Essai publié le 12 février 2014

Yamaha MT-07 – L’entrée de gamme avec une grosse louche de fun [page 2]

Texte de Marc / Photo(s) de Yamaha

Pages

Participant à la réduction du poids, le bras oscillant bénéficie d’une nouvelle méthode d’assemblage qui permet de baisser son coût de moitié, ce qui n’est pas négligeable car c’est bien souvent une pièce onéreuse. De plus, ce qu’il y a de bien avec la réduction du poids, c’est que quand vous baissez le poids d’une pièce, bien d’autres peuvent également s’alléger car elles subissent moins de contraintes ! C’est cercle sans fin qui mène à une moto légère.

En ce qui concerne les périphériques, la MT-07 est munie d’une fourche classique de 41mm de diamètre et d’un amortisseur à l’emplacement central censé favoriser le centrage des masses. Ce dernier n’est réglable qu’en précontrainte du ressort sur 9 crans, la fourche elle est dénuée de réglages. Les disques de freins sont à pétales, de 282mm pour l’avant, pincés par des étriers à 4 pistons et de 245mm à l’arrière.

La géométrie de la MT-07 est compact, son empattement ne faisant que 1’400mm, soit 40mm de moins qu’une XJ-6. La répartition des masses est de 51% pour l’arrière, le solde de faisant bien évidemment sur l’avant. Elle est annoncée très agile et ce malgré son pneu arrière de 180mm de large, la raison d’être de celui-ci est d’amener un maximum de grip. La selle est très étroite à l’avant du fait du bicylindre parallèle, elle culmine à seulement 805mm. Les plus petits et les dames seront à l’aise et pourront poser les pieds bien à plats, encore un gage de facilité dans les manœuvres à l’arrêt.

Les présentations étant terminées, maintenant place au roulage ! Il est facile de grimper sur la selle, pourtant avec mon 1m74 je ne fais pas partie des plus grands de la planète. Sa partie fine citée ci-dessus me permet de poser les pieds à plat en ayant les jambes légèrement fléchie. Les commandes tombent naturellement sous les mains, mais il manque un bouton pour piloter le tableau de bord qui dispose d’une multitude d’informations comme le régime moteur, la vitesse, le niveau de carburant, la température moteur et extérieur, la consommation et j’en passe.

Une petite sollicitation sur le démarreur et hop le Twin s’ébroue. Le son qui sort du l’échappement en position central est discret, feutré mais pas dénué d’intérêt, bref il ne fait pas « cheap », il est même agréable de donner de petits coups de gaz. La largeur du guidon frappe également, celui-ci étant assez étroit, en tout bien plus que celui de nombre de ses concurrentes. Du coup, on n’a pas les bras trop écarté et la position est naturelle.

Dès les premiers mètres on se rend compte que Yamaha n’a pas exagéré en annonçant sa MT-07 très agile ! A la moindre sollicitation, la moto tourne à gauche ou à droite, elle est dotée d’une maniabilité déconcertante que je louerais tout au long de l’essai. Nul doute que le public cible, à savoir les jeunes permis, pourront rouler sans arrière-pensée ni crainte de se voir déborder par leur monture.

Le roulage commençant par une partie de petites routes et de plusieurs traversées de villages, cela permet de faire connaissance en douceur avec la moto. La boîte de vitesse se fait oublier et le moteur est volontaire dès 3’000tr/mn. Il permet de s’extraire avec vigueur des ronds-points, tout autant que de cruiser tranquillement à 50 km/h quand nécessaire. Sur les rapports intermédiaires, il est possible de descendre à presque 2’000tr/mn sans que le Twin hoquette. La réponse offerte par la poignée droite est excellente. Seul petit bémol, il est préférable d’accompagner les rétrogradages d’un coup de gaz pour ne pas avoir trop de frein moteur ou d’à-coups à la décélération, ce est facilité par une commande d’embrayage douce et précise qui ne vous fatiguera pas la main gauche.

Une fois que la route s’élargit je profite de la vigueur du petit Twin qui dispose d’une belle allonge. Sa plage d’utilisation est vraiment très large. Autant en ville il vous propulse avec vigueur dès 3’000tr/mn, autant sur route vous pouvez lui demander de monter au régime où il délivre sa puissance maximum, à savoir 9’000tr/mn sans aucun problème. Il n’y a rien à redire, ce type de motorisation est idéal pour les petits roadsters car il offre à la fois reprise, allonge et caractère sans le côté insipide d’un 4-pattes.

Les paysages de Lanzarote sont vraiment à couper le souffle, on passe d’un endroit où la roche volcanique est noire à un autre où elle est rouge et chargée en fer. La MT-07 me permet donc de cruiser en regardant le paysage, seule la protection offerte est un peu trop minimaliste pour inviter à faire de long voyage, mais dans la gamme d’accessoires annoncée par Yamaha il y aura de quoi faire pour ceux qui voudraient faire de leur MT-07 une voyageuse, ce qu’elle est tout à fait capable d’être.

Vient le moment d’attaquer une petite route de montagne et là… énorme surprise ! Grâce à sa légèreté et sa vivacité la MT-07 devient une arme redoutable ! Bien emmenée elle a de quoi faire de l’ombre à bon nombre de motos plus puissantes, y compris des sportives. Une pression sur les repose-pieds et la MT prend de l’angle à outrance, pression dans l’autre sens et elle se redresse immédiatement et tout ça sans effort ni fatigue. De plus, son moteur ne vous déborde jamais et permet de souder sans arrière-pensée dès la corde atteinte. Grâce au guidon qu’on a bien en mains, et en jouant de l’embrayage, il est même possible de s’offrir quelques belles dérives lors des freinages et rétrogradages appuyés.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Légèreté
+
Moteur
+
Prix
+
Fuuuuuun !
On a moins aimé :
-
Freinage avant (sauf pour les débutants)
-
Manque de protection
-
Pas de place sous la selle

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
MT-07
Année :
2014
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
bicylindre parallèle 4-temps, double ACT
Cylindrée :
689 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
75 ch à 9000 tr/min
Couple max. :
68 Nm à 6500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Diamond
Suspension AV :
Fourche téléscopique
Course AV :
137 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque hydraulique 282mm
Frein AR :
Simple disque hydraulique de 245mm
Dimensions
Longueur :
2'085 mm
Empattement :
1'400 mm
Largeur :
745 mm
Hauteur de selle :
805 mm
Poids total :
182 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir violet
 
Gris mat
 
Blanc
 
Rouge
 
Race Blue
Catalogue
Prix de vente :
CHF 7'790.-.-
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Honda Chopper Lil' Pussy by Zambrag – Le Dax ultime made in Bali
Le mot "chopper" est quasiment indissociable de chromes rutilants, de gros V2 qui sent bon l'huile chaude et le gros couple. Mais ça c'était avant de voir le Honda Dax "Lil' Pussy" qui sort des ateliers Zambrag à Bali.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Bagarre de trail, KTM dégaine la 1290 Super Adventure 2021
On sait que la 1290 Super Adventure doit se renouveler pour passer la couperet de la norme Euro 5. Sur ces photos du prototype, on ne doute pas que cet énorme échappement est là pour ça.
La Ducati Multistrada V4 2021 surprise lors d'un roulage enduro
Suite aux apparitions lors de test sur route et d'homologation, nous avons déjà partagé un certain nombre de photos. Elle a récemment été surprise sur une piste proche de l'usine.
CFMoto MT800 ou KTM 750 Adventure ?
Cette image ne laisse pas de doute, il y a un moteur du genre du LC8c dans ce cadre. On reconnait aussi des éléments de châssis semblable à du KTM. Mais qu'est-ce qu'on voit vraiment ?

Hot news !

Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.
Aprilia RS660 – Le premier teasing est en ligne
Surprise à plusieurs reprises lors des tests sur route, Aprilia lève le voile sur la très attendue RS660 dans un teasing qui bouge.
BMW F900 XR vs. Yamaha Tracer 900 GT - Duel de voyage en 900 cm3
Le nouveau roadster de la marque allemande a fait l'objet d'un comparatif face au leader du marché, la Kawasaki Z900. Pour la déclinaison plus trail, la F900 XR, on a choisi de l'opposer à la Yamaha Tracer 900 GT.
Essai Honda CB1000R Neo Sports Café - Sortie de léthargie
La précédente CB1000R, c'est une des premières motos qu'on avait essayé sur le site en 2010. Depuis tout ce temps, elle n'aura changé qu'en 2018. Mais que s'est-il passé en 8 ans de développement ? Bah euh...
Essai KTM 390 Adventure - Elle doit être prise au sérieux
A l'annonce de sa sortie, j'étais sceptique. Je n'ai jamais vu une moto de ce segment sur nos routes, alors pourquoi celle-ci devrait marcher ? D'abord parce que l'Europe n'est pas le marché cible et ensuite parce qu'elle est vachement bien cette 390 Adventure !!