Essai publié le

Essai du Kymco MyRoad 700i : le scooter GT dans toute sa splendeur

Texte de Gonzo / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Comme beaucoup de marques, Kymco s’est fendu d’un maxi-scoot. Le MyRoad 700i ABS, modèle en question a été testé, observé, maltraité, bichonné et analysé pour vous !

A première vue, lorsque le concessionnaire de la marque m’a tendu les clés et désigné la bête, je suis resté pantois, sans réellement savoir que dire ou penser face à ce scooter. Il faut dire que le Taïwanais est imposant, très imposant !" Heu, je n’ai pas le permis poids lourds, moi !" Le professionnel sourit, puis enchaîne : "Ouais, ce n’est pas dans la finesse, mais il se laisse bien conduire tu verras. C’est pas un sportif mais il a du coffre pour enrouler."

Prise en mains :

Esthétiquement, le MyRoad présente bien. Le modèle testé est livré dans une robe blanche qui lui va relativement bien. Je tourne autour de l’engin et je remarque pas mal de choses. Sa taille dans un premier temps. Le scooter est, comme je l’ai déjà dit, imposant. Mais il est vraiment long. La lecture de la fiche technique me confirmera mes pensées. Avec ses 2'309mm, le MyRoad est le plus long de sa catégorie.

Le bloc optique m’interpelle. Au vu de sa taille, je me dis qu’il doit au moins éclairer la moitié de la ville. Il va de pair avec le style massif de la machine. Mais bon, voyons le bon côté des choses, je pourrai tester de nuit et je ne vais pas m’en priver !

Je m’installe ensuite à son bord. La selle est relativement confortable et la hauteur de 780mm est correcte. Toutefois, la largeur de l’assise obligera certainement les plus petits gabarits à jouer de la pointe des pieds. D’autant plus que le poids important ne facilite pas les choses à l’arrêt. Le gros tunnel central placé entre les pieds s’enjambe assez facilement mais je m’inquiète de savoir s’il ne sera pas handicapant pour les manœuvres à basse vitesse.

Avant de démarrer, j’inspecte les commodos. Il y a beaucoup de boutons pour peu de place. Le démarreur est situé juste à côté du sélecteur de suspension. A mon avis, plus d’un utilisateur a dû se tromper de bouton... Il y a également les feux de panne qui se trouvent à l’index droit. Pas courant, mais pourquoi pas !

Le véritable tableau de bord me paraît complet. Un  compteur et un compte-tours analogiques encadrent un affichage digital avec toutes les informations nécessaires : jauge à essence à cinq bâtons, horloge, totalisateur, double trip partiel, indicateur de  mode de suspension (Hard, Medium ou Soft). On note surtout trois diodes au niveau de l’axe des aiguilles du compteur, du compte-tours et de la température moteur. Le tout est clair et lisible, même sous le soleil. A côté, on retrouve des diodes pour signaler le coffre ouvert, la béquille dépliée ou un dysfonctionnement de l’ABS ou de la pression d’huile.

Je remarque que je dois légèrement abaisser la tête pour regarder au travers du pare-brise. J’essaie de le relever mais rien ne se passe. J’apprendrai plus tard qu’il s’agit d’une option. Dommage pour un scooter à vocation GT !

J’inspecte ensuite le contacteur, lequel cumule beaucoup de fonctions. Evidemment, il sert à allumer le scooter. Mais il sert également à ouvrir le coffre sous la selle, ouvrir la trappe à essence, bloquer la direction. Tout cela en jouant sur l’intensité avec laquelle on appuie sur la clé en plus de la rotation choisie. Un petit bouton permettra d’activer le volet anti-effraction du contacteur.

A gauche du contacteur, un vide-poche en plastique assez grand et pratique. En revanche, sa finition laisse à désirer. En effet, on peut apercevoir de la visserie et sa fermeture se révèlera fastidieuse. Pour ce qui est des plastiques, on est un peu déçu. Le modèle prêté par Kymco est relativement neuf puisqu’il n’a pas encore 1'000km au compteur ! Mais les plastiques sont déjà marqués et blanchis.

Si je vous ai parlé de la trappe à essence un peu plus haut, j’ai omis de vous parler de sa position atypique. Elle se situe au niveau du tablier, à droite du contacteur !

Bon, assez d’observations. J’enlève (difficilement) la béquille centrale et je démarre le MyRoad. Le bicylindre en ligne de 699,5 cm3 vrombit immédiatement avec une sonorité qui n’est pas déplaisante. Je tourne la poignée doucement et immédiatement, je remarque le centre de gravité bien placé permet de manœuvrer mais ce point ne sera pas le point fort de mon char d’assaut. Malgré mes craintes, le tunnel central ne dérange absolument pas.

Je m’engage dans la circulation et j’accélère un peu plus franchement. La surprise est agréable. Les presque 300 kg se font immédiatement oublier dès que l’on roule. Alors oui, sa taille ne fait pas du Kymco un scooter urbain mais ses performances ne sont pas non plus ridicules. Au feu, vous ne serez pas forcément le premier à vous élancer. En effet, l’inertie due au poids élevé du scooter donne l’impression d’un temps de latence à l’accélération. En revanche, une fois lancé, vous serez relativement véloce à son guidon.

Pour ce qui est du freinage, le MyRoad est freiné par des freins à disque à l’avant comme à l’arrière. Couplé à un ABS Bosch, il répond aux attentes d’un GT. Il arrêtera la machine sans se montrer agressif. J’ai trouvé que l’ABS était toutefois un peu trop intrusif à mon gout. En revanche, son efficacité n’est plus à prouver. J’ai bien essayé de bloquer les roues, mais rien à faire ! Et ce de jour comme de nuit, sur le sec ou sous la pluie ! A 60 km/h, bien droit et sous la pluie, j’ai essayé d’écraser le levier de frein gauche dans un premier temps. Le système de couplage des freins très efficace assemblé à l’ABS ralentit la machine dans un couinement particulier mais aucune dérive à remarquer. Maintenant, je fais la même chose de l’avant. J’y vais mais j’ai peur ! Et pourtant, le même couinement mais toujours aucun blocage de roue à signaler.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur, le confort, le prix
On a moins aimé :
-
le freinage, la finition perfectible, le poids, les pneus

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kymco
Modèle :
MyRoad 700i
Année :
2015
Catégorie :
Scooter
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
bicylindre 4T, 4 soupapes
Cylindrée :
699.5 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
58.8 ch à 7'250 tr/min
Couple max. :
63 Nm à 5'500 tr/min
Transmission
Boîte :
Variateur automatique
Embrayage :
Centrifuge
Partie Cycle
Châssis :
Tubulaire acier
Suspension AV :
Fourche hydraulique ø41
Course AV :
108 mm
Suspension AR :
Deux amortisseurs ajustables en précharge
Débattement AR :
96 mm
Pneu AV :
120/70 ZR15
Pneu AR :
160/60 ZR14
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
2 disques ø 280 mm, 2 pistons
Frein AR :
1 disque ø 240 mm, 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'309 mm
Hauteur de selle :
780 mm
Poids à sec :
292 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Blanc
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Alaska - Ushuaïa [partie 6] - De Valdez à la péninsule de Kenai Fjords
L’Alaska m’a tellement plu et bluffé que je vais lui consacrer plusieurs blogs. Je continuerai par le Sud, couvrant mon itinéraire de Valdez jusqu’à la péninsule de Kenai Fjords.
Deus Ex Machina nous livre sa version l'Hypermotard version Pikes Peak
La course de Pikes Peak est un vraie institution aux USA, alors quand on est un préparateur tel que Deux Ex Machina, on se doit de fourbir ses armes pour y participer, c'est chose faite avec cette Hypermotard.
Alaska - Ushuaïa [partie 5] - La Dempster et la Top of the World Highway
L'Alaska se présente à notre aventurier du moment. Avec sa Yamaha XT660Z Ténéré, le Vaudois Marc Scheiwiller poursuit son périple du nord au sud du continent américain qui durera une année.
MTT 420RR : 420 chevaux et une turbine d’hélico dans une moto
Le titre parle, et les plus fins connaisseurs diront tout de suite que ce n’est pas une première. Et c’est vrai puisque la MTT 420RR (pour 420 chevaux) n’est autre que la descendante de la fameuse Y2K !
BMW R 1200 GS 2018 – Elle évolue dans le détail
Alors que beaucoup annonçait un nouveau boxer à admission variable pour la GS 2018, celle-ci se contente d'évoluer dans le détail dans l'attente d'une mise à jour plus sérieuse pour 2019.
Une Kawasaki Versys 900 présentée à l'EICMA ?
L'EICMA 2016 a vu la Kawasaki Z900 être présentée au public, le constructeur japonais pourrait se servir de cette plateforme pour présenter une nouvelle Versys 900 cette année lors de l'édition 2017 du salon de Milan.

Recherche

Hot news !

BMW S1000RR 2018 - De nouvelles photos en disent plus
Le constructeur à l’hélice veut clairement reprendre le leadership du marché des sportives comme cela avait été le cas lors de la sortie de la S1000RR, la nouvelle mouture de la sportive s’annonce « caliente ».
La BMW S1000RR profondément revue pour 2018
Celle qui a révolutionné le monde des supersports il y a maintenant 8 ans va recevoir quelques modifications pour 2018 afin de la moderniser face à la concurrence.
Ducati V4 – Claudio Domenicali se laisse aller à quelques confidences
Lors de la manche WSBK de Laguna Seca, Ducati a présenté sa 1299 Panigale Final Edition afin de clore le chapitre des V2 desmodromiques et d'ouvrir un nouveau chapitre avec des V4 pour les sportives de Bologne.
Ducati V4 – A nouveau surprise en plein roulage
On vous l'avait présentée il y a quelques jours, et voilà que le nouveau missile de chez Ducati à motorisation V4 a été surpris en plein roulage, on en sait désormais un peu plus sur celle qui sera certainement la reine du salon EICMA de Milan.
Essai BMW HP4 Race – Bienvenue dans le monde de la course
Il y a des essais comme ça, magiques, exaltants… Comment on les reconnaît ? De notre côté, on est surexcités, un poil tendus, et même on a le syndrome particulier du kikitoudur…
Ducati V4 Superbike – Elle roule déjà
L'usine de Bologne fait parler d'elle cette semaine, tout d'abord avec le teaser présenté pour annoncer une rupture avec le passé et ensuite avec le rachat possible de la marque par Harley-Davidson.

Liens Partenaires