Essai publié le 21 janvier 2018

Essai Triumph Speedmaster - La Bobber façon grand tourisme [page 2]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Triumph Motorcycles

Pages

Neimann sur le côté comme le veut la tradition. Un tour de clé et un coup de démarreur plus tard, le bicylindre s’ébroue dans un ronron bien présent. Sans entrer dans les excès, l’ambiance sonore est virile. Bien posé sur la très moelleuse selle, les pieds vers l’avant, le guidon en retrait, la position très confortable, d’autant plus qu’elle n’impose pas une courbure anormale du dos. De même, je ne me sens pas handicapé pour les manoeuvres à basse vitesse, tant le poids de la moto passe inaperçu, et s’il le faut, mes deux pieds peuvent être posés au sol fermement. J’apprécie la facilité de prise en main de la Speedmaster. Même constat fait par ma collègue mesurant quelque 165 centimètres.

Les premiers kilomètres de la balade nous font traverser quelques localités puis empruntent une highway longeant l’océan. Je profite de cette occasion pour confirmer le grand niveau de confort offert par la Speedmaster. A l’instar des mousses de la selle, la suspension est moelleuse, sans être mollassonne. De plus, la souplesse du bicylindre couplée à la douceur de l’embrayage contribue considérablement à une conduite en toute quiétude. Bien que l’ordinateur de bord indique le rapport engagé, je me soucie plus d’observer les paysages qui s’offrent à moi que le régime moteur et de m’inquiéter de l’éventualité de changer de rapport ; le moteur tracte sans broncher dès les plus bas régimes avec un fougue excitante.

Tant que j’évoque le moteur, parlons-en. A mon sens, lorsqu’on parle « Bonneville » au sens large du terme, ainsi incluant les Thruxton, Bobber et maintenant Speedmaster, le vif du sujet est bel et bien le bicylindre 1200cc. Aussi souple que caractériel, je l’aime. Il ne cogne pas, il est coupleux à souhait, il est linéaire tout en étant vivant, à la fois docile et hargneux, il procure un son viril qui se renforce encore dans les mi-régimes. A mon goût, Triumph a fait un sans faute. Et pour votre porte-monnaie, il a aussi l’avantage d’avoir un appétit d’oiseau (données constructeur : 4.3 litres / 100km) et de réclamer un service tous les 16’000 kilomètres.

Le temps que les bancs de brouillard matinaux se dissipent et nous atteignons les reliefs. L’air y est frais, c’est un fait, mais au moins, les routes ne cessent de se tortiller. Emmenée correctement, sans brutalité dans les changements d’angle et utilisant toute la voie de circulation lorsque les virages se dessinent, la Speedmaster est un régal. Tout en rondeur, j’enroule d’un virage à l’autre. Point de freinage de trappeur, ni de prise d’angle de malade, l’Anglaise vous donnera autant de douceur que vous lui en offrirai. Toutefois, si nécessaire, le frein avant dispose de la puissance adéquate pour ralentir efficacement la moto ; à la différence de la Bobber, la Speedmaster assure la prestation avec un ensemble de deux disques de 310mm associés chacun à un étrier Brembo à deux pistons.

Considérant que j’étais au guidon d’un cruiser tout en optant pour un rythme typé balade paisible, j’admets que j’ai pris mon pied. Pouvant compter sur la fougue du bicylindre, les sorties de virage étaient pour le moins musclées. Sur le troisième rapport, parfois sur le deuxième, gaz en grand une fois le point de corde atteint… la Speedmaster se voyait catapultée dans une ambiance sonore soutenue. Sous le casque, banane assurée !

Ainsi, bien que la Speedmaster soit pensée pour la balade façon « slow down, take it easy », elle ne lésine pas sur les sensations, d’autant plus qu’il ne faut pas rouler vite pour se faire plaisir.

Se présentant comme un cruiser sans prétentions, la charmante Anglaise cache bien son jeu. Un style ultra-classique, un moteur viril, un châssis à la hauteur, des attributs technologiques dans l’air du temps, elle a tout pour elle. Et pour les adeptes de personnalisation, Triumph propose déjà un catalogue de pas moins de 130 accessoires… sans compter tout ce qu’on trouvera en aftermarket. Autant dire qu’il y a de quoi faire !

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai été conquis par cette Speedmaster. Franchement, si mon garage était assez grand, je ne serais pas contre l’idée d’avoir une Speedmaster, voire plutôt une Bobber pour son look bad-boy.

Plus d’infos : Triumphmotorcycles.ch.
Retrouvez toutes les photos, ainsi que les détails, dans la galerie en fin d'article.
Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Style
+
Moteur
+
Confort
+
Freinage
+
Maniabilité (relative à un cruiser)
+
Technologies embarquées
On a moins aimé :
-
Garde au sol limitée
-
Autonomie limitée (pour les gros rouleurs)
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Style
+
Moteur
+
Confort
+
Freinage
+
Maniabilité (relative à un cruiser)
+
Technologies embarquées
On a moins aimé :
-
Garde au sol limitée
-
Autonomie limitée (pour les gros rouleurs)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speedmaster
Année :
2018
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Twin parallèle, calé à 270°, simple arbre à cames, 8 soupapes
Cylindrée :
1200 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
77 ch à 6'100 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 vitesses
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Berceau en acier tubulaire
Suspension AV :
Fourche KYB, 41mm de diamètre
Course AV :
90 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur réglable en précharge
Débattement AR :
73.3 mm
Pneu AV :
130/90 R16
Pneu AR :
150/80 R16
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Deux disques de 310 mm avec étrier Brembo 2 pistons
Frein AR :
Disque 255 mm unique, étrier flottant 2 pistons Nissin
Dimensions
Empattement :
1'510 mm
Largeur :
770 mm
Hauteur de selle :
705 mm
Hauteur de selle réglable
Poids à sec :
245 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black
 
Cranberry Red
 
Phantom Black / Fusion White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'750.-
Jusqu'à CHF 15'110.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Une moto Kawasaki à moteur électrique en préparation
La marque d'Akashi serait sur le point de produire une moto 100% électrique, à l'instar de plusieurs autres constructeurs.
Le Pirelli Diablo Supercorsa SP V3 arrive en concession
A l’origine, le Supercorsa SP V3 était uniquement destiné la la Ducati Panigale V4, nous l’avions d’ailleurs découvert lors de notre essai de la turbulente italienne.
La Moto Guzzi V85 TT a déja motivé 8’000 motards
Alors que la Moto Guzzi V85TT vient d’entrer en production dans les usines de Mandello del Lario, ce n’est pas moins de 8’000 réservations qui ont été enregistrées par les différents importateurs européens.
Lorsqu'une Honda CB1000R se mue en Africa Four - Une préparation made in Switzerland
En ce lendemain de Saint-Valentin, voici la naissance de la Honda Africa Four qui est le résultat d’un accouplement entre une CB1000R, une Africa Twin et une CRF450R.
Une Petronas FP1 sera vendue aux enchères à Coventry
Le 22 février aura lieu à Coventry la vente aux enchères organisée par Silverstone Auctions lors de la Race Retro Classic, parmi les lots on retrouve une Petronas FP1 flambante neuve.
Essai Kawasaki Versys 1000 SE – La belle verte se replace dans la course
Quoi de mieux qu’une île volcanique comme terrain de jeu pour prendre pleinement la mesure de la nouvelle Kawasaki Versys 1000 SE?

Hot news !

La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.