Article du 15 janvier 2019

Dakar 2019 – 7ème étape : le top 5 se tient en moins de 10 minutes!

Texte de Mathias Deshusses / Photo(s) de A.S.O. / AtWorld / C. López / Florent Gooden / DPPI

A 3 étapes de l’arrivée, tout est encore possible dans cette course aux faux airs de montagnes russes. Les pilotes dans le top 5 se tiennent en moins de 10 minutes au classement général et courent sous les couleurs de 4 marques différentes. Tout reste ouvert !

Cette étape, une boucle autour de St Juan de Marcona, avait pour elle d’être hétéroclite. Les 100 premiers kilomètres faisaient la part belle à des portions de hors-piste rapide, avant une montée en plateau constituée de zones de fesh-fesh, puis de pistes cassantes, avant de s’attaquer à près de 50km de dunes des massifs de « Dunas Grande » et de « Dunas Argentina », puis de revenir sur des secteurs plus roulants sur le retour. Avec peu de liaison, les concurrents pouvaient concentrer leur énergie complète sur la navigation, particulièrement torturée sur cette spéciale. Pour couronner le tout, il a fallu composer avec une météo capricieuse, un épais brouillard ayant retardé le départ des motos de 30min, et généré la neutralisation de la course durant 45min au CP1.

Sam Sunderland (KTM #14), visiblement échaudé par ses ennuis de la veille (il a dû rouler 200km dans le sable sans frein arrière), avait décidé de marquer un grand coup ! Et c’est chose faite. Sur une étape difficile en termes de navigation, l’australien a tracé sa route et s’est montré invincible. Victoire d’étape (sa 2ème sur cette 41ème édition), et 2ème place au classement général : voilà ce qu’on peut appeler une bonne opération : « La journée d’hier avait été une grosse déception. J’avais bien roulé et bien navigué, mais la nature de la spéciale a fait que les autres en ont profité. Et mon problème de frein arrière n’a rien arrangé. J’étais parti ce matin pour attaquer à fond. Ça a payé. » Effectivement, alors que l’ensemble des concurrents jardinaient aux environs du kilomètre 250, à la recherche d’un way-point, il s’est littéralement envolé vers la victoire. Seul José Ignacio Cornejo Florimo (Honda #10) aura réussi à s’accrocher, revenant très près dans les derniers kilomètres de la spéciale (34 secondes !), mais lui concédant au final 1’51. Le chilien de 25 ans, peu connu, avait été engagé en urgence l’an dernier par le team Honda, pour pallier au forfait de Paulo Goncalves l’an dernier. Si le jeune Chilien est encore en apprentissage sur le plus exigeant des rallyes, il démontre sur cette édition qu’il faut désormais compter avec lui. Rapide, intelligent et quasiment dans le top 10 à chaque étape, il signe ici une superbe 2ème place, plaçant sa CRF 450 Rally aux avant-postes.

A chaque étape ses perdants et ses gagnants. Et à ce jeu, souvent cruel, c’est Pablo Quintamilla (Husqvarna #6) qui dégringole. A un tel niveau de compétition, où chaque seconde compte, le pilote officiel Husqvarna lâche plus de 21 minutes à Sam Sunderland. Conséquence immédiate, il perd quatre positions et se retrouve à la 5ème place du général.

Pour Ricky Brabec (Honda #15), c’est l’inverse. 3ème de l’étape, il limite la casse, et vient surtout reprendre la tête d’un rallye qu’il rêve de remporter afin de d’être le 1er américain victorieux, et ainsi mettre un terme à la suprématie autrichienne (17 éditions consécutives remportées par KTM).

Toby Price (KTM - #3), qui pointe troisième au général, et 1ère KTM, a toujours mal au poignet. On l'a vu accélérer de la main gauche, pour soulager son poignet droit, qui tente de se remettre d'une récente fracture. « La journée s’est bien passée, beaucoup de concurrents se sont retrouvés en groupe aujourd’hui. Nous nous sommes perdus à un moment donné et avons laissé quelques minutes, mais tout va bien. De toute évidence, mon poignet me fait encore souffrir, mais nous avons dépassé le point de non-retour, je ne m’arrêterai pas. Je suis toujours troisième au classement général et il ne reste que quelques étapes, alors je continuerai d’avancer le plus possible chaque jour à mesure que la journée se poursuivra et je continuerai à me battre. » Déterminé, le garçon !

Quant à Adrien Van Beveren (Yamaha – #4), qui s’était arrêté lors de la 6ème étape pour porter secours à Lorenzo Santolino, il s’est vu recréditer un nouveau temps d’arrêt, l’organisation ayant mal estimé celui-ci. Le stratège se place en 4ème position de l’étape du jour, à 9’40 du leader, et se voit donc prendre la 2ème position au général. "Je savais qu'il allait falloir attaquer ET naviguer. Devant ça roule fort, et pour être dans le coup, je suis obligé de prendre un peu de risques. Mais mesurés. Je ne veux pas faire la faute de trop. On avait encore beaucoup de pierres cachées dans le fesh-fesh, ça peut être fatal si on fonce tête baissée ! Je me retrouve 2ème au général à 3 étapes de la fin de ce Dakar,  je reste concentré en espérant que ma philosophie paiera !" Sans aucune victoire d’étape à son actif sur cette édition (et donc sans jamais avoir de piste à ouvrir), le pilote officiel Yamaha table sur deux choses pour remporter son 1er Dakar : une régularité exemplaire, et un « coup de nav’ », comme il dit : « Dans les dunes je commençais à revenir sur le groupe, et je les ai vu tourner. Donc je me suis dit qu’ils ne trouvaient pas le waypoint, alors je me suis recalé, et j’ai validé mon WP, mais Matthias m’a vu, il a accéléré et les autres l’ont suivi. J’étais en train de faire un super bon coup, mais c’est dommage qu’ils m’aient vu. Ce n’est pas facile de ne pas montrer que j’avais ouvert le WP. »

La 8ème étape, composée d’une spéciale de 360km et une liaison de 215km, emmènera les concurrents de San Juan de Marcona à Pisco, avec pour particularité un format spécial pour le départ, le Super Ica. En effet, les 10 motos, les 10 autos et les 5 camions les plus rapides de la 7ème étape partiront à la suite, dans l’ordre de leur temps au scratch.

 

Classement :

Etape 7 :

1. Sam Sunderland - #14 (KTM 450 Rally)

2. José Ignacio Cornejo Florimo - #10 (Honda CRF 450 Rally) – à 1’51

3. Ricky Brabec - #15 (Honda CRF 450 Rally) – à 6’30

4. Adrien Van Beveren - #4 (Yamaha WR 450 F) – à 9’40

5. Luciano Benavides - #77 (KTM 450 Rally) – à 11’19

6. Andrew Short - #29 (Husqvarna FR450 Rally) – à 11’29

7. Xavier de Soultrait - #18 (Yamaha WR 450 F) – à 13’12

8. Toby Price - #3 (KTM 450 Rally) – à 14’19

9. Stefan Svitko - #11 (KTM 450 Rally) – à 16’21

10. Matthias Walkner - #1 (KTM 450 Rally) – à 16’38

Général:

1. Ricky Brabec - #15 (Honda CRF 450 Rally)

2. Adrien Van Beveren - #4 (Yamaha WR 450 F) – à 7’47

3. Toby Price - #3 (KTM 450 Rally) – à 8’28

4. Sam Sunderland - #14 (KTM 450 Rally) – à 9’58

5. Pablo Quintanilla - #6 (Husqvarna FR450 Rally) – à 9’59

6. Kevin Benavides - #47 (Honda CRF 450 Rally) – à 16’15

7. Matthias Walkner - #1 (KTM 450 Rally) – à 16’16

8. Stefan Svitko - #11 (KTM 450 Rally) – à 37’09

9. Andrew Short - #29 (Husqvarna FR450 Rally) – à 39’17

10. Xavier de Soultrait - #18 (Yamaha WR 450 F) – à 40’08

Mathias
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Sport

Une nouvelle norme pour les casques en championnat FIM
La sécurité des pilotes est l'une des principales préoccupations des organisateurs de courses de moto, notamment au sein de la FIM, qui gère une grande partie des compétitions mondiales.
WSSP 2019 – Randy Krummenacher mène les débats lors de la première journée à Phillip Island
La première journée de tests en Australie s’est achevée sur le meilleur temps du Suisse Randy Krummenacher (BARDAHL Evan Bros WSSP Team). Mais il faut souligner que trois constructeurs se disputent les 5 premières places. Et ça, ça promet du spectacle…
Moto2 - Sam Lowes en quête de rédemption et du titre
Cette nouvelle campagne 2019 s’annonce décisive pour le pilote anglais Sam Lowes après deux saisons difficiles.
Ana Carrasco veut être la première femme à remporter une victoire en MotoGP
La pilote espagnole Ana Carrasco aura marqué l'histoire en devenant la première femme a remporté un titre mondial dans le domaine de la moto, mais elle ne compte pas s'arrêter là.
Le MotoGP arrive sur Canal+ avec une batterie de nouveaux journalistes
Une conférence de presse était donnée, ce vendredi à Paris, afin de présenter le nouveau dispositif dont bénéficieront le MotoGP™ et ses fans en France.
Découvrez le nouveau coloris du team Red Bull KTM Tech3
Découvrez à travers cette galerie photos les nouvelles couleurs du team Red Bull KTM Tech3.

Hot news !

OFFICIEL - Robin Mulhauser en Supersport chez CIA Landlord Insurance Honda
Le sympathique Fribourgeois de la Swiss Mafia du Moto2 a trouvé un guidon pour 2017. Robin Mulhauser courra en effet le Championnat du Monde Supersport dans le team PTR Honda la saison prochaine.
Moto2 – Après l'annonce de la signature avec Leopard pour 2017, Aegerter expulsé du team de Fred Corminboeuf
Selon nos confrères très bien informés du Blick, Dominique Aegerter ne fera pas partie de la tournée outre-Atlantique pour le team carXpert Interwetten.
Aprilia FaceTheRace - Les clients en visite au RedBull Ring
Début Mars, pour l'achat d'une Aprilia V4 vous receviez en cadeau un accès VIP à la course MotoGP du RedBull Ring en Autriche. Retour sur ce voyage.
MXGP of Switzerland - La fête fut grandiose à Frauenfeld (TG)
Faites un événement de sport motorisé en Suisse et les gens se déplacent en masse, la 15e manche du championnat du monde MXGP l'a une fois de plus prouvé.
Enduro Fun Park - L'histoire d'un débutant sur terrain glissant
Dans l'équipe, je suis le pilote le moins expérimenté. C'est pourquoi on m'a mis au défi d'aller rouler dans la terre pour ne plus avoir peur de glisser. Rendez-vous à l'Enduro Fun Park en Argovie pour avoir une KTM électrique et une piste pour débutant à disposition.
Reportage - Au coeur de la course avec Sébastien Fraga #80 en Trophée Pirelli 600
Notre reporter-cameraman Pierre-Alain s'en est allé, caméra au poing, à la rencontre du pilote genevois Sébastien Fraga lors de son dernier week-end de courses en Trophée Pirelli 600, sur le circuit de Magny-Cours.