Essai publié le 27 juin 2015

Essai Harley-Davidson LiveWire - Une expérience pour le moins électrisante

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Harley-Davidson

Harley-Davidson a bousculé la planète motarde en annonçant le Projet LiveWire, une moto mue totalement par l’énergie électrique. La rédaction a été conviée à l’essai de ce prototype hors du commun dans l’enceinte du centre technique de Michelin à Clermont-Ferrand (F). On vous en parle !

Consultez toutes les photos dans la galerie en fin d'article !

Avant une commercialisation probable avant 2020, la firme de Milwaukee a trouvé judicieux d’introduire sa clientèle, ou du moins une poignée de chanceux, dans le développement de la LiveWire, le but essentiel étant de ne pas louper l’avènement de cette nouvelle technologie dans les rangs d’Harley-Davidson. Il s’agit d’oublier ses acquis, de ne plus se référer au célèbre potato-potato typique du twin et de partir d’une feuille blanche pour exprimer ses impressions et son ressenti au guidon de ce prototype pour le moins audacieux.

Sans vouloir bouleverser les genres et entrer dans le futurisme auquel s’identifierait volontiers les firmes japonaises, Harley-Davidson a eu la décence de conserver un look relativement conventionnelle et propre à son identité. Un châssis apparent en aluminium coulé à la finition sablée, une fourche inversée entièrement réglable, un bras oscillant façon "Milwaukee" traversé par la courroie de transmission, un simili-réservoir, une boucle arrière super courte, de magnifiques jantes à bâtons en Y, ... Elle claque, cette LiveWire !

Et ce que les designers d’Harley-Davidson ont particulièrement réussi, c’est la partie habituellement dédiée au moteur. De loin, on ne ferait pas la différence avec une moto classique ; et plus on s’en approche, on découvre qu’il ne s’agit pas d’une moto standard. N’imaginez pas un amas de plastique, mais plutôt un savant mélange de matériaux simulant la présence d’un moteur de grosse cylindrée ! On s’attardera particulièrement sur le semblant de carter-moteur chromé, très réussi ! D’ailleurs, c’est là, au plus proche du sol, que se loge le moteur électrique.

Puis, pour palier à la notion d’économie d’énergie inhérent à cette technologie, il a été impératif d’équiper la LiveWire d’une armada de LEDs pour les feux longue portée, de croisement et arrière, ainsi que pour les clignotants.

Même le tableau de bord fait l’impasse sur les aiguilles et privilégie un écran LED rectangulaire et tactile. Les informations qui s’y affichent déroutent complètement. On y voit les indicateurs de niveau de charge de la batterie et le niveau de puissance auquel on soumet le moteur. A l’arrêt, on obtient aussi la température du moteur électrique (refroidi par huile), de la batterie et de l’unité centrale électronique (refroidie par eau), et d'autres informations encore.

La présentation technique est dispensée par le responsable technique de Harley-Davidson France. On ne parle plus bielles et cylindrées, mais watts, ions, autonomie, accélération. Même au Pays de l’Oncle Sam, on se met à l’électrique, c’est dire si le monde des deux-roues est en pleine mutation ! Pour parler chiffres, il y a une certaine avarice et on n’en saura guère plus que le moteur triphasé à induction développe l’équivalent de 55kW (74cv) à 8’500tr/min et 70.5Nm à 8’000tr/min avec un régime maximal à 15’000tr/min et que la moto est capable d’une accélération de 0 à 100km/h en moins de 4 secondes, une vitesse maximale de 150km/h et une autonomie maximale théorique de 85 kilomètres en mode standard (en full, comptez 63 kilomètres). Toujours est-il que les sensations de conduite seront incomparables à celles d’une moto dont la motorisation est de type thermique interne.

Lâchons les électrons !

Une fois les présentations faites, on nous invite à prendre le guidon de cette étrange ‘ricaine. Aussi trapue qu’imposante, la LiveWire s’affirme par son look et ses dimensions. D’apparence très courte, campée sur ses jantes de 18 pouces à l’avant et 17 pouces à l’arrière, son style minimaliste met en avant une évidente motorisation puissante. Sa fine selle monoplace impose un "ride" égoïste. Une fois en selle, on a les pieds posés au sol, pour autant que nous soyons d’un gabarits moyens. Les bras sont étirés en avant, à l’instar de la position que l’on a sur un roadster à vocation sportive.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Design
+
Disponibilité du moteur
+
Partie-cycle
+
Technologie
On a moins aimé :
-
Autonomie
-
Freinage
-
Son du moteur

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Harley-Davidson
Modèle :
Livewire
Année :
2015
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Electrique en ligne, batterie Li-Ion, autonomie 85km
Refroidissement :
Refroidissement à huile
Performances
Puissance max. :
74 ch à 8'500 tr/min
Couple max. :
70 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
1 rapport
Partie cycle
Châssis :
Cadre en aluminium
Suspension AV :
Fourche téléhydraulique inversée
Suspension AR :
Mono-amortisseur
Pneu AV :
120/70 ZR18
Pneu AR :
180/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Dimensions
Poids total :
210 kg
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
Catalogue
En ligne :

Plus d'articles Moto

MotoE tests à Valence – Eric Granado remporte la course
Trois journées d'essais sur le circuit de Valence étaient au menu des pilotes de MotoE et celles-ci ont été conclues par une course de test qui a été remportée par Eric Ganado.
Rétro Moto Saint-Cergue 2019 – La fête fut belle et sera passée entre les gouttes
Ce samedi 15 juin a eu lieu la 10ème édition de la Rétro Moto Internationale de Saint-Cergue avec pas moins de 280 véhicules présents.
BMW rappelle 340 S1000RR et suspend ses ventes
Un problème de boîte détecté sur 340 modèles de la nouvelle S1000RR pousse la marque à rappeler sa nouvelle hypersportive et suspendre ses ventes dans l'attente de résolution du problème.
Damon Motors présente une moto anti-accident et adaptative à son pilote
Damon Motors, startup canadienne, travaille sur une innovation qui pourrait bien révolutionner la sécurité des motards, ou tout du moins limiter la casse.
La KTM 390 Adventure arrivera en concession pour 2020
La firme Autrichienne a décidé de sortir l’artillerie lourde pour la saison 2020. Après avoir surpris la toute nouvelle KTM 790 SMC / SMR, ou encore la SuperDuke 1290 R, millésime 2020, la toile dévoile une nouvelle KTM 390 Adventure.
MotoGP à Catalunya - Marquez sans rivaux après une bourde de Lorenzo
Si Marc Marquez n'a eu besoin de personne pour remporter une nouvelle victoire qui confirme son leadership au championnat, il profite d'une malheureuse erreur de son coéquipier Jorge Lorenzo, qui a sorti quasi tous ses rivaux au championnat sur une erreur retentissante.

Hot news !

Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d'être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !
La Ducati Streetfighter dévoilée le 13 juin à Pikes Peak ?
La firme de Bologne vient de se fendre d'un (court) teasing sur son Facebook dont le slogan peut largement faire penser que son futur missile sol-sol à grand guidon sera dévoilé le 13 juin lors de la course de Pikes Peak.
Aprilia RS660 – Les dessins ont été dévoilés
C'est un des concepts, sinon voire LE concept, qui avait fait le plus de bruit lors du salon EICMA 2018 tant cette nouveauté n'était pas attendue.
BMW 1800 Cruiser – Surprise en plein roulage
BMW fait feu de tout bois autour de son futur bicylindre à plat de 1800cc. Après les études de styles comme le Concept 1800 by Customs Work Zon, voici la première photo d'un Cruiser qui lui roule bel et bien.
Ducati Streetfighter V4 – Elle roule !
Cette fois c'est bon, on l'a vue rouler ! Cette fameuse Ducati Streetfighter V4 qui fait couler tant d'encre et qui est attendue comme le roadster ultime made in Bologne.
Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!