Essai publié le 21 mai 2018

Essai Yamaha Niken 2018 - La révolution à trois roues !

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Yamaha

Avec la Niken, Yamaha a créé un buzz énorme dans le petit monde conservateur du deux-roues, déchainant les passions sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de la sortie de cet OVNI à trois roues. Nous avons enfin pu tester l’engin, et autant vous le dire tout de suite, nos amis japonais nous ont pondu un truc de fou !

La Niken c’est quoi ?

La Yamaha Niken (à prononcer Naïken) est un OVNI dans le monde de la moto. Avec son look de scorpion tout droit sorti d’un manga futuriste et ses deux roues à l’avant on ne sait même pas très bien s’il faut considérer la Niken comme une moto... Une chose est certaine, qu’on aime ou qu’on déteste, il impossible de rester indifférent devant une telle audace !

Ce trois-roues d’un genre nouveau porte le nom de code LMW chez Yamaha pour « Leaning Multi Wheel » ou « multiples roues inclinables » (avouez que c’est moins sexy en français…). La Niken est le fruit d’un développement d’une dizaine d’année durant lesquelles Yamaha a testé différentes configurations sur des prototypes à quatre roues (la Tesseract en 2007) et à trois roues (les 01GEN en 2014 et WMT-9 en 2015).

Yamaha compare l’arrivée du LMW dans le monde de la moto à l’arrivée du carving (ou ski parabolique) dans le monde du ski. Le carving ayant rendu la pratique du ski plus fun et accessible à tout un chacun grâce à cette technologie qui permet de déclencher des virages facilement. Ce parallèle avec le ski carving est aussi une des inspirations de son nom car Niken signifie « deux épées » en japonais, une métaphore des deux roues qui permettent de tracer des trajectoires aussi affutées qu’une lame japonaise…

Selon Yamaha, ce train avant à deux roues permet à l’utilisateur de prendre facilement des angles en courbe très importants avec un sentiment de sécurité bien supérieur à une moto traditionnelle par le fait qu’on double la surface de contact au sol par rapport à un deux-roues classique. La stabilité de la moto est augmentée et on peut se permettre de freiner plus tard et d’accélérer plus tôt. Elle encaisse également mieux les imperfections de la chaussée lorsque celle-ci est dégradée.

Si la Niken a la même configuration à trois roues que le MP3 de Piaggio, la comparaison s’arrête ici car ces deux véhicules n’ont rien en commun. La Niken est considérée comme une moto à part entière et nécessite de ce fait un permis moto correspondant. Elle ne possède pas de système de blocage vertical des roues pour le parking et est avant tout destinée à un publique qui a déjà une expérience de la conduite en deux-roues.

Un peu de technique

Impossible de passer à côté de l’impressionnante et imposante double fourche inversée de la Niken. La géométrie de la partie avant est basée sur un parallélogramme qui permet de conserver les deux roues parfaitement alignées et d’atteindre un angle d’inclinaison de 45°. Pour arriver à leur fins, les ingénieurs nippons ont dû placer les doubles tubes de fourches sur l’extérieure, afin de laisser un maximum d’espace à l’intérieur pour permettre d’atteindre un tel angle d’inclinaison des roues.

Les suspensions de chacune des roues agissent de manière totalement indépendante l’une de l’autre et sont composées chacune d’une double fourche KYB. Le tube avant de 41mm sert de guide tandis que le tube arrière de 43mm, semblable à une moto traditionnelle, absorbe les chocs. Ce dernier est réglable en compression, pré-charge et amortissement, tout comme le mono-amortisseur arrière.

Au niveau des roues avants, le choix s’est porté sur du 15 pouces au lieu du traditionnel 17 pouces pour des raisons d’inertie, d’agilité mais également de place, encore une fois nécessaire pour atteindre cette inclinaison de 45°. Des pneus ont été spécialement développé par Bridgestone pour la Niken.

Un des chalenges techniques a été d’adapter le principe d’Ackermann, bien connu du monde automobile, sur un véhicule aux roues inclinables. En effet, dans un virage serré, la roue intérieure doit présenter un braquage supérieur à la roue extérieure sous peine de générer du glissement.

Le défit a été relevé en rendant indépendants les pivots de direction et d’inclinaison au moyen d’une articulation déporté spécifique. La maitrise de cette technologie est la clé de l’excellente aptitude en virage de la Niken.

Bien qu’elle paraisse énorme, les dimensions de la Niken sont très proches de celles de la Yamaha Tracer en terme d’encombrement. Toutefois, à cause du surpoids généré par le système à deux roues à l’avant, la position du pilote a reculée de 50mm (par rapport à la MT-09) afin de garder une distribution du poids de 50:50. Tout pleins faits elle est annoncée à 263kg, soit à titre de comparaison exactement le même poids qu’une GS Adventure.

Au niveau motorisation, on retrouve le populaire trois cylindres CP3 de 847cm3 qui équipe également les MT09, Tracer et XSR900. Il délivre les mêmes performances que sur le reste de la gamme, à savoir 115 Cv à 10'000 tr/min et un couple de 87.5 Nm à 8’500tr/min.

Par rapport à ses cousines à deux roues, la masse du vilebrequin a été augmentée de 18%, l’injection à été adaptée et sa transmission finale raccourcie pour la rendre plus vive.

La Niken est équipée d’un ABS, d’un Traction control à deux niveaux, de trois modes de conduite, d’un Cruise control et d’un shifter (uniquement pour monter les rapports). L’éclairage est du 100% Led.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Incroyablement fun à rouler
+
Facilitée à prendre de l'angle en courbe
+
Sécurité accrue
+
Design totalement hors norme
+
Véhicule unique: Il n'y a rien de comparable sur le marché
On a moins aimé :
-
Un peu lourde de l'avant pour les manœuvres à basse vitesse
-
On peut avoir la même avec le moteur de la MT-10?
-
Bruit moteur trop discret
-
Quick shifter uniquement pour monter les rapports

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
Niken
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 12 soupapes
Cylindrée :
847 cm3
Refroidissement :
liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
115 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
87.5 Nm à 8'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
cadre treillis tubulaire en acier associé à un bras oscillant en aluminium
Suspension AV :
double fourche inversée KYB entièrement réglable de 43 et 41mm
Course AV :
110 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur KYB entièrement réglable
Débattement AR :
125 mm
Pneu AV :
120/70 R 15
Pneu AR :
190/55 R 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque hydraulique de 265.6mm avec étrier 4 pistons
Frein AR :
Simple disque hydraulique de 298mm avec étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2150 mm
Empattement :
1510 mm
Largeur :
885 mm
Hauteur de selle :
820 mm
Poids total :
263 kg
Réservoir :
18 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Graphite black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

4Ever Multistrada - Ducati offre 4 ans de garantie à la famille Multistrada
Les Ducati 950 et 1260 Multistrada sont désormais garanties quatre ans kilométrage illimité.
La Harley-Davidson FXGTS Coast Glide décroche le titre de la Battle of the Kings 2019
Après une compétition internationale intensive précédée par des manches nationales et internationales, la Harley-Davidson de Laidlaw's a été élue le 5 novembre Global Custom King et grand vainqueur de la Battle of the Kings 2019.
Une nouvelle agence Kymco ouvre ses portes à Genève
100%2-Roues continue son développement et ajoute la marque Kymco à son arc.
Essai Ducati Panigale V2 - Ne m’appelez pas baby !
La Panigale V2 n’est pas une baby Panigale « au rabais », contrairement à ce qu’on pourrait penser à prime abord.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
Alliance Kawasaki-Bimota - Quelle suite est attendue ?
La présentation de la Bimota Tesi H2 aura été la véritable surprise du salon EICMA de Milan, cette dernière confirmant l'union entre les deux constructeurs. Mais maintenant on peut rêver à la suite qui sera donnée.

Hot news !

EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.
EICMA 2019 - MV Agusta dévoile une Superveloce 800 « économique »
Dévoilée et commercialisée à prix d’or, version Oro oblige, l’année passée, la Superveloce 800 avait frappé fort, étant adulée ou détestée. Le constructeur de Varèse proposera dès 2020 une version plus « économique ».
L'Aprilia Tuono 660 déjà surprise lors d'un roulage
Alors que la présentation officielle de l'Aprilia RS 660 se fera la semaine prochaine, la version roadster certainement nommée Tuono 660 a déjà été surprise lors d'un roulage à Imola.
EICMA 2019 – Voici la première image de l'Aprilia RS 660 2020
Très attendue sur le stand du constructeur de Noale, Aprilia vient de lâcher la première vraie image de sa future Supersport mid-size, la RS 660.
Concept BMW R18 – Deux modèles aperçus lors d'un transport
La présentation officielle du Concept R18 du constructeur à l'hélice devrait arriver sous peu, deux prototypes ayant été aperçus lors de leur chargement dans un véhicule.
Triumph Thruxton RS 2020 – Le café racer ultime d'Hinckley
Le constructeur anglais fait feu de tout flamme, après les nouvelles Daytona 765, Rocket III R et GT et la Street Triple RS essayée il y a à peine quelques jours, voici l'arrivée d'une version RS de la Thruxton.