Essai publié le 20 juin 2012

Comparo: Yamaha R1 WGP 50TH vs Aprilia RSV4 R APRC - Sushi ou Pasta?

Texte de Yann "Spies" Blondel / Photo(s) de Patrick "Lüthi" Schneuwly / Avec la collaboration de Jimmy "Lorenzo"

Le choix d'une moto sportive est aujourd'hui de plus en plus complexe, spécialement pour une dégustation sur route, tant leur niveau de performances est élevé. Au menu? Châssis de cinglé, puissances de fou, freinage de malade, design de décérébré... Pour vous aider dans votre choix, notre gastronome en chef, Yann, a dégusté deux spécialités bien cuisinées!

Pour ce comparo, j'ai choisi de confronter la dernière génération de Yamaha R1, en version spéciale 50th Anniversary, à la version APRC de l'Aprilia RSV-4 et son électronique de pointe. Puissance quasi-similaire, mais gabarits totalement opposés! Quoiqu'il en soit, les deux modèles annoncent du lourd pour ce comparo. Faute d'avoir pu me rendre sur l'Anneau du Rhin pour tester l'entier de la gamme (voir l'essai de Jimmy et Charles), je pars donc sur un avis totalement neutre sur cette R1 2012. La RSV-4 m'avait déjà enchanté lors de sa sortie en 2010 et je me réjouis de voir ce que donne cette version APRC.

T'as le look, coco

Niveau esthétique, la Yamaha R1 50th en jette! On n'aime ou pas, de mon côté je suis fan. Outre le coloris, la plaque numérotée ou le té de fourche façon M1 de MotoGP, rien ne différencie ce modèle des autres R1. La face avant est reconnaissable entre mille et permet d'identifier immédiatement la moto de la firme aux diapasons. De son côté, l'Italienne affiche un avant très contenu et agressif, avec une bulle qui ne semble être là que pour faire acte de présence.

A l'arrière, la Yamaha reste imposante avec ces deux silencieux sous la selle et malgré une coque arrière qui s'est tout de même affinée avec les années. Je regrette l'appendice servant de porte plaque et clignotants. La RSV4 dispose d'un arrière digne d'un string... pardon, d'une vraie Superbike, qui en promet long pour les voyages en duo. Mesdames, si vous avez votre mot à dire, pensez à bien essayer les motos de vos chers et tendres. 

De gabarit visuellement contenu, la RSV-4 offre une hauteur de selle supérieure à la R1 (845mm pour l'Italienne contre 835mm sur la Yam'). Qui l'eût cru en mettant les deux motos côte-à-côte! Une fois monté sur l'une et l'autre, la Yamaha R1 me rappelle fortement la position de conduite de ma GSX-R 1000, plutôt relax et droite avec de la place pour mes grandes jambes. A l'inverse, l'italienne annonce la couleur et offre une position ramassée, avec un maximum de basculement sur l'avant et des jambes en mode attaque. Les longs trajets devraient donc être plus agréables sur la Jap'... 

Au final, les grands gabarits auront l'impression d'être un Jockey au guidon de la RSV4, alors qu'ils pourront prendre leurs aises sur la R1. Lorsqu'on vous dit que tout est une question de taille... hein Jimmy! (Gna gna gna... Note de Jimmy)

V4 ou Crossplane?

Une Japonaise façe à une italienne, forcément les avis divergeront et les coeurs balanceront pour l'un ou l'autre de nos modèles d'essai. Du côté des bouilleurs et en termes de chiffres sur le papier, c'est quasiment l'égalité parfaite. De chaque côté, nous retrouvons un 4 cylindres fort de 182cv à 12'500trmin proposant un couple casiment identique. Alors certes, ce ne sont pas les moteurs qui délivrent le maximum de puissance dans la catégorie des hypersportives, mais est-ce vraiment le plus important? Afin d'assurer le passage au sol de cette cavalerie, nos deux motos font dans le semblable avec 3 cartographies disponible (Track, Sport/Standard, Rain)  et un contrôle de traction réglable sur 8 positions pour l'Italienne et 6 pour la Japonaise.

Avant nos retrouvailles, Jimmy ne tarissait pas d'éloges sur le bloc de la transalpine: "Tu verras, elle arrache tout, c'est la meilleure!"... Dans ma tête et après avoir pu rouler la R1 sur plus de 400 kilomètres, je lui répondais un "Oui, oui..." très narquois. Bon eh bien, c'est pas tout Jimmy, on va aller dégourdir les bielles de nos machines afin d'évaluer et comparer leur potentiel! Une pichenette sur le démarreur et notre cavalerie s'ébroue! La sonorité de la R1 se fait presque oublier aux côtés de la RSV4, alors que seule, elle propose une sonorité propre à son système Cross Plane qui nous laisse nous prendre quelques minutes pour Jorge Lorezo... quoiqu'avec nos niveaux actuels, nous devrions plutôt nous comparer à Ben Spies... (Alors ça c'est méchant... même si t'as le même style et que je suis plus proche de Lorenzo... CQFD! Note de Jimmy). Bref, la RSV4 offre une sonorité bien plus marquée, ce qui flattera les oreilles des non-initiés. Mais bon, la sonorité ne fait pas tout, faut-il encore que le moteur arrive à la hauteur de sa mélodie.

Let's get on the road!

Une fois partis à l'assaut de jolies routes sinueuses, nous haussons le rythme (toujours dans les limites légales, bien entendu...) et surprise, la RSV4 ne se montre pas aussi performante que la R1 dans les bas et mi-régimes, alors qu'elle donnait l'impression de tracter comme un boeuf!

Le test de reprise en partant sous les 3'000tours/minute profite à la R1, qui offre une plage d'utilisation plus importante pour le quotidien. Passé les 8'000tours/minute, nos deux modèles offrent un coffre et une allonge qui les remettent à un même niveau de performance. 1ère, 2e, 3e, oups! On va un peut vite là, non? Patrick, notre éminent photographe, nous rejoindra un peu plus tard et nous interrogera sur notre vitesse... Nous resteront stoïques et répondrons d'une même voix que nous regardons toujours la route et non le compteur. Si La RSV4 manque (légèrement) de coffre face à la R1, elle pourra néanmoins se targuer d'avoir un plus non négligeable... un shifter qui, associé à sa boîte hyper-douce, vous laissera croire que vous êtes à bord d'une machine de Superbike (le tout au-dessus de 6'000 tours, pour revenir comme une balle sur les copains! Note de Jimmy)

Les premiers virages font leurs apparition, nos pneumatiques respectifs arrivent en température (Metzeler M5 pour la R1 et Michelin Power One pour la RSV4), nous pouvons donc nous en donner à coeur-joie! Il est temps de voir si les deux parties cycles sont à la hauteur de nos espérances. La RSV4 offre une position plus contenue, je me sens donc un peu à l'étroit du haut de mes 188cm, alors que Jimmy et son minable mètre septante-cinq trouvera la position idéale. Un échange de montures me confirmera que la R1 est plus adaptée à mon profil. Lorsque je vous dis que tout est une question de taille... Mouaaaaah!

Je prend la tête avec la R1, alors qu'un long virage nous attend. La vitesse de passage en courbe est assez élevée, la moto reste imperturbable et offre une excellente stabilité dans ces conditions. La remise des gaz se fait en grand, le tout agréablement assisté par le TCS qui ne se fait pas sentir. La RSV4 ne démérite pas et enchaîne le rythme avec quelques mouvement de châssis qui n'étaient pas survenus avant cette journée, selon Jimmy. Un regard sur les pneus plus tard, nous constatons que les Power One sont à la limite légale... Après une grosse journée de roulage la veille, Jimmy avait noté une baisse des performances et du feeling de l'avant. Une baisse qui s'est confirmée durant notre comparatif.

Dommage, monsieur l'importateur, de ne pas avoir changé les pneus de l'Aprilia... Bon, ça va pour aujourd'hui, mais la prochaine fois, c'est burn jusqu'à la toile! (Du coup, je suis dans le flou... cf. photo ci-dessous! Note de Jimmy)

Les virages n'en finissent plus et commencent à se resserrer. Les freinages deviennent de plus en plus nombreux et puissants, et force est de constater que celui de la RSV4 offre un maximum de mordant tout en conservant un feeling dosable aisément. Le freinage de la Yamaha, un cran en-dessous, reste une référence dans la catégorie en offrant une constance et une puissance sans faille, seul le ressenti à la poignée peut dérouter en passant d'une machine à l'autre.

Nous continuons donc nos enchainements de virolos, la RSV4 reprend la main dans les virages serrés en offrant une maniabilité digne d'un vélo de course, le train avant est un exemple de précision, la Yamaha pourra suivre le rythme, à condition d'user d'un pilotage engagé. Si la RSV4 s'en sort haut la main dans le sinueux, il faudra savoir la manier pour aller vite. Eh oui, l'italienne est plus exigeante envers son pilote (Pas pour les lopettes, quoi! Note de Jimmy). La Yamaha garde un rôle de garde fou et est très rassurante en tout temps: un véritable plus pour les pilotes raisonnables ou les nouveaux-venus dans le monde des supersports. A savoir que les réglages de suspension sont restés strictement d'origine, en affinant ces derniers, il est encore possible d'améliorer le comportement de nos deux montures. Toutefois, il faut garder à l'esprit que si l'on sait pas, on touche pas...

Alors, Pasta ou Sushi?

Mon coeur balance entre les deux et il est difficile de choisir l'une ou l'autre. D'un point de vue purement personnel et étant adepte des sushis, la R1 me conviendrait mieux. Gabarit, partie-cycle et moteur, conviennent à mon style de pilotage et elle pardonne quelques erreurs. La RSV4 s'en sort fort bien, mais n'est pas pour moi, alors qu'elle convient parfaitement au pilotage incisif et au gabarit de Jimmy (Arrête, je vais rougir!). Toutefois, il faudra avoir un style de pilotage coulé pour pouvoir tirer toute la quintessence de cette superbe machine. Le choix est des plus cornéliens, ce qui peut me convenir ne conviendra pas forcément aux autres et vice et versa. Quoi qu'il en soit en choisissant l'une ou l'autre, vous aurez la banane et prendrez un pied fou, que ce soit sur route ou sur piste. Comme je le répète après chaque comparo, le mieux est de vous rendre en concession afin de vour faire votre propre opinion et surtout ne pas vous tromper au moment de lacher quelques milliers de francs.

Nos partenaires (Badan Motos pour Yamaha et 100%2Roues pour Aprilia) se feront un plaisir de vous conseiller et de vous faire essayer la moto de vos rêves.
El Yannou

Au final...

On a aimé :
+
La finition et la gueule de nos deux machines
+
L'allonge et la disponibilité du moteur de la R1
+
Le freinage de la RSV4... outch!
+
Le caractère châssis bien particulié de nos deux machines
+
Le pilotage tout en finesse de Jimmy (ça se voit que c'est moi?)
On a moins aimé :
-
La consomation (- de 180km avec un plein)
-
Toujours devoir regarder le compteur
-
Le gabarit de 125 de l'Aprilia...
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
La finition et la gueule de nos deux machines
+
L'allonge et la disponibilité du moteur de la R1
+
Le freinage de la RSV4... outch!
+
Le caractère châssis bien particulié de nos deux machines
+
Le pilotage tout en finesse de Jimmy (ça se voit que c'est moi?)
On a moins aimé :
-
La consomation (- de 180km avec un plein)
-
Toujours devoir regarder le compteur
-
Le gabarit de 125 de l'Aprilia...

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
R1
Année :
2012
Catégorie :
Supersport
Moteur
Type :
4 temps, DACT, quatre cylindres en ligne inclinés vers l'avant, 4 soupapes
Cylindrée :
998 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
182 ch à 12'500 tr/min
Couple max. :
111.5 Nm à 10'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Deltabox en aluminium
Suspension AV :
Upside-down telescopic fork, Ø 43 mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
(Monocross), Monoamortisseur
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17M/C (58W)
Pneu AR :
190/55 ZR17M/C (75W)
Freinage
Frein AV :
Double disque à commande hydraulique, Ø 310 mm
Frein AR :
Simple disque à commande hydraulique, Ø 220 mm
Dimensions
Longueur :
2'070 mm
Empattement :
1'415 mm
Largeur :
715 mm
Hauteur de selle :
835 mm
Poids total :
206 kg
Réservoir :
18 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Grey
 
Yamaha Blue
 
Competition White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 20'460.-
En ligne :
Garage :

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Aprilia
Modèle :
RSV4 R APRC
Année :
2012
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en V longitudinal à 65°, 4 temps
Cylindrée :
999 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Electronique numérique Magneti Marelli intégré dans le système de gestion du moteur.
Performances
Puissance max. :
180 ch à 12'500 tr/min
Couple max. :
115 Nm à 10'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
"Multi-disques à bain d'huile avec anti-broutement mécanique (Sy
Partie cycle
Châssis :
Cadre en aluminium à double poutre avec pièces moulées et embouties en tôle.
Suspension AV :
Fourche Sachs upside-down, tiges ∅ 43 mm.
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-ammortisseur Sachs avec piggy-back réglables en: précharge des ressorts, hydraulique en compression et détente.
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque en acier inox ∅ 320 mm flottant et bride en aluminium avec 6 cliquets. Etriers Brembo monobloc à fixation radiale, pompe radiale et tube frein en tresse métallique.
Frein AR :
Disque en acier inox ∅ 220 mm, étrier Brembo flottant à 2 pistons, pompe avec réservoir intégré et tube en tresse métallique.
Dimensions
Longueur :
2'040 mm
Empattement :
1'420 mm
Largeur :
735 mm
Hauteur de selle :
845 mm
Poids à sec :
183 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Compétition Black
 
Glam White
 
Sunlight Yellow
Catalogue
Prix de vente :
CHF 18'990.-
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Enfin le renouvellement de la KTM RC390 ?
La KTM RC n'a pas changé depuis de nombreuses années, ses parts de marché sont faibles face aux concurrentes et même la 390 Duke lui soustraits quelques ventes. Mais un nouveau millésime pointe le bout de ses carénages.
La nouvelle Aprilia Tuono V4 1100 en test à Imola
Dans la lutte au super roadster, la Tuono et son V4 font figure d'ancêtre face à la concurrence. Mais on est en droit de croire à un renouvellement du modèle.
La 80ème édition de Sturgis a bel et bien lieu
Rien n'arrête le plus célèbre rassemblement de bikers, pas même le Covid-19, la 80ème édition de Sturgis a débuté le 7 août et finira le 16 août.
Essai Honda CB1000R Neo Sports Café - Sortie de léthargie
La précédente CB1000R, c'est une des premières motos qu'on avait essayé sur le site en 2010. Depuis tout ce temps, elle n'aura changé qu'en 2018. Mais que s'est-il passé en 8 ans de développement ? Bah euh...
Djeemee's Story - Sapinette
Parce que le monde de la moto est rempli d'histoires, Djeemee a décidé qu'il allait également partager la sienne. En commençant à peu près par le commencement, soit l'histoire de son premier gros cube. Une Bandit 600 baptisée Sapinette. Tout un programme!
Roland Sands s'empare déjà de la BMW R18
Roland Sands est de ces préparateurs qui, quand vous le quittez une minute des yeux, sort un truc improbable de son atelier. C'est pour cette raison que bien souvent les constructeurs lui confient leur moto en avant première.

Hot news !

Essai KTM 390 Adventure - Elle doit être prise au sérieux
A l'annonce de sa sortie, j'étais sceptique. Je n'ai jamais vu une moto de ce segment sur nos routes, alors pourquoi celle-ci devrait marcher ? D'abord parce que l'Europe n'est pas le marché cible et ensuite parce qu'elle est vachement bien cette 390 Adventure !!
Kawasaki Z900 vs. BMW F900 R - Duel au sommet du marché roadster
Cette année 2020, si particulière, verra quand même l'énorme succès de la nouvelle Kawasaki Z900 sur le marché. Face à elle, BMW présente son premier roadster mid-size convaincant, la F900 R.
Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort
Il y a déjà un moment, Djeemee est allé mettre la RSV-4 Factory dans ses petits souliers en tentant de maîtriser ses 217 chevaux au quotidien. Il s'est bien ramassé et a enfin retrouvé l'usage de la parole pour nous en parler.
Duel Yamaha - Tracer 700 contre Ténéré 700 - Laquelle il vous faut vraiment
Le moteur CP2 est un grand succès pour Yamaha. Ce bicylindre en ligne de 689 cm3 a pris place dans pas moins de 4 modèles de la marque. Avec la mise à jour 2020 de la Tracer et la Ténéré 700, on pourrait croire que ces deux modèles sont très proches, mais il n'en est rien. On vous explique comment choisir.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.