochaine.
Moto2 – Après l'annonce de la signature avec Leopard pour 2017, Aegerter expulsé du team de Fred Corminboeuf
Selon nos confrères très bien informés du Blick, Dominique Aegerter ne fera pas partie de la tournée outre-Atlantique pour le team carXpert Interwetten.
Aprilia FaceTheRace - Les clients en visite au RedBull Ring
Début Mars, pour l'achat d'une Aprilia V4 vous receviez en cadeau un accès VIP à la course MotoGP du RedBull Ring en Autriche. Retour sur ce voyage.
MXGP of Switzerland - La fête fut grandiose à Frauenfeld (TG)
Faites un événement de sport motorisé en Suisse et les gens se déplacent en masse, la 15e manche du championnat du monde MXGP l'a une fois de plus prouvé.
Enduro Fun Park - L'histoire d'un débutant sur terrain glissant
Dans l'équipe, je suis le pilote le moins expérimenté. C'est pourquoi on m'a mis au défi d'aller rouler dans la terre pour ne plus avoir peur de glisser. Rendez-vous à l'Enduro Fun Park en Argovie pour avoir une KTM électrique et une piste pour débutant à disposition.
Reportage - Au coeur de la course avec Sébastien Fraga #80 en Trophée Pirelli 600
Notre reporter-cameraman Pierre-Alain s'en est allé, caméra au poing, à la rencontre du pilote genevois Sébastien Fraga lors de son dernier week-end de courses en Trophée Pirelli 600, sur le circuit de Magny-Cours.