Essai publié le

Essai Suzuki GSX-R 250 - J'ai piqué la meule de Rins et Iannone

Texte de Marc / Photo(s) de Malo Liechti
Imprimer cet article

Il y a des essais qui vous marquent et vous laissent des souvenirs impérissables, hé bien croyez-moi, de un je n’ai pas dû me faire prier pour poser mon séant sur cette petite GEX et de deux je me suis régalé !

Dans un temps lointain, lorsque je j’étais jeune et que l’on croisait encore des ptérodactyles dans les cieux, je roulais en sportive de l’époque, sur une RG125 qui était la digne descendante de la mythique RG500. Alors quand les p’tits gars de chez MM Ride m’ont proposé ce galop d’essai sur la GSX-R250, digne héritière de la GSX-R1000 testée à Estoril je n’ai pu que dire : ouiiiiiiii !

Aujourd’hui, nouveau permis et nouvelles normes anti-pollution obligent, les 125cc deux-temps ont quasiment disparues de la circulation, place donc aux réplicas 250 ou 300cc à quatre temps.

Arrivé devant la petite GEX je ne peux que trouver moult ressemblances avec sa grande soeur terreur des circuits. Tout d’abord la ligne est calquée sur la grande et on donnerait volontiers quelques centimètres cubes de plus à la 250 alors que dans le même temps la 1000 fait tout pour paraître plus fine. Tient, ça me rappelle un peu mes ados qui veulent paraître grands et moi qui tient à mon jeunisme…

Au niveau de ses entrailles, la baby Gex reprend le vertical twin de l’Inazuma 250. Ce dernier, qui selon Alex, un des deux boss de MM Ride, n’est pas un foudre de guerre mais crache tout de même ses 25 chevaux réglementaires. La zone rouge fixée à 11’500 tr/mn indique qu’il faudra aller chercher les chevaux en haut.

Au niveau du look et de la finition, la GSX-R250 claque un max, on en a pour son argent. La qualité des plastiques est bonne et leur ajustage parfait. On retrouve même des disques de freins pétales et un échappement de bonne facture. Par contre, les suspensions sont un peu « cheap » car non réglables et l’étrier avant à deux pistons doit juste suffire à arrêter la belle, mais bon on se dira que pour apprendre c’est largement suffisant.

Le tableau de bord digital reprend les informations disponibles sur un modèle plus classique, point d’ordinateur de bord, tout juste deux trip, un compte-tours de type barregraphe, une horloge et un flashlight pour le changement des rapports mais cela fait cosy et valorisant. Bon d’accord, il y a tout de même une jauge à essence qui peut être bien utile pour surveiller l’appétit d’oiseau du petit twin.

Comme indiqué plus haut, la Gex deux et demi est une moto valorisante de par sa taille, comme ses concurrentes d’ailleurs, et on s’en rappelle quand vient le moment de monter en selle. Avec une hauteur à 790mm, cette dernière n’est pas spécialement basse et un (jeune) pilote de moins d’un mètre septante aura du mal à poser les pieds au sol… heureusement qu’elle est étroite au réservoir pour compenser cela.

D’ailleurs, son poids plume de 181 kilos tous pleins faits, ainsi que la taille raisonnable des pneumatiques, aident grandement la GSX-R dans les manoeuvres à l’arrêt, et ce même si on est bien loin des 120 kilos des 125 de l’époque…

Avec mon mètre 72 aucun problème pour prendre place à bord et attraper les demi guidons qui sont situés au-dessus des tés de fourche, gage de confort, et lancer le moteur. Celui fait un bruit sympathique, presque sourd, le petit twin semble vaillant.

J’enclenche la première et rouler jeunesse, euh enfin vieillesse en ce qui me concerne. Les commandes sont douces, l’embrayage des plus simple à manipuler et je me fais très vite à l’absence de shifter tant les vitesses passent facilement.

Ayant commencé mon périple par un petit tour en ville, je peux vous dire qu’avec cette petite 250cc, les départs à l’extinction du feu rouge, euh enfin quand il devient vert, s’apparentent à un ceux d’un GP. La Gex s’extrait facilement de la circulation et son petit twin prenant les tours vaillamment et les vitesses s’enchainant à la volée. Là… ouch il faut garder un oeil sur le compteur car on se retrouve très vite à des vitesses pas tout à fait réglementaires.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le confort
+
Le moteur
+
Le châssis stable et agile
On a moins aimé :
-
Le manque de mordant du frein avant

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Suzuki
Modèle :
GSX-R 250
Année :
2017
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
bicylindre en ligne, 4 temps
Cylindrée :
248 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
25 ch à 8'000 tr/min
Couple max. :
23,4 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Double berceau tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche hydraulique non réglable
Suspension AR :
Monoamortisseur
Pneu AV :
110/80 17
Pneu AR :
140/70 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque, étrier à deux pistons
Frein AR :
Simple disque 240mm étrier 1 pistone
Dimensions
Longueur :
2'085 mm
Empattement :
1'430 mm
Largeur :
740 mm
Hauteur de selle :
790 mm
Poids à sec :
181 kg
Réservoir :
15 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 5'696.-

Plus d'articles Moto

Un bon régime pour la NineT de LowRide Magazine
Le magazine lifestyle italien Lowride s'est occupé d'une BMW NineT de 2016. L'objectif ? Une cure d'amaigrissement et un sacré lifting pour la teutonne, dont la transformation est stupéfiante.
Offre d'emploi - GDK Motos à Gland (VD) recherche un mécanicien moto
Dans le but de développer son activité, le concessionnaire Honda et Yamaha, GDK à Gland (VD), recherche un mécanicien expérimenté.
Retour en arrière pour Via Sicura - Le conseil des Etats souhaite assouplir les sanctions
Le Conseil des Etats souhaite assouplir les sanctions pour certains délits de chauffards imposés par Via Sicura
BPA et Police - Une campagne de sécurité routière parlante - Boire ou conduire, il faut choisir !
Les Polices cantonales romandes et du Tessin, en collaboration avec le bpa, lancent leur première campagne de prévention routière commune : « Boire ou conduire, il faut choisir ! ».
Arch Motorcycle présente trois nouveaux modèles
Arch Motorcycle, ça vous parle ? Non ? La marque américaine a été crée par l’acteur américain fan de motos, Keanu Reeves et l’ingénieur Gard Hollinger. Et c’est la firme suisse Suter qui développe les châssis. Voilà les trois nouveaux modèles présentés par Arch Motorcycle.
Sibérie Extrême: épisode 5
Après les 2’000 kilomètres épuisants de la Baikala Amurskaya Magistrale Ouest, on s’autorise une première journée de repos bien méritée. On se promène un peu en ville, et mise l’habituelle statue de Lénine, il n’y a pas grand chose à voir.

Recherche

Hot news !

Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.
Yamaha YZF-R1M 2018 – Les réservations sont ouvertes
Le site dédié aux réservations de la R1M 2018 sont ouvertes. Si vous voulez la vôtre, faites vite, il n'y en aura pas pour tout le monde.
EICMA 2017 - KTM 790 DUKE - Le chaînon manquant dans la gamme des jouets autrichiens
Cette toute nouvelle KTM 790 DUKE arrive avec du lourd, dont une esthétique qui n'est pas sans rappeler la tonitruante 1290 SuperDuke.
EICMA 2017 – Kawasaki H2 SX – Superchargez votre journée
Kawasaki vient de lever le voile sur la nouvelle routière compressée qui portera très logiquement le nom de H2 SX. Avec elle vous pourrez voyager loin et vite !
EICMA 2017 - Ducati Scrambler 1100 - Il y aura 3 versions.
En marge de la très médiatique Panigale V4 Stradale, Ducati a présenté un autre modèle qui devrait rencontrer un fort succès vu celui de sa petite soeur, la Ducati Scrambler 1100 était des plus attendus et nous aurons 3 versions : standard, spécial et sport.
EICMA 2017 - Ducati Panigale V4 - Les photos et les infos
Ducati vient de lever le voile sur sa toute nouvelle Supersport, la Desmosedici Stradale V4.

Liens Partenaires