Essai publié le

Essai Triumph Street Triple Rx - La petite balle classée X

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Depuis son arrivée sur le marché, la Street Triple R séduit les motards grâce à un caractère très joueur, un look terrible et des performances de premier choix. Mais Triumph a décidé d’enfoncer le clou et a sorti une édition spéciale bardée de pièces du catalogue, dont un alléchant quickshifter. Résultat : la petite Anglaise est lookée comme jamais et va encore plus vite !

Alors que tout a été dit ou presque au sujet de la Triumph Street Triple, surtout de sa version R, qui s’avère être l’une des machines les plus jouissives de la production moto depuis plusieurs années. L’arrivée en Suisse d’une version Rx peut sembler anecdotique, le modèle piochant dans le catalogue des options disponibles. « Mais pas que », pour reprendre une formule simple. Deux changements viennent rendre la Street Triple Rx absolument géniale.

La très effilée coque arrière de la sportive Daytona prend effectivement place sur la boucle arrière, toute de rouge vêtue, pour donner une croupe plus sportive encore à la Street’. Le saute-vent et le sabot moteur couleur carrosserie, mais surtout les jantes rouges très, très voyantes, parachèvent le travail. Le look déjà très agressif devient carrément explicite.

En clair: on n’est pas là pour enfiler des perles et le système quickshifter TransLogic monté d’origine est là pour le rappeler. Rendant superflu tout autre mouvement que celui du pied gauche pour monter un rapport, le système ancre la Triumph dans son orientation zygomatico-sportive. C’est-à-dire sa capacité de relier A et B en un temps ridiculement court tout en offrant des sensations ridiculement jouissives.

Gaz à volonté

Penché sur l’avant, on saisit le large guidon noir avec empressement pour éveiller la bête. Au coup de démarreur, le petit trois-cylindres  entame son entêtante litanie et tire déjà le coin des lèvres. Facile à manœuvrer, la Street Triple Rx n’oublie pas ses gênes de roadster mid-size et rassure lors des évolutions à rythme tranquille. La capacité de passer dans toutes les mains n’est pas donnée à toutes les motos de la planète et la Street’ peut toujours se vanter de cette qualité.

Sur voies rapides, lorsqu’on résiste aux appels du moteur pour aller gratter l’autre bout du compte-tours, on apprécie le confort relatif apporté par le saute-vent et l’appui raisonnable sur les poignets. L’ennui guette, mais est facilement contré par une rapide rotation du poignet droit, qui relance le trois-pattes avec enthousiasme dès les mi-régimes. Le moteur bourdonne de plus en plus, à mesure que l’aiguille du compte-tours passe les gradations… et on se fait avoir !

Avoir par  le petit côté pousse-au-crime du jouet anglais, qui ne demande qu’à grimper dans les tours avec vous accroché au guidon. Le shifter TransLogic œuvre à limiter le plus possible les temps morts lors des changements de rapport et ajoute encore du piment à ces envolées du compte-tours. Le train avant s’envole lui aussi sans se poser trop de question sur les premiers rapports. Impossible de se tenir longtemps tranquille, l’Anglaise a heureusement un freinage à la hauteur de ses/vos sautes d’humeur.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Le look, avec cette nouvelle coque arrière
+
Le moteur, toujours aussi dingue
+
Le châssis, aussi dingue que le moteur
On a moins aimé :
-
... ?
-
Heu...
-
Le reste de la gamme Street Triple, qui n'aura pas cette jolie coque arrière

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Triple Rx
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 4 temps, 4 soupapes par cylindre et double ACT
Cylindrée :
675 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint avec injection d'air secondaire
Performances
Puissance max. :
106 ch à 11'850 tr/min
Couple max. :
68 Nm à 9'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multirisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée KYB ø 41mm réglable en détente, compression et précharge
Course AV :
115 mm
Suspension AR :
Amortisseur KYB à réservoir séparé réglable en détente, compression et précharge
Débattement AR :
135 mm
Pneu AV :
120 / 70 ZR 17/ 70 ZR 17
Pneu AR :
180 / 55 ZR 17 / 55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant ø 310mm avec étriers radiaux 4 pistons Nissin
Frein AR :
Simple disque flottant ø 220mm avec étrier simple piston Brembo
Dimensions
Longueur :
2'055 mm
Empattement :
1'410 mm
Largeur :
743 mm
Hauteur de selle :
820 mm
Poids à sec :
168 kg
Réservoir :
17,4 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black / Diablo Red
 
Matt Aluminium Silver / Diablo Red
Catalogue
Prix de vente :
CHF 11'900.-
hors frais de transport (160.- CHF), TVA 8% incluse
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.
Hayden renversé à vélo : pronostic vital engagé
Le champion du monde de MotoGP en 2006 a été victime d'un accident de la route alors qu'il s'entraînait à vélo avec un groupe d'amis aux alentours de Rimini.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires