Essai publié le

Essai Triumph Bonneville Bobber – Elégance brutale pour le Hot Rod anglais

Texte de Patrick / Photo(s) de A. Barbanti, M. Cavadini, P. Barshon and F. Kirns
Imprimer cet article

Pour la Bonneville, le passage au bi-cylindre de 1200 cm3 était nécessaire, et quelle réussite. De plus, depuis le salon de Milan 2016, la gamme Modern Classic et ses 2 moteurs se décline en pas moins de 8 modèles différents. De ceux-là, celle que j’essaie ici mérite la palme du bestial et de l’inattendu. J’ai nommé la Bonneville Bobber.

La magie opère

Tomber nez à nez avec ce nouveau modèle était un moment particulier. Alors que j’étais sceptique à contempler les photos volées, je n’arrivais pas à m’enjailler pour une moto qui ne me correspond pas. Cette conclusion n’aura tenu que 32 minutes chrono, soit le temps nécessaire à disperser la foule autour de cet engin.

Alors que la moto est longue, on a l’impression de n’avoir qu’un moteur qui semble énormément grand. Tout cet alu brossé en surface en impose et fait facilement oublier le reste de la moto.  Les deux gros tuyaux d’échappement, en position basse de part et d’autre du bloc, annoncent la couleur.

Puis on s’attarde un petit peu plus sur cet arrière dépouillé au possible. Le bras oscillant tubulaire très fin cache sa suspension déportée au cœur du cadre. Pour satisfaire aux standards d'homologation, un inévitable pare-boue et son support de plaque sont la seule chose qui retient le regard.

La selle est tellement vintage qu'elle a droit à un paragraphe rien que pour elle. Très fine, elle semble en lévitation sur le moteur. On peut en plus ajuster sa position de conduite en allant plus haut sur le réservoir ou plus près de la roue arrière. Sa variante, disponible en accessoire et qui est finie de cuir marron, a même un petit plus qui me plait particulièrement. Envie d’une balade à deux ? Perdu, conduire un Bobber est un plaisir égoïste, car il est impossible d’ajouter une place passager.

Reste encore cet avant simplement élégant : phare et clignotants ronds, le petit compteur, rond lui aussi, de la T120, réglable en inclinaison et ce réservoir plutôt haut à la forme très inspirée de ses cousines vintage. A l’exact opposé du vintage, un phare avant entièrement à LED high-tech peut être installé après-coup comme accessoire.

La Bonneville Bobber est livrée de série avec une dragbar bien large et horizontale. En accessoire, on trouve de quoi faire pâlir d’envie les amateurs de custom. Comme ce Ape Hanger découvert à Milan, plus typé et qui monte d’environ 25 cm au dessus de la tête de fourche.

Le Bobber, c’est presque une moto custom, mais livrée de série, avec les vastes possibilités de personnalisations imaginées dès la conception. Vous trouverez au catalogue 2 kits d’inspiration (Old School Bobber et Quarter Mile Bobber), mais ce qu’il faudra suivre, ce sont les délires de clients et de concessionnaires qui ne vont pas tarder à se faire connaître sur la toile. Le projet « Hold on go Fast » a déjà achevé de me convaincre que ce Bobber est une réussite esthétique.

Un coeur gros comme ça

Le moteur est quasiment identique à celui de la T120. Avec quelques retouches au niveau de l’admission, de l’échappement et de la cartographie, il en ressort une version encore plus portée sur le couple. Avec 106 Nm et 75 chevaux, il a ce qu’il faut dans le ventre pour cruiser tranquillement sur un filet de gaz ou vous allonger les bras jusqu’au rupteur. Notez que c’est bien un moteur à injection, avec une admission en forme de carburateurs.

Un tour de clé, sous la cuisse droite pour rester dans l’ambiance, réveille le parallel-twin de 1197 cm3. Tandis que les tubes d’échappement semblent filer tout droit à l’arrière de la moto, les anglais usent d’un stratagème pour ajouter la chambre de tranquillisation requise pour passer les normes. Sous le moteur à l’avant de la moto, en tout discrétion, les gaz sont déviés avant de revenir aux silencieux.

Sous l’apparente rusticité de la moto se cache en fait une jolie dotation d’aides électroniques. A l’arrêt on peut par exemple ajuster le contrôle de traction, voire le désactiver, et en roulant, on a le choix entre les cartographies route et pluie pour le moteur. Pas de réduction de puissance sur cette dernière, simplement une réponse plus douce aux sollicitations de la poignée de gaz. En option, le Bobber est même prêt à se parer d’un régulateur de vitesse, s’il vous prenait des envies d’en faire une voyageuse…

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Look manufacturé pour moto de série
+
Bruit flatteur
+
Finition irréprochable
On a moins aimé :
-
Frein avant adapté à une conduite calme
-
Taille du réservoir (220 km annoncés, j’y crois pas un instant)
-
Réglage de la selle avec outils (pour être pointilleux)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Bonneville Bobber
Année :
2017
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 8 soupapes simple arbre à cames en tête calé à 270°
Cylindrée :
1197 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
77 ch à 6'100 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre double berceau tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique KYB Ø 41 mm
Course AV :
90 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur
Débattement AR :
77 mm
Pneu AV :
100/90 R19 (Avon spécial Bobber)
Pneu AR :
150/80 R16 (Avon spécial Bobber)
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Monodisque ø 310 mm, étrier Nissin 2 pistons
Frein AR :
Monodisque ø 255 mm, étrier 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'235 mm
Empattement :
1'508 mm
Largeur :
800 mm
Hauteur de selle :
690 mm
Hauteur réglable de série
Poids à sec :
228 kg
Réservoir :
9.1 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black
 
Morello Red
 
Iron Stone
 
Competition Green / Frozen Silver
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'500.-
Prix de départ Jet Black. Autre couleur 13'680 CHF et bi-color 13'860 CHF
En ligne :

Plus d'articles Moto

Moto Tour 2017 - La course "trophée relais" par équipe arrive pour cette édition
Nouvelle façon de découvrir le Moto Tour, le Trophée relais est destiné à celles et ceux qui n’envisagent pas d’avaler les 3 000 km du parcours. Il permet à deux pilotes (ou plus) de prendre le guidon successivement sur l’épreuve.
Go North Cape [épisode 3] - Le cercle polaire est franchi
On retrouve Adrien et Mathieu encore plus au nord, avec cette fois pour ces nouvelles journées de roulage, le franchissement d'un cap mythique : le cercle polaire.
Acid'Days 2017 - Toutes les photos sont en ligne
Vous les attendiez impatiemment. Qui ? Les photos de vous lors des Acid'Days 2017.
La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.
Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires