Essai publié le

Essai Suzuki GSX-R 250 - J'ai piqué la meule de Rins et Iannone

Texte de Marc / Photo(s) de Malo Liechti
Imprimer cet article

Il y a des essais qui vous marquent et vous laissent des souvenirs impérissables, hé bien croyez-moi, de un je n’ai pas dû me faire prier pour poser mon séant sur cette petite GEX et de deux je me suis régalé !

Dans un temps lointain, lorsque je j’étais jeune et que l’on croisait encore des ptérodactyles dans les cieux, je roulais en sportive de l’époque, sur une RG125 qui était la digne descendante de la mythique RG500. Alors quand les p’tits gars de chez MM Ride m’ont proposé ce galop d’essai sur la GSX-R250, digne héritière de la GSX-R1000 testée à Estoril je n’ai pu que dire : ouiiiiiiii !

Aujourd’hui, nouveau permis et nouvelles normes anti-pollution obligent, les 125cc deux-temps ont quasiment disparues de la circulation, place donc aux réplicas 250 ou 300cc à quatre temps.

Arrivé devant la petite GEX je ne peux que trouver moult ressemblances avec sa grande soeur terreur des circuits. Tout d’abord la ligne est calquée sur la grande et on donnerait volontiers quelques centimètres cubes de plus à la 250 alors que dans le même temps la 1000 fait tout pour paraître plus fine. Tient, ça me rappelle un peu mes ados qui veulent paraître grands et moi qui tient à mon jeunisme…

Au niveau de ses entrailles, la baby Gex reprend le vertical twin de l’Inazuma 250. Ce dernier, qui selon Alex, un des deux boss de MM Ride, n’est pas un foudre de guerre mais crache tout de même ses 25 chevaux réglementaires. La zone rouge fixée à 11’500 tr/mn indique qu’il faudra aller chercher les chevaux en haut.

Au niveau du look et de la finition, la GSX-R250 claque un max, on en a pour son argent. La qualité des plastiques est bonne et leur ajustage parfait. On retrouve même des disques de freins pétales et un échappement de bonne facture. Par contre, les suspensions sont un peu « cheap » car non réglables et l’étrier avant à deux pistons doit juste suffire à arrêter la belle, mais bon on se dira que pour apprendre c’est largement suffisant.

Le tableau de bord digital reprend les informations disponibles sur un modèle plus classique, point d’ordinateur de bord, tout juste deux trip, un compte-tours de type barregraphe, une horloge et un flashlight pour le changement des rapports mais cela fait cosy et valorisant. Bon d’accord, il y a tout de même une jauge à essence qui peut être bien utile pour surveiller l’appétit d’oiseau du petit twin.

Comme indiqué plus haut, la Gex deux et demi est une moto valorisante de par sa taille, comme ses concurrentes d’ailleurs, et on s’en rappelle quand vient le moment de monter en selle. Avec une hauteur à 790mm, cette dernière n’est pas spécialement basse et un (jeune) pilote de moins d’un mètre septante aura du mal à poser les pieds au sol… heureusement qu’elle est étroite au réservoir pour compenser cela.

D’ailleurs, son poids plume de 181 kilos tous pleins faits, ainsi que la taille raisonnable des pneumatiques, aident grandement la GSX-R dans les manoeuvres à l’arrêt, et ce même si on est bien loin des 120 kilos des 125 de l’époque…

Avec mon mètre 72 aucun problème pour prendre place à bord et attraper les demi guidons qui sont situés au-dessus des tés de fourche, gage de confort, et lancer le moteur. Celui fait un bruit sympathique, presque sourd, le petit twin semble vaillant.

J’enclenche la première et rouler jeunesse, euh enfin vieillesse en ce qui me concerne. Les commandes sont douces, l’embrayage des plus simple à manipuler et je me fais très vite à l’absence de shifter tant les vitesses passent facilement.

Ayant commencé mon périple par un petit tour en ville, je peux vous dire qu’avec cette petite 250cc, les départs à l’extinction du feu rouge, euh enfin quand il devient vert, s’apparentent à un ceux d’un GP. La Gex s’extrait facilement de la circulation et son petit twin prenant les tours vaillamment et les vitesses s’enchainant à la volée. Là… ouch il faut garder un oeil sur le compteur car on se retrouve très vite à des vitesses pas tout à fait réglementaires.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le confort
+
Le moteur
+
Le châssis stable et agile
On a moins aimé :
-
Le manque de mordant du frein avant

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Suzuki
Modèle :
GSX-R 250
Année :
2017
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
bicylindre en ligne, 4 temps
Cylindrée :
248 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
25 ch à 8'000 tr/min
Couple max. :
23,4 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Double berceau tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche hydraulique non réglable
Suspension AR :
Monoamortisseur
Pneu AV :
110/80 17
Pneu AR :
140/70 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque, étrier à deux pistons
Frein AR :
Simple disque 240mm étrier 1 pistone
Dimensions
Longueur :
2'085 mm
Empattement :
1'430 mm
Largeur :
740 mm
Hauteur de selle :
790 mm
Poids à sec :
181 kg
Réservoir :
15 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 5'696.-

Plus d'articles Moto

Suzuki Italie présente sa GSX-R 1000 RYUYO, forte de 212cv pour 168kg !
L’importateur italien de la firme niponne, Suzuki, vient de dévoiler une nouvelle préparation, qui sera disponible pour le grand public: la GSX-R 1000 RYUYO.
Via Sicura - Un an de prison ferme pour excès de vitesse à Sion
Le Tribunal de Sion a condamné ce jeudi un jeune récidiviste à une année de prison ferme pour avoir roulé à 150km/h au lieu de 80km/h.
Essai Ducati Scrambler 800 Icon 2019 – Il nous fait sa « Joyvolution »
Tout le monde connait le petit Scrambler Ducati, tant il est aujourd’hui ancré dans le paysage motocycliste. Ce millésime 2019 évolue en douceur.
Genève interdit définitivement l'usage des deux-roues motorisés dans les voies de bus !
L'Etat vient de prendre une décision plutôt surprenante, puisque dès début octobre, les voies de bus, qui étaient partagées avec les deux-roues motorisés, se verront fermées pour ces derniers.
Un livre pour retracer l'histoire de Motosacoche, la marque genevoise
Paul Merz, jeune entrepreneur genevois, est aussi l'auteur d'un livre à venir : "Motosacoche, l'histoire de la légendaire moto suisse". Retraçant la vie de la marque du bout du lac, l'ouvrage s'annonce riche en documents inédits et en images fortes.
Honda CX 500 Café Racer by Marek Baca
Cette magnifique réalisation Café Racer sur base de Honda CX500 des années 80 nous provient de Slovaquie et a été réalisée par Marek Baca.

Recherche

Hot news !

Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.
Essai Husqvarna Svartpilen 401 - Petite machine, grandes aventures
Surprenante et attachante, la Svartpilen propose la vision d'une moto de route selon Husqvarna dans une version accessible à tous. Récit d'aventures pas communes sur une machine à fort potentiel.
Yamaha Ténéré 700 World Raid épisode II - Stéphane Peterhansel à l'assaut des dunes du Maroc
L'épisode I du Yamaha Ténéré 700 World Raid nous avait laissé sur les pistes australiennes. L'épisode II met lui en scène une figure emblématique du Dakar pour Yamaha : Stéphane Peterhansel.
La KTM 390 Adventure surprise lors d'un roulage
L'arrivée du petit trail routier 390 Adventure avait déjà été annoncée par KTM, la voici maintenant en pleine phase de test.

Liens Partenaires