Essai publié le

Essai KTM Duke 390 et 125 - Ce n'est pas la taille qui compte !

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Black & Rad
Imprimer cet article

La firme autrichienne a dévoilé ses deux petits roadsters à Turin. Avec un look à tomber par terre et une mise à jour dans le détail de leurs performances et équipements, les Duke 125 et 390 viennent vitaminer le segment des petites et moyennes cylindrées. On a aimé !

Jamais on aurait cru autant baver devant une "vulgaire 125" et une "petite 300". Et pourtant, au sommet du Lingotto, célèbre bâtiment ayant abrité les anciennes usines Fiat, on s'extasie devant la ligne radicale des petites Duke. Gravement.

"Elle se devait de ressembler à la Superduke." La moto 125cm3 la plus vendue en Europe s'offre la dégaine du roadster le plus monstrueux du monde... et ça marche. Le phare avant à LED acéré, le cadre treillis surdimensionné, l'échappement latéral et le tableau de bord TFT en couleur : elle a tout de la grande ! Et le travail accompli par KTM sur son mini-roadster ne s'arrête pas là. Encore moins sur sa "grande soeur" de 390cm3. Mais on y reviendra, il reste un peu de bave à faire couler.

La mob du siècle à venir

Les représentants des anciennes générations critiquent ces jeunots qui, à l'âge où eux travaillaient dur et marchaient droit, restent rivés sur leurs smartphones, écoutent de la musique bizarre et s'habillent toute l'année en pyjama. Ils peuvent râler, parce que la jeune génération va surtout rouler sur des machines accessibles mais suréquipées !

La Duke 125 se dote donc d'un ABS déconnectable (mais c'est illégal, comme vous le dira le tableau de bord), d'une option KTM My Ride, qui connecte votre smartphone à la machine et vous permet d'écouter de la musique ou ... de recevoir des appels ! La sécurité restant importante, il faudra s'arrêter pour pouvoir décrocher et vous ne pouvez pas naviguer dans vos albums de musique, mais seulement passer de chanson en chanson.

La connexion avec la route est tout aussi importante, c'est pourquoi KTM propose une fourche WP de 43mm, réglable en détente sur le fourreau de gauche, en rebond sur celui de droite. Une astuce de plus en plus répandue, qui permet un réglage moins fastidieux et un comportement plus progressif suite aux-dits réglages. Le disque avant de 300mm, pincé par un étrier radial à 4 pistons, achève de vendre du rêve. On note également l'amortisseur arrière équipé d'une technologie à piston séparé. Une partie de la bombonne contient le gaz, l'autre le liquide, et ils fonctionnent "en parallèle". Efficacité constante et garantie de 0 à 50°C ambiants, dixit KTM. Quant au cadre treillis maousse costaud, il dispose d'une boucle arrière boulonnée au cadre "avant" et n'est plus en une seule pièce. Look terrible, économie en cas de casse : KTM a tout juste sur cet aspect.

Dernier point concernant la conduite, la position est revue, avec une selle culminant toujours à 830mm, mais un guidon plus en avant, des pieds un peu plus reculés, pour un meilleur ressenti et un maniement plus sportif de l'engin. Modifications figurant aussi sur la 390.

The mini-Beast

Et la 390, tout ça, elle l'a ? Ouais, et même plus ! Disque avant de 320mm, leviers réglables, mais surtout un ABS déconnectable ou disponible en mode Supermoto. Ledit mode, présent sur les Duke 690 et Superduke R, fait intervenir l'ABS seulement sur le frein avant, vous laissant libre de faire glisser l'arrière à l'envi. Autre système inédit sur le segment 300 : l'accélérateur ride by wire, tout électronique, qui a donné du fil (haha!) à retordre aux ingénieurs. Pour les décideurs, et donc les clients, un tel système sans le feeling d'un câble est inutile. Les fins techniciens orange ont donc trimé dur pour offrir la meilleure réponse possible et nous ont promis qu'on allait apprécier.

Dernier point fort de la 390, le monocylindre de 44 chevaux et 37Nm de couple. Un petit bijou 100% calqué sur la norme A2, qui propose une plus grande plage de puissance que son aîné, ainsi qu'un couple mieux réparti. Un moteur et un châssis qui ont été longuement testés par l'équipe de développement, afin de trouver le set-up convenable à la large clientèle visée : tous âges, tous gabarits et tous styles de conduite confondus.

Les deux petites balles font très bonne impression. On notera les différences de logos entre la 125 et la 390, sur un gabarit similaire et très valorisant. Franchement, une petite meule avec cette gueule, ça fait baver. Quelques petits détails de finition feront tiquer les plus méticuleux. La teinte noire des tés de fourche et du guidon fait un peu cheap, certaines durits disgrâcieuses accrochent les rétines inquisitrices, mais la finition globale reste convaincante.

Une Autrichienne dans la ville

Le lendemain matin, sous les gouttes, c'est la petite qui ouvrira le bal. Au programme, un shooting dans la rampe en tire-bouchon du Lingotto, au sec, avant une excursion urbaine à destination d'un skatepark ! Sur le bitume mouiilé du centre de Turin où la piste poussiéreuse de l'ancienne usine Fiat, le comportement de la petite Duke a été sans faille.

Impossible à prendre en défaut avec si peu de chevaux, le freinage est parfait et le feeling au levier excellent. Même sans ABS, sur un bitume humide, l'avant tient bon sur les gros appuis. Rassurant en cas de manoeuvre catastrophe pour éviter un joggeur suicidaire, s'arrêter devant un ballon de foot fugueur ou éviter de percuter un confrère en remontant les files de voitures (toutes ces situations sont arrivées en l'espace de 30 minutes, dans Turin, ndr.)

Maniabilité au top, bonne santé du petit moteur, malgré ses 15 petits chevaux, freinage laaaaaaargement suffisant : la Duke 125 en ville, c'est zéro défaut ! Et avec un look pareil, notre petite troupe ne passe pas inaperçue. Il faut dire qu'avec le stunter Rok Bagoros au milieu de la bande, en stoppie aux feux rouges ou en run au démarrage, on se fait vite remarquer... Arrivés au skatepark, le jeune Slovène a pu faire l'étalage de son niveau et des possibilités d'une Duke 125 d'origine. On a mitraillé à grands coups de portable, mais on faisait moins les fiers en roulant  sur le même bitume poussiéreux, pendant le shooting, après la démonstration du Slovène.

On s'attardera sur la commande au guidon du tableau de bord, offrant pléthore d'informations, avec deux tableaux de données paramétrables selon l'envie et les besoin du pilote. On navigue entre les infos instinctivement, choisissant facilement la langue des menus, les unités de vitesse ou de consommation... le tout devant le plaisant et très lisible écran TFT, qui dispose d'une gestion de l'éclairage automatique. Bizarrement, il est resté en mode nuit toute la matinée... 

Sous une pluie battante, trempés, mais contents, nous avons eu le privilège d'emprunter une partie de la piste d'essai de Fiat, au sommet du Lingotto. L'équipe photo Black & Rad de Sebas Romero, placée dans le banking en pavés, nous attendait. Là non plus, on n'a pas fait les fiers. Tenir les 50km/h requis pour rester sur la trajectoire s'est avéré plutôt épique, le virage incliné étant également très ondulé et couvert de petites bosses. Mais la Duke invite à braver toutes les péripéties et est sortie (à toc) avec mention très bien de l'exercice! Sensations de fête foraine garanties avec un tel revêtement! Il ne nous restait plus qu'à enfourcher la 390 pour réaliser le même parcours... agnaaaa...

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
le caractère moteur de la 390
+
le châssis vraiment efficace
+
le look absolument génial
On a moins aimé :
-
le confort de selle perfectible
-
quelques détails de finition pas très chics
-
être mouillés toute la matinée

Fiche technique

Véhicule
Marque :
KTM
Modèle :
Duke 390
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Monocylindre, 4 temps
Cylindrée :
373.2 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique Bosch EFI
Performances
Puissance max. :
44 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
37 Nm à 7'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints en X
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Antidribble PASC
Partie Cycle
Châssis :
Treillis en acier
Suspension AV :
Fourche inversée WP ø 43mm réglable en détente et compression
Course AV :
142 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur WP
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
110 / 70 ZR 17
Pneu AR :
150 / 60 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque hydraulique ø 320mm avec étrier radial 4 pistons
Frein AR :
Simple disque flottant ø 230mm avec étrier simple piston
Dimensions
Empattement :
1'357 mm
Hauteur de selle :
830 mm
selle confort disponible en option
Poids à sec :
149 kg
Réservoir :
13,4 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Orange et noir, cadre et roues oranges
 
Blanc et noir, cadre et roues orange
Catalogue
Prix de vente :
CHF 6'390.-
TVA 8% incluse, frais supplémentaires exclus
En ligne :

Plus d'articles Moto

La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.
Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires