Essai publié le 03 février 2018

Essai Yamaha YZF-R1M 2018 – La technologie au service de la vitesse

Texte de Gonzo / Photo(s) de Yamaha

20 ans… Cela fait 20 ans cette année que la R1 existe. Au fil du temps, elle a évolué pour nous apparaître sous la forme qu’on lui connaît actuellement, en 2015.

Yamaha a su développer l’ADN de la course présent dans ses modèles et il était important de ne pas s’endormir sur ses lauriers. Du coup, bien que déjà très aboutie, la R1 n’a eu cessé de s’améliorer et, pour ce nouveau millésime, la belle a su mettre la barre encore plus haut.

Mais en quoi est-ce que la « R1 family » a bien pu s’améliorer ? Ce n’est pas en esthétique puisque, mis à part le coloris Yamaha Blue, dont la teinte s’approche un peu plus des modèles utilisés en course, il n’y a pas de modification majeure.
Comme pour la majorité des motos de nos jours, la différence se fait au niveau de l’électronique. Et si les Yamaha R1 et R1M étaient déjà fort bien loties en puces, elles se sont améliorées en la matière pour arriver à un niveau hallucinant.

Je vais être plus clair. La Yamaha YZF-R1 2018 est maintenant équipée d’un shifter up & down, qui accompagnera à merveille l’électronique déjà présente, mais améliorée en conséquence pour plus de transparence. Un joli plus qui se mariera parfaitement avec la nouvelle cartographie moteur…

Pour la YZF-R1M, on peut ajouter à cette amélioration les suspensions et l’amortisseur Öhlins électroniques, revus pour un meilleur feeling, le tout réglable via le SCU (suspension Control Unit) se trouvant sur l’écran TFT couleur. Et là, on peut déjà aller loin dans les réglages. Compression et détente sont paramétrables de manière « manuelle » en ajoutant des clics (toujours sur l’écran) ou alors, on demande simplement plus ou moins de fermeté à un des 3 modes « suspensions » existant. Ces trois modes sont répartis de la sorte :
- T1 (Track1), pour une utilisation piste en pneu slick
- T2 (Track2), pour une utilisation piste en pneu route
- R1 (Road1), pour une utilisation routière
Pour chacun de ces modes, ce ne sont pas moins de 5 points à ajuster pour déterminer le type de réglage que vous souhaitez.
Une fois ces manipulations faites, le tarage hydraulique s’ajuste instantanément lorsque vous roulez, par le biais de l’électronique.
La cerise sur le gâteau, c’est que c’est assez facile à faire. Du reste, c’est sans aucun complexe que Yamaha affirme que cette évolution de leurs suspensions électroniques est le système "le plus avancé jamais développé par Öhlins pour une moto de série".

Puisque l’on se trouve dans le « chapitre » électronique, continuons. La R1M est également munie du CCU, soit le Communication Control Unit. Grosso modo, la moto est connectée par satellite, ce qui permet d’avoir une sorte de télémétrie embarquée. En ajoutant toute cette électronique à tout ce qui est déjà présent sur la R1 standard, ca commence à faire un joli sac à puces !

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
La transparence de l'électronique
+
La qualité des suspensions
+
Le crossplane
On a moins aimé :
-
Selle qui glisse
-
Demande une bonne implication personnelle

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
YZF-R1M
Année :
2018
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT, 16 soupapes
Cylindrée :
998 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
200 ch à 13'500 tr/min
Couple max. :
112,4 Nm à 11'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multirisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Deltabox en aluminium
Suspension AV :
Fourche télescopique électronique, Ø 43 mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
suspension à réglage électronique ERS
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
200/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
Double disque hydraulique 320mm, étriers radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque hydraulique 220mm
Dimensions
Longueur :
2'055 mm
Empattement :
1'405 mm
Largeur :
690 mm
Hauteur de selle :
860 mm
Poids total :
201 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Silver Blu Carbon
Catalogue
Prix de vente :
CHF 25'990.-.-
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Bridgestone présente le nouveau Battlax Sport Touring T32 et T32GT
Sur son nouveau pneu Battlax Sport Touring, Bridgestone a encore amélioré la tenue sur le mouillé, chiffres à l'appui. Décliné en version GT, le nouveau T32 s'adresse aussi aux motos les plus lourdes du marché.
Surprise, il y a aussi une 890 Adventure (non R)
La présentation de la 890 Adventure R au cours d'une longue vidéo laissait une question en suspens. Voici maintenant la réponse.
Swank Sardegna Rally : Une 2ème édition plus forte que le Covid !
Le Swank Sardegna Rally, c'est un rallye à l'ancienne, pas comme les autres, dont la seconde édition s'est tenue malgré ce fichu Covid. David, toujours à l'affût de terre à projeter et d'aventures insensées, était parmi les participants.
Nouveau V4 Ducati : un moteur plus endurant et sans le desmo
Le V4 nouvelle génération qui fera son apparition sur la prochaine Multistrada annonce un intervalle de service des soupapes à 60'000 kilomètres. Ceci grâce à l'abandon des soupapes desmodromiques, traditionnelles à Bologne.
Info permis - 6 mois de répit pour certains candidat au permis A limité
La bascule qui aura lieu au 31 décembre 2020 concernant les permis moto a aussi une incidence sous-jacente à l'impact non-négligeable.
2020 - Vers une nouvelle année record de vente ?
Alors que le début de saison laissait envisager le pire, les ventes ont finalement décollé. Bien plus haut qu'imaginé !

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.