Essai publié le

Essai Triumph Speed Triple RS – Le retour de la Reine

Texte de Gonzo / Photo(s) de Triumph
Imprimer cet article

Dans le monde des roadsters, il y a des valeurs qui ne changent pas avec le temps. Depuis 1994, la Triumph Speed Triple fait partie des références en étant une, si ce n’est La pionnière dans le genre. Du couple, de l’allonge, un caractère joueur, voire même une aura, voilà ce que ce que c’est une Speed Triple. Le tout dans un équilibre incroyable entre puissance, finesse de la partie cycle, et ressenti du pilote.

Pour 2018, l’anglaise s’offre un sérieux lifting, tout en gardant ses atouts majeurs afin de revenir comme étant la Speed la plus puissante et la plus efficace jamais produite. Présentation des deux versions de la Speed Triple, S et RS.

Vous le savez certainement déjà, pour ce nouveau millésime, le fer de lance de Triumph sera décliné en deux versions, à savoir les Speed Triple S et Speed Triple RS. Les différences entre les deux versions se situent dans la partie cycle, avec la présence du manufacturier suédois Öhlins sur la version RS contre du Showa pour la version S. D’autres attributs confèrent à la version RS un caractère encore plus abouti et plus exclusif pour arriver à un niveau de finition exemplaire, proche de la perfection.

L’électronique est également plus perfectionnée sur la version ultime. Mais patientez un peu, je développerais plus tard ces différences. Le moteur en revanche reste identique sur les deux variantes de la Reine d’Hinckley.

La volonté actuelle se veut gourmande en chiffres. Du coup, la majorité des « gros » roadsters récents affichent des chiffres qui s’approchent presque dangereusement (inutilement) des sportives. De son côté, la nouvelle mouture de la Speed évolue également en terme de performances, mais de manière raisonnable, et voit sa puissance augmenter de 10 canassons pour passer à 150 chevaux. De la même manière, le couple évolue également pour grimper à 117 Nm.

Mais à Hinckley, l’idée n’était pas de présenter une Speed Triple identique au modèle précédent avec quelques watts de plus. Bref, plus de watts de manière générale, tout en restant accessible. La grande force de la reine de Hinckley ne réside donc pas que dans son moteur.

Le trois cylindres de 1050 cm3 a donc été revu de manière importante et on n’annonce pas moins de 105 nouveaux composants moteur.  Du coup, la zone rouge se voit repoussée à un peu plus de 11'000 tr/min, soit 1'000 tr/min de plus, le tout pour une montée en puissance plus affirmée mais surtout plus durable. Et pour rendre tout ça encore plus grisant, l’échappement a été revu et se voit plus direct pour des vocalises à en faire pâlir bien des chanteurs. Et encore, on ne parle pas de l’élément Arrow monté de série sur la version RS…

Mais qu’est ce qui a changé exactement pour pouvoir augmenter la puissance de 7% et le couple de 4% ? On ne va pas rentrer dans le détail, mais plusieurs mises à jour du moteur rendent ces améliorations possibles, comme par exemple un nouveau pignon de vilebrequin, des chemises de cylindre allégées ou encore de nouveaux pistons et une nouvelle culasse afin d’améliorer « l’écoulement » des gaz qui permettent d’augmenter le taux de compression.

En 2018, il est inimaginable de concevoir une moto qui se veut performante sans passer par la case « électronique ». La nouvelle Speed Triple ne déroge pas à la règle.

On s’en rend immédiatement compte en voyant le tableau de bord qui n’est autre qu’un écran couleur TFT de 5 pouces. Et attendez de l’allumer, vous verrez rapidement l’animation du logo Triumph associée au démarrage vous plonger dans un univers digne d’un jeu vidéo. Dans un souci d’ergonomie améliorée, il est possible de régler l’angle de vue et l’intensité de l’éclairage pour une visibilité optimale.

Cet écran, découvert sur la « petite » Street Triple, ne fait qu’annoncer la couleur (c’est le cas de le dire) puisqu’à partir de lui, on va pouvoir, au moyen des commodos rétro-éclairés et du joystick, choisir le mode de conduite souhaité.

Pour la version S, 4 modes sont  au menu à savoir les traditionnels Rain, Road, Sport et (celui que je préfère) le Rider qui est entièrement personnalisable, au point de pouvoir supprimer les assistances… Wheelings et travers de porc deviennent donc envisageables ! La version RS permet d’accéder à un mode supplémentaire qui n’est autre que le Track, qui offre des réglages avancés quand à l’ABS et à l’antipatinage.

Si le mode Rain bride la moto à 100 chevaux, les autres modes interviennent sur la réponse à la poignée de gaz « ride-by-wire » et sur les différentes assistances, mais en aucun cas sur la puissance délivrée par le trois pattes.

Tiens, les assistances, parlons-en. La Speed Triple S est donc équipée de l’ABS et de l’antipatinage, réglables en intensité d’intervention et déconnectables. Toujours de série, un régulateur de vitesse est maintenant de la partie afin d’agrémenter le catalogue des offres électroniques de la « S », en plus des feux de jour et de la prise d’alimentation USB. Au niveau du tableau de bord, il est possible de choisir différentes versions de l’affichage des infos, qui changent d’elles même en fonction du mode de conduite choisie.

C’est au niveau de la « RS » que le niveau électronique fait réellement une évolution majeure. Cette fois-ci, les systèmes ABS et antipatinage sont optimisés pour les virages et assure une répartition optimale des forces de freinage, du taux de glissement et du couple pour de meilleures performances. Pour faire simple, on peut envoyer du lourd, que ce soit en terme d’accélération ou de freinage, lorsqu’on est sur l’angle. Evidemment, pour gérer tout ça, il fallait bien une centrale inertielle avancée.

Pour la Speed Triple RS, l’IMU a donc été développée en partenariat avec Continental et collecte en tout temps toutes les mesures  nécessaires (mesures de roulis, de tangage, de lacet, d'angle d'inclinaison et d'accélération) au bon fonctionnement des assistances. Comme la version S, la RS dispose de plusieurs affichages au tableau de bord. La version upgradée permettant de choisir entre 6 affichages différents.

Dernière évolution technologique, la Speed Triple RS est dotée d’un système keyless, avec un nouveau système de verrou de direction et de démarrage sans clé, lui aussi désactivable.

Dans cette présentation de la Speed Triple, on parlé moteur, on a parlé électronique, mais on n’a pas encore abordé la partie cycle. Et pour la Speed Triple, la partie cycle, c’est une grande partie de la réussite de cette moto. Sur le précédent modèle que j’avais eu l’opportunité d’essayer, j’avais trouvé l’ensemble suspensions/cadre parfait, tant au niveau du ressenti au guidon qu’au niveau de l’efficacité. L’idée de base a été de conserver cette alchimie sur le nouveau millésime. On retrouve donc un cadre en alu à double berceau, sublimement terminé par ce mono-bras oscillant qui met en avant cette nouvelle jante brillante à 5 bâtons. Exquis! Si votre choix se porte sur la Speed Triple S, la continuité de ce cadre se fera par l’intermédiaire des éléments de suspensions Showa. Si en revanche, vous avez craqué sur la version RS, c’est comme d’habitude du Öhlins qui fera la jointure entre le cadre et les Pirelli Diablo Supercorsa. Pour être clair, voici l’équipement des deux versions :

  • Speed Triple RS : fourche inversée Öhlins NIX30 de 43 mm et mono-amortisseur bitube Öhlins TTX36.
  • Speed Triple S : fourche inversée Showa de 43 mm et mono-amortisseur Showa.
  • Que vos suspensions soient dorées ou noires, elles seront entièrement réglables en précharge, détente et compression.

Ajoutez à cet ensemble un freinage signé Brembo M4.34, et vous obtenez une combinaison idéale pour que la nouvelle Triumph soit dotée d’une des meilleures parties cycle du marché des roadsters. D’autant plus que le poids de la Speed Triple S égale celui de l’ancien Speed Triple R (192 kg) alors que le RS est plus léger de 3 kg. Merci au carbone ajouté ça et là ainsi qu’aux différences avec le modèle « standard » !

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son moteur
+
Sa partie cycle ultra saine
+
Rhaaaaa ce son!!!
+
Elle est belle
On a moins aimé :
-
Pas de shifter d'origine
-
Traction contrôle indissociable de l'anti-wheeling
-
Un prix qui peut être repoussant
-
Elle est pas (encore) à moi

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speed Triple RS
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne à refroidissement liquide, 12 soupapes, doubles arbres à cames en tête
Cylindrée :
1'050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle avec SAI
Performances
Puissance max. :
150 ch à 10'500 tr/min
Couple max. :
117 Nm à 7'150 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage multidisque à bain d’huile anti-dribbling
Partie Cycle
Châssis :
Double berceau en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Öhlins de 43 mm NIX30 avec réglage de la précharge, de la détente et de la compression
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Amortisseur Öhlins TTX36, réglage de la précharge, de la détente et de la compression
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
190/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant Ø 320 mm, étriers monobloc à montage radial 4 pistons Brembo. ABS déconnectable
Frein AR :
Simple disque de 255 mm, étrier coulissant à 2 pistons. ABS déconnectable
Dimensions
Longueur :
2'075 mm
Empattement :
1'445 mm
Largeur :
775 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
189 kg
Réservoir :
15,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Jet Black
 
Crystal White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17'150.-.-
En ligne :

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speed Triple S
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne à refroidissement liquide, 12 soupapes, doubles arbres à cames en tête
Cylindrée :
1'050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle avec SAI
Performances
Puissance max. :
150 ch à 10'500 tr/min
Couple max. :
117 Nm à 7'150 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage multidisque à bain d’huile anti-dribbling
Partie Cycle
Châssis :
Double berceau en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Showa de 43 mm avec réglage de la précharge, de la détente et de la compression
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Amortisseur Showa, réglage de la précharge, de la détente et de la compression
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
190/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant Ø 320 mm, étriers monobloc à montage radial 4 pistons Brembo. ABS déconnectable
Frein AR :
Simple disque de 255 mm, étrier coulissant à 2 pistons. ABS déconnectable
Dimensions
Longueur :
2'075 mm
Empattement :
1'445 mm
Largeur :
775 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
192 kg
Réservoir :
15,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Blacke
 
Crystal White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'850.-.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

SWM SM500 R - La Supermotard 2018 passe à la norme Euro4
SWM continue son développement et propose désormais sa supermotard "SM500 R" aux normes Euro4.
BMW Motorrad Concept 9cento - Le futur de BMW s'annonce sexy
BMW Motorrad profite du concours d'élégance à la Villa d'Este pour présenter son nouvel OVNI, le Concept 9cento.
MV Agusta Brutale 800 RR LH44 en hommage à Lewis Hamilton
La manufacture de Varese ne cesse de développer des éditions spéciales, aussi exclusives les unes que les autres. LH44, c'est ainsi que se nomme la nouvelle édition spéciale de la MV Agusta Brutale 800 RR en hommage à Lewis Hamilton.
Dix cols alpins réservés exclusivement aux cyclistes ponctuellement durant ces prochains mois
Dix cols alpins dans toute la Suisse seront successivement fermés à la circulation ces prochains mois et exclusivement réservés aux cyclistes. L'événement est ouvert aux amateurs de vélo de tout niveau. Le col du Susten inaugure la série le week-end prochain.
Sculpteur sur bois - Découvrez la passion de Jean-Pierre Savary
Il y a quelques jours, j’ai été invité par un excellent artiste à Semsales, Jean-Pierre Savary. Un sculpteur sur bois qui a connu sa passion très tôt.
Les Balkans en 2RM le cœur sur la main - Plus de 8000 km en soutien aux malades de Crohn
Aventuriers avides de voyages et de découvertes, Chloé Bergeron et Jeremy Blanchard, tous les deux motards, partiront dans quelques jours vivre une belle aventure à motos.

Recherche

Hot news !

La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.

Liens Partenaires