Essai publié le 08 mars 2018

Essai KTM 790 Duke 2018 - Attention tranchant !

Texte de Marc / Photo(s) de Sebas Romero & Marco Campelli / Vidéo(s) de Luca Piffaretti & Eros Girotti

Avec sa 790 Duke KTM veut combler le vide qu’il existe dans sa gamme entre la 690 Duke, équipée pour rappel d’un mono, et la 1290 SuperDuke. De plus, le marché des roadsters de moyenne cylindrée est porteur car il représente 70 % des ventes en Europe. Alors est-ce que celle qu’on surnomme « le Scalpel » porte bien son nom ? En route pour le découvrir.

La prise de contact

Le premier contact avec la 790 Duke est direct, on embarque sur les motos pour se rendre à la conférence de presse qui a lieu à quelques kilomètres de l’hôtel dans un hangar d’aviation. La compacité de l’engin me saute entre les jambes si j’ose dire, même avec la selle standard je n’ai aucun problème à poser les deux bien au sol, j’ai même les genoux un peu fléchis. L’étroitesse de la machine y est pour beaucoup.

Je profite des quelques kilomètres de route pour me familiariser avec les commandes qui sont hyper intuitives, nul besoin d’avoir un doctorat en physique quantique pour entrer dans les bons menus et naviguer entre les différentes modes de conduite. On arrive rapidement au hangar pour la partie technique de la journée, il faut bien suivre le cours si on veut continuer à aller jouer à la récré avec ce nouveau jouet.

Quelques heures à l’école

Dès le début du projet de la 790, la piste du V2, architecture moteur chère à KTM, a été écartée car cela ne permettait pas d’obtenir la compacité souhaitée. Le constructeur autrichien a donc conçu ce tout nouveau vertical twin qui est tellement compact qu’il est plus petit que le mono de la 690 ! Les pistons sont calés à 75 degrés afin d’amener un maximum de couple, du coup le moteur est équipé d’un double balancier d’équilibrage afin de supprimer les vibrations.

La boîte à 6 rapports, à laquelle le blipper est intégré, est superposée afin de raccourcir au maximum le bloc et de pouvoir placer la chambre de tranquillisation des gaz d’échappement juste derrière. Elle est bien entendue équipée d’un embrayage à glissement limité.

Le twin de très exactement 799cc est bardé d’électronique afin de faciliter la conduite et de gérer au mieux ses 105 chevaux et 87Nm de couple. On trouve 4 modes de conduite, un anti-patinage, un anti-wheeling, un ABS de virage paramétrable en mode supermotard, un contrôle de glisse, un launch control,… sacrée usine à puces la 790 Duke ! Tout est directement accessible via le tableau de bord TFT qui est connectable à votre smartphone via Bluetooth afin de savoir qui vous ose vous déranger pendant que vous roulez ou alors pour pouvoir sélectionner la musique qui passe dans vos oreilles (en option). Il y a même une prise USB (en opion), dont l’intégration est médiocre, à disposition pour le recharger ou alimenter un GPS.

Avoir un bon moteur c’est bien, mais qu’en est-il du châssis ? Les ingénieurs du constructeur autrichien ont appliqué la même recette au châssis qu’au moteur, à savoir une recherche de compacité à l’extrême. Un exemple tout simple : la boîte à air fait partie intégrante de la boucle de cadre arrière, les ouvertures sur les côtés l’alimentent directement et ne sont pas là pour décorer. Efficacité maximale

Le cadre à treillis tubulaire utilise la rigidité du moteur, cela permet d’économiser de la matière et donc du poids. Pour les suspensions, KTM a fait appel à son partenaire historique WP. A l’avant on trouve une fourche non réglable de 43mm et à l’arrière un mono amortisseur réglable uniquement en précontrainte.

Pour les freins, les Autrichiens ont retenu un double disque de 300mm pincé par des étriers radiaux à 4 pistons. Le but étant de trouver un bon compromis entre mordant et agressivité pour une utilisation routière par tous, la 790 Duke devant tout autant contenter les jeunes permis que les motards plus expérimentés.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
La légéreté
+
L'agilité
+
Le package électronique
+
Le fun
On a moins aimé :
-
Souplesse du twin à bas régimes
-
Suspensions pas réglables
-
Endurance des freins en conditions extrêmes

Fiche technique

Véhicule
Marque :
KTM
Modèle :
790 Duke
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 4 temps, double ACT
Cylindrée :
799 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
DKK Dell'Orto (corps 42mm)
Performances
Puissance max. :
105 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
87 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine X-Ring 520
Boîte :
6 rapports avec Blipper
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Tubulaire acier chrome-molybdène avec moteur comme élément porteur
Suspension AV :
Fourche inversée non-réglable WP de 43mm
Course AV :
140 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur WP, réglable en précontrainte
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 300mm avec étriers radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque de 240mm avec étrier à 2 pistons
Dimensions
Empattement :
1'475 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Selle basse 805mm et avec châssis bas 785mm
Poids à sec :
169 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Black
 
Grey/Orange
Catalogue
Prix de vente :
CHF 10'990.-
(hors frais de transport) version L CHF 10'390.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La Yamaha YZF-R6 remet la robe de ses 20 ans
Afin de fêter comme il se doit les 20 années de succès de la YZR-R6, l'importateur nippon Presto Corporation a présenté une version inédite du modèle actuel.
KTM met à jour sa Super Duke R pour 2020
Fan des oranges vitaminées réjouissez-vous, la firme de Mattighofen va mettre à jour son gros roadster pour 2020 et ce dernier a été surpris en plein roulage de test.
Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d'être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !
Husqvarna 701 Svartpilen Style - Disponible maintenant en quantité limitée
Husqvarna continue à diversifier son offre pour les motos destinées au bitume et propose une série spéciale de sa Svartpilen 701 dénommée pour l'occasion "Style".
La KTM 790 SMC ou 790 SMR surprise en plein roulage
Lancée sur le marché en 2008, la KTM 690 SMC aura permis à bon nombre de motard de découvrir les joies du délestage de la roue avant, ou encore de sentir la roue arrière se tortiller dans tous les sens lors de la coupure des gaz.
La Honda Mean Mower V2 s'adjuge un nouveau record du monde !
Non non, ne cherchez pas dans le catalogue Honda, vous n'avez pas raté un nouveau modèle car la Mean Mower V2 est une… tondeuse à gazon mais propulsée par un moteur de CBR1000RR.

Hot news !

La Ducati Streetfighter dévoilée le 13 juin à Pikes Peak ?
La firme de Bologne vient de se fendre d'un (court) teasing sur son Facebook dont le slogan peut largement faire penser que son futur missile sol-sol à grand guidon sera dévoilé le 13 juin lors de la course de Pikes Peak.
Aprilia RS660 – Les dessins ont été dévoilés
C'est un des concepts, sinon voire LE concept, qui avait fait le plus de bruit lors du salon EICMA 2018 tant cette nouveauté n'était pas attendue.
BMW 1800 Cruiser – Surprise en plein roulage
BMW fait feu de tout bois autour de son futur bicylindre à plat de 1800cc. Après les études de styles comme le Concept 1800 by Customs Work Zon, voici la première photo d'un Cruiser qui lui roule bel et bien.
Ducati Streetfighter V4 – Elle roule !
Cette fois c'est bon, on l'a vue rouler ! Cette fameuse Ducati Streetfighter V4 qui fait couler tant d'encre et qui est attendue comme le roadster ultime made in Bologne.
Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!
Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.