Article du 27 octobre 2020

Yamaha MT-09 2021 - Difficile de renouveler une légende

Texte de Patrick / Photo(s) de Yamaha Europe

Depuis 2013, la MT-09 a propulsé Yamaha dans une nouvelle ère qui ne vous a pas échappé. Sept ans après, la marque doit miser gros pour assurer la relève.

L'historique en quelques mots, c'est une sortie en 2013 d'un modèle inédit chez Yamaha. Doté du moteur 3 cylindres à technologie Crossplane, le roadster devait assurer le remplacement des XJ6 et FZ8. 50'000 pièces plus tard (en Europe, on ne compte même pas la FZ9 d'Amérique du Nord !), mise à jour avec son nouveau phare et son regard plissé, suivie par la sortie d'une version SP qui vient palier des lacunes de suspensions.

2020 arrive à son terme et avec ça l'homologation des moteurs Euro 4. Pour Yamaha qui veut vendre des MT-09 en 2021 il faut partir d'une page blanche. Visuellement, ils lancent leur mouvance "Coverless", qui veut plus ou moins ne couvrir que ce qui doit être couvert. La mécanique est belle, ils savent faire des carters toujours plus esthétiques, autant les laisser apparents.

Le pare-boue avant fait aussi dans le minimalisme, comme la coque arrière ou le support de plaque qui (alerte aux haters de la précédente version) n'est plus sur la roue ! Point de vue look, on découvre de nouvelles jantes 10 bâtons très fines, un échappement qui semble tronqué et un bras oscillant moins courbé du côté droit que jusqu'à présent.

Dernier élément visuel, le tête de fourche. On préfère vous citer le communiqué de presse : "Compact, puissant et moderne, le nouveau design du phare de la MT-09 est du pur MT, et s'accorde parfaitement avec l'allure de la nouvelle génération". Il est entièrement à LED, le bloc central commute entre feux de route et feux de croisement en envoyant un faisceau large et régulier. Les feux de jours projettent une icône en forme de Y qui sera repris sur les modèles MT suivants. Quant au design, on préfère vous laisser vous exprimer.

Techniquement, passons en revue les changements de haut en bas. L'instrumentation de bord est maintenant un écran couleur de 3.5". Affichant plus d'informations, il a fallu ajouter des boutons de commande au guidon. La poignée d'accélérateur ride-by-wire est la même que sur la dernière YZF-R1, logée directement dans le boîtier. Exit les câbles se rendant à la poulie.

Le maître-cylindre de frein évolue vers le supersport, il est fourni par Nissin et devient radial pour appliquer la force de freinage de façon plus linéraire. Au bout des durites de frein (toujours en caoutchouc) on retrouve les étriers de la R1 et des disques de 298 mm de diamètre.

Remontons juste en dessous du guidon pour parler de la fourche. Elle est mise à jour ! Plus courte que la précédente, elle bascule l'ensemble de la moto vers l'avant pour augmenter la sensation de contrôle du pilote. C'est une fourche KYB de ø41 mm réglable en précharge, compression et détente. A l'arrière, c'est aussi du KYB, avec monoamortisseur réglable en précharge.

Quelque part au coeur de la moto prend place la centrale IMU 6 axes que Yamaha développe depuis la R1 de 2015. 50% plus petite et 40% plus légère, cette version est à la pointe de ce que fait le constructeur actuellement. Ce calculateur asservit le contrôle de traction, le contrôle du glissement, le contrôle de décollage de la roue avant ainsi que l'ABS. Toutes ces aides sont sensibles à l'inclinaison de la moto. Ceci est réglable selon le mode 1 (peu d'intrusion), 2 (forte intrusion) ou M, et chaque aide devient paramétrable en 1 ou 2 individuellement.

Cachée sous le réservoir, dont la forme s'est affinée mais garde sa contenance de 14 litres, on trouve une nouvelle boîte à air avec trois conduits ayant chacun des sections et longueurs différentes. Ceci engendre un bruit d'amission plus important à régime élevé. Descendons encore un peu plus vers l'injection, elle a maintenant lieu derrière les têtes de soupape d'admission. Ceci confère une meilleure atomisation et moins d'adhérence du carburant aux parois des orifices d'amission. Yamaha indique améliorer ainsi le rendement énergétique de 9%.

Parlons du moteur maintenant, il ne fait plus 847 cm3, mais 889 cm3 ! Il gagne au passage 4 ch. pour une valeur max. à 10'000 tr/min. de 119 chevaux. Les 93 Nm de couple sont aussi une progression, qui intervient 1'500 tr/min. plus tôt qu'avant. Le CP3 devient sérieusement plus coupleux à mi-régime. Tout le moteur avec ses nouveaux carters, pistons, bielles et arbres à cames pèse 300 g. de moins.

La transmission évolue dès l'embrayage avec un nouveau matériau pour ses plaques de friction et des angles de came modifié pour être opéré plus facilement au levier. La fourchette de changement de vitesse est modifiée tout comme le nombre de dents des première et seconde vitesse. Le rapport de réduction a été augmenté. Le QSS (système de shifter) devient bidirectionnel pour monter et descendre les vitesses sans embrayage.

Sous le moteur, parlons enfin de l'échappement. Tout le collecteur en inox est redessiné, chaque tube à sa propre courbure pour, je cite, "créer un excellent effet d'impulsion". Se trouve ensuite le collecteur 30 mm plus proche du sol du fait de la fourche plus courte. Enfin le collecteur finit par deux orifices de sortie des gaz, un de chaque côté, qui donne un aspect compact mais à mon avis pas fini à la moto. Le système d'échappement a le mérite d'être 1.4 kg. plus léger désormais.

Petit point sur le châssis, le constructeur indique qu'il est de section la plus fine jamais produite. Moulé sous pression et fini en Crystal Graphite, il faut intégralement partie du look de la moto. Le faux cadre utilise la même technologie plutôt que l'acier pour gagner 1.5 kg. sur la balance. Le nouveau bras oscillant, perd 250 g. Au total, 2.3 kg. ont été gagnés ici.

Les jantes, déjà évoquées plus haut, utilisent une technologie exclusive de forgeage par rotation qui réduit l'épaisseur de section à 2mm par endroit. En gagnant 700 g par jante, qui plus est en masse non suspendues, la roue arrière améliore son moment d'inertie gyroscopique de 11%.

La Yamaha MT-09 2021 s'offre une palette de 3 couleurs, Storm Fluo, Icon Blue et Tech Black. Son prix a été fixé à CHF 9'990.- et elle fera son arrivée dans les concessions en mars 2021.

Patrick
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
MT-09
Année :
2021
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée :
889 cm3
Refroidissement :
liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
119 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
93 Nm à 7'000 tr/min
Transmission
Finale :
par chaîne
Boîte :
6 vitesses avec QSS bidirectionnel
Embrayage :
Embrayage antidribble assisté (A&S)
Partie cycle
Châssis :
Cadre Deltabox en aluminium moulé sous pression
Suspension AV :
Fourche inversée KYB ø41mm entièrement réglable
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Amortisseur arrière KYB réglable
Débattement AR :
122 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disques de ø298 mm, maître-cylindre radial Nissin
Frein AR :
Disque de Ø 245 mm
Dimensions
Longueur :
2'090 mm
Empattement :
1'430 mm
Largeur :
795 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids total :
189 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Storm Fluo
 
Icon Blue
 
Tech Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Aprilia ajoute une Tuono 660 Factory et des couleurs aux sportives
L'incursion d'Aprilia dans le marché de la moyenne cylindrée bat son plein. Avec une version affutée de la Tuono et une édition limitée de sa RS660, on comptera encore sur elles en 2022.
Quicktest360 - La Ducati Panigale V4S 2022 en vidéo
L'essai écrit est sorti il y a quelques jours, place à l'essai vidéo, avec le son du moteur et du vent.
Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.