Essai publié le

Essai Triumph Bonneville Bobber – Elégance brutale pour le Hot Rod anglais [page 2]

Texte de Patrick / Photo(s) de A. Barbanti, M. Cavadini, P. Barshon and F. Kirns

Pages

L'heure de la récréation

Le lancement du modèle avait été fait en grande pompe à Londres, avec groupe de rock et course de drag sur scène. Pour notre essai, Triumph voit grand et a emporter sa météo locale pour vraiment nous servir la Bobber avec les routes humides et le ciel gris qui avait déjà suivi tout son développement.

Une fois n’est pas coutume, la balade commence sur le mode pluie pour se faire à la position de conduite et au comportement de la moto sans se faire surprendre sur les routes humides. Je constate tout d’abord que le premier rapport est assez long dans cette configuration de pignon et de couronne. En ville, j’aurais pu laisser le 3e rapport au garage, tandis que sur l’autoroute autant la 5e que la 6e ne servent qu’à économiser du carburant.

J’avais beaucoup aimé le caractère moteur de la T120 et de la Thruxton. Avec les changements apportés sur le Bobber, c’est encore une réussite des ingénieurs de Hinckley. Le ride by wire est réactif comme il faut et le couple disponible déboule progressivement. Dès le ralenti, la moto reprend pratiquement sans à-coup puis pousse progressivement jusqu’à 4’500 tr/min. Au-delà il devient plus brutal, plus vivant et vous le fait savoir avec son lot de vibrations dans les reposes-pieds. C’est amusant de conduire ainsi, cependant l’esprit Bobber se perd un peu au profit d’un aspect plus roadster.

Après un bon tiers de l’itinéraire d’essai, pas la moindre gêne due à la position à l’horizon. La selle réglée en position haute et avancée, j’ai comme l’impression que mon séant en a exactement pris la forme. Avec le réglage de selle plus en arrière, on renforce l'esprit Bobber et perd en confort de conduire.

L’ensemble des suspensions qui équipent cette Bonneville n’est pas réglable. C’est un parti pris qui a donné lieu à de nombreux essais pour trouver la course optimale que devaient avoir la fourche et l’amortisseur. Avec 90 mm devant et 77 mm à l’arrière, le choix s’avère judicieux. Mis à part en compression très rapide où l’amortisseur ne suit pas, le comportement est sain et confortable.

Ce choix du non réglable est simple. Conçu comme monoplace dès le départ, l’écart de poids d’un pilote à l’autre, en plus divisé entre l’avant et l’arrière, ne faisait plus qu’une faible différence de contrainte sur les suspensions. Le confort de conduite était alors convenable pour un large éventail de conducteurs. D’ailleurs, je dois admettre être encore en bonne forme en descendant du Bobber. Après une journée complète de route je n’ai pas subi la moto, je n’avais qu’à en profiter.

Seul le freinage n’a pas convenu à ma conduite. J’ai dû me réconcilier avec le frein arrière pour réussir à ralentir et arrêter le Bobber sans perdre le rythme. Le frein avant est identique à la Bonneville T100: un simple disque ø 310 mm avec étrier Nissin 2 pistons. En début de course du levier de frein, le mordant met pas mal de temps à se faire sentir. À l’attaque, ce dont le Bobber est tout à fait capable, le frein avant n’est selon moi pas à la hauteur. De plus, passer au double disque demanderait de changer la fourche. Le seul choix est de s’y habituer.

Sur route sinueuse, le Bobber n’est pas agile en tant que tel, mais il se laisse mettre sur l’angle pratiquement sans effort. Les reposes pieds frotteront évidemment par terre, mais la garde au sol est bien suffisante pour l’usage qu’en feront le plus grand nombre de clients de cette Bonneville.

Pris au tripes

Le meilleur souvenir que je garderai de cette moto, en plus du plaisir de rouler sur de belles routes désertes, c’est le grondement produit par le moteur et les échappements. Un vrombissement déterminé, hargneux, rageur même à l’approche du rupteur. Un bruit qu’on prend plaisir à écouter tout au long de la journée, mais qui ne prend pas le pas sur les autres émotions. Une bande son taillée sur mesure pour chaque balade au guidon du Bobber.

Cette Triumph se destine sans aucun doute à une clientèle s’attachant plus à l’objet qu’au plaisir qu’il procure. Quelque part ils seront perdants, ne sachant pas à côté de quoi ils passent en la laissant dans leur garage le plus clair du temps. Ceux qui vont se l'approprier, la personnaliser et enfin la feront rouler chaque jour qui le permet dans l’année auront compris. Cette Bonneville Bobber est pleine de qualités dynamiques, croyez-le ou non. Essayez-la, elle vous le prouvera.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look manufacturé pour moto de série
+
Bruit flatteur
+
Finition irréprochable
On a moins aimé :
-
Frein avant adapté à une conduite calme
-
Taille du réservoir (220 km annoncés, j’y crois pas un instant)
-
Réglage de la selle avec outils (pour être pointilleux)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Bonneville Bobber
Année :
2017
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 8 soupapes simple arbre à cames en tête calé à 270°
Cylindrée :
1197 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
77 ch à 6'100 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre double berceau tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique KYB Ø 41 mm
Course AV :
90 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur
Débattement AR :
77 mm
Pneu AV :
100/90 R19 (Avon spécial Bobber)
Pneu AR :
150/80 R16 (Avon spécial Bobber)
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Monodisque ø 310 mm, étrier Nissin 2 pistons
Frein AR :
Monodisque ø 255 mm, étrier 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'235 mm
Empattement :
1'508 mm
Largeur :
800 mm
Hauteur de selle :
690 mm
Hauteur réglable de série
Poids à sec :
228 kg
Réservoir :
9.1 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black
 
Morello Red
 
Iron Stone
 
Competition Green / Frozen Silver
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'600.-
Prix de départ Jet Black. Autre couleur CHF 180.- et bi-color CHF 360.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Suzuki serait en train de travailler sur une GSX-R300
Les petites sportives ont le vent en poupe, notamment grâce au championnat Supersport 300 où les R3, Ninja 400 et autres RC 390 R se taillent la part du lion. Or, Suzuki entent apparemment revoir sa petite GSX-R.
Triumph Thruxton R "Martini Racing" by Hess Motorrad AG
Chez Hess Motorrad à Ostermundigen (BE), on sait magnifier les motos pourtant déjà très belles d'origine pour certaines. Nous pensons notamment à la Triumph Thruxton R.
Un chauffard trahi par sa vidéo postée il y a un an sur Facebook
Un motard allemand résidant à Zürich a été trahi pas sa vidéo postée il y a un an sur le groupe Swiss Race-Community sur Facebook le montrant rouler à près de 300km/h sur route ouverte.
MV Agusta de retour en Moto2 avec Forward Racing
Après bientôt 42 ans d'absence, MV Agusta fera son retour l'an prochain en Grand Prix, en collaboration avec l'équipe Forward Racing pour 4 saisons de Moto2.
Yamaha dépose un brevet pour une V-Max à trois roues
On se doute bien que la nouvelle Yamaha Nikken dont les réservations viennent d'ouvrir ne restera pas sans suite. Voici un premier indice avec le dépôt d'un brevet pour une V-Max dotée de trois roues.
Le système de réservation en ligne de la Yamaha NIKEN est désormais disponible
Le système de réservation en ligne de la NIKEN 2018 est désormais disponible

Recherche

Hot news !

La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.

Liens Partenaires