Essai publié le 06 avril 2020

Ducati Streetfighter V4 S - Prise de contact bouleversante

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Phoukham Phothirath

A la rédaction, on l’attendait. Déjà frustrés de n’avoir pu se rendre sur le circuit d’Ascari en Espagne pour les tests officiels réservés à la presse (Covid-19 oblige !), inutile de vous avouer à quel point nous étions excités de la savoir arrivée dans les concessions.

De qui parle-t-on ? De la Ducati Streetfighter V4 bien sûr ! Celle qui a tant attiré les convoitises lors des salons internationaux durant ces derniers mois, de même que sur les réseaux sociaux. Elle a fait couler beaucoup d’encre dans la presse, c’est un fait.

Tout ce remue-ménage valait-il vraiment sa peine ? La preuve est là, sur cet écran, sous vos yeux.

La Ducati Streetfighter V4 (S) n’est autre qu’une Panigale V4 (S) dénudée. Enfin, pas tout à fait, elle garde ses sous-vêtements aussi aguicheurs qu’excitants tout en dissimulant tant bien que mal les quelques câblages électriques et autres durites. Alors que certains louent les designers de Bologne, d’autres crient au scandale en évoquant des ressemblances criardes avec les roadsters tunés des années 2000… Les goûts et les couleurs divisent, c’est incontestable. Chez AcidMoto.ch, on trouve cette Streetfighter V4 réussie, d’un design de bon goût, sans exubérance. Seules les ailettes aérodynamiques entrent dans l’exagération. On aurait pu s’en passer, de même qu’on doute de leur efficacité/utilité dans les conditions de roulage habituelles d’un roadster, aussi streetfighter soit-il !

Sur papier, la Streetfighter V4 met tout le monde d’accord. Légère d’à peine 178kg, 4-cylindres en V à 90° dérivé du MotoGP de 208cv à 12’750tr/min et 123Nm à 11’500tr/min, un équipement électronique de pointe avec centrale inertielle et suspensions semi-actives Öhlins (version S seulement), des freins Brembo Stylema, … il suffit de ces quelques termes pour fixer le décor.

Au guidon – vous avez bien lu guidon et non bracelets – le décor ne change pas radicalement. Le réservoir au galbe inimitable peint en rouge Ducati berce immédiatement le pilote dans une ambiance racing. La position de pilotage est très agréable, contrairement aux Monster. Le grand écran multicolore informe d’une multitude d’informations et d’abréviations, notamment au sujet de l’électronique embarquée ; bien que très lisible et intuitif dans son fonctionnement, on y perdrait vite son latin. Régler le mode de conduite est facile et la sélection du mode Sport, plutôt que Race, conviendra à un usage routier.

Rouler une moto motorisée par un V4, c’est toujours une expérience inoubliable. On peut parler d’envoûtement. La puissance de la bande son, déjà, le couple omniprésent à tous les régimes, ensuite, ces vocalises qui s’envolent au fur et à mesure que les tours/minutes augmentent, ces fracas à la décélération, … Au passage de la Panigale V4 à la Streetfighter V4, le Desmosedici Stradale de 1’103cc n’a rien perdu de sa fougue. Seul le dernier rapport a été raccourci au profit de l’agrément de conduite sur route ouverte.

D’Ecuvillens (FR) de la concession PS Motos & Cycles SA, anciennement Bourguet Motos, à la région de la Broye, les kilomètres défilent à vive allure. Toujours un œil sur le compteur, non pas pour checker les tours/minutes ou la température moteur, mais sur le tachymètre… Peut-être est-ce l’effet « début de saison », un peu à l’image des vaches retrouvant le pâturage printanier après l’hiver, mais force est de constater qu’il est difficile de garder son calme et son sang froid au guidon de la Streetfighter V4. Le moteur ne demande qu’une chose : être cravaché. Le châssis ne demande qu’une chose : être malmené. Les freins ne demande qu’une chose : être attaqué. Cruiser en sixième à 80km/h semble mission impossible. Elle est autant déraisonnable qu’irrésistible et dotée d’un sex-appeal démesuré.

Les virages s’enchaînent et la frénésie ne s’atténue point. La Streetfighter V4 a ce pouvoir de réveiller la bête qui sommeille en vous.

La Streetfighter V4 a été nôtre durant quelques heures seulement. Le temps de prendre contact, mettre en danger notre permis, de faire quelques photos autres que celles du constructeur et… d’avoir pris un plaisir fou à son guidon.

Nous remercions chaleureusement l’équipe de PS Motos & Cycles SA à Ecuvillens (FR) pour la mise à disposition de cette rutilante Streetfighter V4 S et nous nous réjouissons d'un prochain essai longue durée qui nous permettra de découvrir les moindres détails et toutes les performances de cette Ducati.

Plus d'infos : Ducati.ch.
Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Moteur explosif
+
Châssis, suspensions, freins
+
Design flatteur
+
Performances globales
On a moins aimé :
-
Impossible de rester calme
-
Durites et câbles
-
Ailettes disgracieuses
-
Prix
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur explosif
+
Châssis, suspensions, freins
+
Design flatteur
+
Performances globales
On a moins aimé :
-
Impossible de rester calme
-
Durites et câbles
-
Ailettes disgracieuses
-
Prix

Plus d'articles Moto

Bridgestone présente le nouveau Battlax Sport Touring T32 et T32GT
Sur son nouveau pneu Battlax Sport Touring, Bridgestone a encore amélioré la tenue sur le mouillé, chiffres à l'appui. Décliné en version GT, le nouveau T32 s'adresse aussi aux motos les plus lourdes du marché.
Surprise, il y a aussi une 890 Adventure (non R)
La présentation de la 890 Adventure R au cours d'une longue vidéo laissait une question en suspens. Voici maintenant la réponse.
Swank Sardegna Rally : Une 2ème édition plus forte que le Covid !
Le Swank Sardegna Rally, c'est un rallye à l'ancienne, pas comme les autres, dont la seconde édition s'est tenue malgré ce fichu Covid. David, toujours à l'affût de terre à projeter et d'aventures insensées, était parmi les participants.
Nouveau V4 Ducati : un moteur plus endurant et sans le desmo
Le V4 nouvelle génération qui fera son apparition sur la prochaine Multistrada annonce un intervalle de service des soupapes à 60'000 kilomètres. Ceci grâce à l'abandon des soupapes desmodromiques, traditionnelles à Bologne.
Info permis - 6 mois de répit pour certains candidat au permis A limité
La bascule qui aura lieu au 31 décembre 2020 concernant les permis moto a aussi une incidence sous-jacente à l'impact non-négligeable.
2020 - Vers une nouvelle année record de vente ?
Alors que le début de saison laissait envisager le pire, les ventes ont finalement décollé. Bien plus haut qu'imaginé !

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.