Essai publié le 26 juin 2019

Essai Moto Guzzi 1400 Eldorado – Retour à l’âge d’or

Texte de Mathias Deshusses / Photo(s) de Mathias Deshusses

L’Eldorado est un rêve. Un mythe qui a donné espoir aux conquistadors espagnols durant près de 4 siècles, lesquels espéraient trouver des cités fabuleusement riches en or. L’espoir surtout d’une sorte de paradis, où tout serait possible. 

Mais l’Eldorado, pour Moto Guzzi, c’est avant tout un modèle emblématique, lancé au début des années septante pour partir à la conquête du marché américain, alors largement dominé par les indétrônables bicylindres de William Harley et Arthur Davidson. Dotée de roues rayonnées, d’une large selle confortable, d’un guidon de type corne de vache et surtout bardée de chromes, la V7 850 Eldorado a rencontré un réel succès au pays de l’oncle Sam.

C’est à cette machine osée, lancée à la conquête de l’Amérique, que la firme de Mandello del Lario a voulu rendre hommage avec cette 1400 Eldorado. Construite sur la base de la California 1400 et sortie en 2015 déjà, elle fait une carrière assez timide, cachée derrière des grandes sœurs plutôt turbulentes, dont l’Audace, au look de bad boy, et la MGX-21, sorte de vaisseau intergalactique intégralement recouvert de carbone. C’est certain, l’Eldorado fait preuve de plus de retenue. Avec son look semblant tout droit sorti d’un roman de gare des années septante, elle séduira les amateurs de gros cruiser cherchant le style et la discrétion avant tout.

La ligne est réussie et on prend du plaisir à détailler la moto. Si, avec son bicylindre de 1380cc positionné transversalement à la route, elle en impose, l’ensemble est très harmonieux et ses courbes sont agréables à l’œil. Le galbe du réservoir est souligné par un double liseret blanc très classieux, qui prend naissance à l’avant de la culasse du twin, pour un effet typiquement seventies. Il continue sur les flancs, où il se transforme en V, comme un clin d’œil à l’architecture chère à la marque, pour se terminer sur le garde-boue arrière, à proximité d’un feu rond, d’un classicisme absolument parfait. Testée dans ce sobre coloris noir, l’Eldorado également disponible dans un rouge éclatant, qui n’est pas sans rappeler la Cadillac Eldorado, elle aussi star des seventies. Il y a des chromes à profusion: des flancs du réservoir à l’aigle qui orne ce dernier, en passant par les clignotants, les rétros ou, bien sûr, les pots d’échappement. Les gardes boues enveloppants, les roues à rayons et les pneus à flancs blancs achèvent de nous plonger dans une ambiance nostalgique.

Le soin apporté aux détails est très poussé, et la finition exemplaire, même si elle semble inégale, à l’image de l’emblème du réservoir qui se décolle, ou de la peinture malheureusement déjà marquée à certains endroits, alors que ma moto de test n’a que 600 kilomètres au compteur. A voir sur la durée, mais il faut avouer que cela peut faire grincer sur une machine vendue 22'480.- CHF.

Si la recherche esthétique a été poussée pour donner à l’Eldorado l’élégance authentique des américaines de l’époque, Moto Guzzi n’en a pas pour autant oublié une touche de modernité. Nous sommes en 2019 et la technologie se doit d’être présente, avant tout pour la sécurité : l’ABS est donc présent, ainsi qu’un contrôle de traction réglable sur 3 niveaux (et même déconnectable) et 3 modes de conduite (Veloce, Turismo et Pioggia). Cela ne sera pas de trop vu le poids de la bête et le couple disponible. Le contrôle de la poignée de gaz se fait électroniquement et un tempomat est installé de série sur le commodo gauche. Seule faute de goût à mes yeux : le compteur. Identique à celui de l’Audace, il est doté d’un compte-tour à aiguille, avec en son centre un gros écran LCD affichant une multitude d’informations, mais tranchant franchement avec le côté vintage de la moto. Dommage, un compteur à aiguille sur fond blanc, avec une jauge sur le réservoir, aurait sûrement été plus approprié.

Bon, c’est bien joli de se faire flatter la rétine, mais il est temps à présent de chevaucher l’engin. J’ai hâte de voir si l’Eldorado arrivera à transmettre les mêmes émotions en dynamique qu’en statique.On ze road

Sur sa béquille latérale, le bestiau impressionne. S’étirant sur près de 2m50, l’Eldodrado est longue comme un hiver sans moto. Les repose-pieds laissent la place à de larges platines, avec un sélecteur à double branche. Il serait dommage d’abîmer le dessus de vos bottes, tout de même. L’Eldorado prend soin de son pilote et le met immédiatement à l’aise. La selle, facilement enjambée avec ses 724mm de haut, est aussi confortable qu’elle en a l’air. Correctement assis, les pieds légèrement en avant et les bras détendus, la position est idéale pour un pilotage décontracté. Attention aux cylindres cependant, qui pourraient gêner les plus grands. Mais mon mètre quatre-vingt-deux y trouve parfaitement sa place.

Je tourne la clé et le compteur s’illumine, dévoilant un aigle pixellisé. On peut dire que les écrans LCD ont pris un sacré coup de vieux depuis l’arrivée sur de nombreuses motos du TFT couleur. Le tableau de bord est cependant très complet, avec de multiples informations, de l’heure à la consommation moyenne en passant par la température ambiante ou le rapport engagé. Il faudra en revanche m’expliquer l’intérêt de pouvoir afficher la tension de la batterie en temps réel, plutôt que l’autonomie restante. D’autant que le 1400 peut s’avérer gourmand, comme il nous le montrera sur cet essai. Les commandes, pour leur part, ne sont pas des plus intuitives. Un exemple ? Pour changer les modes moteur, on n’appuie pas sur le bouton « Mode ». Ben non. Ce serait trop simple. Pour passer de « Pioggia », le mode pluie, à « Veloce », le mode le plus sportif, il faut appuyer… sur le démarreur. Moteur allumé bien sûr. Mais on est sur une moto italienne, avec son caractère, et comprendre son mode de fonctionnement semble faire partie de l’apprentissage nécessaire pour rouler sur une moto pour le moins atypique.

Une pression sur le démarreur justement, et le twin s’ébroue. Vous voyez cette image du chien qui se secoue en sortant d’une rivière ? Et bien, sur une Moto Guzzi, c’est pareil. Le couple de renversement est bien présent, et fait tanguer la moto de gauche à droite au moindre coup de gaz. Loin d’être dérangeant, ce phénomène physique lié à la position du moteur dans le cadre me rappelle mes vieilles béhèmes, alors dépourvues d’arbres d’équilibrage, et a totalement sa place sur une moto telle que l’Eldorado. Les vibrations sont bien présentes à l’arrêt, sans jamais être dérangeantes. Tant mieux, c’est pour moi l’essence d’une moto, et encore plus d’une Guzzi. Le V-twin a pris vie, et est prêt à me montrer la voie vers l’Eldorado. Jeu de mot pourri, mais complétement assumé. Passons, voulez-vous.

Les premiers tours de roues s’effectuent sans appréhension. Il faut compter avec une certaine inertie liée au poids et à l’empattement extrême de la moto, mais le grand guidon offre un important bras de levier et permet de balancer efficacement la machine lors des changements d’angle, même si le poids invite à la retenue. On ne déplace pas un cruiser de quelques 330kg (sans le pilote !) aussi facilement, tout de même. Malgré tout, l’adoption de pneumatiques en 130 à l’avant et en 180 à l’arrière favorise une bonne maniabilité et soulage l’Eldorado d’une certaine lourdeur, par rapport aux enveloppes de 200mm généralement montées sur ce type de moto.

Je profite d’une belle courbe pour ouvrir les gaz en grand, et il ne faut pas attendre longtemps pour voir le couple arriver. Il y a en effet quelques 120nm qui sont disponibles à… 2750 tr/min.  Autant dire que ça tracte fort. Mais sans violence aucune, avec un savant mélange de poigne et de douceur. Avec elle, la vie sera une longue route tranquille, au rythme des coups de pistons. L’Eldorado est à la moto ce qu’un David Brown est aux tracteurs. Intemporelle !

Il faut compter avec quelques mouvements lorsqu’on enquille les virages avec cette Guzzi. Pas de problèmes du côté des suspensions, qui encaissent sans le moindre souci le couple gargantuesque de la grosse cylindrée, ou avec la prise des freins, confiés à des étriers Brembo radiaux puissants, mais manquant un poil de mordant. Non, c’est encore et toujours ce couple de renversement avec lequel il faut compter. A chaque fois qu’on accélère ou qu’on tombe un rapport, cela provoque des petits à-coups latéraux qui peuvent déstabiliser les néophytes. Rassurez-vous, on apprend très vite à en tenir compte et c’est même plutôt jouissif. On sent ainsi vivre la moto entre ses jambes, et cela participe pleinement aux sensations de conduites offertes par l’Eldorado.

En fait, la seule déception vient de mon ouïe. Ou plutôt du son qui n’y arrive pas. La sonorité du twin est très feutrée et s’avère décevante sur cette version typée « Old School ». Clairement, les deux flûtes chromées font de l’excellent travail et ne laissent pas passer le moindre décibel. On entend donc beaucoup plus le moteur que l’échappement, et c’est vraiment dommage quand on connait la symphonie produite par les « silencieux » de l’Audace. Le positionnement marketing qui fait de l’Eldorado une moto classique et discrète aura certainement eu raison d’une sonorité un peu plus ronde. Dommage, car l’Eldorado possède ce petit côté clinquant qui en jette, et une mélodie un peu plus présente aurait été la bienvenue, sans dénaturer son style.

Pour autant, le plaisir est là, et bien là ! L’Eldorado une moto authentique dont le moteur se montre très convaincant, et la partie cycle très accueillante. De fait, on roule de façon plus apaisée, oubliant les notions de performance et de vitesse pour profiter de cruiser avec le sourire aux lèvres et le nez au vent, tant l’agrément offert par l’imposante moto est important. On roule au rythme du POUMPOUM imprimé par le gros V-twin et bercé par les « Good vibes » dont l’Amérique n’a plus l’apanage. Choisir cette moto au quotidien, c’est une philosophie, un art de vivre et même, selon certain, une preuve de bon goût. L’Eldorado fait la part belle aux sensations et laissera vos émotions prendre le dessus à son guidon.

Point final

La Moto Guzzi 1400 Eldorado est une belle moto, un peu à l’ancienne, mais avec un moteur vivant et attachant, qui puise son authenticité dans les racines de la marque. Avoir plusieurs motos est un rêve pour beaucoup de motards, mais si cette possibilité s’offrait un jour à moi, celle-ci rejoindrait illico mon garage, pour les balades du dimanche, mais surtout pour cette capacité d’évasion qu’elle seule a su m’offrir, sur les 22 testées en un an au sein d’AcidMoto. Cette moto fut parfaite pour mon ultime essai chez les licornes, mais je pense que je ne vais pas la rendre tout de suite. Je vais la garder encore un peu car à son guidon, mon horizon s’ouvre et je n’ai qu’une envie, tracer la route… en quête de mon propre Eldorado.

Merci à tous ceux qui m’ont lu, encouragé et soutenu depuis le début de cette aventure.

Mathias

Au final...

On a aimé :
+
Look vintage très réussi
+
Moteur authentique et vivant
+
Confort général
On a moins aimé :
-
Compteur LCD
-
Sonorité décevante
-
Devoir la rendre malgré tout
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look vintage très réussi
+
Moteur authentique et vivant
+
Confort général
On a moins aimé :
-
Compteur LCD
-
Sonorité décevante
-
Devoir la rendre malgré tout

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Moto Guzzi
Modèle :
Eldorado
Année :
2019
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Bicylindre en V à 90°, 4 temps, 8 soupapes, double allumage
Cylindrée :
1380 cm3
Alimentation :
Injection électronique multipoints Magneti Marelli IAW7SM
Performances
Puissance max. :
96 ch à 6500 tr/min
Couple max. :
120 Nm à 2750 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
6 rapports
Partie cycle
Suspension AV :
Fourche hydraulique télescopique Ø 46 mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Bras oscillant avec deux amortisseurs réglables en précontrainte et détente
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
130/90 R16
Pneu AR :
180/65 R16
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque flottant en acier Ø 320 mm avec étrier de frein Brembo à fixation radiale à quatre pistons opposés, ABS
Frein AR :
Disque fixe en acier inox Ø 282 mm avec étrier flottant Brembo à 2 pistons, ABS
Dimensions
Longueur :
2445 mm
Empattement :
1695 mm
Largeur :
940 mm
Hauteur de selle :
740 mm
Selle basse en option (720mm)
Poids à sec :
310 kg
Poids total :
330 kg
Réservoir :
20.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge
 
Noir
Catalogue
Prix de vente :
CHF 22480.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Ducati Panigale V2 - Ne m’appelez pas baby !
La Panigale V2 n’est pas une baby Panigale « au rabais », contrairement à ce qu’on pourrait penser à prime abord.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
Alliance Kawasaki-Bimota - Quelle suite est attendue ?
La présentation de la Bimota Tesi H2 aura été la véritable surprise du salon EICMA de Milan, cette dernière confirmant l'union entre les deux constructeurs. Mais maintenant on peut rêver à la suite qui sera donnée.
Loto annuel du Norton Sport Club – Ce dimanche 17 novembre
Après la course de côte internationale de Verbois, le Norton Sport Club organise son désormais traditionnel loto annuel ce dimanche 17 novembre à la salle des Asters à Genève.
Les inscriptions du Hard DéfiTour 2020 sont ouvertes!
Les inscription pour la 4ème édition du Hard DéfiTour sont ouvertes. Celui-ci aura lieu le weekend du 5 au 7 juin 2020 en Augergne.
EICMA 2019 - La Ducati Streetfighter V4 élue plus belle moto du salon
Le salon EICMA de Milan nous aura gâté cette année avec un nombre impressionnant de nouveautés.

Hot news !

EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.
EICMA 2019 - MV Agusta dévoile une Superveloce 800 « économique »
Dévoilée et commercialisée à prix d’or, version Oro oblige, l’année passée, la Superveloce 800 avait frappé fort, étant adulée ou détestée. Le constructeur de Varèse proposera dès 2020 une version plus « économique ».
L'Aprilia Tuono 660 déjà surprise lors d'un roulage
Alors que la présentation officielle de l'Aprilia RS 660 se fera la semaine prochaine, la version roadster certainement nommée Tuono 660 a déjà été surprise lors d'un roulage à Imola.
EICMA 2019 – Voici la première image de l'Aprilia RS 660 2020
Très attendue sur le stand du constructeur de Noale, Aprilia vient de lâcher la première vraie image de sa future Supersport mid-size, la RS 660.
Concept BMW R18 – Deux modèles aperçus lors d'un transport
La présentation officielle du Concept R18 du constructeur à l'hélice devrait arriver sous peu, deux prototypes ayant été aperçus lors de leur chargement dans un véhicule.
Triumph Thruxton RS 2020 – Le café racer ultime d'Hinckley
Le constructeur anglais fait feu de tout flamme, après les nouvelles Daytona 765, Rocket III R et GT et la Street Triple RS essayée il y a à peine quelques jours, voici l'arrivée d'une version RS de la Thruxton.