Essai publié le 02 septembre 2013

Ducati Diavel versus Yamaha V-Max - Les chevaux sauvages sont lâchés

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Vous l'aurez certainement constaté : depuis des années, prendre la route avec une moto sportive devient un véritable calvaire. Si le regard est toujours au loin et non sur votre compteur, vous risquez bel et bien de vous retrouvez à pied pour un long moment.

Les roadsters et autres cruisers restent donc des valeurs sûres et permettent aux différents constructeurs de proposer des machines débordantes de charisme... et surtout de couple !

Aujourd'hui, j'ai décidé de jeter mon dévolu sur deux étireuses de bras, la Ducati Diavel dans sa version Dark et la mythique Yamaha V-Max. Deux motos ayant le même objectif : vous éjecter sur la selle passager à chaque rotation de la poignée de droite !

Vous ne connaissez pas les étireuses de bras ?

Sortez de votre grotte, il est temps de découvrir deux monstres de puissance et de sensations !

A gauche, la Ducati Diavel, tout droit venue de Bologne en Italie. Un look ramassé, tel un bulldog campé sur ses pattes avant, le torse bombé et une fière allure ! Sa robe noire de cette version Dark renforce encore plus le côté bad boy de la bête.

Côté performances et fiche technique, la moto offre un bicylindre en L de 1198cc développant 162cv et 12,7Nm de couple dès 8'000tr/min. Vous associez à cela un châssis treillis, une tradition chez Ducati, des suspensions et un système de freinage hérités directement des modèles les plus sportifs de la marque, le tout assisté des dernières technologies en matière d'électronique embarquée. La couleur est annoncée ! Le poids de la machine reste tout à fait honorable au vu du gabarit (239kg tous pleins faits). 

Pour passer correctement la puissance au sol, la moto dispose également d'un DTC (Ducati Traction Control), mais surtout d'un pneu arrière ultra large (240/45 ZR17).

Le tour de l'Italienne étant fait dans les grandes lignes (notre essai de la Ducati Diavel Dark), passons à la la légende urbaine, la V-Max.

Pour les novices, la Yamaha V-Max ne date pas d'hier puisqu'elle est apparue au grand jour en 1984 à Las Vegas. A cette époque lointaine, ce premier opus fut équipé d'un moteur de 1200cc développant 145cv ! Pour l'époque, elle s'apparentait à un dragster.

Aujourd'hui, cette époque est révolue et la puissance de la V-Max est sublimée ! Un monstre, dit-on !

Le bouilleur passe donc à 1700cc et développe 16,6Nm à 6'500tr/min. Les chevaux se sont reproduits au fil des années et ce ne sont pas moins de 200 têtes de purs-sangs qui se  chamaillent dans le V4. Autant de puissance sans aucune aide électronique, est-ce bien raisonnable ?

Si la puissance a fortement augmenté, le poids de la moto, malgré la légèreté des matériaux modernes, a lui aussi pris l'ascenceur en passant de 258kg en 1984 à 310kg en 2013 !

Après les présentations, passons à l'essai !

Du côté du gabarit, il n'y a pas besoin d'être un spécialiste pour remarquer que la Japonaise est bien plus longue que sa consoeur transalpine. 2395mm pour la V-Max contre 2235mm pour la Diavel. 

Si une longueur accrue peut s'avérer être un avantage en ligne droite, cela risque d'être tout à l'opposé lors des sorties sur routes sinueuses. La maniabilité de la V-Max serait en retrait par rapport à la Diavel !

Il me tarde donc de pouvoir confronter les deux monstres sur des routes tortueuses. Car si la ligne droite est jouissive pour les accélérations, les virolos sont beaucoup plus excitants !

Dès les premiers kilomètres, la Yamaha V-Max révèle un caractère bien trempé, celui d'une fumeuse de bitume, qui, à la moindre rotation de la poignée de droite, ne demande qu'à envoyer du lourd.

Seul petit souci, si la puissance est bien présente, la capacité à la faire passer au sol se révèle moins efficace que je le pensais. Et, force est de constater que le pneu arrière en 200/50 ZR18 a bien du mal à digérer le débordement de couple ! J'avoue que la tentation du burn est très présente !

Vous n'avez rien vu ! Nous non plus ! Et il en va de même pour l'importateur ! Et finalement, quelle idée de mettre un pareil engin entre nos mains ?!

Le pneu étant bien chaud, mon collègue du jour, ZED pour les intimes, et moi nous sommes amusés à faire quelques départs arrêtés afin de savoir qui avait la plus grosse !

L'exercice est sans suspense car la V-Max s'est montrée la plus rapide dès le premier run, le tout dans une ambiance sonore spécifique, bien rauque et virile. Quoi de plus logique vu la différence de canassons et de couple en plus ! Seulement, par gagner ce duel sans pitié, un bon dosage des gaz est nécessaire si vous ne voulez pas terminer dans le décor... tant le gommard arrière souffre de cette débauche de couple et de puissance.

La Ducati s'en sort toutefois très bien et tient l'accélération de la tonitruante V-Max. L'Italienne permet de balancer la sauce sans arrière pensée, du fait qu'elle est équipée d'un contrôle de traction permettant de ne penser qu'à une chose : se défouler sur la poignée des gaz ! Un réel avantage si la chaussée est humide, là où la V-Max restera scotchée sur place...

Si lâcher les chevaux en ligne droite relève plus d'une simple formalité qu'un vrai exercice en soit, le passage en courbe et l'arsouille dans les virolos est une autre histoire. D'ailleurs, si je scrute mes rétroviseurs, quelques fous du guidon se rapprochent... il y aura de quoi arsouiller !

Deux motos avec autant de chevaux, tant de poids et des pneus si larges, peuvent-elles faire des miracles dans un col ?

Eh bien franchement, il y a de quoi se faire plaisir ! Les deux muscle-bikes en offrent pour leur argent. Les accélérations de nos deux modèles lors des relances sont très proches. Ceci dit, la Yamaha mène le bal et sort devant, grâce à son moteur gavé de couple !

Au moment de mettre le couteau entre les dents lors d'un virage serré, la Ducati fonce sur la V-Max avec une aisance impressionnante. Si la Yamaha accélère fort, le freinage n'est pas en adéquation pour une utilisation vraiment sportive. La Ducati sort son épingle du jeu avec un freinage sans défaut ; un simple effleurement du levier de frein vous collera au réservoir. En alternant les deux motos, la différence est vraiment frappante.

Les courbes s'enchaînent. La Ducati révèle un tout autre visage et exprime ses origines sportives en offrant une garde au sol et une agilitée plus marquées que le vaisseau amiral japonais. Les virages se négocie avec aisance, mais surtout avec efficacité. L'Italienne met en confiance ! Le pneu de 240mm ne semble plus être présent tant la moto devient facile.

Ce n'est pas pour autant que la V-Max est déméritante, bien au contraire, elle permet également de se faire plaisir malgré son poids bien plus conséquent. La moto prend de l'angle facilement, mais les repose-pieds vous rappellent qu'elle est avant tout conçu pour le cruising sportif. D'ailleurs, la large et moelleuse selle qui s'avère très utile lors de franches accélérations rend quelque peu difficile le déhanchement nécessaire au posage du genou. Quoique, avec de longs fémurs, on y parvient !

A la sortie du virage, gare à la remise des gaz trop prononcée sur la V-Max ! Faute de quoi, vous laisserez dans le meilleur des cas une bonne dizaine de mettre de gomme sur l'asphalte (même sur le troisième rapport !) ou alors, une ruade digne des meilleurs rodéos texans !

Avec une certaine maîtrise, l'exercice devient amusant. Cependant, à ce rythme, vous risquez de devenir le meilleur ami de votre marchand de pneus.

Vous l'aurez certainement compris, l'Italienne révèle un caractère plus joueur, mais plus aseptisé que la V-Max. Cette dernière fait dans le brut de fonderie avec une esthétique et un caractère plus tempé qui rappelle la philosophie unique du premier modèle.

Du côté des performances, l'Italienne prendra l'avantage (à pilote égal) lors des virées sur route de montagne alors que la V-Max se démarquera sur les tronçons de route présentant de belles et longues courbes grâce à son moteur d'exception. Tout est affaire de compromis.

Conclusion :

Ces deux motos s'attireront sans aucun doute les faveurs des fans de belles mécaniques et de motos à fort caractère. Pas ou peu de compromis, tout est dans la gueule. Trapue ou massive ! Impossible de rester insensible devant de tels muscle-bikes. Si je peux vous donner un conseil, passez dans les concessions Ducati et Yamaha et faites votre propre essai ! Pour ma part, je partirais sur la Yamaha pour son moteur et son histoire qui en font une moto magique. La raison me pousserait vers la Ducati car plus facilement exploitable de nos jours.

Bon run !

El Yannou

Au final...

On a aimé :
+
La gueule de la V-Max
+
L'aspect trapu de la Diavel
+
Le moteur envoûtant de la V-Max
+
Le freinage de la Diavel
On a moins aimé :
-
Les freins un peu light de la V-Max
-
La consommation de la V-Max
-
La position très en avant de la Diavel
-
Le pneu de 240mm pas vraiment utile
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
La gueule de la V-Max
+
L'aspect trapu de la Diavel
+
Le moteur envoûtant de la V-Max
+
Le freinage de la Diavel
On a moins aimé :
-
Les freins un peu light de la V-Max
-
La consommation de la V-Max
-
La position très en avant de la Diavel
-
Le pneu de 240mm pas vraiment utile

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
V-Max
Année :
2010
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en V, quatre temps, double arbre à cames en tête, 16 soupapes
Cylindrée :
1'679 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique TCI
Performances
Puissance max. :
200 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
166.8 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Cadre « diamant » en aluminium
Suspension AV :
Fourche télescopique, ø52mm
Suspension AR :
bras oscillant, amortisseur type Monocross
Pneu AV :
120/70 R 18
Pneu AR :
200/50 R 18
Freinage
Frein AV :
Double disque ø320mm, étriers 6 pistons
Frein AR :
Simple disque ø298mm
Dimensions
Longueur :
2'395 mm
Empattement :
1'700 mm
Hauteur de selle :
775 mm
Poids total :
310 kg
Réservoir :
15 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
Catalogue
Prix de vente :
CHF 29'890.-
En ligne :
Garage :

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Diavel Dark
Année :
2013
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Testastretta 11°, bicylindre en L, distribution Desmodromique, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée :
1198.4 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique, corps papillon elliptiques avec système Ride-by-wire
Performances
Puissance max. :
162 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
127.5 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne, pignon 15, couronne 43
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile avec commande hydraulique, Système as
Partie cycle
Châssis :
Cadre Treillis tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche Marzocchi de 50mm entièrement réglable avec traitement DLC
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Progressive avec mono amortisseur entièrement réglable. Monobras oscillant en aluminium
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17 Pirelli Diablo Rosso II
Pneu AR :
240/45 ZR17 Pirelli Diablo Rosso II
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
2 disques semi-flottants de 320mm, étriers Brembo Monobloc à fixation radiale, 4 pistons
Frein AR :
Disque de 265 mm, pince flottante à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'235 mm
Empattement :
1'590 mm
Largeur :
860 mm
Hauteur de selle :
770 mm
Poids à sec :
210 kg
Poids total :
239 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir Mat
Catalogue
Prix de vente :
CHF 20'490.-
Avec garantie de 2 ans kilométrage illimité et hors frais de transport (150.-)
En ligne :

Plus d'articles Moto

D'une pierre deux coups: Aprilia met à jour Tuono V4 et RSV4 !
On avait vu mi-novembre le prototype arrêté à une station service, la nouvelle RSV4 est depuis aujourd'hui une réalité. Et elle ne vient pas seule, l'hyper-roadster Tuono V4 sort elle aussi !
"Explorez l'inattendu" c'est ce que promet le BMW GS Trophy 2022 en Albanie
Pour la 8ème édition du GS Trophy, BMW planifie un voyage hors du commun à la fin de l'été 2022. Pour y prendre part, il faudra cependant se qualifier !
Retouches surtout esthétiques pour les 125 et 390 Duke 2021
En chiffres, la 390 Duke est la KTM la plue vendue en Suisse en 2020. En Europe, c'est la 125 Duke la plue vendue. Les renouveler demande du tact.
Les Moto-Guzzi V85 TT et V85 TT Travel se perfectionnent pour 2021
Avec la V85-TT, la marque de Mandello del Lario a trouvé une niche. Le trail classic. Depuis 2 ans le modèle a fait son chemin et a trouvé son public. En 2021 elles se perfectionnent, sans perdre de personnalité.
La Husqvarna Svartpilen 125 arrive pour le plaisir des jeunes de 16 ans
Depuis le 1er janvier, le permis 125 est accessible aux jeunes de 16 ans. Alors que KTM vendait déjà de nombreuses 125 Duke, le groupe propose un look alternatif.
Aprilia Tuareg 660 – Le troisième membre de la famille arrive à grandes roues
Chez Aprilia on croit dur comme fer, et certainement à raison, à la nouvelle gamme mid-size. Après la RS 660 et la Tuno 660, voici la Tuareg 660 qui peaufine ses derniers éléments avant une commercialisation toute prochaine.

Hot news !

Essai Triumph Trident 660 - La nouvelle référence chez les roadsters de moyenne cylindrée ?
Dire que la bataille fait rage dans cette catégorie est un doux euphémisme ! Avec la Trident 660, Triumph s’attaque frontalement à ce marché et réclame clairement sa part du gâteau et des ventes.
Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.