Essai publié le 04 décembre 2017

Essai Kawasaki Z900RS - La néo-rétro façon roadster sportif [page 2]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Kawasaki Europe

Pages

Alors qu’on se complaisait à découvrir ce tableau de bord pour le moins rétro, notre guide donne le ton et engage la marche, direction montagne. L’action de l’embrayage est onctueuse et d’une légèreté digne des grandes routières. Les rapports sont courts à tel point que le quatrième rapport semble pouvoir tout faire en milieu urbain, tant que l’on ne s’arrête pas. Equilibrée, la Z900RS arpente les petites rues qui jouxtent notre hôtel avec aisance. Tellement facile et évidente qu’il n’y a pas de période d’adaptation. Pas mal, non ? L’embrayage est précis, le moteur d’une douceur exemplaire, bien qu’il cogne parfois à la remise des gaz (saleté de norme Euro4 dictant un appauvrissement du mélange !), neutre en virage à très basse vitesse, … un véritable vélo !

Rapidement, on se retrouve sur une voie rapide, lancé à plus de 100km/h. Il fait froid, on en prend plein la poire, on ne sait comment se protéger. En fait, la Z900RS n’offre absolument aucune protection au vent. D’un profil plat, on ne même pas compter sur le réservoir pour sacrifier la zone ventrale. Il suffit encore que votre casque ne soit pas d’un aérodynamisme exemplaire, et c’est la fête.
Par chance, cette épreuve ne fut que de courte durée, le temps d’accepter que la Z900RS n’est pas faite pour la haute vitesse.

Au fur et à mesure que l’on s’éloigne du bord de mer, on laisse derrière nous les derniers villages. La route se resserre et fait la part belle aux virolets. Le thermomètre frise zéro degré. Un bref arrêt a permis de contester que les gommes, des Dunlop SportMax GPR 300, étaient à peine tiède sur la bande de roulement centrale… pas de quoi nous rassurer. Définitivement, ce ne sont pas les conditions pour jouer des lois de la physique au guidon de cette Z900RS. Bien que nous ayons reçu le mot d’ordre de rouler sans agressivité, un confrère autrichien a outrepassé les capacités des Dunlop et a payé cash ses velléités. On vous laisse deviner la suite…

On poursuit notre chemin, avec une petite appréhension à chaque virage. Quand bien même, le contrôle de traction veille au grain et sait réagir avec efficacité lorsque la motricité est mise à mal. Dans ces conditions, le mode le plus permissif semble justement trop permissif… En effet, l’adhérence est identique à une chaussée mouillée.

Toutefois, en ligne droite, on se permet de belles accélérations. Peu importe le rapport engagé, le quatre-cylindres ne manque pas de punch, surtout jusqu’à 6’000trs/min. Enfin, il n’y a que le sixième rapport qui privilégie l’allonge, les cinq premiers, assez courts, confèrent à la Z900RS des accélérations et relances canon ! En plus, la sonorité est franchement sympathique, notamment du côté de la boîte à air. Ça ronfle bien, pour un quatre-cylindres japonais. Et si ça ne suffit pas, Akrapovic propose déjà un silencieux en titane.

Puis, l’après-midi, le thermomètre tente d’atteindre les 10°C. Les conditions, à peine meilleures, nous permettent de mettre plus d’angle et de faire travailler la partie-cycle de la Z900RS. Non sans surprises, cette Kawasaki a tout d’un roadster sportif, à l’image de la génitrice Z900. La Z900RS bénéficie en l’occurrence d’un tarage différent lui offrant une première phase d’amortissement souple pour ensuite se durcir. Ainsi, peu importe la qualité du revêtement, on apprécie le confort. Associé à la selle moelleuse et au guidon d’une largeur appréciable, de longues distances sont envisageables sans avoir à se soucier de la fatigue ou d’éventuelles douleurs.

En conduite plus sportive, la Kawasaki a fait preuve de belles performances. Un châssis rigide, des suspensions en adéquation, des freins puissants au dosage facile, … les capacités dynamiques de la Z900RS sont plus que satisfaisantes. Il n’aura pas fallu que nous parcourions plusieurs dizaines de kilomètres pour que l’on remarque que Kawasaki avait concocté une néo-rétro au comportement résolument sportif. Au détour d’une discussion avec les ingénieurs présents lors de cette événement, nous avons appris que "RS" signifie Rétro Sport… L’appellation RS n’est ainsi pas usurpée !

Proposée à des tarifs oscillant entre CHF 13’000.- et 13’200.- suivant les coloris, la Z900RS saura trouver son public sans peine. D’ailleurs, il n’y aura que 350 exemplaires livrés en Suisse en 2018, il ne faudra alors pas tarder à se décider à l’achat ! En outre, une version "Performance" est d’ores et déjà prévue, impliquant un échappement Akrapovic en titane, des protèges-carters et une protection de réservoir, le tout s’échangeant contre CHF 1’350.-, soit un avantage-client de 16.5%.
La Z900RS "Café", équipée d’une tête de fourche façon café racer ainsi que d’une selle différente et un guidon plus plat, est affichée CHF 13’500.- et n’est disponible que dans le coloris Vintage Lime Green.

Plus d’infos : Kawasaki.ch.
Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Moteur coupleux
+
Freinage
+
Capacités dynamiques
+
Agilité
+
Equipement d'origine
On a moins aimé :
-
Caractère-moteur trop policé
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur coupleux
+
Freinage
+
Capacités dynamiques
+
Agilité
+
Equipement d'origine
On a moins aimé :
-
Caractère-moteur trop policé

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Z900RS
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 16 soupapes
Cylindrée :
948 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
111 ch à 8'500 tr/min
Couple max. :
98.5 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Treillis tubulaire en acier type diamond
Suspension AV :
Fourche inversée 41mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monoamortiseur placé horizontalement
Débattement AR :
140 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque 300mm (diam effectif 267mm), étriers 4 pistons radiaux
Frein AR :
Simple disque 216mm
Dimensions
Longueur :
2'100 mm
Empattement :
1'470 mm
Largeur :
865 mm
Hauteur de selle :
835 mm
Poids total :
215 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Candytone Brown
 
Metallic Flat Spark Black
 
Metallic Matte Covert Green / Flat Ebony

Plus d'articles Moto

Les anglais de Langen Motorcycles projettent de commercialiser un roadster 250 2-temps
Langen Motorcycles a présenté une maquette digitale et un moteur de roadster 250 2-temps plutôt séduisant.
La Kymco RevoNEX se dévoile sur des documents de brevet
Parmi les électriques, la Kymco RevoNEX est une excentrique dotée d'un embrayage et d'une boite de vitesse. La façon de faire accepter cette propulsion aux motards ?
Randy Krummenacher quitte l'équipe MV Agusta avec effet immédiat
Le pilote zürichois a annoncé sa rupture immédiate du contrat qui le liait à la firme italienne, pour "préserver son intégrité morale et professionnelle".
Au tour de la Ducati Multistrada 950 S d'avoir une nouvelle couleur
Après la Panigale V2, c'est au tour de la Multistrada 950 S de recevoir une nouvelle teinte GP White au catalogue.
Saga Speed Triple 2021 - Amortisseur en prise directe
Début de semaine on a découvert une première photo volée sur la couverture d'un journal allemand, RideApart nous sert toutes les photos.
Saga Ducati Multistrada V4 - Deuxième service de photos volées
L'activité de test et développement semble intense, la Multistrada V4 a refait une sortie et on note de nouveaux détails.

Hot news !

Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort
Il y a déjà un moment, Djeemee est allé mettre la RSV-4 Factory dans ses petits souliers en tentant de maîtriser ses 217 chevaux au quotidien. Il s'est bien ramassé et a enfin retrouvé l'usage de la parole pour nous en parler.
Duel Yamaha - Tracer 700 contre Ténéré 700 - Laquelle il vous faut vraiment
Le moteur CP2 est un grand succès pour Yamaha. Ce bicylindre en ligne de 689 cm3 a pris place dans pas moins de 4 modèles de la marque. Avec la mise à jour 2020 de la Tracer et la Ténéré 700, on pourrait croire que ces deux modèles sont très proches, mais il n'en est rien. On vous explique comment choisir.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.