Essai publié le 03 septembre 2018

Essai BMW F850GS – Retour aux sources [page 2]

Texte de Mathias / Photo(s) de Mathias

Pages

Le moteur, lui, n’a rien de rétro, bien au contraire. Il est entièrement nouveau et passe de 798 à 853cm3. La puissance grimpe quant à elle de 10 chevaux pour en atteindre 95, à 8250tr/min. Le silencieux, lui, fait très bien son travail. Trop même. A moins de monter haut dans les tours, on entend bien plus le moteur et ses bruits mécaniques que la mélodie de l’échappement. Dommage, je n’aurai pas été contre un feulement un peu plus sportif, en accord avec ce que l’on peut attendre d’une telle moto. Nul doute que le silencieux Akrapovic disponible en option remplira cette tâche avec davantage de conviction.

En parlant d’options, la liste est longue comme un hiver sans moto. De série, la GS est équipée de l’ABS, du contrôle de stabilité et de deux modes de conduite (Rain et Road). Ma moto d’essai étant naturellement bardée d’options, elle était donc équipée des packs « Confort », « Tourisme », « Dynamic », et « Light ». Ces packs comprennent les options suivantes :  poignées chauffantes, béquille centrale, régulateur de vitesse, porte-bagage avec supports valises, phares full LED, clignotants LED, shifter pro, système de démarrage sans clé (Keyless Ride), contrôle de la pression des pneus (RDC), suspension à réglage électronique (ESA), et modes de pilotages PRO avec contrôle dynamique de la traction, ABS pro et feu stop dynamique (vous pouvez respirer !). Il faut encore rajouter le fameux tableau de bord Connectivity et l’Emergency Call, un ingénieux système permettant de détecter une chute et d’appeler les secours automatiquement si besoin.                                                                                Ouf ! La moto est – enfin – complète et correctement équipée. Mais l’ensemble de ces options font malheureusement grimper le prix de la moto de 12'800.- à 17'250.- CHF, soit un surplus de près de 35%... et à peu près le prix d’une R1200GS en prix de base. Mais personne n’achète jamais une GS sans options.

Départ pour une jolie boucle de test de quelques 380km qui nous permettra de faire le tri et de séparer l’indispensable du gadget. Au programme, quelques virages, des passages de cols et surtout deux pistes offrant un panorama à couper le souffle et une trentaine de kilomètres alternant entre piste roulante ou plus cassante. L’idéal pour évaluer les capacités d’évasion de la GS (je vous indique comme y aller à la fin de l’article). Col de la Colombière, col des Aravis, col des Saisies, Cormet de Roselend, les virages se succèdent. Et plus on enroule, plus on se prend en pleine figure une moto fantastiquement plaisante à rouler. Quelque soit le rythme, elle tient le choc. A son guidon, on sent que tout est possible. Elle donne confiance et on se surprend à rentrer de plus en plus fort dans les courbes, à prendre les freins façon trappeur et à jeter la moto sur l’angle. Et là, je retrouve les sensations ressenties au guidon de ma R1150GS. Rien ne bouge, c’est un rail. Gaz en grand encore sur l’angle en sortie de courbe, et le paysage défile plus vite que jamais. Le moteur est vraiment agréable, avec juste ce qu’il faut comme douceur de fonctionnement et une réserve de puissance suffisante pour vous extraire des virages avec fougue sans crainte de perte de contrôle. Car l’électronique veille. Vous rentrez trois rapports à l’approche d’une épingle ? L’embrayage anti-dribble va gérer ça. Une fraction de secondes de flottement et la moto ralentit sans avoir à toucher aux freins. Une réaccélération gaz en grand en sortie de courbe alors que la moto est encore sur l’angle ? A l’antipatinage revient la gestion de l’adhérence pour que vous puissiez ouvrir en grand sans la moindre appréhension. Un freinage d’urgence sur une route gravillonnée ? Pas de soucis, l’ABS est là et veille – discrètement – sur votre intégrité. Les pneus d’origine, des Bridgestone Battlax Adventure A41, offrent sur route un excellent grip et un bon retour d’informations. L’ensemble est juste au top et on prend un plaisir fou à la maltraiter. Cette moto est comme un jeu vidéo : addictive et jouissive.

Arrivée sur les pistes. Mes préférées. Celle du Cormet d’Arêches, entre Aime et Beaufort, et celle reliant le Col de l’Arpettaz à celui des Aravis. Si la première est plutôt roulante, la deuxième est (un peu) plus technique et plus cassante. On y va ? On y va !                  Debout sur les reposes pieds, on ouvre les gaz en grand : le tableau de bord clignote comme un sapin de Noël, preuve que l’ensemble des assistances est à l’œuvre, mais ça tracte, et c’est carrément jouissif. Bien sûr, je ne suis qu’un humble poireau, je n’ai jamais touché de moto de cross de ma vie et mon expérience se limite à quelques pistes de ce genre chaque année, ainsi qu’un stage tout-terrain auprès de Jean-Pierre Goy, en Isère. Mais la force de la F850GS est justement de rendre accessible ce genre de chemin à tout un chacun. Quel que soit le revêtement sur lequel vous vous trouvez, vous pourrez vous faire plaisir sans arrière-pensée, en sachant que quoi qu’il arrive, elle s’arrêtera toujours, même si vous pilez les freins. A son guidon, sur une piste que je connais pourtant pour l’avoir pratiquée à de nombreuses reprises, sur des motos allant de 660 à 1200cm3, j’ai pu atteindre des vitesses de l’ordre de 80km/h en ligne droite.                    Jamais je n’avais été aussi à l’aise en virage. Les suspensions travaillent à merveille, la tenue de cap est précise et l’ensemble met vraiment en confiance. Je n’ose pas imaginer cette machine dans les mains d’un pilote rodé à l’enduro, qui plus est avec des pneus adaptés. Un extraordinaire jouet doublé d’une efficacité redoutable. Le seul piège est au final la hauteur de selle et cette fichue béquille latérale bien trop longue pour cet usage, obligeant à soigneusement choisir l’endroit où l’on s’arrêtera.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Châssis et suspensions de qualité
+
Ecran TFT complet et lisible
+
Ligne réussie
+
Consommation
On a moins aimé :
-
Selle dure
-
Pare-brise inefficace
-
Shifter trop brutal

Fiche technique

Véhicule
Marque :
BMW
Modèle :
F850GS
Année :
2018
Catégorie :
Enduro
Moteur
Type :
Moteur bicylindre en ligne, 4 temps, quatre soupapes par cylindre, double arbre à cames en tête, lubrification à carter sec à recirculation
Cylindrée :
853 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection par système électronique
Performances
Puissance max. :
95 ch à 8'250 tr/min
Couple max. :
92 Nm à 6'250 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage multidisques (anti-dribble) à commande mécanique
Partie cycle
Châssis :
Cadre tubulaire, structure de coque en acier
Suspension AV :
Fourche télescopique Upside-Down, Ø 43 mm
Course AV :
204 mm
Suspension AR :
Double bras oscillants en fonte d’aluminium, jambe de force centrale WAT, préréglage en tension hydraulique, amortissement de détente réglable
Débattement AR :
219 mm
Pneu AV :
90/90-21
Pneu AR :
150/70 R17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Frein à double disque, frein à disque flottant, Ø 305 mm, étier flottant à double piston
Frein AR :
Frein monodisque, Ø 265 mm, étrier flottant à piston
Dimensions
Longueur :
2305 mm
Empattement :
1'593 mm
Largeur :
922 mm
Hauteur de selle :
860 mm
Kit de rabaissement disponible en option (815mm)
Poids total :
229 kg
Réservoir :
15 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Racing Red
 
Rallye Light White
 
Exclusive Pollux Metallic Matt
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'600.-
hors options
En ligne :

Plus d'articles Moto

Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Honda Chopper Lil' Pussy by Zambrag – Le Dax ultime made in Bali
Le mot "chopper" est quasiment indissociable de chromes rutilants, de gros V2 qui sent bon l'huile chaude et le gros couple. Mais ça c'était avant de voir le Honda Dax "Lil' Pussy" qui sort des ateliers Zambrag à Bali.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Bagarre de trail, KTM dégaine la 1290 Super Adventure 2021
On sait que la 1290 Super Adventure doit se renouveler pour passer la couperet de la norme Euro 5. Sur ces photos du prototype, on ne doute pas que cet énorme échappement est là pour ça.
La Ducati Multistrada V4 2021 surprise lors d'un roulage enduro
Suite aux apparitions lors de test sur route et d'homologation, nous avons déjà partagé un certain nombre de photos. Elle a récemment été surprise sur une piste proche de l'usine.
CFMoto MT800 ou KTM 750 Adventure ?
Cette image ne laisse pas de doute, il y a un moteur du genre du LC8c dans ce cadre. On reconnait aussi des éléments de châssis semblable à du KTM. Mais qu'est-ce qu'on voit vraiment ?

Hot news !

Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.
Aprilia RS660 – Le premier teasing est en ligne
Surprise à plusieurs reprises lors des tests sur route, Aprilia lève le voile sur la très attendue RS660 dans un teasing qui bouge.
BMW F900 XR vs. Yamaha Tracer 900 GT - Duel de voyage en 900 cm3
Le nouveau roadster de la marque allemande a fait l'objet d'un comparatif face au leader du marché, la Kawasaki Z900. Pour la déclinaison plus trail, la F900 XR, on a choisi de l'opposer à la Yamaha Tracer 900 GT.
Essai Honda CB1000R Neo Sports Café - Sortie de léthargie
La précédente CB1000R, c'est une des premières motos qu'on avait essayé sur le site en 2010. Depuis tout ce temps, elle n'aura changé qu'en 2018. Mais que s'est-il passé en 8 ans de développement ? Bah euh...
Essai KTM 390 Adventure - Elle doit être prise au sérieux
A l'annonce de sa sortie, j'étais sceptique. Je n'ai jamais vu une moto de ce segment sur nos routes, alors pourquoi celle-ci devrait marcher ? D'abord parce que l'Europe n'est pas le marché cible et ensuite parce qu'elle est vachement bien cette 390 Adventure !!