Essai publié le

Essai Yamaha XSR 900 - Mélange des genres pour cocktail corsé

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Ant Production
Imprimer cet article

Fer de lance de la philosophie Faster Sons, la Yamaha XSR 900 est un vrai cocktail magique. Un mélange des genres travaillé et réussi. Un équilibre quasi-parfait entre plaisir, performances, tendance et design. Le bitume de Fuerteventura, île des Canaries, ne s'en est pas remis. Nous non plus!

Quelques mois après la présentation de la XSR 700, dont nous avions pris le guidon, Yamaha nous a invités au lancement de la grande soeur, la 900, basée sur le détonnant roadster MT-09. Les jumelles avaient fait parler d'elles au salon de Milan et lançaient un nouveau trend chez la firme aux diapasons: Faster Sons. Une philosophie très tendance qui consiste pour la marque à conjuguer son héritage du passé avec ce qu'elle produit de mieux aujourd'hui. Simplement, donc, Yamaha a cuisiné sa gamme MT (Masters of Torque) à la sauce rétro.

Le but? Proposer tout le symbole de sa gamme Sport Heritage (dont fait partie l'emblématique XJR 1300), avec un caractère et des performances ultra-modernes. Du vieux avec du neuf et du neuf avec du vieux, en somme, arrosé d'une bonne rasade de stratégie marketing et frappé avec l'attrait pour le vintage qui sévit dans notre société, et aussi dans le monde de la motocyclette.

Là, on a le contexte et la démarche. Comment Yamaha a transformé la caractérielle et très moderne MT-09 en superbe machine néo-rétro, en se permettant de sublimer les qualités de sa base, c'est ce qui nous intéresse maintenant.

La même, en mieux

La XSR 900 en jette. Le constat se pose là. Si la MT-09 pouvait séduire par son étrangeté esthétique, la nouveauté emballe au premier coup d'oeil, tout simplement. Mais comment font-ils? Par la simple adjonction d'un nouvel habillage et surtout avec un réservoir en aluminium qui rappelle celui des XS 650 et des plus récente XJR, Yamaha a offert une vraie ligne à sa XSR 900.

Lors de la (longue) présentation du modèle, Yamaha compare, formes géométriques en superposition à l'appui, la similitude de la ligne de son dernier jouet avec celle... de la RD, le roadster 2-temps de la firme dans les années 70. Le gabarit n'est plus le même, les matériaux non-plus, mais, miracle des présentations Powerpoint, on retrouve effectivement le même triangle vert, qui met en exergue le même "groove" du dessin. La XSR est donc une MT-09 dessinée comme une moto des années 70, avec du vrai métal dessus. Parce qu'elle prend du poids: 4 kilos, précisément. Parce qu'elle a un réservoir en alu et d'autres éléments plus "vrais". C'est une vraie moto à l'ancienne, quoi. Les petits feux ronds, à l'avant et à l'arrière, le compteur unique et minimaliste, la selle au dessin rétro et aux surimpressions discrètes: on apprécie les détails, soulignés par une finition comme d'habitude à tomber parterre. Si cela ne suffit pas et comme sur la petite soeur 700, la XSR dispose d'une liste d'accessoires en option longue comme les bras de l'Homme Elastique pour se transformer au goût de son propriétaire.

Oui, enfin, ça c'est uniquement pour le domaine esthétique. Parce que sous ce beau plumage, les japonais ont peaufiné moteur et partie-cycle, basés sur la MT-09. On commence avec la position, plus classique, mais surtout plus équilibrée: la selle est relevée de 15 mm et le long réservoir allonge l'espace entre le guidon et l'assise. Cela doit offrir à la XSR un comportement plus stable que sa base MT, très (voire trop) légère du train avant. La mission est accomplie, comme on le verra plus tard.

Surtout, la nouveauté s'offre un embrayage anti-dribble censé adoucir les rétrogradages et augmenter encore la stabilité, ainsi qu'une électronique poussée. Trois modes de puissance (A, Standard et B, soit du plus brutal au carrément castré), ainsi qu'un traction control réglable sur deux niveaux et, surtout, déconnectable. Le tout devant être réglé à l'arrêt, au point mort. La MT-09 va recevoir ce fameux TCS pour 2016 mais se passera encore de l'embrayage anti-dribble.

La preuve par trois

Pendant la conférence, le staff Yamaha nous a montré un triangle illustrant l'état d'esprit de sa nouveauté. Trois angles importants, donc: l'adrénaline, la versatilité et l'héritage. Trois qualités qu'on s'empressera de mettre à l'épreuve avec enthousiasme, pendant la journée du lendemain. Tiens, ça tombe bien, demain arrive au paragraphe suivant!

Après une courte nuit, un peu de gym et un petit dej' de compétition, on rejoint l'alignement de machines qui patiente devant l'hôtel. Il fait déjà chaud et ça tombe bien : on est chaud aussi. En s'installant au guidon, mon mètre septante-six remarque bien que la selle est plus haute et la posture plus en avant que sur la MT-09. Les mains tombent sur le large guidon et les yeux sur le très mignon compteur rond à écran digital, qui présente toutes les informations nécessaires de fort belle manière. 

Le barre-graphe du compte-tours, très lisible, permet de bien réviser ses gammes en faisant souffler le 3 cylindres dans sa petite trompette, qui sort juste sous le pied droit. La sonorité emballe toujours autant et le caractère, malgré l'adoucissement de la réponse des gaz et l'avènement du Traction Control, impressionne. Notre guide du jour n'est autre que l'un des responsables de l'organisation du test et on nous a prévenu: pas question de rigoler et faire les zouaves. Un des slides de la présentation nous défendait même de faire des wheelings et autres bêtises pendant l'essai. On n'en mène pas large et on est déçu. Du moins jusqu'à ce que Beat, notre confrère de Moto Sport Schweiz, claque un beau wheel' sous le nez de notre guide, qui n'a pas bronché. Quelle belle journée en perspective!

Si je suis le deuxième à me retrouver à faire l'andouille sur une roue, c'est que la XSR 900 n'a rien perdu du tempérament de feu de sa cousine MT! La cartographie du mode A laisse tout le loisir au 3 cylindres d'exprimer sa joie de vivre, dont il ne manque pas dès 5'000 tours/minute. Le train avant est très, très léger mais affiche une stabilité et un retour d'informations inattendus pour qui connaît la fougue de la MT-09 sur ce point. L'embrayage, pourtant, est un modèle de douceur. Il est même carrément soyeux. Comme la réponse des gaz, dosable au micro-poil, qui permet tantôt d'évoluer sereinement dans les villages, tantôt de déchaîner les démons de l'enfer sur le bitume de Fuerteventura. 

Une chose est sûre, avec la XSR 900, on en prend plein la poire! Même au sens propre et surtout avec un casque jet : cailloux, poussière, insectes, tout colle à ma mine réjouie. Il faut dire que le rythme s'accroît rapidement et qu'on s'amuse comme des fous. Heureusement, le freinage est la stabilité de la Yam' permettent de se lâcher sereinement. L'amortissement de la fourche inversée laisse la part belle aux mouvements vers l'avant mais ne trahit pas la confiance du pilote. On peut profiter de la puissance et du feeling offerts par les étriers avants, qui stoppent facilement la moto. L'ABS veille au grain, avec une discrétion très appréciable. Quelques freinages très appuyés, sans aucun mauvais retour d'information et une stabilité de tous les instants, achèveront de me convaincre. 

Si le frein arrière s'avère efficace pour limiter le transfert de masse à l'attaque, le Traction Control se charge de garder la roue arrière en ligne et la roue avant (presque) au sol. Sur 1, le système intervient tard et permet de sentir l'arrière patiner sur les quelques traces de sable présentes dans les lacets serrés de notre parcours. Le mode 2 intervient de façon plus rapide et enlève un peu de son côté très vivant au comportement de la XSR mais fonctionnera très bien dans des conditions plus délicates (pluie, froid, camion de lubrifiants renversé...). Point de conditions difficiles aux Canaries, c'est donc sur OFF que je règle l'anti-patinage pour profiter sans filtre du fabuleux moteur de ma monture.

Il faut dire que ça remue de partout, comme une ancienne, sans le côté périlleux. Les Bridgestone S20R assurent côté grip et, amortissement et freinage faisant merveille, on profite du caractère joueur de la Yam'. Entre deux courbes, la roue avant tente de renouer avec le mythe d'Icare dans une entêtante ruée du 3 cylindres vers les hauts régimes. Quelle voix! Quelle santé! Dès 5'500 tours/minute, on est poussé en avant, happé par la puissance, et c'est comme ça jusqu'en 5e! Jusqu'à 11'000 tours, on en prend plein les oreilles et on s'émerveille, tous sens en éveil, de chaque moment qu'on passe au guidon. Il se passe quelque chose sur la XSR 900, elle vous parle, elle vit. 

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
le moteur, simplement fabuleux
+
l'équilibre général et la confiance qu'il procure
+
l'embrayage anti-dribble et son feeling au levier
On a moins aimé :
-
l'adrénaline mise en avant, mais la censure de nos acrobaties
-
les cailloux dans le menton (aïe...)
-
le fait que la XSR 900 ne rentre pas dans une valise

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
XSR 900
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 4 temps, 4 soupapes par cylindre et double ACT
Cylindrée :
847 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
115 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
87,5 Nm à 8'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multirisque à bain d'huile, ant-dribble
Partie Cycle
Châssis :
Type diamant
Suspension AV :
Fourche télescopique inversée
Course AV :
137 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur hydraulique
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120 / 70 ZR 17
Pneu AR :
180 / 55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque hydraulique flottant de 298mm avec étriers radiaux 4 pistons
Frein AR :
Simple disque hydraulique de 245mm avec étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'075 mm
Empattement :
1'440 mm
Largeur :
815 mm
Hauteur de selle :
830 mm
Poids total :
195 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
60th Anniversary
 
Matt Grey
 
Rock Slate
Catalogue
Prix de vente :
CHF 10'690.-
10'990 en coloris 60th Anniversary
En ligne :

Plus d'articles Moto

Iron Bikers 2017 - Un week-end dans les années 60-70, nous y étions !
Cette année, pour la première fois, les "p'tits Suisses" débarquent en force à Paris sur le mythique circuit Carole, pour l’Iron Bikers.
Facchinetti Groupe reprend la représentation de BMW Motorrad à Crissier (Lausanne) et Genève
L'information circulait dans le milieu, c'est maintenant officiel: Facchinetti Groupe reprend la représentation de BMW Motorrad à Crissier (Lausanne) et Genève.
Acid'Days 2017 - Les 13 et 14 mai à Cossonay -  Les pré-inscriptions sont ouvertes !
Les 13 et 14 mai prochains se déroulera notre week-end de fête autour du monde de la moto : essai de multiples marques, show, concert... Une fête pour les motards faite par des motards !
Optimisation de la formation à la conduite en Suisse - Pour les motards aussi
À l’avenir, en Suisse, les personnes autorisées à conduire seules pour la première fois devraient posséder une expérience de la conduite plus grande qu’aujourd’hui.
Street58 fête ses 5 ans - Le 10 juin 2017 en Ardèche
Le réseau social pour motards, Street58, fêtera son 5ème anniversaire le 10 juin prochain.
Le groupe Volkswagen prêt à vendre Ducati
Le scandale du Dieselgate a sérieusement ébranlé le groupe Volkswagen et ce dernier va drastiquement rationaliser ses dépenses afin d'entamer une transition vers les véhicules électriques et les nouveaux services de mobilité.

Recherche

Hot news !

BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.
Essai Yamaha SCR 950 - La Bolt se mue en Scrambler
La Yamaha XV950R s’est faitw très discrète sur le marché depuis sa sortie, nous l’avions essayée et dans la foulée Badan Moto s’en servait comme base pour un custom très séduisant. Reste que le moteur V2 à refroidissement à air a une montagne de couple à offrir, alors autant en profiter pour créer un autre modèle avec ! Surfant sur la vague Vintage, c’est ainsi qu’est née le scrambler SCR950 avec son grand guidon et ses pneus mixtes, elle en a déjà l’allure, mais en a-t-elle le comportement ?
Essai PdB 500 - Une marque genevoise revient dans la course
C’est à quelques encablures de feu la société Motosacoche SA, qui aura été une marque mondialement réputée et très bien racontée par notre ami Eric Bezon, qu’une figure emblématique du canton, Nanard Meili a décidé de lancer sa propre entreprise : PdB.

Liens Partenaires