Essai publié le 22 mars 2019

Essai Ducati 1260 Diavel S - Victoire par K.O.

Texte de Mathias Deshusses / Photo(s) de Mathias Deshusse / Ducati

"Ouais ok, c’est joli et bien fini, mais ça te sert à quoi, une brêle avec un moulin de 159cv et un gommard arrière de 240mm qui t’oblige à descendre de la moto pour la riper dans les petites épingles tellement elle n’est pas maniable?" Remarque typique de mon pote Manu, BMiste de base, qui me toise du bas de sa Nine-T Racer.

Il aime bien me taquiner, le Manu. Surtout quand il s’agit de motos qui ne sont pas faites pour attaquer. Enfin, selon lui. Mais le pire, c’est qu’on ne peut pas lui donner complétement tort. Sur le papier, la Diavel 2019, c’est la promesse d’un arrêt à la pompe tous les 200km, des aspects pratiques réduits à néant et une maniabilité à priori digne d’un rouleau-compresseur. Bon, on est loin quand même d’une Münch Mammut (attention, appel aux connaisseurs !), mais il est vrai que la polyvalence n’est à priori pas son principal atout. Oubliez les vacances avec madame, sous peine de divorce, ou les trajets quotidiens sous la pluie, qui vous repeindront consciencieusement d’une eau poussiéreuse, de la manière la plus uniforme possible. Mais il y a le reste. Tout le reste. L’inutile comme dit Manu. L’essentiel selon moi. Un look ravageur, une sonorité grondante, et surtout un moteur. Que dis-je : THE moteur ! Une véritable usine à sensations !

Autant le dire d’entrée de jeu : j’ai adoré cette moto. Et c’est précisément son côté "gros jouet" qui m’a plu. Oui : le but premier de la Diavel est de vous en mettre plein la vue à l’arrêt, et de vous procurer le maximum de sensations sur la route. C’est ce qu’on attend d’elle ! Alors si elle devait offrir plus, ce serait forcément du bonus. Voilà comment j’ai abordé cet essai. Je vous entends déjà me dire : "Laisse tomber, il n’est pas objectif." Et bien justement. J’essaie de me mettre à la place d’un futur Ducatista, forcément séduit avant tout par le design. Et l’émotion que déclenche une moto est rarement rationnelle. La passion ne s’explique pas. Elle se vit !

Impact visuel

En arrivant à Marbella, où doit avoir lieu l’essai, je me retrouve face à la moto, qui trône sur la terrasse de l’hôtel. Et là, c’est le premier uppercut. Visuel celui-ci. La silhouette est massive et imposante, et donne l’impression d’une bête, tapie, à l’affût, prête à l’attaque. Cependant, les lignes sont fluides et dégagent une certaine élégance. La qualité des assemblages et la finition apportée aux détails sont d’excellente facture. Tout est ajusté au millimètre, rien ne dépasse, hormis le logo DUCATI apposé en relief sur le réservoir.

Cette nouvelle Diavel annonce donc clairement la couleur. Celle de la marque d’abord, un rouge étincelant dans cette livrée « Total black » qui met particulièrement en valeur le cadre en treillis tubulaire, emblématique de la firme de Bologne. En photo, cette déclinaison me paraissait moins impactante visuellement. Mais pour l’avoir sous les yeux, je dois dire qu’elle claque ! La peinture noire est en réalité en deux tons, avec un mélange de noir mat sur les côtés, assorti d’un noir brillant sur la bande centrale du réservoir. Ce contraste des matières et des textures, que l’on retrouve également sur la selle, fait écho à celui, éclatant, du cadre rouge dans cette robe d’un noir profond. Les suspensions Öhlins, à la classique signature « Or », donne le ton de la moto : ce sera brutal, mais drapé d’une élégance toute italienne.

Car surtout, la Diavel 2019 annonce la couleur en termes de sportivité, d’agressivité, de technologie et d’élégance. Sportivité, car elle hérite désormais – enfin ! – du moteur à distribution variable de 1262cc de la X-Diavel. Agressivité, car avec 159cv et 129nm de couple, placés à respectivement 9500 et 7500 tr/min, les performances sont élevées, et plus proches de ce qu’on est en mesure d’attendre d’une sportive que d’un cruiser. Technologique avec une arrivée en fanfare de tout le savoir-faire de la marque dans ce domaine : ABS de virage, Traction Control et Wheeling Control, tous gérés par une centrale inertielle à 6 axes et réglables sur plusieurs niveaux. 3 modes de conduites sont disponibles, ainsi qu’un système de démarrage sans clé, un écran TFT de 3,5’’ avec connexion bluetooth, un shifter Up&Down, un régulateur de vitesse, et des feux full LED. Elégance enfin car du monstre massif et bodybuildé de 2011, on passe à une silhouette désormais plus épurée, avec des traitements de matière nobles, une finition haut de gamme et de multiples détails qui flattent la rétine, à l’image du traitement bi-matière de la selle, de la finition en alu brossé des écopes ou du petit logo Ducati situé dans le phare.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look agressif et élégant
+
Moteur ultra-jouissif
+
Tenue de route de haut-niveau
+
Confort surprenant
On a moins aimé :
-
Cache-moteur côté droit en plastique
-
Tarif justifié, mais élitiste
-
Sélection des modes moteur peu pratique en roulant

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Diavel 1260 S
Année :
2019
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Ducati Testastretta DVT, bicylindre en L, 4 valves par cylindres, distribution desmodromic variable
Cylindrée :
1262 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection: Ø 56 mm x 4 avec papillons secondaires ovales
Performances
Puissance max. :
159 ch à 9500 tr/min
Couple max. :
129 Nm à 7500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage assisté multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Treillis tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche Öhlins réglable Ø 48 mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur entièrement réglable Öhlins
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
240/45 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
2 disques semi-flottants de Ø 320 mm, avec étriers M50 monobloc Brembo à 4 pistons à montage radial et maître-cylindre radial PR16 / 19 - ABS Bosch Cornering Evo
Frein AR :
Simple disque Ø 265 mm avec étrier flottant Brembo à 2 pistons
Dimensions
Empattement :
1600 mm
Hauteur de selle :
780 mm
Poids à sec :
218 kg
Poids total :
233 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Sandstone Grey
 
Total Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 24'990.-
pour cette version S
En ligne :

Plus d'articles Moto

Arc Vector - La moto électrique art déco par la société britannique Arc
Présentée au salon Eicma de Milan en 2018, la Vector, a suscité beaucoup d'intérêt, notamment car elle dispose d'un design très art déco, ce qui n'est pas pour déplaire aux sujets de sa majesté.
La nouvelle Suzuki DR 1000 prise en flagrant délit de roulage
En février dernier, nous vous annoncions le retour d'une Suzuki DR "Big", même si le terme est quelque peu galvaudé, puisque le DR était un mono à la base.
Journées Trajectoires avec la Police Vaudoise - Une remise en selle bienvenue
Depuis quelques années le corps de police du canton de Vaud organise les journées "Trajectoires". 
Essai Aprilia Tuono 1100 Factory - Une arme de guerre en vente libre
La Tuono 1100 Factory, c'est un truc de fou, une machine de guerre, un pousse-au-vice, une arme redoutable...
Paris-Dakar par les pistes au guidon d'une Honda Transalp 600
Paris-Dakar par les pistes avec une bonne vieille Honda 600 Transalp achetée 1.500 euros sur le Bon Coin. Ça te fait rêver ?

Hot news !

Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!