Essai publié le

Essai Triumph Bonneville Bobber – Elégance brutale pour le Hot Rod anglais

Texte de Patrick / Photo(s) de A. Barbanti, M. Cavadini, P. Barshon and F. Kirns
Imprimer cet article

Pour la Bonneville, le passage au bi-cylindre de 1200 cm3 était nécessaire, et quelle réussite. De plus, depuis le salon de Milan 2016, la gamme Modern Classic et ses 2 moteurs se décline en pas moins de 8 modèles différents. De ceux-là, celle que j’essaie ici mérite la palme du bestial et de l’inattendu. J’ai nommé la Bonneville Bobber.

La magie opère

Tomber nez à nez avec ce nouveau modèle était un moment particulier. Alors que j’étais sceptique à contempler les photos volées, je n’arrivais pas à m’enjailler pour une moto qui ne me correspond pas. Cette conclusion n’aura tenu que 32 minutes chrono, soit le temps nécessaire à disperser la foule autour de cet engin.

Alors que la moto est longue, on a l’impression de n’avoir qu’un moteur qui semble énormément grand. Tout cet alu brossé en surface en impose et fait facilement oublier le reste de la moto.  Les deux gros tuyaux d’échappement, en position basse de part et d’autre du bloc, annoncent la couleur.

Puis on s’attarde un petit peu plus sur cet arrière dépouillé au possible. Le bras oscillant tubulaire très fin cache sa suspension déportée au cœur du cadre. Pour satisfaire aux standards d'homologation, un inévitable pare-boue et son support de plaque sont la seule chose qui retient le regard.

La selle est tellement vintage qu'elle a droit à un paragraphe rien que pour elle. Très fine, elle semble en lévitation sur le moteur. On peut en plus ajuster sa position de conduite en allant plus haut sur le réservoir ou plus près de la roue arrière. Sa variante, disponible en accessoire et qui est finie de cuir marron, a même un petit plus qui me plait particulièrement. Envie d’une balade à deux ? Perdu, conduire un Bobber est un plaisir égoïste, car il est impossible d’ajouter une place passager.

Reste encore cet avant simplement élégant : phare et clignotants ronds, le petit compteur, rond lui aussi, de la T120, réglable en inclinaison et ce réservoir plutôt haut à la forme très inspirée de ses cousines vintage. A l’exact opposé du vintage, un phare avant entièrement à LED high-tech peut être installé après-coup comme accessoire.

La Bonneville Bobber est livrée de série avec une dragbar bien large et horizontale. En accessoire, on trouve de quoi faire pâlir d’envie les amateurs de custom. Comme ce Ape Hanger découvert à Milan, plus typé et qui monte d’environ 25 cm au dessus de la tête de fourche.

Le Bobber, c’est presque une moto custom, mais livrée de série, avec les vastes possibilités de personnalisations imaginées dès la conception. Vous trouverez au catalogue 2 kits d’inspiration (Old School Bobber et Quarter Mile Bobber), mais ce qu’il faudra suivre, ce sont les délires de clients et de concessionnaires qui ne vont pas tarder à se faire connaître sur la toile. Le projet « Hold on go Fast » a déjà achevé de me convaincre que ce Bobber est une réussite esthétique.

Un coeur gros comme ça

Le moteur est quasiment identique à celui de la T120. Avec quelques retouches au niveau de l’admission, de l’échappement et de la cartographie, il en ressort une version encore plus portée sur le couple. Avec 106 Nm et 75 chevaux, il a ce qu’il faut dans le ventre pour cruiser tranquillement sur un filet de gaz ou vous allonger les bras jusqu’au rupteur. Notez que c’est bien un moteur à injection, avec une admission en forme de carburateurs.

Un tour de clé, sous la cuisse droite pour rester dans l’ambiance, réveille le parallel-twin de 1197 cm3. Tandis que les tubes d’échappement semblent filer tout droit à l’arrière de la moto, les anglais usent d’un stratagème pour ajouter la chambre de tranquillisation requise pour passer les normes. Sous le moteur à l’avant de la moto, en tout discrétion, les gaz sont déviés avant de revenir aux silencieux.

Sous l’apparente rusticité de la moto se cache en fait une jolie dotation d’aides électroniques. A l’arrêt on peut par exemple ajuster le contrôle de traction, voire le désactiver, et en roulant, on a le choix entre les cartographies route et pluie pour le moteur. Pas de réduction de puissance sur cette dernière, simplement une réponse plus douce aux sollicitations de la poignée de gaz. En option, le Bobber est même prêt à se parer d’un régulateur de vitesse, s’il vous prenait des envies d’en faire une voyageuse…

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look manufacturé pour moto de série
+
Bruit flatteur
+
Finition irréprochable
On a moins aimé :
-
Frein avant adapté à une conduite calme
-
Taille du réservoir (220 km annoncés, j’y crois pas un instant)
-
Réglage de la selle avec outils (pour être pointilleux)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Bonneville Bobber
Année :
2017
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 8 soupapes simple arbre à cames en tête calé à 270°
Cylindrée :
1197 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
77 ch à 6'100 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre double berceau tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique KYB Ø 41 mm
Course AV :
90 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur
Débattement AR :
77 mm
Pneu AV :
100/90 R19 (Avon spécial Bobber)
Pneu AR :
150/80 R16 (Avon spécial Bobber)
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Monodisque ø 310 mm, étrier Nissin 2 pistons
Frein AR :
Monodisque ø 255 mm, étrier 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'235 mm
Empattement :
1'508 mm
Largeur :
800 mm
Hauteur de selle :
690 mm
Hauteur réglable de série
Poids à sec :
228 kg
Réservoir :
9.1 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black
 
Morello Red
 
Iron Stone
 
Competition Green / Frozen Silver
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'600.-
Prix de départ Jet Black. Autre couleur CHF 180.- et bi-color CHF 360.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai – KTM 790 Duke : Prêt, partez…FUN !
C’est « à domicile » que nous avons cette fois-ci testé la nouvelle venue de la firme de Mattighofen. Et croyez moi, elle n’a pas été épargnée.
Meurthe-et-Moselle (F) - Un jeune en motocross percute trois enfants sur la place du village
En marge des festivités liées à la victoire de la France lors de la finale de la Coupe du monde hier soir s’est déroulé un accident dramatique.
Yamaha "Hooligan" Café Scrambler – Quand la XTZ 660 s'encanaille
Le préparateur polonais Piotr, qui officie au sein d'Operational Group, nous a concocté une magnifique préparation sur une base inhabituelle : une Yamaha XTZ660.
Yamaha Niken Tour – Deux rendez-vous en Suisse
S'il est bien une nouveauté atypique cette année, c'est le Yamaha Niken qui remporte la palme et le constructeur vous propose de l'essayer au travers d'un Niken Tour qui sillonnera l'Europe tout l'été.
Bonnie & Klyde sur les routes de l’est - Interview de ces deux aventuriers « On the road » !
Il y a quelques semaines, Amaia et Marvin sont partis en direction de l’est avec leurs fidèles destriers Bonnie & Klyde. Où sont-ils et qu’ont-ils vécu ?
Comparatif gros roadsters - Adrénaline en tube! Kawasaki Z1000R Edition vs Triumph Speed Triple RS vs Ducati Monster 1200 S vs Yamaha MT-10
Quatre roadsters sportifs pour quatre philosophies nettement différentes : c'est le ratio équilibré d'un comparatif riche en sensations réalisé par la rédaction, qui aura mis en avant les qualités de chaque machine... et l'éternelle niaiserie des essayeurs.

Recherche

Hot news !

Yamaha Ténéré 700 World Raid épisode II - Stéphane Peterhansel à l'assaut des dunes du Maroc
L'épisode I du Yamaha Ténéré 700 World Raid nous avait laissé sur les pistes australiennes. L'épisode II met lui en scène une figure emblématique du Dakar pour Yamaha : Stéphane Peterhansel.
La KTM 390 Adventure surprise lors d'un roulage
L'arrivée du petit trail routier 390 Adventure avait déjà été annoncée par KTM, la voici maintenant en pleine phase de test.
La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.

Liens Partenaires