Essai publié le 27 juin 2015

Essai Harley-Davidson LiveWire - Une expérience pour le moins électrisante

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Harley-Davidson

Harley-Davidson a bousculé la planète motarde en annonçant le Projet LiveWire, une moto mue totalement par l’énergie électrique. La rédaction a été conviée à l’essai de ce prototype hors du commun dans l’enceinte du centre technique de Michelin à Clermont-Ferrand (F). On vous en parle !

Consultez toutes les photos dans la galerie en fin d'article !

Avant une commercialisation probable avant 2020, la firme de Milwaukee a trouvé judicieux d’introduire sa clientèle, ou du moins une poignée de chanceux, dans le développement de la LiveWire, le but essentiel étant de ne pas louper l’avènement de cette nouvelle technologie dans les rangs d’Harley-Davidson. Il s’agit d’oublier ses acquis, de ne plus se référer au célèbre potato-potato typique du twin et de partir d’une feuille blanche pour exprimer ses impressions et son ressenti au guidon de ce prototype pour le moins audacieux.

Sans vouloir bouleverser les genres et entrer dans le futurisme auquel s’identifierait volontiers les firmes japonaises, Harley-Davidson a eu la décence de conserver un look relativement conventionnelle et propre à son identité. Un châssis apparent en aluminium coulé à la finition sablée, une fourche inversée entièrement réglable, un bras oscillant façon "Milwaukee" traversé par la courroie de transmission, un simili-réservoir, une boucle arrière super courte, de magnifiques jantes à bâtons en Y, ... Elle claque, cette LiveWire !

Et ce que les designers d’Harley-Davidson ont particulièrement réussi, c’est la partie habituellement dédiée au moteur. De loin, on ne ferait pas la différence avec une moto classique ; et plus on s’en approche, on découvre qu’il ne s’agit pas d’une moto standard. N’imaginez pas un amas de plastique, mais plutôt un savant mélange de matériaux simulant la présence d’un moteur de grosse cylindrée ! On s’attardera particulièrement sur le semblant de carter-moteur chromé, très réussi ! D’ailleurs, c’est là, au plus proche du sol, que se loge le moteur électrique.

Puis, pour palier à la notion d’économie d’énergie inhérent à cette technologie, il a été impératif d’équiper la LiveWire d’une armada de LEDs pour les feux longue portée, de croisement et arrière, ainsi que pour les clignotants.

Même le tableau de bord fait l’impasse sur les aiguilles et privilégie un écran LED rectangulaire et tactile. Les informations qui s’y affichent déroutent complètement. On y voit les indicateurs de niveau de charge de la batterie et le niveau de puissance auquel on soumet le moteur. A l’arrêt, on obtient aussi la température du moteur électrique (refroidi par huile), de la batterie et de l’unité centrale électronique (refroidie par eau), et d'autres informations encore.

La présentation technique est dispensée par le responsable technique de Harley-Davidson France. On ne parle plus bielles et cylindrées, mais watts, ions, autonomie, accélération. Même au Pays de l’Oncle Sam, on se met à l’électrique, c’est dire si le monde des deux-roues est en pleine mutation ! Pour parler chiffres, il y a une certaine avarice et on n’en saura guère plus que le moteur triphasé à induction développe l’équivalent de 55kW (74cv) à 8’500tr/min et 70.5Nm à 8’000tr/min avec un régime maximal à 15’000tr/min et que la moto est capable d’une accélération de 0 à 100km/h en moins de 4 secondes, une vitesse maximale de 150km/h et une autonomie maximale théorique de 85 kilomètres en mode standard (en full, comptez 63 kilomètres). Toujours est-il que les sensations de conduite seront incomparables à celles d’une moto dont la motorisation est de type thermique interne.

Lâchons les électrons !

Une fois les présentations faites, on nous invite à prendre le guidon de cette étrange ‘ricaine. Aussi trapue qu’imposante, la LiveWire s’affirme par son look et ses dimensions. D’apparence très courte, campée sur ses jantes de 18 pouces à l’avant et 17 pouces à l’arrière, son style minimaliste met en avant une évidente motorisation puissante. Sa fine selle monoplace impose un "ride" égoïste. Une fois en selle, on a les pieds posés au sol, pour autant que nous soyons d’un gabarits moyens. Les bras sont étirés en avant, à l’instar de la position que l’on a sur un roadster à vocation sportive.

Une pression insistante sur le démarreur et l’écran s’illumine. Quel silence ! On entend à peine le feulement du moteur électrique. Pas d’embrayage, ni de sélecteur de vitesse. Il suffit de saisir la poignée de droite (celle qui envoie les watts !). Une légère rotation et la LiveWire se met en mouvement tout en douceur accompagné d’un léger sifflement. L’évolution à basse vitesse se fait avec aisance, tant la LiveWire est maniable et fait fi de son poids de 210kg (en ordre de marche, et non "tous pleins faits", comme nous sommes habitués). La direction bénéficie d’un bon angle de braquage, facilitant ainsi les manoeuvres et les déplacements en milieu urbain.

Accélérer est un jeu d’enfant. Il suffit de tourner la poignée de "gaz" ou plutôt la poignée des watts et le moteur électrique réagit instantanément, mais sans violence. L’accélération est soutenue et très linéaire. Ça pousse dès les plus basses vitesses et on atteint la vitesse maximale en un rien de temps et sans signe de faiblesse de la part du moteur. D’un coup, sans doute pour des raisons de sécurité, l’accélération cesse et l’écran LED indique une vitesse de 153km/h.

Aux vitesses légales, sur route ouverte, le moteur est toujours disponible, peu importe le niveau de régime. On y prend goût et on se délecte de chaque réaccélération, comme si on était un petit projectile catapulté par un élastique.

La question du bruit ! C’est là que le bas blesse. Le typique potato-potato avec lequel se laissent bercer les fans de la firme de Milwaukee n’est plus. Toutefois, Harley-Davidson a voulu marquer son moteur électrique d’un son caractéristique, à l’image de ses twins de grosse cylindrée. Le secret se situe entre le moteur et la transmission. Une série de pièces sont assemblées pour former une sorte d’hélice, proche du dessin d’un turbocompresseur. Le bruit résultant est similaire à celui d’une turbine d’un avion de chasse. Pas aussi puissant, mais bien plus aigu, on découvre alors un moteur électrique qui a un certain "charme sonore". Sans être envahissant, il est présent à toutes les vitesses, proportionnellement.

Puis on aborde les courbes du centre technique Michelin. La LiveWire est stable, même à grande vitesse. Dans les enchaînements rapides, elle se laisse balancer d’un angle à l’autre sans effort. Vive, bien équilibrée et jouissant d’une garde au sol largement supérieure aux standards Harley-Davidson, elle se montre très joueuse et plaisante à emmener.

Et quand vient le moment de ralentir, on peut compter sur l’unique disque de frein Brembo équipant la roue avant. Il ne se distingue pas par une grande puissance mais offre une généreuse décélération. Au vu des performances de la moto, on s’attendait à plus de mordant et plus d’efficacité. Dans tous les cas, lorsque l’on coupe les watts, la rotation de la roue arrière régénère la batterie, il en résulte alors un "frein moteur" assimilable à celui des motos à moteur à combustion. Durant la balade ou en roulant de manière civilisée, ce frein moteur est plaisant. Il suffit d’anticiper à l’approche d’un virage et il n’y a nul besoin de freiner.

Le mot de la fin :

Bien que la LiveWire soit encore au stade de prototype, elle est pourvue de nombreuses qualités. De plus, Harley-Davidson prouve qu’il est possible de créer une moto électrique dotée d’un charme certain, tant esthétique que mécanique. On sait aussi que Harley-Davidson tâte encore le marché et souhaite commercialiser une moto électrique d’ici 2020. La LiveWire ainsi présentée est sans aucun doute très proche de la version définitive. Mais rassurez-vous, Harley-Davidson compte commercialiser une moto dont l’autonomie sera proche des 200 kilomètres !

Et, à en croire les propos du directeur général de Harley-Davidson France, Gérard Staedlin, les 74% des motards qui ont roulé la LiveWire seraient prêts à l’acheter ! Et vous, seriez-vous tentés par cette électrisante expérience ?

Consultez toutes les photos dans la galerie ci-dessous !
Plus d'infos : ProjectLiveWire.Harley-Davidson.com

Notre vidéo de l'essai :

 

Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Design
+
Disponibilité du moteur
+
Partie-cycle
+
Technologie
On a moins aimé :
-
Autonomie
-
Freinage
-
Son du moteur
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Design
+
Disponibilité du moteur
+
Partie-cycle
+
Technologie
On a moins aimé :
-
Autonomie
-
Freinage
-
Son du moteur

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Harley-Davidson
Modèle :
Livewire
Année :
2015
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Electrique en ligne, batterie Li-Ion, autonomie 85km
Refroidissement :
Refroidissement à huile
Performances
Puissance max. :
74 ch à 8'500 tr/min
Couple max. :
70 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
1 rapport
Partie cycle
Châssis :
Cadre en aluminium
Suspension AV :
Fourche téléhydraulique inversée
Suspension AR :
Mono-amortisseur
Pneu AV :
120/70 ZR18
Pneu AR :
180/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Dimensions
Poids total :
210 kg
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
Catalogue
En ligne :

Plus d'articles Moto

MV Agusta annonce une nouvelle moto de 350cc
La firme de Varèse continue son développement, notamment en passant par l’Asie et annonce dans un avenir très proche une moto de 350cc.
Jeu vidéo - Ride 4 arrivera dans les bacs en 2020
Après un lancement plutôt réussi du jeu Ride 3 en novembre 2018, Milestone donne à nouveau rendez-vous aux amoureux des deux-roues motorisés dès l'année prochaine avec un quatrième opus.
Tricana Motorcycles présente la bien nommée MV Agusta La Rouge
Le garage Tricana Motorcycles sis sur les rives du Léman à Corseaux près de Lausanne nous propose une F3 675 revisitée et dénommée maintenant "La Rouge".
Offre d'emploi - Horizon Moto à Bevaix (NE) recherche un mécanicien moto
L'agent Kawasaki du Littoral neuchâtelois recherche un mécanicien moto qualifié, de préférence avec une expérience confirmée sur les modèles Kawasaki.
La Grande Evasion by Guy Martin
Film mythique et scène mythique, tous ceux qui ont vu La Grande Evasion se souviennent du fameux saut du capitaine Hilts, incarné par Steeve McQueen au-dessus de la clôture pour fuir les nazis à sa poursuite.
Husqvarna confirme l'arrivée prochaine de la Norden 901
Présentée lors du salon EICMA 2019 au stade de prototype très avancé, la Husqvarna Norden 901 écumera bientôt nos routes.

Hot news !

Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.