Essai publié le 22 octobre 2014

Essai du scooter BMW C Evolution ABS - La révolution est en marche !

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Patrick Schneuwly

BMW l’a fait ! Ce printemps, la firme allemande a lancé sur le marché des maxi-scooters, le C Evolution, mais à la différence près de ceux de la concurrence, ce dernier n’est pas thermique, mais électrique.

Il est loin le temps des scooters électriques ne ressemblant pas à grand-chose et offrant des performances de voitures télécommandées bas de gamme. Pour le coup, BMW frappe fort, même très fort en proposant un scooter très abouti et distillant des performances à faire pâlir bon nombre de maxi-scooters thermiques de renom ! Pour proposer un produit abouti, la firme a été piocher du côté de son secteur automobile, domaine que les Allemands connaissent bien avec leurs voitures i8 et i3.

Côté look, je dois reconnaître que ce combo de couleurs et formes lui vont comme un gant, je ne suis d’ailleurs pas le seul à le dire puisque un bon nombre de scootéristes m’ont interpellé pour me demander la marque de mon destrier. En même temps, comment veux-tu passer inaperçu avec un coloris blanc/vert fluo ?

Le C Evolution conserve le gabarit d’un maxi-scooter, il se situe entre les fleurons de la marque : le C600 Sport et le C650 GT. D’ailleurs, certains éléments sont empruntés à l’un comme à l’autre. La face avant se veut agressive avec un double optique et une barre à LED, le tout suppléé par une bulle "courte" teintée noire (une version longue haute est disponible en option).

Les larges, très larges, trop larges rétroviseurs avec clignotants à LED intégrés sont empruntés au C650 GT, à la différence près que ces derniers augmentent la largeur globale à 947mm, contre 916mm pour le C650 GT ou encore 877mm pour la version C600 Sport. Cette largeur devient quelque peu handicapante pour les remontées de files. Toutefois, ces derniers peuvent se rabattre très facilement, ce qui vous permettra de vous faufiler sans souci. Puisque nous sommes dans les mesures, la large selle, est perchée à 780mm du sol, elle permet aux grands gabarits de se sentir à l'aise, d’autant plus que les marchepieds offrent de l’espace pour vos pieds. L’espace aux pieds est toutefois réduit par un imposant tunnel qui dissimule les batteries.

Pour ce qui est de l’équipement, le C Evolution ne fait pas dans le bas de gamme et vous offre un niveau de finition et de possibilités de réglages digne des plus belles autos de la marque.

Un large et lisible écran TFT couleurs vous fournit une quantité d’informations des plus appréciables, le tout via un commodo situé sur la poignée gauche. Bien évidemment, la base y est avec horloge, température extérieur, trip, pourcentage de la batterie, kilométrage à rebours, kW utilisés, ABS, anti-patinage, type de conduite (Dynamic, Road, Eco Pro, Sail). Chaque mode permet de disposer d’une puissance différente.

Le réglage s’effectue via un bouton situé sur la poignée droite, tout comme le réglage des poignées chauffantes (en option).

  • Dynamic : Puissance maximum avec un frein moteur élevé, donc une plus grande récupération d’énergie au lâcher des gaz.
  • Road : Puissance maximum, mais moins de moteur, autonomie annoncée 100km.
  • Eco Pro : Puissance diminuée associée à un frein moteur maximal, ce qui augmente le nombre de kilomètres d’une bonne dizaine, voire vingtaine si vous êtes light.
  • Sail : Puissance maximum, mais aucun frein moteur, la récupération d’énergie n’arrive qu’en touchant les freins.

Véritable luxe sur un scooter, d’autant plus électrique, la présence d’une marche arrière enclenchable sur une simple pression du comodo gauche.

Côté finition, aucun câble n’est apparent, une prouesse sur un véhicule électrique. Les ajustements des plastiques sont juste parfaits. Un  grand vide-poche avec fermeture à clé est disponible sur la droite, ce dernier dissimule une prise 12V, pratique pour recharger un smartphone ou pour utiliser un GPS, un autre se trouve à gauche, mais ce dernier sert de trappe à carburant, pardon à électricité.

Sous la large selle, l’espace n’est pas immense, mais permet toutefois de pouvoir y insérer un casque intégral et une paire de gants, voire en tassant un peu, une veste ou pantalon de pluie. Dommage que BMW n’ait pas repris le système du C600 Sport qui disposait d’un logement amovible et qui pour l’occasion permettait au moins en stationnement de pouvoir déposer deux casques.

Bien évidemment, et comme tout scooter qui se respecte, le C Evolution dispose d’une béquille centrale sur laquelle il faudra mettre tout votre poids pour soulever l'engin, mais également d’une béquille latérale qui verrouille un frein, une bonne chose si l’on se parque en descente par exemple, ou tout simplement pour éviter le vandalisme de bas étage.

Passons au gros du sujet : les Watts !

Le C Evolution dispose d’un moteur électrique de type Brushless, directement intégré au bras oscillant. Il développe 11kW de base avec un pic à 35kW (48cv) et un couple de 72Nm au vilebrequin, ce qui représente un couple de 600Nm à la roue ! Je n’ai pas pu vérifier les chronos personnellement, mais les accélérations sont bel et bien présentes. Le fabricant annonce un 0 à 50 km/h en 2,7s et un 0 à 100 km/h en 6,2 secondes. Soit le temps d’un C600 Sport ou encore celui d’un T-Max 530, le tout sans une goutte de carburant et dans un silence à faire pâlir un curé dans son église ! Et je peux le confirmer, ça envoie du bois (pour un scooter). La vitesse max est volontairement limitée à 120km/h, toutefois, nez dans la bulle, j’ai pu accrocher un bon 129km/h compteur. A cette vitesse, les batteries fondent comme neige au soleil (j’y reviendrai plus tard).

En conduite, les sensations sont inédites, pas de bruit, si ce n’est un très léger sifflement dû au moteur Brushless et au refroidissement des batteries qui accueillent des canaux d’air profilé. Le temps d’attente entre chaque remise des gaz est inexistant, le couple arrive suivant le mode choisi avec une puissance incroyable pour ce type de machine. Ca pousse tellement que sur chaussée humide, l’on se met à remercier l’antipatinage qui nous rappelle que nous sommes assis sur une centrale nucléaire ou une éolienne pour les plus écolos. L’antipatinage joue également un rôle important lors des décélérations puisqu'il assure le rôle d’anti-dribble, ce qui permet de ne pas se mettre en crabe lors de la coupure des gaz. Sur le sec, les autres usagers de la route sont médusés de constater que vous pouvez les laisser sur place sans leur pourrir les oreilles, comme le ferait un maxi-scooter équipé d’un silencieux (souvent modifié). Attention toutefois dans les zones piétonnes (c'est du vécu), les piétons ne vous entendent pas arriver...

Durant cet essai, je suis resté la majorité du temps sur le mode Road, qui est le plus adapté à une circulation urbaine ou péri-urbaine, il permet de bénéficier de la puissance maxi en optant pour un frein moteur efficace. Le mode Dynamic s’avère tout aussi performant, mais le frein moteur est trop présent pour un usage urbain, certains risquent de ne pas comprendre pourquoi vous ralentissez autant sans toucher aux freins.

Le mode Eco Pro ne m’a pas spécialement convaincu pour un usage continu, sauf dans les bouchons où de toute façon, personne n’avance et où nous n’avons pas besoin de puissance. Le mode Sail m’a totalement déplu, l’absence de frein moteur est quelque peu déstabilisant pour un utilisateur régulier de deux-roues. De mon point de vue, ce dernier peut s’avérer utile dans les descentes, il permettra d’avoir de la roue libre, donc d’économiser de la batterie.

Pour ce qui est de la conduite, BMW ne réinvente pas la roue, nul besoin de réapprendre à conduire, tout est comme d’habitude, si ce n’est le poids qui est réparti différemment, ce qui donne une certaine impression de lourdeur face à un modèle thermique, ce surtout à basse vitesse. Cette impression a également été constatée par deux de mes confrères. BMW annonce un poids de 265kg, ce qui est à quelques kilos près semblable à celui d’un C600 Sport qui accuse 249kg ou encore celui d’un C 650 GT qui flirte avec les 261kg tous pleins faits. Comme quoi la répartition des masses a bel et bien une incidence sur le ressenti.

Côté tenue de route et partie-cycle, c’est presque un sans faute de la part de BMW, même si j’aurais aimé des suspensions un peu plus confortable pour une utilisation urbaine. La bête tient bien le pavé, même si elle montre des faiblesses du train avant qui a tendance à devenir trop léger en mode micro-onde, ce qui équivaut à un mode "goret" pour les scooters thermiques. Le freinage est performant mais perd de sa puissance lors des freinages longs, l'ABS est également un peu trop sensible sur route humide ce qui engendra un déclenchement régulier. M’enfin, ce n’est pas une bête de course non plus hein, je parle d’un scooter urbain !

Parlons des choses qui en rebuteront certainement plus d’un et pourtant ils ne devraient pas, car ils pourraient bien vivre un véritable bouleversement de leurs habitudes en testant un véhicule électrique.

Les batteries lithium-ion ne sont pas d’origine teutonne, mais proviennent de la firme Samsung. Pour les pros, elles disposent de trois modules de douze cellules et d’une capacité maximum de 8kWh, soit plus ou moins celles qui se trouvent actuellement dans la BMW i3. La charge complète est assurée en 4 heures sur une prise secteur développant 10A, toutefois, elles seront rechargées à 80% en 2h45, le reste du temps se faisant par intermittence pour ne pas surchauffer les batteries. Les bornes de recharge haute performance vous demanderont 3 heures de charge (16A), bonne chance pour en trouver une, mieux vaut vous cantonner à une bonne vieille prise secteur classique. BMW garantie ses batteries pour une durée maximum de cinq ans ou 50’000km. La firme à l’hélice tient également à rappeler que le C Evolution et le premier deux roues à bénéficier des normes liées à l’utilisation de batterie à haute tension.

Durant cet essai, j’ai pu faire un maximum de 96km avec un plein (d’électricité), BMW annonce une autonomie de 100km, ce qui en utilisation normale, donc sans découvrir ce type d’engin et sans s’amuser à essorer la poignée de droite est tout à fait faisable. En mode autoroutier, il faudra diviser par presque deux votre autonomie, avec un maximum pour ma part de 58km à 120km/h et pour un pilote de 85kg et disposant d’une grande prise au vent avec mon 1m88... Ce n’est pas encore demain que vous pourrez emmener maman manger une fondue en Valais.

Maintenant vient la question de l’entretien ? Binh, pas grand-chose à faire si ce n’est de penser à recharger vos batteries lorsque la jauge vous l’indiquera, ou alors de changer de temps à autre vos plaquettes et pneus. Et puis c’est tout ! Pas de vidange, rien d’autre si ce n’est un petit contrôle à 10’000km pour un montant de CHF 80.-. Elle est pas belle la vie ? En fait, elle pourrait être très belle si le prix de cette vitrine technologique n’était pas proposée à un tarif élitiste de CHF 17’000.-. Après, à vous de faire vos calculs... Quoi qu'il en soit, je vous invite fortement à passer auprès d'une concession de la marque afin de procéder à un essai, vous pourriez bien être surpris !

Conclusion :

L’écologie, c’est bien ! J’en vois déjà me demander si je ne couve pas quelque chose... Eh bien non, honnêtement et pour avoir disposé de ce scooter durant dix jours, j’ai pu apprécier les bienfaits de ce type de motorisation, mais surtout le silence au feu rouge ou lors des départs, à tel point que je me serais presque pris pour l’ange Frankie de notre chère Sécurité Routière Suisse ! Trêve de plaisanterie, ce scooter reste une superbe machine technologique qui n’a pas à rougir face à une concurrence thermique. Les performances sont au rendez-vous, même si je regrette une autonomie un poil juste pour une utilisation péri-urbaine. Il impose également le fait de disposer d’une prise électrique pour pouvoir charger ses batteries, ce qui n’est pas à la portée de tous. Peut-être que la clientèle visée en premier lieux sont les entreprises ? Allez Monsieur BMW, sortez-moi le même scooter avec une autonomie de 200km et avec un rabais de CHF 2’000.- et vous compterez un nouveau, voire plusieurs centaines de nouveaux clients !

El Yannou

Au final...

On a aimé :
+
Look et coloris futuristes
+
Puissance du moteur
+
Le fait de ne plus passer à la pompe
On a moins aimé :
-
Autonomie des batteries (suivant utilisation)
-
Prix
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look et coloris futuristes
+
Puissance du moteur
+
Le fait de ne plus passer à la pompe
On a moins aimé :
-
Autonomie des batteries (suivant utilisation)
-
Prix

Fiche technique

Véhicule
Marque :
BMW
Modèle :
C Evolution ABS
Année :
2014
Catégorie :
Scooter
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Electrique
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Lithium-ion haute tension
Performances
Puissance max. :
48 ch à 4'650 tr/min
Couple max. :
72 Nm à 0 à 4'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroire crantée
Boîte :
Automatique
Embrayage :
TCA
Partie cycle
Châssis :
Tubulaire acier
Suspension AV :
Fourche inversée de 40mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur articulé
Débattement AR :
115 mm
Pneu AV :
120/70 R 15
Pneu AR :
160/60 R 15
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 270mm, 2 étriers flottants à 2 pistons
Frein AR :
Monodisque de 270mm, étrier flottant à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'190 mm
Largeur :
947 mm
Hauteur de selle :
780 mm
Poids total :
265 kg
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17'000.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.
Le roadster à compresseur s'offre une amélioration - Kawasaki Z H2 SE
La Kawasaki Z H2 a jeté un pavé dans la mare en adoptant le compresseur pour un roadster. Deux ans après sa sortie, le modèle d'offre une SE mieux équipée.
Kawasaki mise sur sa Ninja ZX-10RR pour continuer de régner en Superbike
L'expérience acquise en course est cruciale pour le développement d'une sportive. Pour rester dans le cadre du règlement, certaines choses doivent être distribuée à la série. C'est le cas de pièces de la nouvelle Ninja.
BMW renouvelle sa G310 R pour 2021
Pour séduire de jeune conducteur, BMW mise sur un look soigné et sportif ainsi qu'un équipement très complet. Revue de détails.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !