Essai publié le

CLS Evo, le graisseur de chaîne automatique - Compte-rendu après 10’000km

Texte de Charles Donzé
Imprimer cet article

L’entretien de la chaîne de sa moto, c’est un sujet récurrent lors de discussions entre motards. Quelle huile, quelle brossette, quel nettoyant, quelle fréquence, quelle quantité d'huile ? Les questions sont nombreuses, de même que le souci du bon entretien de la chaîne est important. Dans tous les cas, disons-le franchement, ce n’est de loin pas la tâche la plus intéressante à réaliser régulièrement. C'est même (très) chiant !

Etant propriétaire d’un trail dépourvu de cardan, je voulais répondre à toutes ces questions sans me casser la tête, mais surtout en biffant la case "entretien régulier". Rapidement, je me suis tourné vers l’offre de systèmes de graissage automatique. Un réservoir d’huile, une unité électronique couplée à un module de contrôle, une durite, … tous se valent. Mon choix se porte sur le CLS Evo, version Tour. La seconde version Sport se différencie de la Tour avec l’avantage de disposer d’un capteur de vitesse, réglant ainsi automatiquement le débit d’huile en fonction de la vitesse. Cette version Sport se justifie sur une moto utilisée essentiellement sur route sèche et sur piste. Comme ce n’est de loin pas la vocation de mon trail, la version Tour s’imposait ; le réglage du débit étant manuelle, j’ai donc tout le loisir de choisir le débit en fonction des conditions (route poussiéreuse, chaussée détrempée, parcours autoroutier, …).

L’heure est au montage. Quand j’ouvre le coffret, il y a de quoi prendre peur. Pour un "simple" graisseur de chaîne, on trouve de la quincaillerie, des colliers de serrage, de la colle forte, des durites, un réservoir d’huile, du câblage électrique, … il y en a pour tous les corps de métier. Enfin, c’est l’impression que cela donne ; mais deux à trois heures plus tard, une fois que l’installation du graisseur est terminée, je me dis que ce n’était vraiment pas sorcier. En effet, il suffit d’être méthodique et de prévoir minutieusement où se situeront les différents éléments électroniques (unité centrale, boîtier de commande), le réservoir d’huile et surtout le passage de la durite et la position du pointeur sur la couronne de chaîne.

Pour la discrétion du système, j’ai logé le boîtier de commande sous la selle passager. Je n’aurai alors pas le loisir de modifier le débit en roulant, je devrai m’arrêter, mais au moins, je ne m’embêterai pas à frayer un passage au câble du boîtier pour fixer ce dernier au guidon… Quant à la durite, si elle est trop apparente, il est possible de la cercler d’une gaine tressée de plastique.

Mon trail a l’avantage d’avoir beaucoup de place pour les selles. En plus, je trouve un volume suffisant sous le porte-paquet pour y installer le réservoir d’huile et l’unité centrale ainsi que tout le câblage superflu.

Après avoir bien pensé le montage et l’emplacement de chacun des éléments, il ne me faudra que deux bonnes heures pour tout installer proprement. Le système fonctionne parfaitement, pour autant que le moteur tourne. En effet, n’essayez pas, comme moi, de comprendre pourquoi il n’est pas possible de régler le débit alors que vous venez de mettre le contact. Ce qui est quelque part logique… Mais lorsque le boîtier de commande se trouve sous la selle, cette logique n’a plus de sens puisqu’il faut, au préalable de l’allumage du moteur, avoir ouvert la selle passager. Enfin, c’est une habitude à prendre. En aucun cas, ça se trouve être rédhibitoire.

Après plusieurs milliers de kilomètres, je peux donc établir un bilan très positif de l’utilisation du graisseur de chaîne CLS Evo. En contrôlant régulièrement, je constate que la chaîne est toujours légèrement humide, preuve que le graissage est effectif. Aussi, mais surtout, elle n’est jamais sale, hormis après une session en tout-terrain. Et si le réglage du débit est optimal, à savoir le nombre de gouttes à la minute en relation aux conditions, jamais votre roue ne sera crépie d’huile collante.
A ce propos, il est vrai que les premiers temps, j’oubliais de régler correctement le débit. Par exemple, après un long trajet sous la pluie, durant lequel j’avais défini le réglage sur la position 5, je me suis retrouvé à rouler durant des dizaines de kilomètres (en Corse) à des vitesses oscillant entre 25 et 50 km/h… Le débit étant trop important, j’ai vu apparaître des petites taches noires graisseuses sous le top-box. N’aillez crainte, vous ne pouvez pas vous tromper, le manuel d’utilisation du graisseur de chaîne indique les positions idéales en fonction de chacune des conditions de roulage ; le seul souci est d’oublier d’adapter le débit.

Il serait intéressant de faire un point de situation après 30-40’000 kilomètres, histoire de juger du vieillissement de la chaîne. Car le CLS Evo garantit la prolongation de la durée de vie de la chaîne, du fait que cette dernière est graissée en permanence et qu’elle subit moins, voire pas du tout, l’accumulation de saleté.

Si c’était à refaire, soit d’opter pour un système de graissage automatique ou rester à la bonne méthode traditionnelle, je n’hésiterais pas à choisir à nouveau le système CLS Evo. L’entretien de la chaîne n’est plus un souci, ni une contrainte. Et ça, ça n’a pas de prix !

Une fois que le CLS Evo est installé, quels sont les avantages ?

  • L'usure de la chaîne est limitée puisqu'elle est entretenue en permanence (auto-nettoyage avec de l’huile de lubrification toujours renouvelée), ainsi sa durée de vie sera allongée (le fabricant annonce carrément qu'elle sera doublée au minimum),
  • La réduction du phénomène de chauffe de la chaîne qui est à l’origine de sa détente,
  • Moins de résistance au frottement (huile plus fluide) ce qui apporte un gain de puissance à la roue,
  • La propreté du système (pas de déjection sur la jante et aux abords du pignon de sortie de boîte),
  • Economique : le réservoir de 100ml offre une autonomie d'environ 12'000km (le CLS Evo est livré avec un bidon de 500ml d'huile)
  • ... et surtout la chaîne ne demande plus d'entretien !

Prix :

  • Version Tour : € 279.- (à commutateur) ou € 289.- (à display)
  • Version Sport avec capteur de vitesse : € 319.- (à commutateur) ou € 329.- (à display)
  • Fabriqué en Allemagne et garanti 5 ans.
Plus d'infos : Nova-moto.fr.

Suivez AcidMoto.ch !

Fiche technique

Modèle
Marque :
CLS Evo (graisseur de chaîne automatique)
Modèle :
Tour
Catalogue
Prix de vente :
Dès € 279.-
En ligne :

Plus d'articles Accessoires

RaceAnalyse - Votre chrono et coach GPS Swiss Made
Les solutions d'enregistrement de vos performances sur piste sont nombreuses, du lecteur de boucle magnétique à l'appareil le plus complet allant jusqu'à mesurer votre prise d'angle. RaceAnalyse s'adresse aux amateurs et aux professionnels à la recherche d'un outil simple et intuitif.
Nettoyant chaîne Ultra de Red Octopus - A base d'huile de ricin
Red Octopus arrive sur le marché Suisse avec un nouveau produit, le nettoyant chaîne Ultra.
Une tente offerte à l'achat de Dunlop TrailSmart Max
Vous êtes possesseur d'un trail et vous avez l'âme aventurière ? L'action Dunlop pourrait vous donner des envies d'évasion !
Supermoto - Ludovic Soltermann, ambassadeur de la marque des montres DuManège
La Chaux-de-Fonds est mondialement connue pour sont horlogerie de pointe. Depuis quelques années, Julien Fleury propose des éditions limitées haut de gamme. Désormais en Kickstarter, la gamme est plus accessible et s’étend aux motards.
GIVI lime screen - Des bulles sécuritaires pour les Kawasaki
Pas facile pour un équipementier comme Givi de se réinventer. Et pourtant ! Présenté au Salon de Milan fin 2016, le concept « Ice Screen » est novateur et promet d’améliorer de façon non négligeable la sécurité passive à moto.
Essai du système Quad Lock - Un support de téléphone pour la brêle
Le système Quad Lock: Une coque et un support pour l'installer partout où tu iras ! Mais est-ce que ce système est fiable ?

Recherche

Hot news !

Motorex Helmet care et Protex Spray - Pour nettoyer et imperméabiliser
En plus de sa gamme de lubrifiants, Motorex a également tout un catalogue de produits innovants pour l'entretien courant de votre moto et de votre équipement. Avant l'hiver, pensez au pouvoir nettoyant de la mousse Helmet Care avant d'imperméabiliser à l'aide du Protex Spray !
Drift HD Ghost - Concurrente à la hauteur
Fleuron de la gamme Drift Innovation, cette caméra est la réponse à la GoPro Hero 3. Télécommande, appli mobile, étanchéité: tout y est. Si vous n'êtes pas équipé, lire ce qui suit vous donnera les points clés de l'utilisation in situ d'une caméra par un motard.
Les feux au xénon autorisés en Suisse sous certaines conditions !
C'est une petite révolution que nous venons d'apprendre et pourtant l'info circulait déjà depuis plus d'une année dans les différents services des automobiles.
Drift Innovation HD Ghost, de quoi faire trembler la concurrence !
Drift Innovation présente sa toute dernière caméra, la HD Ghost.
GoPro Hero 3 - 30% plus petite et 25% plus légère: le leader enfonce le clou
Après cinq versions avec des évolutions essentiellement internes, GoPro vient de présenter une sixième version appelée Hero 3 (c'est la troisième à filmer en HD1080). Cette fois-ci, le boîtier a nettement rétréci et embarque de nouvelles fonctionnalités.
Pirelli Diablo Rosso Corsa, l'essai dans toutes les situations !
En ce début de saison, nous avons testé le Pirelli Diablo Rosso Corsa sur circuit comme sur route. Un pneu tri-gommes polyvalent offrant d'excellentes performances !

Liens Partenaires