Essai publié le 13 décembre 2010

Yamaha FJR 1300A – La GT éprouvée

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Nicolas Bassin

Nombreux sont ceux qui, dans leur vie de motard, ont rêvé de rouler une moto titrée à de nombreuses reprises comme étant la meilleure GT de l’année. Ce privilège s’est présenté à moi, j’ai saisi l’opportunité et ai effectué pas moins de 1’000km sur sa selle. Je parle bien de la très éprouvée Yamaha FJR 1300. Elle fait légion des parcs automobiles des polices de différentes nations, n’est-ce pas une belle référence ?

Approche :

La version d’essai est une belle noiraude. Certains ne prêchent que par le noir d’autres préfèrent un peu de couleur ; je fais partie de la deuxième catégorie. La FJR est une grosse moto de part ses dimensions sur le papier, sa cylindrée et sa vocation mais n’est pas exagérément imposante. En s’approchant de la moto, on découvre des lignes harmonieuses qui ont su prendre de l’âge sans paraître désuées, une face avant qui ne cache pas ses capacités dynamiques, un tableau de bord grand et lisible, un kit valises parfaitement en harmonie avec la ligne générale, des poignées chauffantes, une bulle réglable électriquement, un cardan et de larges poignées pour le passager qui trahissent le côté GT, …

Sa concurrente nippone immédiate, la Honda ST Pan-European, montre des rides ; la Yamaha, elle, peut être fière de son esthétique qui a su évoluer. Sortie en 2001, cette FJR 1300 a eu l’effet d’un pavé lancé dans une mare ; depuis sa naissance, elle a donné du fil à retordre à toute la concurrence présente et reconnue sur le marché des GT.

Prise en main :

L’automne bat son plein, il fait froid et il vente. Je me félicite d’avoir propriété de cette FJR 1300 pour les quatorze prochains jours ; je pourrai user de la protection de la haute bulle, des poignées chauffantes et du confort de cette GT. Sans tarder, je prends position sur sa selle, bascule la moto et range la béquille latérale. Je constate que la selle est relativement haute et pourtant, sa position est au plus bas (deux positions possibles).

Je mets le contact, la pompe à essence se manifeste, l’ordinateur de bord s’illumine et m’informe de nombreuses informations crutiales, les aiguilles du compte-tours et de l’indicateur de vitesse s’affolent, … L’ordinateur de bord présente, sur un écran de taille confortable, les informations suivantes : un compteur kilométrique, deux totaliseurs journaliers, un totaliseur de la réserve (distance parcourue sur la réserve), une montre, un niveau de carburant, la température du liquide de refroidissement, un afficheur du rapport engagé, la température atmosphérique, la consommation moyenne et instantanée et un système embarqué de diagnostic de pannes (que je n’ai heureusement pas eu l’occasion d’utiliser).

Le tableau de bord est clairement typé GT : grand, très lisible et offrant une foule d’informations.

Les commodos et les poignées d’embrayage et de frein avant tombent idéalement sous les doigts. Les Yamaha roulées jusqu’à présent offraient une utilisation facile et intuitive ; particularité appréciable car il m’est déjà arrivé de rouler des motos avec lesquelles il m’a fallu plusieurs centaines de kilomètres pour ne plus me tromper entre le klaxon, les phares longue portée et les indicateurs de direction.

Il est temps d’apprivoiser la machine. Le quatre pattes 1300 s’ébroue dans un feulement agréable. Je recule du bout des pieds ; attention, le poids de la moto se fait sentir et vous emporterait à la moindre perte d’équilibre. Sur ce point, à basse vitesse et lors de mes manoeuvres, je n’étais guère en confiance ; est-ce dû à la hauteur de selle, de ma position sur la moto, du centre de masse ? Je l’ignore et vous dis prudence !

En parlant de position de conduite et avant d’appuyer sur le sélecteur de vitesses, décrivons-la ! Je suis posé confortablement. Je suis bien sur une GT : dos droit et jambes pliées à l’équerre. Des envies d’évasion me traversent l’esprit…

Passons le premier rapport et relâchons l’embrayage, allons-y ! Le 1300 fait preuve d’une douceur et d’une souplesse exemplaire, même à froid. Quel plaisir, je me délecte sur un filet de gaz, le temps que la mécanique chauffe. La température des pneus, je ne pourrai guère en parler ; la météo saisonnière et la température atmosphérique ne permettront pas aux pneumatiques d’offrir la totalité de leurs performances.

Alors, qu’a-t-elle dans le ventre cette FJR ?

La FJR s’est montrée souveraine lors des voyages et des virées de plusieurs centaines de kilomètres, elle était une référence. Il est temps de vérifier sa réputation de grande routière.

Le froid de l’air m’oblige à monter le pare-brise. Une simple pression de mon pouce gauche suffit à faire grimper l’énorme pare-brise… ça monte, ça monte… et finalement, ça s’arrête juste là il ne fallait pas. Mes 175cm ne sont pas exactement compatibles. En effet, mon champ visuel est gêné, à mi-hauteur, par le haut du pare-brise. D’une part, ma vision est gênée et d’autre part, cela crée de drôles de remous sur le casque… sans parler de la pression venant de l’arrière exercée par le flux d’air. Apparemment, immédiatement après avoir franchi la bulle, le flux d’air se glisse derrière moi. Sans doute est-ce dû à la verticalité prononcée de l’axe de la bulle. De plus, cela génère de grands remous entre ma passagère et moi-même… En été, par fortes chaleurs, je dis pourquoi pas ; mais par des températures proches de 0°C, le but du pare-brise est bel et bien de protéger du vent, comme son nom l’indique. Enfin, cessons de se plaindre, pratiquer la moto demande des concessions sur le confort.

En parlant de confort, dans la liste des options d’origine, la FJR est pourvue de poignées chauffantes. C’est très agréable ! A l’avenir, il serait bon que la température des poignées chauffantes soit constante… En effet, la température est nettement plus élevée à haute vitesse qu’à basse vitesse. Tantôt j’avais froid aux mains, tantôt je devais lâcher la poignée pour que l’air frais la refoidisse. Sur la Kawasaki 1400 GTR récemment testée, la température est mieux régulée en fonction de la vitesse.

La selle, après quelques centaines de kilomètres, pourrait se montrer plus moelleuse. Pour une GT, elle est étroite et un peu trop ferme à mon goût.

Jusqu’à présent, je me suis plaint et j’ai critiqué la vénérable FJR. Parlons maintenant des nombreux points positifs offerts par cette routière.

La FJR jouit d’un très bon châssis rigide qui offre une précision dans la conduite. Le confort n’est pas sans reste, les suspensions accomplissent parfaitement leur mission. A la fois souples pour mes poignets et mes fesses et fermes pour me communiquer les irrégularités de la route, la partie-cycle offre le compromis idéal pour la vocation de la FJR.

En conduite coulée, à deux notamment, j’ai particulièrement apprécié le système de freins couplés. En effet, j’ai usé de la pédale de frein. L’actionnement de la pédale de frein fait effet sur le frein arrière ainsi que sur une partie du frein avant. On obtient un freinage honnête et confortable ; la moto est ainsi maintenue à plat et le passager ne souffre ainsi pas des plongées de la fourche. Sur routes humides, l’ABS se montre discret et efficace. On reconnaît tout le savoir-faire de Yamaha. Le freinage de la FJR, en conduite musclée, offre des performances de haut niveau et un mordant immédiat ; le poids de la moto ne se fait pas sentir.

Lors d’un long périple, si vous deviez rattraper un quelconque retard, la FJR saura vous offrir des prestations dynamiques dignes d’une vraie sport-GT. Le moteur, souple et discret à bas régime, se montre féroce à l’approche de la zone rouge. Ne vous attendez pas à pouvoir comparer sa rage à celui de la R1, ça n’a rien à voir. Seulement, pour un 1’300, il est étonnement véloce. Le couple aidant, les montées en régime sont linéaires. La recherche de la puissance est parfois nécessaire ; le poids est bien présent (291kg, tous pleins faits) et le couple ne suffit pas toujours à relancer vigoureusement la moto.

Tomber un rapport pour aider à la relance, rien de plus agréable. La boîte est onctueuse, précise et suffisamment rapide, la boîte et l’embrayage offrent un grand confort au pilote et au passager. Pas d’à-coups ni brutalité, les changements de rapport se font en toute sérénité.

A l’approche d’un virage, peut-être allais-je trop vite, j’appuie énergiquement sur la pédale de frein et resserre simultanément ma main droite. Le freinage est puissant, nul doute. De plus, la moto jouit d’une grande stabilité en freinage et l’entrée dans un virage se fait avec précision. Elle est capable de prendre de l’angle et même plus qu’il n’en faudrait. En sortie de virage, je tourne progressivement mais sans hésiter la poignée des gaz. Le moteur répend présent ; heureusement, sans à-coups.

Comme je l’avais déjà constaté sur une moto de la marque, la FJR souffre également d’une suspension arrière molle. C’est principalement en duo que la suspension arrière s’est manifestée. Le levier de réglage de la précontrainte de ressort offre deux positions (soft et hard). Même en position hard et en ajustant au mieux la force d’amortissement à la détente, je ne suis pas parvenu à obtenir un réglage qui me convenait… La moto aurait pu être parfaite.

Parle plus fort, je n’ai pas compris…

Le bruit du moteur et du double échappement, Yamaha aurait pu faire mieux. Certes, les normes de bruit et les exigences du marché-cible de la FJR ne demandent pas pétaradements, déflagrations et borborygmes… mais je m’attendais à quelque chose de plus expressif. D’ailleurs, le bruit du moteur en lui-même n’est pas désagréable… il est simplement étouffé. Imaginez-vous sur une sportive avec des boules Quiès très efficaces…

Une FJR en voyage :

La vocation première de la FJR est bien la balade. Elle a tout pour elle… et surtout pour ceux qui la chevauchent. Permettez-moi de vous énumérer quelques-uns de ces nombreux attributs qui vous seront utiles ou qui contribueront à votre confort : le tableau de bord complet et très lisible (voir quelques paragraphes plus haut), le réglage du faisceau des phares, le système de freins couplés, le pare-brise réglable en hauteur (se remet en position basse une fois le contact coupé), les poignées chauffantes (avec potentiomètre), les commandes de freins et d’embrayage hydrauliques, la selle du pilote réglable en hauteur, la selle du passager accueillant un antivol, la prise pour accessoires (GPS, chargeur téléphone mobile, …) à courant continu, … et surtout, les incontournables valises et top case. Les valises sont livrées d’origine avec deux sacs de toile à fermeture crémaillère, très pratique. Il est bon de constater qu’elles sont parfaitement étanches. Leur volume est confortable et dans la norme. L’ouverture des valises se fait aisément et leurs décrochage/accrochage relèvent de la plus grande simplicité.

La FJR est faite pour rouler avec ses valises, c’est indéniable. Jugez par vous-même en observant la photo. Ne trouvez-vous pas qu’il lui manque quelque chose ? L’arrière est nu et fluet sans les valises.

Grâce à tous ces accessoires et particularités, la FJR vous emmènera loin, très loin, seul ou en duo et par tous les temps que le ciel soit bleu ou chargé de nuages noirs ou que l’air soit d’une chaleur insoutenable ou d’un froid sibérien.

Conclusion :

Si elle est la préférée des gendarmeries et des voyageurs, il n’y a pas de hasard. Bien que la FJR présente ses premières rides, les prestations offertes sont de premier ordre. D’une ville à l’autre, pour les longues escapades ou tout simplement pour se rendre au travail, la FJR figure sur le podium des meilleures GT. Elle m’a mise en confiance dès les premiers tours de roues et s’est laissée conduire pendant près de 1’000 kilomètres sans effort ni crainte. Elle se prêtera aussi bien aux trajets autoroutiers qu’aux balades sur les petites routes, elle est très polyvalente.

Un grand merci à Hostettler AG – Yamaha Suisse pour le prêt de cette Yamaha FJR1300.
Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Le confort
+
Le moteur en parfaite adéquation avec le style de moto
+
Equipement d’origine
+
La facilité de prise en main
+
Les capacités routières et dynamiques
On a moins aimé :
-
L’amortisseur arrière
-
L’échappement d’origine
-
Le poids, à basse vitesse
-
La selle, un peu trop dure
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le confort
+
Le moteur en parfaite adéquation avec le style de moto
+
Equipement d’origine
+
La facilité de prise en main
+
Les capacités routières et dynamiques
On a moins aimé :
-
L’amortisseur arrière
-
L’échappement d’origine
-
Le poids, à basse vitesse
-
La selle, un peu trop dure

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
FJR1300A
Année :
2010
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne DOHC
Cylindrée :
1'298 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique TCI
Performances
Puissance max. :
143 ch à 8'000 tr/min
Couple max. :
134 Nm à 7'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d’huile à commande hydraulique
Partie cycle
Châssis :
Cadre « diamant » en aluminium
Suspension AV :
Fourche télescopique de 48 mm réglable totalement en compression, détente et précharge
Course AV :
135 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur, réglable totalement en détente et précharge
Débattement AR :
125 mm
Pneu AV :
120/70 R17
Pneu AR :
180/55 R17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque de 320 mm
Frein AR :
Simple disque de 282 mm
Dimensions
Longueur :
2'230 mm
Empattement :
1'545 mm
Largeur :
750 mm
Poids à sec :
291 kg
Réservoir :
25 litres
Coloris disponibles
Coloris :
2 noir différents
 
Gris
Catalogue
Prix de vente :
CHF 23'120.-
Avec 3 ans de Swiss-Garantie
En ligne :

Plus d'articles Moto

Saga Speed Triple 2021 - Amortisseur en prise directe
Début de semaine on a découvert une première photo volée sur la couverture d'un journal allemand, RideApart nous sert toutes les photos.
Saga Ducati Multistrada V4 - Deuxième service de photos volées
L'activité de test et développement semble intense, la Multistrada V4 a refait une sortie et on note de nouveaux détails.
Enchères Bonhams du 14 au 16 août – “The Summer Sale Bicester Heritage” Une Suzuki 750cc XR11 de 1976 en vedette
Avis aux amateurs de vieilles (motos)… Le Royaume-Uni est un des pays des enchères. Et Bonhams est une institution parmi les institutions – les ventes concernent les motos, les automobiles mais aussi l’art, les objets de mode, le mobilier intérieur, etc.
Les Husqvarna Vitpilen 701 et Svartpilen 701 rappelées pour leur réservoir
Ce rappel concerne les Vitpilen 701 construites depuis 2018, ainsi que les Svartpilen 701 de 2019 et 2020, et enfin toutes les Svartpilen Style 701 de 2019.
Après le compresseur, Kawasaki pourrait faire dans le deux-temps
Fan inconditionnel de deux-temps, réjouissez-vous ! Kawasaki s'est mis en tête d'en refaire un. La dernière fois qu'ils ont pris un pari osé, ils ont accouché de la H2...
La future Triumph Speed Triple R(S) surprise en test
Dans leur dernier numéro, nos confrères allemands de Motorrad ont publié des photos de la nouvelles Triumph Speed Triple R(S) en cours d’essai.

Hot news !

Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort
Il y a déjà un moment, Djeemee est allé mettre la RSV-4 Factory dans ses petits souliers en tentant de maîtriser ses 217 chevaux au quotidien. Il s'est bien ramassé et a enfin retrouvé l'usage de la parole pour nous en parler.
Duel Yamaha - Tracer 700 contre Ténéré 700 - Laquelle il vous faut vraiment
Le moteur CP2 est un grand succès pour Yamaha. Ce bicylindre en ligne de 689 cm3 a pris place dans pas moins de 4 modèles de la marque. Avec la mise à jour 2020 de la Tracer et la Ténéré 700, on pourrait croire que ces deux modèles sont très proches, mais il n'en est rien. On vous explique comment choisir.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.