Interview publié le 09 février 2015

Interview de Damien Udry - Seul pilote suisse en catégorie moto au Dakar 2015

Propos recueillis par David Zimmermann

Terminer un Dakar est déjà un exploit en soit. Damien Udry, seul suisse à avoir pris le départ pour cette édition 2015, a réussi l’exploit de terminer la course la plus difficile au monde en 58ème position.

AcidMoto.ch en a profité pour revenir sur cette aventure extraordinaire avec lui.

Peux-tu te présenter en quelques mots pour les personnes qui ne te connaissent pas encore ?

Damien Udry, 28 ans, Vésenaz (GE),  formation d’automaticien. J’exerce la fonction de chef de projet en automatisme pour une société privée basée à l’aéroport de Genève.


Tu as commencé la moto très jeune, quand as-tu débuté la compétition? 

J’ai commencé la moto à l’âge de cinq ans et la compétion depuis cinq ans. D’abord un peu en enduro et ensuite dans le rallye, j’en fais ma spécialité.


Tu as été champion suisse de Downhill (vélo de descente). Ce sport t'a-t-il été d'une aide particulière pour la moto ?

Ça m’apporte beaucoup d’aide ! Le vélo étant plus léger qu’une moto, il  faut absorber les chocs et cela m’aide lorsque le terrain est très caillouteux, également lors de grosse descente comme on a eu dans la région d'Iquique. Mes années en championnat m’aident aussi à me préparer mentalement  et j’aborde les course en étant détendu et concentré.


Quand as-tu décidé de participer au Dakar et comment t'es-tu préparé ? Comment t'es-tu entraîné ? Avais-tu un coach ?

Lors de ma dernière course en 2014 sur le rallye de Merzouga au Maroc, je me suis senti prêt pour le Dakar. Après en avoir discuté avec mon père qui est aussi mon coach, nous avons été rejoints par un autre pilote qui voulait prendre le départ avec nous. Ce dernier a ensuite décidé de renoncer car il ne se sentait pas encore prêt. Cela ne nous a pas découragés. Ensuite, le gros travail de l’année a été la recherche de sponsors et trouver une moto rapidement disponible pour pouvoir s’entraîner avec.

J’ai pu effectuer mon premier entraînement au Maroc en octobre dernier pendant une semaine et enchaîner sur le rallye de Merzouga où j’ai aussi rencontré Nomade Racing qui ont assuré l’assistance sur mon Dakar. Les deux mois qui ont suivi, j’ai effectué un complément d’entraînement physique en salle avec essentiellement du cardio.



As-tu pu concilier facilement ta vie professionnelle avec la préparation du Dakar ?

Le temps a manqué mais j’ai l’avantage de pouvoir aménagé mon horaire et je travaille en bureau ce qui facilite les échanges de mail et de téléphone. J’ai dû aussi adapter ma vie privée et faire des concessions pour pouvoir passer du temps auprès de ma copine qui ne m’a pas beaucoup vu lors de cette année.


Tu as participé à deux éditions du rallye de Merzouga avant le Dakar. Quelles sont les principales différences avec le Dakar ?


Je dirais surtout la longueur des étapes et les longues liaisons au petit matin qui vous fatigue d’entrée de jeu. Le type de terrain est aussi différent, surtout les dunes de sables qui sont plus hautes et le sable moins porteur en Amérique latine. Mais la grosse difficulté a été le fesh-fesh (ndlr : sable mou) car je n’étais pas habitué de rouler autant.

La navigation est l'une des difficultés du Rallye. Comment s'est passée ta course à ce niveau ? Comment t'es-tu préparé pour la navigation avant le Dakar ?

Le Dakar n’est pas très dur en navigation et ma position dans le peloton m’ouvrait une piste bien marquée par les traces des précédents. Néanmoins, la navigation est mon atout car j’ai commencé par le Merzouga qui est réputé pour être un rallye très dur en  navigation et j’ai beaucoup de plaisir à la pratiquer.



Quels sont très projets pour l'avenir ? Y a-t-il d'autres rallyes qui t'intéressent ? Penses-tu déjà retourner au Dakar ?

J’aimerais beaucoup refaire un Dakar mais cela dépendra surtout des moyens financiers car j’ai beaucoup mis de ma poche pour celui-là et je ne pourrais pas me permettre d’en refaire un dans ces conditions. J’espère que ma performance va m’ouvrir des opportunités de sponsoring et je vais travailler à cet effet. J’aimerais aussi participer au rallye de Sardaigne, au rallye du Maroc et bien sûr au Merzouga.



Quel est le budget nécessaire pour participer au Dakar dans la catégorie moto ? As-tu facilement trouvé des sponsors ?


Nous avions calculé un budget de CHF 80'000.- et la réalité est très proche. Les sponsors nous ont permis de couvrir 70% de cette somme et le reste fut à notre charge. La course aux sponsors est très dure, surtout que je venais sans bagage sérieux.



Peux-tu nous présenter ton team. Qui était sur place avec toi ?

Le team était composé de mon père comme team manager, de Joe Genoud comme manager financier et de Noémie Chamoux comme responsable de la communication. Une équipe soudée et conservée pour cette année. De plus Nomade Racing chargée de l’assistance a englobé notre structure au sein de leur team.

Mon père et Joe nous ont rejoint sur place pour la deuxième semaine et Noémie a travaillé depuis Genève.



Ton coéquipier n'a pas pu terminer la course à cause d'ennuis mécaniques, que s'est-il passé ?

Il était selon moi pas assez préparé et il a vite payé ce manque. Cela faisait trois étapes qu’il rentrait au petit matin après avoir dormi dans le désert. Aussi, le manque de sommeil et une casse mécanique ont eu raison de son Dakar.



Tu as subi une grosse chute, que s'est-il passé exactement ? Comment as-tu réussi à terminer l'étape ? Dans quel état était ta moto ?

J’ai tapé une pierre dans une zone de fesh-fesh (ndlr : sable mou) et fait une grosse chute. Je ne me rappelle plus de grand chose mais un photographe qui était à proximité m’a expliqué. Une fois que j’ai retrouvé mes esprits, l’hélicoptère avec les médecins m’ont examiné et laissé repartir. J’ai dû réparer la moto, le radiateur et toute la navigation étaient cassés. J’ai dû court-circuiter le radiateur en changement les durites de sens et faire tenir à peu près le devant de la moto. J’ai terminé la journée avec le guidon tordu et en surveillant le niveau d’huile et surtout sans outils de navigation.



Qu'est-ce qui le plus dur sur une course comme le Dakar ?  

La longueur des étapes et de la course en générale. Egalement  le temps de sommeil qui est court dû aux réveils aux aurores. Les températures extrêmes, autant le chaud (+52°C) que le froid (-10°C), sur certaines journées sont vraiment pénibles car on ne peut jamais s’habiller en conséquence car la température varie tellement entre le matin et l’après-midi.

Que penses-tu de la catégorie Malle Moto ?

Cette catégorie est très spéciale et limitée par l’organisation aux pilotes qui ont déjà plusieurs Dakars à leur actif car c’est vraiment dur d’enchaîner la journée de course plus la mécanique le soir. Il faut être très résistant sur tous les plans et rouler sans prendre de risque pour éviter la chute. Cela ne m’attire pas pour l’instant, je préfère rechercher la performance et les limites. Mais dans le futur, pourquoi ne pas tenter l’expérience. !


Quel est ton meilleur souvenir ?

Du point de vue paysage, c’est l’arrivée sur Iquique en haut de la grande dune avec la vue sur tout le littoral et cette immense descente jusqu’au bivouac situé au pied de la dune.

Du point de vue humain, c’est cette solidarité entre les motards et la bonne ambiance sur le bivouac. Les tops pilotes sont vraiment accessibles et nous écoutent lorsqu’on a des questions ou nous donnent des conseils.



AcidMoto.ch tient à remercier Damien pour sa disponibilité et sa gentillesse. Vous pouvez suivre les aventures de Damien sur sa page Facebook Damien Udry.
David Zimmermann
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Sport

Test MotoGP au Qatar jour 1 - Vinales en grande forme
Maverick Viñales repart avec le meilleur temps de cette première journée de Test au Qatar.
WSSP à Phillip Island - Caricasulo s'offre la Tissot-Superpole devant Krummenacher
Après avoir brillé lors du Test Officiel, l’Italien s’est adjugé la pole position à Phillip Island.
L’Indonésie accueillera les Championnats du Monde MOTUL FIM Superbike et MotoGP dès 2021
C’est sur l’île de Lombok que l’Indonésie accueillera les deux événements à compter de 2021.
WSBK à Phillip Island - Round 1 - Alvaro Bautista mène la Ducati à la victoire
L’Espagnol s’est envolé dès le premier tour pour filer tout droit vers son premier succès en WorldSBK, loin devant Jonathan Rea.
WSBK de Phillip Island - Bautista domine les essais du vendredi
Le rookie du WorldSBK a repris l’ascendant sur Jonathan Rea avant les qualifications du Round Yamaha Finance d’Australie.
Comment suivre la saison de MotoGP 2019 à la TV ou sur le net ?
La saison 2019 de MotoGP débutera le 10 mars prochain au Qatar et comme vous l'avez certainement lu dans notre publication d'il y a quelques jours, Canal+ remplacera Eurosport pour la diffusion des courses.

Hot news !

OFFICIEL - Robin Mulhauser en Supersport chez CIA Landlord Insurance Honda
Le sympathique Fribourgeois de la Swiss Mafia du Moto2 a trouvé un guidon pour 2017. Robin Mulhauser courra en effet le Championnat du Monde Supersport dans le team PTR Honda la saison prochaine.
Moto2 – Après l'annonce de la signature avec Leopard pour 2017, Aegerter expulsé du team de Fred Corminboeuf
Selon nos confrères très bien informés du Blick, Dominique Aegerter ne fera pas partie de la tournée outre-Atlantique pour le team carXpert Interwetten.
Aprilia FaceTheRace - Les clients en visite au RedBull Ring
Début Mars, pour l'achat d'une Aprilia V4 vous receviez en cadeau un accès VIP à la course MotoGP du RedBull Ring en Autriche. Retour sur ce voyage.
MXGP of Switzerland - La fête fut grandiose à Frauenfeld (TG)
Faites un événement de sport motorisé en Suisse et les gens se déplacent en masse, la 15e manche du championnat du monde MXGP l'a une fois de plus prouvé.
Enduro Fun Park - L'histoire d'un débutant sur terrain glissant
Dans l'équipe, je suis le pilote le moins expérimenté. C'est pourquoi on m'a mis au défi d'aller rouler dans la terre pour ne plus avoir peur de glisser. Rendez-vous à l'Enduro Fun Park en Argovie pour avoir une KTM électrique et une piste pour débutant à disposition.
Reportage - Au coeur de la course avec Sébastien Fraga #80 en Trophée Pirelli 600
Notre reporter-cameraman Pierre-Alain s'en est allé, caméra au poing, à la rencontre du pilote genevois Sébastien Fraga lors de son dernier week-end de courses en Trophée Pirelli 600, sur le circuit de Magny-Cours.