Essai publié le 30 janvier 2020

Essai Kawasaki Ninja 1000SX - Quand sport et confort font bon ménage

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Impact Images (T. Keeton et G. Brown)

Il y a neuf ans, Kawasaki présentait la Z1000SX. Cette déclinaison du turbulent roadster Z1000 s’inscrivait comme référence parmi les motos sport-touring du marché. Depuis, génération après génération, elle a évolué et s’est bonifiée. En ce début d’année, Kawasaki dévoile la Ninja 1000SX, la quatrième (et peut-être ultime) évolution.

Cette conséquente mise à jour vient compléter la gamme Ninja (ndlr : modèles pourvus d’un carénage) qui s’étend de la petite Ninja 125 à l’exceptionnelle Ninja H2R.

Bien que le segment des sport-tourers ne soit pas très porteur en Europe, Kawasaki vise le marché nord-américain, là où la Ninja (Z)1000SX excelle et s’affiche en tête des ventes. Aux Etats-Unis, avec près de 12’000 unités écoulées, elle est ni plus ni moins la sport-tourer la plus vendue de ces trois dernières années.

Il va sans dire que cette quatrième évolution a des atouts pour elle et met la barre haute à la concurrence. On découvre ainsi une moto arrivée à maturité, pleine de qualités et quasiment exempte de défauts.

A l’écoute de la clientèle verte, les ingénieurs Kawasaki n’ont pas chômé et ont mis le paquet. Les nouveautés sont très nombreuses. En quelques points clés :

  • nouvel écran TFT de 4.3’’ en couleurs avec connectivité Bluetooth
  • cartographie moteur retravaillée ainsi qu’admission et arbre à cames revus (moteur conforme à la norme Euro5)
  • quickshifter up&down (déconnectable)
  • commande des gaz ride-by-wire plus précise
  • nouvelle ligne d’échappement
  • nouvelle fourche inversée à deux vitesses d’amortissement
  • selles pilote et passager plus confortables
  • bulle plus large et réglable sur quatre positions
  • régulateur de vitesse de dernière génération
  • éclairage 100% LED
  • design des éléments de carénage revu pour une meilleure canalisation des flux d’air chaud
  • ligne d’accessoires complète
  • points d’ancrage des valises latérales épurés
  • intervalle de service fixé à 12’000km et garantie de quatre ans (sur tous les modèles touring)
  • équipée d’origine avec les Bridgestone Battlax Hypersport S22

Ces nouvelles caractéristiques viennent s’ajouter à l’équipement déjà très complet que nous avons découvert avec la troisième évolution de la Ninja 1000SX :

  • centrale inertielle à six axes
  • système de freinage ABS actif en virage
  • contrôle de traction
  • embrayage assisté anti-dribble

La Kawasaki Ninja 1000SX offre désormais un équipement complet et ne manque donc de rien. Certains lui reprocheront de ne pas profiter du système de suspensions électroniques semi-actives, à l’instar de la Versys 1000 SE. En a-t-elle réellement besoin ?

Les Verts se sont fendus d’une présentation presse en Andalousie pour démontrer que leur Ninja 1000SX vaut bien le détour. Il est vrai que j’ai quelques a priori quant à la raison d’être de ce style de moto. En effet, la Ninja 1000SX n’est ni un roadster ni une supersportive… mais peut-être est-ce bien là que l’on peut trouver ses avantages ?

Alors, voyons voir !

Plus de 300 kilomètres sont au programme, avec des styles de route très différents, allant du milieu urbain aux virolets de la verdoyante Andalousie.

A prime abord, la moto est pour le moins accueillante : son épaisse selle en deux parties (pilote/passager), sa position de conduite ni trop droite ni trop inclinée vers l’avant, ses commodos au maniement intuitif, son écran TFT recensant toutes les informations nécessaires et même quelques gadgets comme l’affichage de l’angle maximal ainsi que le degré d’accélération/décélération, la possibilité de switcher d’un mode de conduite à l’autre en fonction de l’envie ou de la météo, la connectivité avec le smartphone via l’App Rideology pour recevoir appels et autres messages, ses deux valises d’un volume total de 56 litres pour emporter une quantité généreuse d’effet personnel, …

Quand bien même les informations de route affichées sur l’écran TFT et les possibilités de réglages de la moto sont nombreuses, je me sens de suite à l’aise en naviguant d’un menu à l’autre du tableau de bord. L’App Rideology est de la même trempe et on ne s’y perd pas.

Ce qu’offre l’App Rideology :
- Infos générales : Niveau d’essence, trips journaliers et total, échéance de services
- Données de trajet : Trace GPS
- Téléphonie : Réception des appels et des SMS
- Modes de conduite : Présélection du mode de conduite

Il ne reste qu’à régler la bulle sur l’un des quatre niveaux et je pourrai prendre la route sereinement.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur disponible à tous les régimes
+
Moteur plein de caractère
+
Partie-cycle (rigueur et confort)
+
Moto arrivée à maturité
On a moins aimé :
-
Manque d'attrait en Europe
-
Vibrations dans les pieds au-delà de 5'500trs/min

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Ninja 1000SX
Année :
2020
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps
Cylindrée :
1'043 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection: Ø 38 mm x 4 avec papillons secondaires ovales
Performances
Puissance max. :
142 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
111 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidique à bain d’huile / Quickshifter up/down
Partie cycle
Châssis :
Doubles tubes, aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée de 41 mm avec réglage progressif de la compression, de la détente et de la précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Amortisseur horizontal «Back-link» à gaz, réglage en détente et précharge (molette déportée)
Débattement AR :
144 mm
Pneu AV :
120/70ZR17M/C (58W)
Pneu AR :
190/50ZR17M/C (73W)
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Doubles disques semi-flottants de 300 mm. Deux étriers monoblocs radiaux à 4 pistons opposés
Frein AR :
Simple disque de 250 mm. Étrier à simple piston
Dimensions
Longueur :
2'100 mm
Empattement :
1'440 mm
Largeur :
825 mm
Hauteur de selle :
835 mm
Différentes hauteurs de selle en option
Poids à sec :
235 kg
Réservoir :
19 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Metallic Graphite Gray / Metallic Diablo Black
 
Emerald Blazed Green / Metallic Carbon Gray / Metallic Graphite
 
Pearl Blizzard White / Metallic Carbon Gray / Metallic Spark Bla
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'490.-
Différents packs disponibles
En ligne :

Plus d'articles Moto

Kawasaki Z900 vs. BMW F900 R - Duel au sommet du marché roadster
Cette année 2020, si particulière, verra quand même l'énorme succès de la nouvelle Kawasaki Z900 sur le marché. Face à elle, BMW présente son premier roadster mid-size convaincant, la F900 R.
Cette petite KTM RC250 s'est mue en un café racer tendance
En laissant ses carénages dans le coin d'un atelier en Indonésie, ce petit roadster au guidon bracelet imaginé par Minority Custom Motorcycles devient tout à coup très désirable.
Ducati Monster 2021 - Comment ont-ils osé ?
Spoiler alert : elle a un châssis alu et plus un treillis en acier. Vous êtes choqués ?
Les anglais de Langen Motorcycles projettent de commercialiser un roadster 250 2-temps
Langen Motorcycles a présenté une maquette digitale et un moteur de roadster 250 2-temps plutôt séduisant.
La Kymco RevoNEX se dévoile sur des documents de brevet
Parmi les électriques, la Kymco RevoNEX est une excentrique dotée d'un embrayage et d'une boite de vitesse. La façon de faire accepter cette propulsion aux motards ?
Randy Krummenacher quitte l'équipe MV Agusta avec effet immédiat
Le pilote zürichois a annoncé sa rupture immédiate du contrat qui le liait à la firme italienne, pour "préserver son intégrité morale et professionnelle".

Hot news !

Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort
Il y a déjà un moment, Djeemee est allé mettre la RSV-4 Factory dans ses petits souliers en tentant de maîtriser ses 217 chevaux au quotidien. Il s'est bien ramassé et a enfin retrouvé l'usage de la parole pour nous en parler.
Duel Yamaha - Tracer 700 contre Ténéré 700 - Laquelle il vous faut vraiment
Le moteur CP2 est un grand succès pour Yamaha. Ce bicylindre en ligne de 689 cm3 a pris place dans pas moins de 4 modèles de la marque. Avec la mise à jour 2020 de la Tracer et la Ténéré 700, on pourrait croire que ces deux modèles sont très proches, mais il n'en est rien. On vous explique comment choisir.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.