Essai publié le 16 novembre 2021

Essai de la Kawasaki Z650RS, une néo-rétro belle, amusante et accessible.

Texte de Phoukham Phothirath / Photo(s) de Ula Serra, Felix Romero & Phoukham Phothirath

La Kawasaki Z650RS est une néo-rétro belle, amusante et accessible. 
Mais est-ce la Rétrovolution tant attendue?

Recette d’une Rétrovolution annoncée

Après la Z900RS, Kawasaki remet le couvert et décline sa recette pour nous concocter une délicieuse néo-rétro de moyenne cylindrée. Esthétiquement, on a du mal à croire que la base technique provient de la Z650 (que nous avons testée en 2020) au style Sugomi si affirmé. Et pourtant…

Prenez donc une Z650, puis greffez-lui un phare rond, que vous faites surmonter par une instrumentation composée d’un double compteur analogique (qui cerne un petit écran numérique), et saupoudrez de cette fameuse peinture directement reprise de son aïeule, la Z550 de 1977. Et vous obtenez, grosso modo, la Z650RS.

De fins liserés et des jantes dorés aux bâtons fins qui rappellent furieusement des rayons d'antan viennent compléter idéalement la panoplie. D’autres éléments tels que le réservoir arrondi et la selle renvoient un clin d’œil appuyé vers cette époque (ainsi que le peu d'électronique embarquée), tandis que le pot d’échappement est bien intégré et le bras oscillant en aluminium plutôt valorisant.


Cependant le radiateur est quelque peu disgracieux dans sa finition et quelques câbles apparents rappellent, ici ou là, que nous sommes sur une machine de gamme intermédiaire. Mais globalement Kawasaki est parvenu à maintenir une qualité de fabrication très honorable pour une moto proposée à ce tarif…

Le résultat flatte l’œil, interpelle par le classicisme du rendu, tout en dégageant une indescriptible élégance, surtout dans ces tonalités "esméraldines"…

Marseille intra-muros, l’Espigoulier et la Route des Crêtes comme terrains de jeu

Bon, autant le dire tout de go : la sortie de la Cité phocéenne n’a pas été une partie de plaisir, tout comme le retour vers l’hôtel d’ailleurs, lequel est situé en plein cœur de la cité - Les deux trajets se faisant aux heures de pointe. Mais avec la Z650RS, nous avions une alliée de choix et l’on pouvait compter sur un bon rayon de braquage, une masse et un volume contenus pour manœuvrer sans trop d'efforts et sans faufiler aisément dans les ruelles étroites, ainsi qu’une belle maniabilité qui ne transforme pas les évolutions urbaines en cauchemars. La position, assez redressée, y contribue pour beaucoup, avec un guidon plus haut que sur la Z650 (+50mm), et plus cintré vers le pilote (-30mm).

La souplesse du moteur représente aussi une solide alliée dans ces situations contraires et contraignantes (lors de ces évolutions urbaines) : ça permet de reprendre en douceur sans cogner, avant de partir dans les tours avec suffisamment de vigueur pour vous extirper du flot des quatre roues. Jusqu’au feu suivant… La hauteur de selle, raisonnable et fine dans sa partie avant, et culminant à 820mm, aide aussi à se sentir à l’aise dans les manœuvres. Pour les court(e)s sur pattes, une selle rabaissée de 20mm sera aussi une alliée de choix.

On est partis, donc, nous les quatre Helvètes, en compagnie de toute la fine fleur de la presse francophone. On s’impatiente gentiment dans le flot ralenti des véhicules. Puis, en suivant une rue en pente, nous plongeons directement vers le Vieux Port, qui se détache des ruelles sombres. Pour longer ensuite le fil de l’eau. Le trafic se fait moins dense, on se décrispe, on se détend. La moto virevolte. Elle se balance sans effort, tout en restant stable. 

On enquille. Un peu plus fort, au fil des hectomètres. La chaussée est parfois défoncée, parsemée de trous, de bouches d’égout, de raccords de bitume et autres limaces, mais la Kawasaki file droit sans trop chahuter son pilote et les dos d’âne sont allègrement absorbés par des suspensions plutôt souples.

On assiste aux premiers wheelings, elle lève. Puis arrivent les premiers gros freinages, on vient de quitter Luminy, le rythme s'accélère, la machine respire. Le feeling à la prise du levier est bon, les grosses galettes et le montage axial délivrent un freinage puissant et progressif, la fourche plonge. On est sur cette fabuleuse route, entre Marseille et Cassis. Les vitesses passent avec souplesse, les verrouillages restent assez précis. On retrograde, on relance, et le bicylindre repart dans les tours avec allégresse.

Nous passons ensuite Géménos, et la petite troupe s'achemine à bon train vers le spot de photos, en direction du fameux col de l'Espigoulier. Là, il y a toute une succession de virages: à (grand) rayon constant, qui se referme soudain, serré, puis très corsé (très serré), très obtus (le virage, hein!)... On a pu voir que la 650RS est une moto qui est saine et prévisible dans ses réactions, freinant bien, et qui possède un twin avec un joli petit caractère. Malgré leur bon travail, il faut juste composer avec la souplesse des suspensions, que mon quintal tout équipé met bien à l'ouvrage et en contrainte... Les séances photos finies, nous nous dirigeons vers le restaurant. Où nous attendent le repas, ainsi que l'aïeule de 1977.

L'après-midi étant de roulage libre, je reprends la fameuse Route des Crêtes avec deux compères, mais depuis la Ciotat cette fois-ci, et là, ça attaque. Je retrouve les sensations du matin, à savoir : un bon freinage, du confort, suspensions un poil souples, un moteur allègre, pas trop puissant mais bien coupleux, avec ce petit  "pom pom" bien sympathique, en faisant bien attention de bien chauffer les pneumatiques au préalable... Le retour vers l'hôtel fut un calvaire, pas d'autre mot, mais là aussi, la petite fée Verte s'en est sortie avec souplesse et honneur, dans un milieu hostile fait du soir qui tombe, de la circulation frénétique et de routes barrées...

La Rétrovolution, oui mais à quel prix ?

Sauf cyclone, et autres porte-containers qui bloquent des canaux maritimes, la livraison des premiers exemplaires en Suisse devrait avoir lieu début décembre 2021. La version noire se négociera à CHF 8’990.-, tandis que le vert émeraude et le gris seront proposés à CHF 9’150.-. Ces prix restent calés dans ceux de sa concurrente directe, une certaine Yamaha XSR700 - ils sont encore provisoires et peuvent varier légèrement en fonction des fluctuations du taux de change. Bien sûr de nombreux accessoires seront aussi disponibles pour se concocter une Z650RS aux petits oignons: on a parlé de la selle basse (-20 mm), mais seront aussi disponibles une vraie poignée de maintien, une prise USB sous la selle, des protections de réservoir, des crochet et kit de support pour des bagages, sans compter une grille de protection du radiateur...

Foux Foux

Au final...

On a aimé :
+
Esthétiquement belle et valorisante (surtout en Vert émeraude)
+
Amusante, saine, simple et accessible
+
Confort général
On a moins aimé :
-
Suspensions souples
-
Quelques petits détails de finition (ergots au niveau du radiateur)
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Esthétiquement belle et valorisante (surtout en Vert émeraude)
+
Amusante, saine, simple et accessible
+
Confort général
On a moins aimé :
-
Suspensions souples
-
Quelques petits détails de finition (ergots au niveau du radiateur)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Z650 RS
Année :
2022
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Bicylindre en ligne, DOHC, 8 valves
Cylindrée :
649 cm3
Refroidissement :
liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
68 ch à 8'000 tr/min
Couple max. :
64 Nm à 6'700 tr/min
Transmission
Finale :
par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
multidisques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
cadre treillis en acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique ø 41mm
Course AV :
125 mm
Suspension AR :
Mono backlink réglable en précharge
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
160/60 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disques flottants ø272 mm, deux étriers axiaux double pistons
Frein AR :
Monodisque ø186 mm, étrier monopiston
Dimensions
Longueur :
2'065 mm
Empattement :
1'405 mm
Largeur :
800 mm
Hauteur de selle :
820 mm
selle 800 mm disponible comme accessoire
Poids total :
187 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Metallic Spark Black
 
Candy Emerald Green
 
Metallic Moondust Gray/Ebony
Catalogue
En ligne :

Plus d'articles Moto

Aprilia ajoute une Tuono 660 Factory et des couleurs aux sportives
L'incursion d'Aprilia dans le marché de la moyenne cylindrée bat son plein. Avec une version affutée de la Tuono et une édition limitée de sa RS660, on comptera encore sur elles en 2022.
Quicktest360 - La Ducati Panigale V4S 2022 en vidéo
L'essai écrit est sorti il y a quelques jours, place à l'essai vidéo, avec le son du moteur et du vent.
Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.