Essai publié le 03 septembre 2018

Essai BMW F850GS – Retour aux sources

Texte de Mathias / Photo(s) de Mathias

Oui, je sais ce que vous allez me dire. C’est ENCORE une GS. Pas faux. Mais au final, vous pourriez bien être surpris. Entièrement nouvelle, cette F850GS semble essayer de revenir à l’esprit du trail originel. Vous savez, celui qui était léger, avec une puissance raisonnable, idéal pour partir à l’autre bout du monde et affronter des pistes défoncées avec sérénité. Bon, avec une sacrée mise à jour électronique, on est d’accord. Mais il fallait bien adapter le concept à notre époque.

Et c’est vrai que la nouvelle GS, en mode 850, c’est un peu comme dans un jeu vidéo. D’abord, il y a le tableau de bord TFT de 6,5’’ hyper coloré, avec cette barre de compte-tour façon jauge de boost. Ensuite, il y a cette impression que la chute est impossible et que quoi qu’il arrive, elle sera toujours là pour rattraper nos erreurs. On a presque l’impression d’être le spectateur d’une scène qui se joue devant nous tellement tout est facile à son guidon. Et il y a cette technologie, partout. ABS, ASC, DTC, ESA, RDC et j’en passe. Pour l’agrément au quotidien, c’est le top. Mais pour la réparer au fin fond de l’Afrique en revanche, pas sûr que ce soit l’idéal.

RDV chez Facchinetti Motos, à Genève, pour prendre possession de cette frêle 850. Bien droite sur sa béquille, dans ce coloris « Rallye », il faut dire qu’elle en impose. Une vraie gueule de baroudeuse. Moi qui roule rarement sur des motos de moins 1000cm3, j’admets que cette nouvelle version du trail mid-size par la Bayerische Motoren Werke m’intriguait. Autant je suis fan des gros trails polyvalents, permettant de partir en voyage à l’autre bout du monde comme d’aller chercher le pain, voir taquiner la sportive sur un col, autant on s’éloigne de plus en plus de l’esprit originel. Pour moi, un trail est une machine qui peut – qui doit ! – pouvoir s’aventurer sur les chemins, voire sur du terrain plus cassant, avec une certaine facilité. Et si les mastodontes actuels, R1200GS, Africa Twin ou encore Super Ténéré s’en sortent plutôt bien, c’est en général au prix de quelques séances de musculation et de beaucoup de transpiration… et je ne parle même pas de devoir les relever en cas de chute. Or, cette 850 affiche une fiche technique étonnement proche de ma 1ère R1150GS, une moto au caractère rugueux mais qui m’avait séduit pour sa facilité à la mettre dans tous les sens en toute sécurité. 95cv et 229 kg pour la nouvelle contre 85cv et 248kg pour l’ancienne. Et 18 ans d’écart. L’âge de la maturité. J’en salive d’avance.

Alors vite, on grimpe sur la selle pour prendre le large. Pour moi, cela convient, mais les moins d’un mètre quatre-vingts auront besoin d’un escabeau pour escalader la GS, qui culmine à 860mm de hauteur de selle. Haute, mais étroite, elle permet à mon mètre quatre-vingts deux d’avoir les pieds qui touchent le sol – pas complétement à plat tout de même. Il faut rajouter à cela une béquille latérale un peu longue, qui laisse la moto très droite. Si au quotidien cela ne pose pas de problème particulier, cela risque de générer quelques sueurs froides dans le terrain, celui-ci étant rarement d’une planéité exemplaire.

Premiers tours de roues, on prend la mesure du travail accompli par les ingénieurs de la marque bavaroise. L’équilibre est parfait, la moto est fine et la position droite est naturelle avec un grand guidon qui favorise la maniabilité. On est instantanément à l’aise. Seuls bémols, la selle paraît un peu dure et on pressent que la protection de la bulle sera aux abonnés absents. Le moteur est plaisant et prend des tours avec rage. Pourtant, au premier abord, je suis presque déçu, car je m’attendais à un peu plus de punch lors des phases d’accélération. La puissance est bien là, mais elle arrive de façon linéaire et ce moteur me semble manquer de folie. Il faut préciser que la route qui me ramène chez moi est loin d’être excitante et ne laisse pas à la moto la moindre chance de dévoiler son potentiel.

Du coup, je ne résiste pas à prendre le premier chemin en terre que je vois pour aller mettre d’emblée la GS dans son élément. Bon, je suis en pneus « route », donc la prudence reste de mise. Mais sur ce petit parcours caillouteux serpentant entre les vignes du coteau de Russin (GE), la 1ère impression est plutôt bonne. La moto semble à l’aise et le comportement est très sain. Les suspensions filtrent très bien les irrégularités du terrain et la moto est facile à placer. De très bon augure pour la suite, vivement un test un peu plus poussé !

Une fois garée en bas de l’immeuble, je prends le temps de l’observer plus en détail. La moto a un look très réussi, avec son feu avant à LED qui lui offre la désormais connue signature visuelle propre à la gamme GS. La finition est exemplaire, les plastiques sont bien assemblés et les stickers du réservoir sont recouverts d’une épaisse couche de vernis, ce qui plutôt bon signe pour la longévité et le vieillissement de la moto, surtout si on compte l’utiliser dans les dunes ou sur des pistes caillouteuses. L’écran TFT (en option) est identique à celui déjà testé sur le nouveau scooter C400X. Très lisible, il permet d’afficher une navigation simplifiée très intuitive, de type roadbook, via une connexion Bluetooth avec votre smartphone. Les roues à rayons anodisés or qui équipent cette version « Rallye » sont juste magnifiques et contribuent beaucoup au look de la moto. En choisissant ce coloris spécifique, vous aurez droit, en plus de ces jantes qui me rappellent les vieilles Transalp des années 80-90, à une selle bi-ton rouge et noire ainsi que des protèges-mains de série. Si je ne suis pas fan de ce genre de coloris, trop typé vintage à mon goût, nombreux sont ceux qui m’ont fait part de leur attrait pour cette version durant mon essai. Les goûts et les couleurs de chacun…

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Châssis et suspensions de qualité
+
Ecran TFT complet et lisible
+
Ligne réussie
+
Consommation
On a moins aimé :
-
Selle dure
-
Pare-brise inefficace
-
Shifter trop brutal

Fiche technique

Véhicule
Marque :
BMW
Modèle :
F850GS
Année :
2018
Catégorie :
Enduro
Moteur
Type :
Moteur bicylindre en ligne, 4 temps, quatre soupapes par cylindre, double arbre à cames en tête, lubrification à carter sec à recirculation
Cylindrée :
853 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection par système électronique
Performances
Puissance max. :
95 ch à 8'250 tr/min
Couple max. :
92 Nm à 6'250 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage multidisques (anti-dribble) à commande mécanique
Partie cycle
Châssis :
Cadre tubulaire, structure de coque en acier
Suspension AV :
Fourche télescopique Upside-Down, Ø 43 mm
Course AV :
204 mm
Suspension AR :
Double bras oscillants en fonte d’aluminium, jambe de force centrale WAT, préréglage en tension hydraulique, amortissement de détente réglable
Débattement AR :
219 mm
Pneu AV :
90/90-21
Pneu AR :
150/70 R17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Frein à double disque, frein à disque flottant, Ø 305 mm, étier flottant à double piston
Frein AR :
Frein monodisque, Ø 265 mm, étrier flottant à piston
Dimensions
Longueur :
2305 mm
Empattement :
1'593 mm
Largeur :
922 mm
Hauteur de selle :
860 mm
Kit de rabaissement disponible en option (815mm)
Poids total :
229 kg
Réservoir :
15 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Racing Red
 
Rallye Light White
 
Exclusive Pollux Metallic Matt
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'600.-
hors options
En ligne :

Plus d'articles Moto

Swank Sardegna Rally : Une 2ème édition plus forte que le Covid !
Le Swank Sardegna Rally, c'est un rallye à l'ancienne, pas comme les autres, dont la seconde édition s'est tenue malgré ce fichu Covid. David, toujours à l'affût de terre à projeter et d'aventures insensées, était parmi les participants.
Nouveau V4 Ducati : un moteur plus endurant et sans le desmo
Le V4 nouvelle génération qui fera son apparition sur la prochaine Multistrada annonce un intervalle de service des soupapes à 60'000 kilomètres. Ceci grâce à l'abandon des soupapes desmodromiques, traditionnelles à Bologne.
Info permis - 6 mois de répit pour certains candidat au permis A limité
La bascule qui aura lieu au 31 décembre 2020 concernant les permis moto a aussi une incidence sous-jacente à l'impact non-négligeable.
2020 - Vers une nouvelle année record de vente ?
Alors que le début de saison laissait envisager le pire, les ventes ont finalement décollé. Bien plus haut qu'imaginé !
Honda ajoute le 750 à sa gamme de scooter Forza
Adieu Integra, bienvenue Forza 750 ! Voici la nouveauté que Honda nous a peu à peu dévoilée depuis quelques semaines.
Kawasaki améliore la Versys 1000 SE pour 2021
La Kawasaki Versys se renouvelle pour la saison à venir. Trois versions sont présentées, mais seule la mieux équipée, la SE, sera disponible sur le marché Suisse.

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.