Essai publié le

Essai Honda CBR1000 RR Fireblade et CBR1000 RR SP1 2017 - Le 2.0 au service de tous

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Honda
Imprimer cet article

Honda revient sur le devant de la scène avec 3 déclinaisons de sa CBR 1000 RR millésime 2017, rien que ca ! CBR 1000 RR Fireblade, SP1 et SP2.

Voici plusieurs années que la firme ailée n'avait pas fait le grand saut en proposant des modèles supersports à la hauteur des espérances de ses fans. Aujourd'hui, ce retard est totalement comblé et Honda semble vouloir marquer son retour avec panache en proposant à ses clients 3 déclinaisons possibles. Que vous souhaitiez utiliser votre moto sur route et piste, ou uniquement sur piste, vous trouverez dans le catalogue de la firme de quoi vous satisfaire.

25 ans après sa première CBR Fireblade, Honda fait son grand retour sur le marché très convoité des Supersports 1000. Pour les novices, sachez juste que depuis la création de la première CBR Fireblade en 1992, il s’en est écoulé quelques 470’000 unités. Des modèles qui au fur et à mesure des années ont remportés quelques victoires, 43 en WSB, 23 au Tourist Trophy et 9 aux 8 heures de Suzuka, rien que ca.

Depuis le lancement de la CBR, Honda a toujours privilégié le « Total Control », 8 millésimes, 8 philosophies identiques. Des machines performantes et faciles à prendre en main et ce, même pour les novices. Toutefois, si les motos étaient toujours faciles, elle accusaient ces dernières années le coup face à une concurrence japonaise et européenne qui ont bardé leurs motos d’électronique de chevaux.

Certains verront cette arrivée de technologie comme des aides à la conduite pour mauvais pilote, alors que d’autres les prendront comme un don du ciel leur permettant d’améliorer leurs chronos sur circuit ou tout simplement comme une aide bienvenue sur route en cas de mauvais temps notamment. 
Quoi qu’il en soit, depuis cette année, Honda fait son grand retour dans la course des machines qui envoient du bois avec ses nouvelles CBR Fireblade, SP1 et SP2.

L’esthétisme

En 2008, Honda avait complètement revu la face avant de ses motos, en les affinant autant que possible, ce qui leur conférait un regard plutôt agressif. Puis en 2012, la CBR reçevait une nouvelle touche d’agressivité, toujours sur cette face avant. Aujourd’hui, Honda reprend les recettes qui fonctionnent en nous offrant une moto fine, fluide et qui inspire la légèreté.

Les plus fans de la marque ne s’y tromperont pas, la face avant ressemble à celle de la petite soeur, la CBR600RR. Les superbes feux se parent de LEDs que l’on pourrait comparer à des sourcils qui froncent, genre « eh, attention j’arrive! » ce qui renforce le côté sportif de la bête. L’arrière quant à lui est plus dans la mouvance actuelle.

Comme à son habitude, Honda nous propose un habillage et une peinture de haute qualité avec des ajustements et une finition au poil. Comme si un tailleur italien était venu habiller ce châssis. Tout est parfaitement bien pensé et permet d’intervenir rapidement au besoin sur la moto avec une multitude de vis qui permettent de séparer les flancs de carénage de la bulle et du sabot moteur. Eh  M. Honda, vous voudriez pas nous prévoir des carénages en fibre par hasard ?

Une fois en selle, les propriétaires des versions précédentes, tels que moi (modèle 2010) ne seront pas décontenancés. La position de conduite est toujours la même, pas trop basculé sur l’avant, les jambes tombent parfaitement dans le creux du nouveau réservoir de 16 litres (en titane sur les versions SP et SP2, plus léger de 2kg sur la balance), une position qui se veut pas trop agressive. Les grands gabarits comme votre serviteur (188cm), seront parfaitement à leur aise sur cette machine. Ça devient assez rare de nos jours pour le signaler, car beaucoup de constructeurs cherchent à faire des machines compactes, alors que la courbe de la taille de l’homme monte… D’ailleurs et seul petit bémol sur le côté esthétique, la taille rikiki de la nouvelle bulle. Du haut de mes 188cm, à plus de 290km/h, j’ai eu un peu de mal à me cacher. Vive les bulles à double courbure !

Mais là n’est pas le plus important, car comme tout le monde le sait, l’habit ne fait pas le moine, tout comme la combi cuir ne fait pas le pilote.

Là où la CBR bouleverse les précédentes versions, c’est avec l’arrivée de son bardage électronique. Pour rappel, les modèles précédents ne disposaient que du système de freinage C-ABS, un système très efficace qui permet de coupler le train arrière à l’avant et vice-versa et qui a fait à plusieurs reprises ses preuves aussi bien sur route que sur piste en roulage loisir.

Pour ceux qui ne le savent pas, l’ultime version de la précédente CBR millésime 2012 « alias CBR SP » recevait uniquement des éléments signés Brembo et Öhlins, ce qui en soit était déjà fort honorable, à un détail près que les concurrents arrivaient sur le marché avec des innovations électroniques que la CBR n’avait pas. De plus, son bloc moteur pouvait paraître pour certains un peu faiblard avec ses 178cv et son couple de 112Nm.

Comme vous le voyez, pas d’électronique à outrance. Maintenant, il faudra vous y faire, Honda est dans le coup et propose un véritable arsenal de technologie, au grand dam de certains.

La technologie au service de pilotes en herbe !

Honda nous a donc convié sur le superbe circuit de Portimao. Un tracé très vallonné et très rapide, qui nous aura permis de découvrir deux modèles, la CBR Fireblade et la CBR SP1.

La Fireblade est le premier modèle de la la famille CBR 2017, un modèle qui se veut d’entrée de gamme si j’ose dire. Un modèle qui se destine à celui qui recherche une moto facile à prendre en main, performante et qui ne demande pas une grande expérience pour l’emmener vite que ce soit sur route (attention c’est pas bien de rouler vite) ou sur piste lors de sortie (Acid’Track par exemple). Car oui, ce qui distingue une Honda du reste de la production actuelle, c'est bel et bien sa facilité de prise en main et ce en très peu de temps.

Du côté des innovations, Honda a fait les choses en grand et annonce 90% de nouvelles pièces sur ses motos. Un châssis double poutre en aluminium, plus léger de 500gr que la version précédente et qui pardonne toujours autant les excès d’optimisme, sans pour autant être avare en sensations. Une boucle arrière re-dessinée et plus légère de 800gr et qui évolue en proposant (enfin) le démontage des repose-pieds sans avoir besoin de tomber le carénage arrière et la boucle (merci M. Honda d’avoir pensé aux arsouilleurs ou égoïstes qui roulent en solo).

La batterie perd 1kg sur la balance uniquement sur la SP (batterie Li-Ion), le silencieux d’échappement en titane permet un gain de 2.8kg, les nouvelles jantes en aluminium de 17 pouces à 5 branches dédoublées gagnent encore 100gr (c’est toujours ça de pris) mais la plus grosse économie de poids se trouve du côté du système C-ABS qui s’allège de plusieurs kilos et puis encore quelques grammes à gauche et à droite ce qui permet à la nouvelle CBR de fondre de 15kg ! La version SP se distingue également part l'adoption d'un réservoir full Titane qui permet un gain de 1.3kg par rapport au réservoir acier de la Fireblade.


Etant joueurs, les ingénieurs de Honda, présents sur le circuit, nous ont permis de peser les motos sur une balance électronique, le résultat est tombé ! 195kg tous pleins faits (version SP) la Fireblade pèse pour sa part 196kg.

Du côté de la partie cycle, cette Fireblade reçoit donc une fourche inversée BPF de 43mm, équipée naturellement des réglages en précharge, détente et compression. L’arrière quant à lui, fait toujours confiance à monoamortisseur Showa BFRC, réglable également en précharge, détente et compression. L’amortisseur de direction électronique, cher à Honda est toujours de la partie, mais se révèle plus efficace que sur la précédente mouture et ça c’est bien ! Le freinage fait toujours confiance à la marque Tokico avec des étriers radiaux à 4 pistons qui mordent des disques avant de 320mm. A l’arrière, un conventionnel étrier à 1 piston.

Du côté de l’électronique, la Fireblade fait dans le soft si j’ose dire, avec plusieurs cartographies moteur (5 au total), un contrôle de traction HSTC réglable sur 9 positions, un système RLC qui limite le délestage de la roue arrière lors des gros freinage (testé et approuvé), notamment lors des gros transferts de masse, mais qui s’active également lors des grosses accélérations afin de contrôler le cabrage. Le réglage du frein moteur est également possible via le mode EB « Engine Braking » qui offre un réglage sur 3 niveaux. Le tout est très facilement accessible via deux boutons qui se trouvent sur le commodo de gauche, d’autant que le large écran TFT offre une lisibilité sans faille, même avec le soleil de face comme de dos.

De base, vous disposez de 3 cartographies pré-programmées et deux personnelles :


  • Mode 1 : Track (piste)
  • Mode 2 : Winding (compromis en sport/confort)

  • Mode 3 : Street (route)
  • User 1 : Va falloir trouver les bons réglages
  • User 2 : Si tu as trouvé les bons réglages, tu seras vraiment le Boss


CBR1000RR SP1 :

La version SP1 reçoit de son côté le même package électronique que la Fireblade, mais dispose en plus d’un ensemble de suspensions électroniques semi-actives Öhlins « S-EC ». A l’avant ce sera donc une fourche NIX30 de 43mm et à l’arrière un TTX36, soit du très beau matos, d’autant que les possibilités de réglages sont tout simplement énormes.

Le freinage n’est pas en reste avec un ensemble signé Brembo, avec des étriers monobloc à 4 pistons qui viennent martyriser des disques de 320mm et 4.5mm d’épaisseur. A l'arrière, étrier à simple piston. Le tout comme pour la Fireblade est assisté par un nouveau système ABS Bosch. Elle reçoit également de multiples systèmes tels que contrôle de couple, contrôle du cabrage « Wheelie Control », contrôle du frein moteur, délestage de la roue arrière, passage rapide des rapports ainsi que plusieurs cartographies moteur.

Pour résumer l’électronique dédiée à la partie cycle de cette version SP :

  • Unité de mesure inertielle IMU (Inertial Measurement Unit)
  • Unité de contrôle des suspensions SCU (Suspension Control Unit)
  • Contrôle électronique motorisé Öhlins S-EC (Suspension Electronic Control)
  • Contrôle de couple HSTC (Honda Selectable Torque Control)
  • Antiblocage ABS intégral
  • Sélecteur de modes de conduite RMSS (Riding Mode Select System)

Nous reviendrons un peu plus tard sur la partie électronique.

Mise à part ces différences techniques, la version SP se distingue visuellement par son  cadre de couleur argent (noir pour la Fireblade) et son bras oscillant poli (noir pour la Fireblade), mais également par ses jantes de couleur or (là encore, noir pour la Fireblade) et bien évidemment son coloris spécifique bleu/blanc/rouge.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Facilité de prise en main
+
N'a plus à rougir face aux concurrentes
+
Performance en nette hausse
On a moins aimé :
-
Shifter en option sur la Fireblade
-
Trop de réglages tuent le réglage sur la version SP

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Honda
Modèle :
CBR1000RR Fireblade
Année :
2017
Catégorie :
Supersport
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, distribution par double arbre à cames en tête, 16 soupapes
Cylindrée :
999,8 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide,
Alimentation :
Double injection électronique PGM-DSFI
Performances
Puissance max. :
189 ch à 13'000 tr/min
Couple max. :
114 Nm à 11'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisques anti-dribble en bain d’huile à commande mécanique
Partie Cycle
Châssis :
Double poutre en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée BPF ø 43 mm réglable en précharge, compression et détente
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Unit Pro-Link avec monoamortisseur à gaz HMAS réglable en précharge (10 positions), compression et détente
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17 58W
Pneu AR :
190/50 ZR17 73W
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui (Dual CBS)
Frein AV :
Double disque de 320mm avec étriers radiaux 4 pistons
Frein AR :
Simple disque avec étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'065 mm
Empattement :
1'405 mm
Largeur :
720 mm
Hauteur de selle :
832 mm
820mm pour les SP1 et SP2
Poids total :
196 kg
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir Mat
 
Rouge
Catalogue
Prix de vente :
CHF 18'540.-
En ligne :

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Honda
Modèle :
CBR1000RR SP1
Année :
2017
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
 4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 16 soupapes
Cylindrée :
999,8 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Double injection électronique PGM-DSFI
Performances
Puissance max. :
189 ch à 13'000 tr/min
Couple max. :
116 Nm à 11'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisques anti-dribble en bain d’huile à commande mécanique
Partie Cycle
Châssis :
Double poutre en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Öhlins NIX30 ø 43 mm réglable en précharge, compression et détente
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Öhlins TTX36 réglable en précharge, compression et détente
Débattement AR :
60 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17 58W
Pneu AR :
190/50 ZR17 73W
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui (Dual CBS)
Frein AV :
Double disque de 320mm avec étriers radiaux Brembo à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque avec étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'065 mm
Empattement :
1'404 mm
Largeur :
715 mm
Hauteur de selle :
820 mm
832mm pour la Fireblade et 820mm pour la SP2
Poids total :
195 kg
Réservoir :
16 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 23'450.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.
Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires