Essai publié le 12 mars 2019

Essai Guzzi V85TT - Le trail selon Moto Guzzi

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Moto Guzzi

Présenté pour la première fois au salon de Milan en 2017, le nouveau trail de Moto Guzzi, la V85TT se veut être un mariage entre tradition et modernité.

Tradition pour l’histoire de la marque bientôt centenaire, pour l’emblématique bicylindre transversal, pour les couleurs rappelant la V65TT engagée sur le Dakar en 85 et 86 et enfin pour le lieu de production de toutes les Guzzis depuis 1921, à Mandello del Lario, en Italie.

Modernité car la V85TT inaugure non seulement un tout nouveau moteur de 850cm3, un équipement moderne, mais également un nouveau concept de moto que Guzzi a baptisé « Classic Enduro ».

Le concept « Classic Enduro » par Moto Guzzi

Avec la V85TT (pour Tutto Tereno, tout-terrain en français), Moto Guzzi instaure le concept de « Classic Enduro ». Une moto tout-terrain combinant des caractéristiques de style rappelant l’âge d'or des aventures à moto avec le contenu et la fonctionnalité d’un trail de tourisme moderne. La V85 TT est dédiée à ceux qui, tout en rêvant de voyages lointains, recherchent une moto capable d’insuffler l’esprit d'aventure dans les trajets quotidiens.

Visant le marché en plein essor du trail mid-size, la V85TT reflète une philosophie de construction dans laquelle la simplicité, la fonctionnalité et la légèreté sont de mise,  comme sur les trails des années 80.

Accessible à tout un chacun

Moto Guzzi a voulu la V85TT accessible à des motard(e)s de toutes tailles et de tous niveaux. Avec une hauteur de selle très abordable de 830 mm (810 et 850 mm disponibles en option) et un poids à sec de seulement 208 kg, elle reste facile à manier même à l’arrêt. Dans le segment des trails mid-size, c’est la seule moto à offrir une transmission par cardan. De plus elle peut se targuer égalment d'avoir le plus gros réservoir (23 litres) qui lui confère une autonomie de plus de 400 kilomètres, similaire à celle de la KTM 790 Adventure. Vendue à partir de CHF 12'990.-, elle se veut également abordable financièrement.

Equipée de jantes à rayons de 19’ à l’avant et 17’ à l’arrière, sa fourche et son amortisseur, tout deux réglables, ont une course de 170mm, destinant plutôt la V85TT à une utilisation routière, même si sa garde au sol généreuse de 210mm et son sabot moteur en alu lui autorisent des escapades hors bitume.

Le diable est dans les détails

De la V65TT ayant participé au Paris Dakar 85 et 86, Guzzi a repris les couleurs (cadre rouge et réservoir blanc et jaune) tandis que le double optique est un clin d’oeil aux précédents trails de la marque, à savoir le Quota 1000 et le Stelvio 1200. Pour ceux qui trouvent ce coloris un peu trop Fisher Price, sachez qu’elle est également disponible dans des teintes plus sobres comme le gris mat, le bleu et encore le rouge. 

Le phare de la V85TT est unique en son genre car bien qu’il ait une forme de double optique traditionnelle, c’est en fait un phare 100% à LED, qui, lorsqu’il est enclenché, reproduit la forme de l’aigle, symbole de la marque. Je n’ai pas pu voir le résultat de nuit, mais en plein jour ça donne une jolie identité à la moto. Quant à l’éclairage arrière, très réussi lui aussi, il rappelle des tuyères de réacteurs d’avion de chasse.

Le nouveau moteur de 853 cm3

L’emblématique bicylindre transversal à 90° refroidi par air avec distribution à un arbre à cames en tête et deux soupapes par cylindre est la marque de fabrique de Guzzi depuis 1965 et ce n’est donc pas une surprise que Guzzi ait décidé de garder cette architecture pour équiper la V85TT.

Bien qu’extérieurement, peu de détails le distinguent d’un autre moteur de la marque pour des yeux non avertis, ce nouveau moteur de 853 cm3 développe 80 chevaux à 7’750 tr/min et 80 Nm à 5’000 tr/min. 90 % du couple est disponible dès 3’750 tr/min et il s'agit du premier V2 transversal capable d’atteindre les 8’000 tr/min (contre 6’250 tr/min sur l’ancien V9). 

A titre comparatif, c’est une bagatelle de 25 chevaux et 18 Nm supplémentaires par rapport au V9 de la même cylindrée et 32 chevaux et 22 Nm par rapport au V7 (750cm3) ! Nul doute que ce moteur se retrouvera sur le reste de la gamme d’ici peu. 

Afin d’obtenir de telles performances, un design totalement nouveau a été nécessaire ainsi que l’utilisation de matériaux généralement destinés aux motos de course comme le titane. 

Le choix de la lubrification par carter semi-sec a été fait car il offre plusieurs avantages. D’une part, il rend l’utilisation d’un radiateur d’huile superflu, mais il permet également de réduire au maximum les pertes à l’intérieur du moteur. Enfin, ce dernier est réduit afin d’augmenter la garde au sol et de permettre le montage du protège-carter en aluminium. 

Le nouvel embiellage, 30% plus léger que sur les moteurs «small block» de la marque, permet d’améliorer la réactivité à l’accélération tout en diminuant les vibrations. 

La distribution à un arbre à cames en tête et deux soupapes par cylindre a été conservée, même si le système et les matériaux utilisés sont nouveaux. Les soupapes d’admission sont en titane (2 fois plus léger que l’acier) et les tiges de culbuteurs en aluminium. Ce nouveau moteur se veut également économique. Moto Guzzi annonce un consommation mixte de 4.9 l/100km. 

La moto connectée

La V85TT est équipée de série d’un ABS, d’un anti-patinage, d’un cruise control et d’un système ride-by-wire permettant de sélectionner trois modes de conduites : route, pluie et tout-terrain. En mode tout-terrain, l’ABS arrière est désactivé, et il est également possible de désactiver manuellement l’avant. Le dashboard est un écran TFT couleur riche en information et bien lisible. La moto est équipée de deux prises USB pour charger vos appareils électroniques, un sur le tableau de bord et l'autre sous la selle.

La V85 TT inaugure également la MOTO GUZZI MIA, la nouvelle plateforme multimédia permettant de connecter en Bluetooth un smartphone au véhicule (en option), ce qui permet par exemple d’écouter de la musique ou de recevoir des appels téléphoniques par l’intermédiaire d’un casque à interphone. La plateforme introduit également une fonction de navigation permettant non seulement de choisir une destination, mais également de visualiser les directions sous la forme de pictogrammes intuitifs au tableau de bord rendant ainsi caduque l’achat d’un GPS.

Les sensations à son guidon

Pour son lancement, Guzzi nous a convié à Cagliari, en Sardaigne où le climat est nettement plus propice à la pratique de la moto qu'en Suisse. En cette période hors-saison, les routes sont relativement désertes et c’est avec une température avoisinant les 18°C que l’on quitte l’hôtel. Une pression sur le démarreur et le bicylindre se met en branle avec ce fameux couple de renversement dû à l’architecture moteur transversale des Guzzis. Au ralenti, on sent les vibrations qui balancent légèrement la moto de gauche à droite et en donnait un petit coup de gaz, on la sent bien partir vers la droite, ça me rappelle ma R100GS !

Les petites routes sinueuses en bord de mer sont un régal et la prise en main de la nouvelle Guzzi est un vrai jeu d’enfant. Tout est facile à son guidon, en commençant par la position qui est très neutre avec les genoux pas trop relevés et un guidon large qui assure une bonne prise en main. L’embrayage à câble est doux et ne nécessite que peu de force. Les leviers de frein et d’embrayage ainsi que le sélecteur de vitesse et la pédale de frein sont réglables pour s’adapter à tous les gabarits. La bulle non réglable assure une protection correcte, mais surtout elle ne génère pas de turbulences dans le casque, ce qui, avec ma taille (1.82m) est assez rare pour que je le signale. 

La transmission par cardan, quand on a l’habitude de rouler avec une chaine est surprenant en réactivité, car il n’y a pas de latence due à une chaine pas assez tendue ou au silentblocks de la couronne. C’est un avantage niveau entretient.

Le nouveau moteur est parfaitement exploitable de 2'000 à 8'000 tr/min avec des montées en régime qui procurent un très joli son de la boîte à air. C’est toutefois, entre 3'000 et 6'000 qu’on le sent le plus à l’aise, car il se roule plutôt sur le couple que dans les tours. Il distille juste ce qu'il faut de "good" vibrations pour rappeler qu'on roule en twin, et ce n'est que lorsqu'on approche du rupteur que celles-ci se font plus présentes. A régime constant, le bicylindre est très discret, un peu trop à mon goût. L’échappement Arrow disponible en option devrait lui donner un peu plus de voix. 

Moto Guzzi a fait de gros progrès sur la boîte à vitesse, qui dans mon souvenir d’un bref essai il y a près d’une décennie m’avait rappelé celle très agricole de feu ma BMW R100 GS. Même si elle est devenue beaucoup plus douce et surtout moins bruyante (plus de KLONK !), elle reste un chouilla plus « brute » que certaines de ses concurrentes, particulièrement lorsqu’on passe la 1ère et la 2ème. 

Les cale-pieds sont relativement bas, pour assurer une position confortable des jambes et éviter d’avoir les genoux trop pliés. En attaquant un peu sur les routes sinueuses de Sardaigne, je me retrouve à toucher le bout des pieds dans les virages car l’arrière de ma botte bute sur le cale-pied passager. Pour me mettre sur la pointe des pieds, je dois un peu tordre mon pied vers l’intérieur, histoire que le talon soit au dehors du cale-pied passager. C’est le seul reproche objectif que je peux faire à cette moto.

La selle est ferme mais très confortable et avec sa forme étagée elle conviendra très bien au duo. De plus, le passager a de robustes poignées de maintient à disposition.

La navigation dans les menus de l’écran TFT est pensée de manière simple et intuitive, avec un nombre réduit de boutons sur les commodos. De part sa douceur et sa puissance raisonnable, la V85TT est une moto tout à fait abordable pour un débutant. Sa hauteur de selle de 830mm est rassurante, et accessible également aux personnes de taille plus modestes. Enfin, je l’ai trouvé très équilibrée. Elle s’inscrit de façon intuitive dans les courbes et son freinage est facile à doser. 

N’allez cependant pas croire que cette moto ne s’adresse qu’aux débutants. En augmentant le rythme, on se rend compte que le châssis, les suspensions et les freins sont tout à fait capables d’encaisser et c’est un plaisir de pouvoir vraiment exploiter le bicylindre sur toute sa plage de régime.

Les aptitudes tout-terrain de la V85TT

Notre escapade tout-terrain s’est limitée, à mon grand regret, à quelques kilomètres sur une piste sablonneuse avec des cailloux. Suffisamment pour prouver que la moto peut sans autre sortir de la route, mais également suffisamment pour montrer ses limites. Les suspensions, parfaitement bien réglées pour une conduite routière sont trop dures pour la conduite en tout-terrain et on sent chaque caillou. J’ai expressément roulé en choisissant les plus gros trous et cailloux et je dois dire que la garde au sol est bonne, je n’ai pas réussi à toucher le sabot moteur. Autre constatation, après une petite chute sans gravité d’un journaliste italien, le levier de vitesse est complètement tordu. 

Entre-nous, soyons francs : l’argument tout-terrain, comme pour la plupart des autres marques d’ailleurs, c’est avant tout du marketing et je doute que celui qui veut faire de la piste en Afrique en 2019 choisisse une Guzzi. Toutefois, je suis persuadé qu'elle fera très bien l’affaire pour des balades sur chemins pas trop techniques, comme les événements organisé par Cocoricorando en France par exemple.

Un nouveau marché pour la marque de Mandello del Lario

Avec la V85TT, la marque Italienne quasi centenaire ajoute une nouvelle corde à son arc. Si avec sa gamme actuelle, elle profite de l’effet de mode grandissant pour les looks rétros, cette nouvelle V85TT va, quant à elle, sans aucun doute attirer une clientèle nouvelle à la recherche d’un trail à l’aise partout, abordable et avec une forte identité. Et de ce point de vue, le pari est gagné, car la V85TT se démarque vraiment de ses concurrentes en offrant une motorisation totalement inédite ainsi qu’un design très épuré comme seuls les italiens ont le secret.

De plus, elle se veut accessible à tout un chacun avec une hauteur de selle raisonnable, une prise en main des plus facile et pour finir, un tarif abordable de CHF 12'990.-.

Une large gamme d’accessoires comme des coffres latéraux en plastique ou en alu de 33 et 38 l. CHF 1'350.-, un top case alu de 48 l. CHF 960.-, une béquille centrale CHF 260.-, une bulle haute CHF 300.-, un amortisseur Öhlins CHF 1'200.-, un échappement titane Arrow CHF 1'700.-, des crash bars CHF 150.-, une selle confort, un casque et une gamme d'habits aux couleurs Guzzi et j’en passe sont disponibles. Les tarifs ne sont, à ce jour, pas encore tous connus.

La V85TT sera également livrable avec trois packs d’options (prix pas encore connus) :

Touring Pack (valises alu, bulle haute, feux additionnels, protections moteur, béquille centrale, Moto Guzzi MIA)

Sport Adventure Pack (échappement Arrow, protections moteur, rétroviseurs pliables, amortisseur Oehlins)

Urban Pack (valises plastique, béquille centrale, système anti-vol, Moto Guzzi MIA)

David

Au final...

On a aimé :
+
facilité de prise en main
+
hauteur de selle accessible
+
motorisation unique dans le segment
+
transmission à cardan
+
design original
On a moins aimé :
-
position des cale-pieds passagers
-
échappement un peu trop discret
-
aptitudes tout-terrain limitées
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
facilité de prise en main
+
hauteur de selle accessible
+
motorisation unique dans le segment
+
transmission à cardan
+
design original
On a moins aimé :
-
position des cale-pieds passagers
-
échappement un peu trop discret
-
aptitudes tout-terrain limitées

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Moto Guzzi
Modèle :
V85TT
Année :
2019
Catégorie :
Enduro
Moteur
Type :
2 cylindres en V transversal refroidi par air, simple ACT et 2 soupapes par cylindre
Cylindrée :
853 cm3
Refroidissement :
à air
Alimentation :
injection électronique à simple corps, papillon de 52mm, ride by wire
Performances
Puissance max. :
80 ch à 7750 tr/min
Couple max. :
80 Nm à 5000 tr/min
Transmission
Finale :
par cardan
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
à simple disque
Partie cycle
Châssis :
tubulaire en acier
Suspension AV :
fourche inversée de 41mm, précontrainte des ressorts et amortissement hydraulique réglables
Course AV :
170 mm
Suspension AR :
mono amortisseur, précontrainte du ressort et amortissement hydraulique réglable
Débattement AR :
170 mm
Pneu AV :
110/80 R 19 à chambre à air
Pneu AR :
150/70 R 17 à chambre à air
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant de 320 mm, étriers Brembo radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque de 260mm, étrier flottant à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2240 mm
Empattement :
1530 mm
Largeur :
950 mm
Hauteur de selle :
830 mm
kit -20mm et kit +20mm disponibles en options
Poids à sec :
208 kg
Poids total :
229 kg
Réservoir :
23 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Giallo Sahara
 
Rosso Kalahari
 
Grigio Atacama
 
Blu Atlante
 
Rosso Vulcano
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'990.-
13'590 CHF version premium graphics
En ligne :

Plus d'articles Moto

Une nouvelle agence Kymco ouvre ses portes à Genève
100%2-Roues continue son développement et ajoute la marque Kymco à son arc.
Essai Ducati Panigale V2 - Ne m’appelez pas baby !
La Panigale V2 n’est pas une baby Panigale « au rabais », contrairement à ce qu’on pourrait penser à prime abord.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
Alliance Kawasaki-Bimota - Quelle suite est attendue ?
La présentation de la Bimota Tesi H2 aura été la véritable surprise du salon EICMA de Milan, cette dernière confirmant l'union entre les deux constructeurs. Mais maintenant on peut rêver à la suite qui sera donnée.
Loto annuel du Norton Sport Club – Ce dimanche 17 novembre
Après la course de côte internationale de Verbois, le Norton Sport Club organise son désormais traditionnel loto annuel ce dimanche 17 novembre à la salle des Asters à Genève.
Les inscriptions du Hard DéfiTour 2020 sont ouvertes!
Les inscription pour la 4ème édition du Hard DéfiTour sont ouvertes. Celui-ci aura lieu le weekend du 5 au 7 juin 2020 en Augergne.

Hot news !

EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.
EICMA 2019 - MV Agusta dévoile une Superveloce 800 « économique »
Dévoilée et commercialisée à prix d’or, version Oro oblige, l’année passée, la Superveloce 800 avait frappé fort, étant adulée ou détestée. Le constructeur de Varèse proposera dès 2020 une version plus « économique ».
L'Aprilia Tuono 660 déjà surprise lors d'un roulage
Alors que la présentation officielle de l'Aprilia RS 660 se fera la semaine prochaine, la version roadster certainement nommée Tuono 660 a déjà été surprise lors d'un roulage à Imola.
EICMA 2019 – Voici la première image de l'Aprilia RS 660 2020
Très attendue sur le stand du constructeur de Noale, Aprilia vient de lâcher la première vraie image de sa future Supersport mid-size, la RS 660.
Concept BMW R18 – Deux modèles aperçus lors d'un transport
La présentation officielle du Concept R18 du constructeur à l'hélice devrait arriver sous peu, deux prototypes ayant été aperçus lors de leur chargement dans un véhicule.
Triumph Thruxton RS 2020 – Le café racer ultime d'Hinckley
Le constructeur anglais fait feu de tout flamme, après les nouvelles Daytona 765, Rocket III R et GT et la Street Triple RS essayée il y a à peine quelques jours, voici l'arrivée d'une version RS de la Thruxton.