Essai publié le 20 décembre 2018

Essai des Triumph Scrambler 1200 XC & XE 2019 - Un cocktail explosif de fun et de technologie dans une robe classique haute couture

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Triumph

Moins d’un mois après le lancement de la Street Scrambler 900, Triumph nous dévoile la Scrambler 1200. Le lien de parenté entre les deux est indéniable et sa grande sœur nous en mets plein les mirettes tellement elle en jette !

Que ce soit au niveau de la motorisation, de l’électronique embarquée, des finitions,  de la qualité de la partie cycle et bien évidemment du prix, la Scrambler 1200 ne joue pas dans la même ligue. Bardée d’électronique et dotée d’une partie cycle moderne, elle compte bien se tailler une place sur le marché des roadsters haut de gamme. Avec ses aptitudes tout-terrain, elle compte même taquiner la catégorie des trails, et quand on la regarde, on a qu’une envie, c’est de lui dire, let’s go baby !

Au milieu des années 60, les motos de tout-terrain légères comme on les connaît aujourd’hui n’existaient pas encore. C’était au guidon de Bonneville T120-TT et autres Trophy TR6, que la génération Steve Mc Queen se tirait la bourre entre copain dans le désert ou sur des pistes de Flat Track durant le weekend. Un Scrambler était une moto minimaliste avec un guidon large, des pneus à tétines et un échappement relevé afin de ne pas l’endommager en tout-terrain.

Après un long hiatus et bien avant que toutes les marques surfent sur le look retro, Triumph a relancé le modèle Scrambler en 2006, qui depuis, sous différentes versions, n’a plus quitté le catalogue de la marque. 

Le développement de la 1200 a débuté il y a trois ans et demi avec le cahier des charges suivant : créer la moto la plus performante possible tout en respectant l’esprit original du « Scrambler », à savoir le fun sur route et en tout-terrain tout en respectant les détails visuel qui font l’ADN d’un Scrambler Triumph. A savoir, l’emblématique ligne d’échappement relevé, le double amortisseur arrière (twin shock) et bien entendu, le look classique. Si les Triumph « classiques » du milieu des années 2000 était des motos principalement destinées à la balade tranquille du fait de leur performances modestes, l’arrivée de la nouvelle génération à moteur refroidi par eau a bien changé la donne. 

Ne vous y méprenez pas. Derrière son look rétro soigné se cache une moto tout ce qu’il y a de plus moderne. Non seulement la Scrambler 1200 est équipée de toute l’électronique qu’on est en droit de s’attendre à trouver sur une moto de cette gamme en 2018 (cruise control, ABS, Traction Control, différents modes de conduites, élcairage full Led), mais en plus, elle offre plusieurs nouveautés inédites (disponibles dans quelques mois) comme la possibilité de commander une caméra GoPro ou d’utiliser l’application Google Maps de votre téléphone pour la navigation via ses commodos et son écran TFT. C’est une première mondiale. 

D’ailleurs, l’emplacement sous la selle, autrefois réservé à la caisse à outils referme une boîte permettant de charger et stocker votre téléphone à présent ! En cas de panne ? Vous pourrez toujours appeler le TCS, même si votre téléphone est déchargé ! 

Niveau finition, Triumph a prêté une attention toute particulière aux détails. Entre la magnifique selle en cuir rétro, le réservoir en tôle avec sa pièce de fixation centrale ainsi que son couvercle en métal, les amortisseurs Öhlins avec leurs bombonnes dorées, et pour terminer la pièce maitresse, l’emblématique double échappement, elle en jette ! 

Un peu de technique

La motorisation de la Scrambler 1200 est basée sur le twin parallèle à huit soupapes Bonneville HP qu’on a pu découvrir sur la Thruxton en 2016. Il a été revu et modifié spécifiquement pour la Scrambler et délivre 90 chevaux à 7’400 tr/min, mais surtout, un couple camionesque de 110 Nm à seulement 3'950 tr/min. C’est bien un moteur à refroidissement liquide, même si au premier abord on pourrait s’y méprendre tant le radiateur est bien planqué dans le châssis. Triumph a réellement bien relevé le défit du passage au refroidissement liquide tout en gardant le look rétro de ses moteurs avec ailettes de refroidissement sur les cylindres et carters aux formes arrondies.

Contrairement à ses concurrentes (Ducati Desert Sled, BMW R-nine T Scrambler et autres Guzzi) ses concepteurs l’ont équipé d’une roue avant de 21 pouces afin de lui offrir de vraies aptitudes en tout-terrain. La fourche inversée Showa entièrement réglable offre un débattement de 200mm pour la XC (250mm sur la XE) tout comme les amortisseurs arrière, développés en partenariat avec Öhlins pour l’occasion. La moto est également équipée d’origine d’un sabot moteur en alu. 

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
moteur bourré de caractère et de couple
+
superbe bruit d'échappement
+
excellente partie cycle
+
qualité des finitions
+
Intervales de services de 15'000 km
On a moins aimé :
-
l'échappement dégage beaucoup de chaleur sur la cuisse droite
-
presque trop belle et trop chère pour faire du tout-terrain avec
-
hauteur de selle de la XE (870mm)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Scrambler 1200 XC
Année :
2019
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, angle de vilebrequin de 270°, ACT simple, 8 soupapes
Cylindrée :
1200 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle
Performances
Puissance max. :
90 ch à 7'400 tr/min
Couple max. :
110 Nm à 3'950 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage assisté multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Tubulaire en acier avec berceau en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Showa 45 mm entièrement réglable
Course AV :
200 mm
Suspension AR :
Combiné de suspension arrière Öhlins entièrement réglable avec deux ressorts et amortisseur « piggy back ».
Débattement AR :
200 mm
Pneu AV :
90/90-21
Pneu AR :
150/70 R17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Doubles disques de 320 mm, étriers monobloc Brembo M50, maître-cylindre radial.
Frein AR :
Disque simple de 255 mm, étrier flottant à 2 pistons Brembo.
Dimensions
Longueur :
2'285 mm
Empattement :
1'530 mm
Largeur :
840 mm
Hauteur de selle :
840 mm
Poids à sec :
205 kg
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black et Matt Black
 
Khaki Green et Brooklands Green
Catalogue
Prix de vente :
CHF -16000.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Test de la Yamaha Ténéré 700 Rally - Elle vend du rêve!
Au début de cet été, Yamaha crée le buzz en nous balançant un magnifique teaser mettant en scène la nouvelle Ténéré 700 Rally aux côté d’une vénérable machine d’usine du Dakar de 40 ans son ainée. On ne va pas se mentir, ça vend sérieusement du rêve.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
OFRAG recrute un assistant support technique clientèle
L'importateur Aprilia, Piaggio, Vespa et Moto Guzzi en Suisse recrute un(e) assistant(e) support technique.
Nouvelles couleurs pour la Kawasaki Z900 2021
Cette année elle était visible à chaque coin de rue, avec 1027 unités immatriculées jusqu'à fin août la Z900 est le best-seller de Kawasaki.
Une nouvelle photo de RC390 2021 a fuité
Le 15 août vous avez vu une première série de photos capturées autour de l'usine KTM en Autriche. Il y a du nouveau...
BMW vise le titre WSBK et sort 500 exemplaires d'une M 1000 RR
BMW pourrait bien viser le titre WSBK avec une S1000RR d'homologation nommée pour le coup la M1000 RR ! Après le M-package, c'est la première fois que cette lettre habituellement dédiée à l'automobile est utilisée dans le nom d'une moto.

Hot news !

Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.
Aprilia RS660 – Le premier teasing est en ligne
Surprise à plusieurs reprises lors des tests sur route, Aprilia lève le voile sur la très attendue RS660 dans un teasing qui bouge.
BMW F900 XR vs. Yamaha Tracer 900 GT - Duel de voyage en 900 cm3
Le nouveau roadster de la marque allemande a fait l'objet d'un comparatif face au leader du marché, la Kawasaki Z900. Pour la déclinaison plus trail, la F900 XR, on a choisi de l'opposer à la Yamaha Tracer 900 GT.