Essai publié le 20 juillet 2017

Essai Triumph Bobber 1200 - Burn to be wild

Texte de Marc / Photo(s) de Malo Liechti

Avec son Bobber, Triumph revient aux fondamentaux de la moto : un moteur, deux roues, une selle et un guidon ! N’y a-t-il pas un adage qui dit que pour atteindre le nirvana il faut faire fi du superflu ?

La Triumph Bonneville Bobber est un retour aux origines pour le constructeur anglais. En effet, alors que dans nos esprits Custom rime avec Harley, les origines du Bobber remontent dans les années 30, quand ce type de custom est apparu et que l’idée était d’alléger un maximum une moto en ôtant tout le superflu pour améliorer ses performances. Déjà à l’époque la maxime « light is right » faisait des émules.

Et aujourd'hui ? Bah il suffit de regarder les yeux de merlan frit du premier venu lorsqu'il les pose sur le Bobber… moi le premier ! C'est simple, sobre et efficace. Au passage, vous noterez que le nom de Bobber est du genre masculin.

De la classique Bonnevile, le Bobber conserve le bicylindre parallèle de 1200cc, la partie avant du cadre en acier, un seul des deux disque de frein et… voilà pour la partie-cycle. En ce qui concerne les commodos, et l’électronique, ils sont communs aux deux modèles.

L’essentiel de l'âme du Bobber se concentre sur son arrière-train et pour une fois, on se pavoisera devant un arrière de… mâle ! Tronqué à l’extrême, doté d’une selle rigoureusement monoplace, cet arrière fait 0% de concession ! Sur notre modèle d’essai, le pare-boue arrière US, encore raccourci par rapport à l’origine et surmonté du petit logo « T » de Triumph sublime encore cet arrière-train masculin. Non je n’ai pas viré de bord, mais… c’est beau !

En lançant le regard vers l’avant, on tombe sur la cathédrale mécanique. Le vertical twin doté de larges ailettes respire la puissance et le couple. Gavé, mais raisonnablement pour répondre aux normes Euro4, par une injection électronique déguisée en vieux carbus, Mon Bobber d’essai faisait ses vocalises au travers de deux magnifiques tubes d’échappement Vans&Hines noir mat.

On notera que le Twin fait appel à un (petit) refroidissement liquide pour justement respecter un peu plus les normes anti-pollution en faisant baisser les nombreuses calories diffusées par les deux grosses gamelles de 600cc chacune.

La finition du Bobber est tout simplement exceptionnelle et on se prendrait presque à croire qu’il s’agit d’une pièce unique qui sort d’un petit atelier. Ce d’autant plus que le catalogue des accessoires disponibles est à peu près aussi fourni que celui d’un constructeur de meuble suédois (il y en a plus de 150).

A ce propos vous apprécierez les deux petites sacoches présentes sur le modèle d’essai. Elles ne vous permettront pas de partir en vacances, d’ailleurs votre séant n’en sera pas capable mais on y reviendra, toutefois vous pourrez au moins y installer deux pintes pour déguster une bière fraiche en cours de route.

En ce qui concerne les aspects pratiques il faudra repasser, un Bobber c’est fait pour être beau(ber) et basta ! Nul besoin de 12 trips au compteur, de l’affichage de la température ambiante, du cruise-control, …. Cependant, comme aujourd’hui on ne badine pas avec la sécurité, la Triumph est tout de même dotée de l’anti-patinage (fort heureusement déconnectable) et de l’ABS (ça aussi on y reviendra…).

Bon, on ne va pas cacher la m… au chat, le Bobber est une moto valorisante pour son pilote. On l’achète pour se faire plaisir, parce que c’est une belle machine et aussi parce qu’elle est… valorisante ! Faire le test est simple, posez un Bobber devant une terrasse de pub ou au centre-ville et vous verrez qu’un bon nombre de passants risque le torticolis en passant à côté.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur
+
Le look
+
La qualité de fabrication
On a moins aimé :
-
Le freinage
-
La selle...
-
...monoplace

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Bonneville Bobber
Année :
2017
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 8 soupapes simple arbre à cames en tête calé à 270°
Cylindrée :
1197 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
77 ch à 6'100 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Cadre double berceau tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique KYB Ø 41 mm
Course AV :
90 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur
Débattement AR :
77 mm
Pneu AV :
100/90 R19 (Avon spécial Bobber)
Pneu AR :
150/80 R16 (Avon spécial Bobber)
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Monodisque ø 310 mm, étrier Nissin 2 pistons
Frein AR :
Monodisque ø 255 mm, étrier 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'235 mm
Empattement :
1'508 mm
Largeur :
800 mm
Hauteur de selle :
690 mm
Hauteur réglable de série
Poids à sec :
228 kg
Réservoir :
9.1 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black
 
Morello Red
 
Iron Stone
 
Competition Green / Frozen Silver
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'600.-
Prix de départ Jet Black. Autre couleur CHF 180.- et bi-color CHF 360.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

4Ever Multistrada - Ducati offre 4 ans de garantie à la famille Multistrada
Les Ducati 950 et 1260 Multistrada sont désormais garanties quatre ans kilométrage illimité.
La Harley-Davidson FXGTS Coast Glide décroche le titre de la Battle of the Kings 2019
Après une compétition internationale intensive précédée par des manches nationales et internationales, la Harley-Davidson de Laidlaw's a été élue le 5 novembre Global Custom King et grand vainqueur de la Battle of the Kings 2019.
Une nouvelle agence Kymco ouvre ses portes à Genève
100%2-Roues continue son développement et ajoute la marque Kymco à son arc.
Essai Ducati Panigale V2 - Ne m’appelez pas baby !
La Panigale V2 n’est pas une baby Panigale « au rabais », contrairement à ce qu’on pourrait penser à prime abord.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
Alliance Kawasaki-Bimota - Quelle suite est attendue ?
La présentation de la Bimota Tesi H2 aura été la véritable surprise du salon EICMA de Milan, cette dernière confirmant l'union entre les deux constructeurs. Mais maintenant on peut rêver à la suite qui sera donnée.

Hot news !

EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.
EICMA 2019 - MV Agusta dévoile une Superveloce 800 « économique »
Dévoilée et commercialisée à prix d’or, version Oro oblige, l’année passée, la Superveloce 800 avait frappé fort, étant adulée ou détestée. Le constructeur de Varèse proposera dès 2020 une version plus « économique ».
L'Aprilia Tuono 660 déjà surprise lors d'un roulage
Alors que la présentation officielle de l'Aprilia RS 660 se fera la semaine prochaine, la version roadster certainement nommée Tuono 660 a déjà été surprise lors d'un roulage à Imola.
EICMA 2019 – Voici la première image de l'Aprilia RS 660 2020
Très attendue sur le stand du constructeur de Noale, Aprilia vient de lâcher la première vraie image de sa future Supersport mid-size, la RS 660.
Concept BMW R18 – Deux modèles aperçus lors d'un transport
La présentation officielle du Concept R18 du constructeur à l'hélice devrait arriver sous peu, deux prototypes ayant été aperçus lors de leur chargement dans un véhicule.
Triumph Thruxton RS 2020 – Le café racer ultime d'Hinckley
Le constructeur anglais fait feu de tout flamme, après les nouvelles Daytona 765, Rocket III R et GT et la Street Triple RS essayée il y a à peine quelques jours, voici l'arrivée d'une version RS de la Thruxton.