Essai publié le

Essai de la Suzuki GSX-S 1000 - La bête tant attendue !

Texte de Jimmy / Photo(s) de Patrick "RS" Schneuwly
Imprimer cet article

On l'aura attendu, ce roadster sportif Suzuki ! Surtout après la sortie de la Virus, bonne prépa' bien de chez nous, qui ne laissait aucun doute sur le potentiel d'une GSX-R déshabillée. En découvrant la GSX-S 1000, le monde moto, après avoir tant attendu, attendait de voir ce que la nouveauté avait dans le ventre avant de sauter de joie... bah ça y est, vous pouvez sauter !

Il y a des choses, dans la vie, qui ne nous rajeunissent pas. Un roadster sportif Suzuki, sur base de GSX-R 1000, tous les possesseurs de cette dernière en ont rêvé. En 2011, je racontais à mon concessionnaire que si les japonais sortaient une version roadster de ma GSX-R K6, je n'hésiterais pas à me saigner pour l'avoir. La même année, Suzuki sortait, déjà en retard, la GSR 750, qui décevait forcément nos rêves les plus fous mais connaissait un petit succès.

Quatre ans plus tard, alors que mon Gex' use du slick sur piste 8 jours par an et que beaucoup de motards pestent sur les radars, Via Sicura et l'impossibilité de rouler "comme avant" sur route, voilà que Suzuki sort la GSX-S 1000. Paf ! Bon, avec un dévoilement à Cologne, avant l'hiver, avec quelques années de retard, le soufflé a eu le temps de retomber. Et autant dire qu'on l'attendait au tournant, cette bécane. C'est donc avec gravité, respect et moult émoticônes que j'ai accepté l'ordre de mission du Chef Yann, pour un essai express sur la machine de nos compères, MM Ride, fraîchement livrée.

Promesses tenues

Sur place, on tournicote pas mal autour de la machine, plutôt classe dans son coloris noir et grenat (oui, mauve, si vous préférez). Vivien, de MM Ride, avoue lui aussi avoir beaucoup attendu et ne pas s'être emballé en découvrant la moto. Si la ligne fait son petit effet, certaines rondeurs sur les plastiques de couverture, comme les écopes de radiateur,  laissent présager d'une machine un poil lourde à manier et gonflent un peu le bestiau. Le phare avant serait un peu quelconque sans les deux mandibules qui donnent à la moto un air de grosse fourmi gavée aux hormones.

Sous le phare, la fourche inversée de 43mm et les étriers radiaux Brembo donnent le ton : c'est sportif ! A l'arrière, le bras oscillant maousse rétrécit encore le bel échappement et la coque arrière, compacte. Avec 209 kilos en ordre de marche, on a affaire à un gros gabarit, tout en muscles. Les 145 chevaux promis, qui semblent certes un peu maigres face à la concurrence européenne, se ressentent quand-même dans une ligne fluide mais dynamique.

Deux pas en arrière plus tard, l'impression de machine vitaminée se confirme, rehaussée par le large guidon Renthal et quelques ajouts esthétiques du garage. Petits clignotants, support de plaque, rétros, passage de roue et pare-chaîne en carbone, quelques pièces anodisées rouge : ces petits détails renforcent l'aspect sportif de la GSX-S et c'est bien remonté que je m'installe en selle. Vivien et Alexandre me rappellent de bien tirer dans les tours, pour que le moteur respire avant la première révision des 1000 kilomètres.

A l'idée des 145 chevaux prêts à me sauter à la figure, j'affiche un petit rictus nerveux et émets un "Gnniiouiiiokay" un poil crispé en démarrant l'engin. Là, mon rictus se change en sourire carnassier alors que le son rauque de l'échappement monte à mes oreilles : ils l'ont fait ! Bordel ! C'est "mon" moteur ! L'empreinte GSX-R est palpable et c'est sans plus attendre que j'enclenche (bruyamment) la première pour aller voir ce que la nouveauté a dans le sac.

Dès les premiers kilomètres, l'impression se confirme : un comportement très facile à petite vitesse, un couple gargantuesque qui évite de jongler du sélecteur dans la circulation et cette promesse constante susurrée par le comportement global de l'engin : ce n'est que le début ! Profitant du bon confort de la selle et de la position, en léger appui sur le guidon, je me promène, via des commodos sur ledit guidon, à travers les infos du compteur digital, joli mais sans plus. Les habituels trips sont rejoints par un indicateur de consommation instantanée, moyenne, ainsi que de l'autonomie restante. A côté de la vitesse, sous le barre-graphe du compte-tours, on trouve le moniteur du traction control, réglable sur trois niveau et déconnectable. Le niveau 3 servira uniquement sous la pluie ou pour éviter les mauvaises surprises en ville. Au niveau 2, que j'ai privilégié pour la majeure partie du test, son intervention intervient sur les grosses accélérations, alors que le niveau 1 gère les gaz sur l'angle, mais plus sur le plat.

Rapidement, l'autoroute me tend les bras... dans les deux sens du terme ! La protection est évidemment nulle et le vent se charge de rallonger mes humérus avec autant d'efficacité que la puissance du 4 cylindres. Les micro-vibrations dans le guidon et les cale-pieds m'incitent elles aussi à retrouver la douce quiétude des routes cantonales. Enfin c'est ce que je croyais...

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
L'ensemble très équilibré et performant
+
L'allonge et la rage du moteur
+
La sonorité, démente !
On a moins aimé :
-
Qu'elle arrive si tard sur le marché
-
La rendre au bout de deux jours

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Suzuki
Modèle :
GSX-S 1000
Année :
2015
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 16 soupapes
Cylindrée :
999 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
145 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 10'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre périmétrique en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Kayaba de 43mm, réglable en précharge, détente et compression
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur Kayaba
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/50 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque hydraulique de 310mm, avec étriers radiaux monobloc Brembo 4 pistons
Frein AR :
Simple disque hydraulique, avec étrier Nissin à simple piston
Dimensions
Longueur :
2'115 mm
Empattement :
NC mm
Largeur :
795 mm
Hauteur de selle :
810mm mm
Poids total :
209 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Metallic Triton Blue
 
Metallic Mat Fibroin Grey
 
Candy Daring Red
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'675.-
TVA incluse
En ligne :

Plus d'articles Moto

Iron Bikers 2017 - Un week-end dans les années 60-70, nous y étions !
Cette année, pour la première fois, les "p'tits Suisses" débarquent en force à Paris sur le mythique circuit Carole, pour l’Iron Bikers.
Facchinetti Groupe reprend la représentation de BMW Motorrad à Crissier (Lausanne) et Genève
L'information circulait dans le milieu, c'est maintenant officiel: Facchinetti Groupe reprend la représentation de BMW Motorrad à Crissier (Lausanne) et Genève.
Acid'Days 2017 - Les 13 et 14 mai à Cossonay -  Les pré-inscriptions sont ouvertes !
Les 13 et 14 mai prochains se déroulera notre week-end de fête autour du monde de la moto : essai de multiples marques, show, concert... Une fête pour les motards faite par des motards !
Optimisation de la formation à la conduite en Suisse - Pour les motards aussi
À l’avenir, en Suisse, les personnes autorisées à conduire seules pour la première fois devraient posséder une expérience de la conduite plus grande qu’aujourd’hui.
Street58 fête ses 5 ans - Le 10 juin 2017 en Ardèche
Le réseau social pour motards, Street58, fêtera son 5ème anniversaire le 10 juin prochain.
Le groupe Volkswagen prêt à vendre Ducati
Le scandale du Dieselgate a sérieusement ébranlé le groupe Volkswagen et ce dernier va drastiquement rationaliser ses dépenses afin d'entamer une transition vers les véhicules électriques et les nouveaux services de mobilité.

Recherche

Hot news !

BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.
Essai Yamaha SCR 950 - La Bolt se mue en Scrambler
La Yamaha XV950R s’est faitw très discrète sur le marché depuis sa sortie, nous l’avions essayée et dans la foulée Badan Moto s’en servait comme base pour un custom très séduisant. Reste que le moteur V2 à refroidissement à air a une montagne de couple à offrir, alors autant en profiter pour créer un autre modèle avec ! Surfant sur la vague Vintage, c’est ainsi qu’est née le scrambler SCR950 avec son grand guidon et ses pneus mixtes, elle en a déjà l’allure, mais en a-t-elle le comportement ?
Essai PdB 500 - Une marque genevoise revient dans la course
C’est à quelques encablures de feu la société Motosacoche SA, qui aura été une marque mondialement réputée et très bien racontée par notre ami Eric Bezon, qu’une figure emblématique du canton, Nanard Meili a décidé de lancer sa propre entreprise : PdB.

Liens Partenaires