Reportage publié le 28 novembre 2017

Sibérie Extrême - Episode 4

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de David Zimmermann

Je n’irai pas jusqu’à dire qu’on a bien dormi, mais vu les circonstances extraordinaires de la nuit passée, c’était une chance inouïe de tomber sur cette baraque. Grâce au chauffage électrique, au petit matin toutes nos affaires sont sèches, excepté les bottes bien évidemment, qui de toute façon ne le seraient restées que jusqu’à la prochaine rivière à traverser.

Lien vers l'article prédécent : Sibérie extrême épisode 3 : la BAM ouest 1/2
Lien vers le début de l'article:  Sibérie Extrême épisode 1

On commence la journée en traversant trois lignes de chemin de fer au moyen de planches, une moto après l’autre, afin de continuer la piste de l’autre côté des voies, car ici la rivière n’est pas traversable.

Lors de la traversée d’un des nombreux ponts pourris, alors que je marche à côté de ma moto, je glisse sur le bois mouillé et tombe en me ramassant ma moto sur la jambe. Bien content d’avoir Uwe et Ian à mes côtés dans ce genre de situation !

Joe Stather, guide et instructeur chez BMW, s’est cassé les deux mains en tombant d’un pont sur la BAM en 2013 alors qu’il testait la nouvelle F800 GS Adventure pour la marque bavaroise. Il était seul et a eu de la chance qu’un camion l’ait trouvé peu après. En fait, il a même eu doublement de la chance, puisque c’était un Ural équipé d’une grue sur le pont. Ils ont directement récupéré sa moto dans la rivière et l’ont déposé dans la prochaine ville pourvue d’un hôpital, à quelques heures de route…

On savait que tôt ou tard, on devrait emprunter des ponts ferroviaires, là où les ponts en bois sont détruits et les rivières infranchissables. D’après les récits que j’avais pu lire sur le Net, certains sont gardés et il est parfois nécessaire de passer à la caisse pour que le garde ferme les yeux.

Premier pont, premier garde. Je parque ma moto et m’en vais vers le garde pour lui demander avec la plus grande courtoisie si on peut traverser. Il a l’air surpris de nous voir ici, et me dit qu’on doit se dépêcher. Je lui laisse des clopes et une petite bouteille de Jägermeister et on traverse en roulant au pas. Entre le bord des traverses de chemin de fer et la barrière du pont, il y a tout juste assez de place pour une moto comme les nôtres avec de la bagagerie souple.

Parfois, on a aussi de bonnes surprises, comme les cent derniers kilomètres avant d’atteindre la ville de Hani. Une  large piste où l’on peut tracer à 90 km/h sans rivières à traverser. Un vrai bonheur !

A chaque fois qu’on arrive  dans une ville, puisque je suis l’interprète du groupe, mon job est de trouver de l’essence, un endroit où crécher et à manger. A Hani, il n’y a ni hôtel, ni café… Je trouve un couple de retraités qui sont bien contents de nous prêter leur appartement pour mille roubles. Comme beaucoup de russes, en été ils vivent dans leur datcha et cultivent leur petit lopin de terre. Ici, les gens vivent quasiment en autarcie. 

L’appartement n’a aucune fourniture si ce n’est une table, un banc et deux chaises dans la cuisine. Il n’y a de l’eau chaude que pendant l’hiver, donc pas de douche pour nous, on a déjà eu assez froid aujourd’hui !

On se cuit des pilmenies (spécialité russe semblable à des raviolis) dans l’unique casserole accompagné de pain et de fromage sans goût et de quelques bières que j’ai pu dégoter dans des deux petits magasins d’alimentation du bled. On dort à même le sol dans nos sacs de couchage.

Le matin, on récupère nos motos dans l’atelier du petit vieux qui nous les avait mises à l’abri pour la nuit. Il en profite pour réparer ma béquille latérale, dont la vis avait cassé il y a deux jours, avec un boulon soviétique, me dit-il fièrement. Celui-ci ne devrait plus jamais casser !

Le ciel s’est enfin dégagé et la pluie a laissé place au soleil. Au programme, six ponts ferroviaires à traverser et aucun d’entre eux n'est gardé !

Après avoir traversé le dernier, on continue à rouler quelques kilomètres au bord de la voie ferrée à la recherche de la route, quand soudain je me sens propulsé par-dessus le guidon et j’atterris dans les fourrés devant ma moto. Je me relève, ébété, ne comprenant pas ce qui m’est arrivé. Uwe qui était derrière moi est livide, la chute était impressionnante paraît-il. Heureusement, je n’ai rien de cassé.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Moto

Cette petite KTM RC250 s'est mue en un café racer tendance
En laissant ses carénages dans le coin d'un atelier en Indonésie, ce petit roadster au guidon bracelet imaginé par Minority Custom Motorcycles devient tout à coup très désirable.
Ducati Monster 2021 - Comment ont-ils osé ?
Spoiler alert : elle a un châssis alu et plus un treillis en acier. Vous êtes choqués ?
Les anglais de Langen Motorcycles projettent de commercialiser un roadster 250 2-temps
Langen Motorcycles a présenté une maquette digitale et un moteur de roadster 250 2-temps plutôt séduisant.
La Kymco RevoNEX se dévoile sur des documents de brevet
Parmi les électriques, la Kymco RevoNEX est une excentrique dotée d'un embrayage et d'une boite de vitesse. La façon de faire accepter cette propulsion aux motards ?
Randy Krummenacher quitte l'équipe MV Agusta avec effet immédiat
Le pilote zürichois a annoncé sa rupture immédiate du contrat qui le liait à la firme italienne, pour "préserver son intégrité morale et professionnelle".
Au tour de la Ducati Multistrada 950 S d'avoir une nouvelle couleur
Après la Panigale V2, c'est au tour de la Multistrada 950 S de recevoir une nouvelle teinte GP White au catalogue.

Hot news !

Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort
Il y a déjà un moment, Djeemee est allé mettre la RSV-4 Factory dans ses petits souliers en tentant de maîtriser ses 217 chevaux au quotidien. Il s'est bien ramassé et a enfin retrouvé l'usage de la parole pour nous en parler.
Duel Yamaha - Tracer 700 contre Ténéré 700 - Laquelle il vous faut vraiment
Le moteur CP2 est un grand succès pour Yamaha. Ce bicylindre en ligne de 689 cm3 a pris place dans pas moins de 4 modèles de la marque. Avec la mise à jour 2020 de la Tracer et la Ténéré 700, on pourrait croire que ces deux modèles sont très proches, mais il n'en est rien. On vous explique comment choisir.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.