Essai publié le 06 septembre 2010

Yamaha Vmax 1700 – Muscle bike!

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Dans les années 80, Yamaha donnait naissance à la Vmax 1200. Un monstre de couple au gabarit impressionnant, au freinage léger et à la tenue de route aléatoire. La Vmax devint pourtant la légende que beaucoup connaissent dans le monde moto. Et puis Yamaha a décidé de remettre le couvert en sortant la Vmax 1700… Une vraie moto de cinglé!

En abordant cette Vmax 1700, on adopte naturellement une attitude respectueuse. Comme si le moindre geste brusque risquait de réveiller le monstre. Le monstre… un nom qui convient bien à la Vmax, tellement massive qu’elle en est intimidante. Elle est belle, aussi, à sa façon. Ramassée, basse, superbement finie, on ne se lasse pas de la regarder. Tout est démesuré: la fourche, les étriers de frein, le pneu arrière… La finition est à tomber parterre, chaque pièce étant à sa place, rien ne déborde, la Vmax en jette. Bon, inutile de retarder l’échéance, il faut démarrer l’engin…

On tourne la clé (au design particulier) et l’écran d’affichage sur le faux réservoir vous salue d’un « Time to ride This is Vmax ». Oui oui, il est temps de rouler, on sait! D’une pression sur le démarreur, le V4 s’ébroue en grondant. Là, vous avez deux solutions: soit vous coupez tout et repartez en pleurant chez maman, soit vous ne vous laissez pas impressionner et enfourchez courageusement la bête. Du courage, il vous en faudra aussi pour lever la moto et replier la béquille. 310 kilos à déplacer, c’est quand-même quelque chose! Première enclenchée, la Vmax rejoint tranquillement la route pour une première incursion en milieu urbain.

Appréhender son poids et son gabarit à vitesse réduite n’est pas aisé. En tournant le guidon, on sent vraiment le poids qui menace de vous mettre parterre à la moindre hésitation. L’énorme V4 qui gronde encore entre les jambes se montre assez docile pour évoluer en ville. On sent toutefois qu’il est prêt à répondre à la moindre sollicitation de la poignée droite. Cela tombe bien, voilà un feu…

Un petit 400 mètres ?

Au vert, à peine l’embrayage relâché, la moitié de ceux qui ne sont pas rentrés chez maman risquent bien de changer d’avis! Le pneu arrière patine, le V4 s’emballe et vos fesses, calées contre le dosseret de la selle, semblent vouloir dépasser le reste de votre corps! Le grondement du moteur, digne des meilleures muscle cars américaines, est jouissif. Le feu suivant est déjà là et on constate avec bonheur que la Vmax freine assez bien. D’accord, on n’est pas au niveau d’une R1, avec laquelle elle partage ses étriers six pistons, mais la force d’arrêt est bien là.
Pour rester politiquement correct, on pourra dire que la Vmax s’extrait facilement du trafic. En fait, elle ridiculise tout ce qui roule, point. 200 chevaux, 166,8 Nm de couple… cette moto est un dragster! Et tout le monde la regarde… Scootéristes, motards, automobilistes, ils sont tous intrigués par l’allure de l’engin. « C’est un gros moteur, non? Un 1200? – C’est un 1700, en fait. – Oulala! Quand-même… » Eh oui, la Vmax vous rend très voyant…

Au delà du plaisir qu’elle procure par ses accélérations dantesques, la Vmax se comporte plutôt bien en milieu urbain. Si elle n’a pas l’agilité d’un scooter, elle est plutôt saine compte tenu de ses dimensions et de son poids. Confortablement installé sur le pouf qui fait office de selle, on se laisse tranquillement transporter au son du V4.

Muscle car ou muscle bike, même combat!

En quittant la ville pour des routes plus agréables et moins encombrées, on peut enfin s’amuser avec ce gros jouet! Dans les premiers virages, on peine à trouver le mode d’emploi de l’engin. Avec sa position à mi-chemin entre un roadster et un custom, la Vmax n’est pas taillée pour les cols de montagne! Le poids ne se fait pas vraiment oublier, vous n’êtes pas sur un vélo une fois passés les 40 km/h. On enchaîne cependant les courbes avec bonheur, en profitant plus des relances du V4 que de la garde au sol ridicule… Les cale-pieds viennent rapidement marquer le bitume, ce qui frustrera les plus sportifs. Qu’importe, l’angle maxi, ce n’est pas son truc, à la Vmax. Ce qu’elle aime, c’est torturer le pneu arrière en sortie de courbe! On remet les gaz de plus en plus tôt pour sentir l’arrière glisser, comme avec un V8 de muscle car. La grosse Yam’ ressemble étrangement à ces monstres américains: une gueule d’enfer, un moteur très démonstratif et un comportement plus amusant que réellement efficace. Et une autonomie ridicule, aussi…

L’état d’esprit Vmax

120 kilomètres. La distance maximale que la Vmax aura parcourue avant de réclamer un coup à boire. Le réservoir, placé sous la selle, n’offre que 15 litres de capacité et souffre donc beaucoup de la consommation élevée du bestiau. C’est sûr, la Yamaha vous coûtera cher en pleins d’essence et en pneus arrière. Déjà pas donnée à l’achat, elle sera également coûteuse à l’usage.
Un usage qu’on peine à définir et qui dépendra surtout du bon vouloir du propriétaire. La Vmax s’accommode de la ville, aime pourrir tout le monde au feu et en impose devant les terrasses. Elle jouit d’un confort appréciable et enchaîne sans trop de peine les kilomètres, même si sa faible autonomie vous imposera des ravitaillements fréquents. Il sera également inutile de prévoir 300 kilomètres de route très sinueuse et bosselée, qui fatigueraient inutilement la moto et son pilote à un rythme correct…

La Vmax est une légende depuis sa naissance et cette « petite » soeur en est l’adaptation moderne. Totalement inadaptée à un usage routier par certains aspects, elle réussit pourtant à se montrer très facile à rouler calmement. Au moindre départ arrêté, la tentation d’ouvrir en grand se fait toutefois sentir. Il y a du crissement de pneu et de la gomme brûlée dans l’air…

Sincères remerciements à Yamaha Hostettler pour le prêt de la Vmax!
Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
Faire patiner l’arrière au démarrage!
+
La vraie « gueule » de l’engin
+
La finition à tomber
+
Le confort en toutes circonstances (sauf pour le passager…)
On a moins aimé :
-
L’autonomie vraiment juste
-
La rendre après l’essai…
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Faire patiner l’arrière au démarrage!
+
La vraie « gueule » de l’engin
+
La finition à tomber
+
Le confort en toutes circonstances (sauf pour le passager…)
On a moins aimé :
-
L’autonomie vraiment juste
-
La rendre après l’essai…

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
V-Max
Année :
2010
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en V, quatre temps, double arbre à cames en tête, 16 soupapes
Cylindrée :
1'679 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique TCI
Performances
Puissance max. :
200 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
166.8 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Cadre « diamant » en aluminium
Suspension AV :
Fourche télescopique, ø52mm
Suspension AR :
bras oscillant, amortisseur type Monocross
Pneu AV :
120/70 R 18
Pneu AR :
200/50 R 18
Freinage
Frein AV :
Double disque ø320mm, étriers 6 pistons
Frein AR :
Simple disque ø298mm
Dimensions
Longueur :
2'395 mm
Empattement :
1'700 mm
Hauteur de selle :
775 mm
Poids total :
310 kg
Réservoir :
15 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
Catalogue
Prix de vente :
CHF 29'890.-
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Une nouvelle GSX-R 1000 pour 2022 ? La rumeur court
Suzuki est le dernier constructeur a ne pas avoir remanié sa sportive pour la mettre en conformité avec les normes Euro5. Or, selon les rumeurs la firme d’Hamamatsu y travaillerait afin de proposer une nouvelle GSX-R 1000 en 2022, le tout assorti d’un retour en WSBK.
Idée sortie du week-end : Yamaha MT Tour les 5 et 6 juin 2021
Bien que le siège de Hostettler AG ne soit pas tout près de la Suisse romande, une visite chez Yamaha Suisse vaut la peine !
La nouvelle Triumph Speed Twin en approche et elle a l’air affutée
La nouvelle Triumph Speed Twin est en approche. C’est le dernier opus d’une lignée apparue en 1938 et on nous le promet plus affûté que jamais.
Essai Honda X-ADV 750 2021 - Le Crossover à deux roues
Avec le X-ADV le constructeur ailé propose un mode de locomotion nouveau qui, dans tous les cas, ne laisse pas indifférent. Réussite ? Pour le savoir il faut grimper dessus.
Essai de la Zero SR/F : Silence, ça pousse!
Essai d'une moto branchée qui risque de vous surprendre.
Voici la nouvelle Yamaha R7, future concurrente de l’Aprilia RS660 ?
Les photos de la nouvelle Yamaha R7 ont fuité. Une future concurrente de l’Aprilia RS660 ?

Hot news !

Aprilia RSV4 Factory 2021 - A la pointe de l'efficacité
10 jours d'essai au guidon d'une Aprilia qui ne cesse de s'améliorer avec les années.
Cette fois c'est officiel, la Yamaha YZF-R7 va faire son retour
Les documents CARB (California Air Resources Board) sont comme les enfants et les leggings : ils ne mentent pas ! Et c'est en les consultant qu'on peut voir qu'une Yamaha YZF-R7 va faire son retour en 2022.
Essai retro : CB 750 Four K0
Que pouvons nous retenir de la légendaire CB 750 plus de 50 ans après sa sortie ?
Essai Yamaha MT-09 2021 - Vous en aurez pour votre argent
Véritable moteur de la marque vers ce qu'elle est devenue, depuis 2013 la MT-09 a grandement contribué à la renommée de Yamaha à travers l'Europe. Place à un modèle entièrement nouveau et gavé de technologie.
Essai Aprilia Tuono 660 - Avec elle, le constructeur de Noale va se distinguer
L'annonce du moteur 660 chez Aprilia était clairement une bonne nouvelle. Ce vent de nouveauté, la marque de Noale en avait bien besoin.
Mais pourquoi les MotoGP sont-elles devenues si moches ?
La forme et la fonction, éternel débat.Les canons italiens de la beauté: des Grand Prix 500 de 1993 au MotoGP de 2021...