Essai publié le 25 octobre 2016

Stage de Supermotard chez Gilles Salvador – Ça glisse à Villars-sous-Ecot

Texte de Gonzo / Photo(s) de Famille Beaumann

J’aime la moto, toutes les motos et ses diverses disciplines. Mon gros souci étant que j’apprends souvent de manière autodidacte, il était intéressant de pouvoir m’essayer au Supermot’ de manière encadrée pour mes débuts.

Ma tendre moitié m’avait offert une journée de stage avec Gilles Salvador, et c’est ainsi que tout a commencé. Mais Gilles Salvador, vous savez qui c’est ? Non, ce n’est pas le mec tout maigre qui chantait "une chanson douce"... C’est l’autre... Celui qui, en 1989, se tirait la bourre avec Eddy Lawson lors de l’épreuve très disputée du guidon d’or et obtenait la seconde place. C’est le même bonhomme qui était titré à deux reprises en championnat de France SM en 1995 et 1997. Et c’est encore lui qui finissait champion d’Europe de Supermotard en 1997… Quoi, ça suffit pas à vous impressionner ? Ok, alors il a également remporté la catégorie "monocylindre" du Dark Dog Moto Tour en 2008 (aujourd’hui appelé Moto Tour), il a participé à plusieurs reprises au Paris-Dakar et a gouté à l’endurance en étant au départ de courses mythiques comme les 24 Heures du Mans, le Bol d’Or ou encore les 24 Heures de SPA.

Bref, c’est pas vraiment ce que j’appellerais un novice en la matière.

Autre souci à régler, et pas des moindres... Je n’ai pas de supermot... C’est Philippe Dupasquier qui me prêtera gentiment sa moto, avec laquelle il a remporté son titre cette année. Ouais, comme vous dites : yeah !

Mais revenons à nos monos. Samedi matin, une fois les formalités administratives passées, Gilles prend son groupe en main. Un briefing, quelques mises en garde (oui, Gilles, on va faire gaffe aux pneus froids !), et on saute sur les brêles. Pour l’occasion, la mienne m’avait été prêté par Philippe Dupasquier, mais ça, je vous en parlerais dans un autre article. Quoi qu’il en soit, si vous n’avez pas de brêle pour ce genre de stage, il est possible d’en louer une et c’est sur une Husqvarna 450FS que vous évoluerez tout au long des roulages.

Quelques tours plus tard, Gilles a observé et il a même déjà prodigué quelques conseils. Mais on part pour un premier exercice. Le coach prend la parole et il annonce la couleur : "on va aller travailler le freinage sur les graviers. C’est plus dur mais vous verrez, ça ira tout seul sur le bitume après ! Et puis pour s’échauffer, ça va bien." Ha, voilà... je m’attendais pas à ça tout de suite... alors j’y vais mais j’ai peur !

Nous voilà donc sur une belle surface de graviers. La demande de Gilles est on ne peut plus simple : "vous partez du fond là-bas, et au cône, je veux que vous vous arrêtiez sur la plus courte distance possible !" A chaque passage, Gilles prend le temps d’expliquer à chacun d’entre nous les améliorations à apporter pour gagner en efficacité. Car c’est bien là le but final, l’efficacité. Il n’a pas obtenu ses titres en cherchant du confort !

Sauf qu’à force de chercher l’efficacité, c’est les graviers que j’ai trouvé. Une prise des freins trop brutale et j’ai croisé les skis ! Alors que je m’écrase au sol avec la grâce du moustique sur une visière, je m’excuse déjà auprès de Philippe Dupasquier. Je me relève, crache un gravillon et relève la moto. Ouf, rien de cassé. Je repars pour l’exercice avec un peu moins de fougue, mais avec beaucoup plus de réussite.

Vient ensuite le même exercice, mais sur piste. Avant de s’élancer, Gilles nous montre comment faire. Sauf qu’il le fait sur la roue avant, et ce sur plusieurs mètres. Ouah, papy envoie du bois ! "Il faut apprendre à jouer avec sa moto" qu’il nous dit en enlevant son casque. Bon, ben… on va jouer !

Je m’élance une première fois, et Gilles Salvador m’explique : "c’est très bien, mais t’as de la marge ! N’aies pas peur de serrer ton levier et si ça lève trop, tu relâches". Ok, tant qu’à être là, autant en profiter. Deuxième passage, l’arrière de la moto se lève au fur et à mesure que je ralentis la moto et je m’arrête alors que ma roue arrière joue toujours les équilibristes. Le sourire sur le visage de Gilles me fait tout de suite comprendre que ça n’a pas été trop mal. "Ouais c’est ça ! c’est ce qu’il faut faire, jouer avec sa moto !" Il est comme ça Gilles, un homme simple, qui transmet son savoir autant que sa bonne humeur et son entrain.

Après un repas léger, on repart en piste, et cette fois-ci, on travaille le truc qui me rend dingue, le truc auquel je pense quand on me dit "supermoto" : la glisse.

Une fois de plus, on commence par écouter les précieux conseils de Gilles avant d’avoir droit à un spectacle une démo du prof. C’est impressionnant. A le voir à l’œuvre, ça semble facile. Je me doute bien que ce ne sera pas le cas mais je m’élance avec une banane d’enfer rien qu’à l’idée de rentrer une belle glisse au freinage. Au fur et à mesure des passages, Gilles se met sur la piste, nous appelle afin de nous distiller quelques conseils et corrections. Comme pour chaque exercice, on ne se limite pas au virage travaillé, on a tout le reste de la piste pour se faire plaisir. Forcément, beaucoup de virages deviennent le théâtre de glisses de plus en plus affirmées.

La journée continue ensuite sur un ensemble de virages, où se mélangent trajectoire, glisse, ré-accélération. Après les explications et la démo du maître, Gilles nous montre un autre aspect de sa personnalité. Il se donne à fond, n’hésitant pas à se mettre au milieu de la piste pour nous forcer à "trajecter" comme il faut. C’est ce que j’appelle de l’engagement !

La journée se terminera avec quelques tours libres, l’occasion pour moi de synthétiser tout ce que j’ai appris pendant ma journée. Ne faisant qu’une journée, je n’aurais pas l’occasion de travailler la partie terre, qui se fera le lendemain pour les autres participants.

Merci aux copains de stage de m'avoir transmis quelques clichés de cette seconde journée. Du reste cela vous permettra de vous faire une petite idée de ce qu'à pu être le travail dans la partie terre. 

Outre la découverte du supermot’, le stage m’aura aussi fait découvrir un mec génial au talent incontestable, un personnage à part entière qu’il faut connaître si on aime cette discipline. Vous l’aurez compris, c’est de Gilles que je parle. Mais j’aurais également fait de superbes connaissances (dont Alexis, que je remercie pour ses photos).

Après cette journée, il y a deux choses que je peux vous dire : j’aime le supermot et je retournerais voir Gilles. Et si d’aventure vous vouliez être de la partie, n’hésitez pas à vous rendre sur son site Internet.

Gonzo
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Sport

Red Bull pourrait ne plus sponsoriser l'équipe Tech3 en 2021 !
Coup dur pour Tech 3, l'équipe française et satellite de KTM en MotoGP : le sponsor principal Red Bull pourrait cesser de les soutenir en 2021.
Supersport 300 – Saison terminée pour Ana Carrasco
Suite à sa lourde chute le 10 septembre sur le tracé d'Estoril, nous avons enfin des nouvelles rassurantes d'Ana Carrasco, même si sa saison est malheureusement terminée.
Promosport à Carole et Croix-en-Ternois – Les courses de Greg Monaya #2
Les 15-16 août et les 5-6 septembre avaient lieu respectivement les courses Promosport 1000 de Carole (Paris) et de Croix-en-Ternois.
MotoGP à Misano - Morbidelli s'impose à domicile
Morbidelli décroche son premier succès à domicile
Supersport 300 – Ana Carrasco sérieusement blessée lors d'un entraînement
C'est lors d'un entrainement privé sur le tracé d'Estoril au guidon de sa Ninja 400 qu'Ana a lourdement chuté se fracturant les vertèbres D4 et D6.
D'abord à la peine, Loris Baz tire son épingle du jeu en WSBK à Aragon
Lors du premier week-end de course à Alcaniz, le français manquait de rythme sur une piste où il ne s'est pas entrainé. Le second week-end s'est bien mieux déroulé.

Hot news !

Leçon de vie - Première course PMR de Renaud Pellissier
Je m'appel Renaud j'ai 28 ans et aujourd'hui on m'a proposé de raconter mon histoire. Je vais vous parler de ma première expérience en course de vitesse PMR, mon premier podium.
Dovizioso quittera le team officiel Ducati à la fin de la saison
La nouvelle tombe comme la foudre sur le Red Bull Ring. Andrea Dovizioso ne roulera plus chez Ducati fin 2020. La relation entre l'usine et le pilote italien n'était plus au beau fixe depuis plusieurs moi
OFFICIEL - Robin Mulhauser en Supersport chez CIA Landlord Insurance Honda
Le sympathique Fribourgeois de la Swiss Mafia du Moto2 a trouvé un guidon pour 2017. Robin Mulhauser courra en effet le Championnat du Monde Supersport dans le team PTR Honda la saison prochaine.
Moto2 – Après l'annonce de la signature avec Leopard pour 2017, Aegerter expulsé du team de Fred Corminboeuf
Selon nos confrères très bien informés du Blick, Dominique Aegerter ne fera pas partie de la tournée outre-Atlantique pour le team carXpert Interwetten.
Aprilia FaceTheRace - Les clients en visite au RedBull Ring
Début Mars, pour l'achat d'une Aprilia V4 vous receviez en cadeau un accès VIP à la course MotoGP du RedBull Ring en Autriche. Retour sur ce voyage.
MXGP of Switzerland - La fête fut grandiose à Frauenfeld (TG)
Faites un événement de sport motorisé en Suisse et les gens se déplacent en masse, la 15e manche du championnat du monde MXGP l'a une fois de plus prouvé.