Essai publié le 03 février 2018

Essai Yamaha YZF-R1 GYTR – Une Superbike sur mesure

Texte de Gonzo / Photo(s) de Yamaha

GYTR… Certainement que cet acronyme vous parle. Pour faire au plus simple, les pièces Yamaha Performance étaient jusqu’à lors délivrées par deux entités. Les fans de terre et de pneus à tétine s’adressaient au GYTR pour leurs pièces « performance », alors que les fans de bitume allaient plus facilement vers le YEC.

Dès à présent, tout l’aspect performance de Yamaha sera regroupé sous la même bannière, à savoir le Genuine Yamaha Technology Racing, le GYTR. Cela permettra un accès facilité aux recherches pour tous les motards roulant sur Yamaha.

D’une autre part, et pas des moindres, Yamaha compte bien mettre en avant ses compétences en matière de compétition. Et pour y arriver, c’est tout le savoir faire des ingénieurs Yamaha qui a servi à présenter les produits proposés par le GYTR.

Le meilleur exemple n’est autre que cette sublime YZF-R1 GYTR que j’ai eu l’opportunité d’essayer lors de la présentation presse sur le circuit de Portimao. Une aubaine donc puisqu’il m’a directement été possible de la comparer à la R1 standard, mais également à la très aboutie R1M.

Lors de cet essai, deux possibilités s’offraient à nous. Essayer une machine améliorée au niveau de la partie cycle grâce à la prestation de différentes pièces GYTR, ou alors la version « superbike ».
Le choix ne m’a pas été donné et je me suis retrouvé assis… sur la version Superbike ! Mince alors…

En guise de présentation, cette moto se voit dotée de la totalité des pièces racing de la gamme. Une sorte de vitrine du savoir faire GYTR. Et excusez du peu, puisque cette YZF-R1 se voit entièrement suspendue par des éléments Öhlins, réglables dans tous les sens, et ce jusqu’à l’amortisseur de direction.
Pour peaufiner encore cet avant, rien de tel qu’un système de freinage complet siglé Brembo pour encercler les jantes en magnésium… Du tout beau matos !!!
En ajoutant un habillage en carbone affublé de tous les accessoires bien pratiques (leviers, protections, selle, commandes reculées, blipper Translogic, etc…) on se retrouve avec la version « Superstock » de la R1. Et elle fleure déjà bon le racing !

Mais le travail ne s’arrête pas là. Pour arriver à la Superbike, il a fallu ouvrir le cœur de la bête, et travailler sur le crossplane. Pour bien faire, les arbres à came ont été changés, au même titre que les pistons, un travail a été fait sur la culasse pour améliorer la compression. Les cornets d’admission et les conduits d’admission d’air ont également été modifiés au profit de pièces provenant directement du catalogue GYTR. Le tout étant coiffé d’un radiateur format XXL digne d’une machine évoluant en championnat du monde.

Evidemment, de telles modifications paraîtraient inachevées sans une ligne Akrapovic. Et pour gérer tout ça de manière optimale, le boitier d’origine ECU a également été remplacé par un modèle racing.

Le résultat final est sublime, et quitte à me répéter, toutes les pièces qui ont été modifiées sont au catalogue. Rien qui ne soit pas accessible au public.

Lors de cette opération, la machine de base a fait une bonne cure d’amaigrissement puisqu’elle a perdu 12 à 13 kg. Une courte discussion avec Mandy Kainz, le boss du YART, qui utilise tous ces produits, m’a permis de savoir qu’un tel travail permet de gagner entre 25 et 30 « vrais » chevaux. Je vous évite le calcul, ça fait au minimum 207 chevaux… à la roue !

30 bourrins de plus et 12 kilos de moins, je vous laisse imaginer ce que cela donne une fois en marche ! Ou plutôt non, je ne vais pas vous laisser imaginer, je vais vous l’expliquer.

Première gifle, lorsqu’on monte dessus. Le moteur est toujours éteint mais déjà, on sent la légèreté de la machine. Puis on appuie sur le démarreur et là, le son qui s’échappe de la ligne Akrapovic est tout simplement magique. Si le doute pouvait persister chez quelques personnes, il est maintenant impossible de penser que cette machine soit identique à la R1…

Je rentre la première, lâche l’embrayage et c’est parti. Un premier tour « tranquilou », pour s’adapter à la machine et se refaire aux commandes inversées. Pour l’anecdote, j’ai bien fait de m’attribuer ce début assez calme puisqu’en me trompant en voulant passer un rapport, j’ai malencontreusement rentré le point mort… Sûr qu’à pleine charge, ca se serait mal fini !

Une fois l’adaptation terminée, il était temps de tourner la poignée. Et là, c’est une autre histoire. Les rapports étant plus courts, et la puissance supérieure, ça vous explose en pleine face à chaque accélération, le tout dans une sonorité enivrante. Du reste, la ligne droite des stands passe à une vitesse fulgurante. Et quand arrive le freinage en descente où l’on passe du 6è au 3è rapport, on est surpris par la puissance des freins. En effet, les Brembo sont impériaux dans cet exercice, tant par le feeling apporté que par leur efficacité.

Et à un moment comme celui là, le train avant se révèle comme étant tout simplement parfait. Il absorbe le freinage tout en apportant une stabilité fantastique qui permet d’aborder le virage suivant en toute sérénité.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son train avant
+
Sa puissance
+
Son freinage
+
Et tout le reste!
On a moins aimé :
-
... je cherche encore

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
R1 GYTR
Année :
2018
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT, 16 soupapes
Cylindrée :
998 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
NC ch à NC tr/min
Couple max. :
NC Nm à NC tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multirisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Deltabox en aluminium
Suspension AV :
Fourche télescopique, Ø 43 mm, appartenant à la R1M avec cartouche FKR103
Course AV :
NC mm
Suspension AR :
Öhlins TTX GP
Débattement AR :
NC mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
200/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
Double disque T-Drive Brembo 320mm, étriers Brembo GP4RX et plaquettes Z04
Frein AR :
simple disque Brembo 220mm
Dimensions
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Carbone
Catalogue
Prix de vente :
CHF NC.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Serait-ce la version finale de la Harley Davidson Pan America ?
Alors que le prototype semblait assez abouti, il restait des éléments de mystère qui pourraient bien être dévoilés.
Ducati passe la Streetfighter V4 S en mode furtif (Dark Stealth)
Si en plus du bruit de l'échappement, le rouge attire trop l'attention sur vous et la Streetfighter V4 de vos rêves, Ducati a la solution.
BMW présente la R18 Classic et 4 toutes nouvelles R Nine T !
Le Vintage, c'est devenu une vraie machine à cash pour BMW. La R18 a ouvert la porte de la deuxième salve, la R18 Classic et la R Nine T s'engouffrent dans la brèche.
Course de côte de Verbois 2020 – Billet du bord de « piste »
Ce 64ème opus de la course « intergalactique » de Verbois aura eu lieu, cette fois-ci c’est sûr.Mais sur un seul jour, le samedi 17 octobre 2020.
Honda officialise le nom "Grom" pour sa MSX125 en Europe
A l'approche de la saison 2021, Honda présente sa nouvelle Grom. Ça fait désormais partie de son nom officiel.
Bridgestone présente le nouveau Battlax Sport Touring T32 et T32GT
Sur son nouveau pneu Battlax Sport Touring, Bridgestone a encore amélioré la tenue sur le mouillé, chiffres à l'appui. Décliné en version GT, le nouveau T32 s'adresse aussi aux motos les plus lourdes du marché.

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.