Essai publié le 18 avril 2018

Essai des Yamaha Tracer 900 & Tracer 900 GT 2018 - Pour Tracer sa route

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Yamaha presse

Avec plus de 30'000 unités vendues depuis sa mise sur le marché en 2015, la Yamaha Tracer 900 est une vraie réussite pour la marque nippone. A elle seule, elle représente un tiers de ses ventes de grosses cylindrées.

Cet hybride, à mi-chemin entre un trail et un roadster a été unanimement acclamé par la presse lors de sa sortie, nous étions donc curieux de voir comment la cuvée 2018 allait évoluer pour sa première grosse mise à jour après l’ajout du traction control en 2017.

Yamaha présente la Tracer comme la remplaçante de la gamme FJR dans la catégorie qu’on appelle Sport-Touring. Le but étant de redynamiser cette catégorie qui est en perte de vitesse en proposant une moto sportive, légère, maniable et fun mais sans sacrifier l’aptitude à voyager. Au vu des ventes du premier modèle et de sa petite sœur, la Tracer 700, on peut d'ores et déjà dire que c’est mission accomplie.

Personnellement, le concept de la Tracer me rappelle ma deuxième grosse cylindrée, la Yamaha TDM 850 qui était sortie en 1991 avec le succès qu’on lui connaît à une époque où l’on ne jurait « déjà » que par les gros trails. L’histoire se répète presque 30 ans plus tard, comme quoi, les anciens étaient plutôt visionnaires.

Quoi de neuf sur la cuvée 2018 ?

On ne change pas une formule gagnante, et c’est sans surprise que la base du modèle motorisé par le trois cylindres de 115 chevaux provenant de la MT-09 reste la même. Pour cette mise à jour, les ingénieurs de Yamaha ont mis l’accent sur l’amélioration du confort et de la polyvalence de la Tracer avec en prime une version GT désormais disponible pour les clients les plus exigeants.

Penchons-nous directement sur les modifications communes aux deux versions :

Le bras oscillant a été  rallongé de 60 mm afin d’améliorer la stabilité et le confort à haute vitesse, ce sans pour autant influencer sur la vivacité de la moto.

La boucle arrière du cadre a elle aussi été prolongée pour améliorer l’intégration des valises, désormais assorties aux couleurs de la moto, selon le modèle choisi.

La bulle a également été revue et offre une ergonomie différente, ceci dans le but d’améliorer la protection du pilote. Sa hauteur est ajustable d'une main sans outils en roulant, et ce sur 50mm.

Le guidon a été raccourci de 16mm, et le design des protèges-mains a été complètement revu et adopte désormais un look moins « manga », ce qui permet de gagner 100 mm sur la largeur totale du guidon, un avantage non négligeable pour dépasser entre les files dans les embouteillages de la jungle urbaine par exemple.

Yamaha a également pensé à votre postérieur, avec une nouvelle finition de la selle et une épaisseur à la hausse (+ 5mm). Elle est désormais ajustable sur deux hauteurs différentes (850mm ou 865mm). Sachez qu’une selle basse et un kit de rabaissement de la suspension (-15 mm) sont disponibles en option, les petits gabarits apprécieront cette attention.

L’amélioration de confort du passager n’est pas en reste, avec une ergonomie de selle revue, une nouvelle position des cale-pieds pour avoir les jambes moins pliées et de nouvelles poignées de maintien.

Niveau look, la Tracer a reçu un subtil lifting. Les formes très anguleuses du premier modèle ont été quelques peu arrondies, mais pas de doute, on la reconnaît au premier coup d’œil. La qualité des finitions est également à la hausse. La Tracer est disponible en deux coloris (Nimbus Grey et Tech Black).

La Tracer 900 GT : LA nouveauté 2018 !

La grande nouveauté dans la famille Tracer pour l’année 2018, c’est sans aucun doute la version GT. Celle-ci est livrée avec une paire de valises latérales en plastique de 22 litres chacune qui plus est, assorties aux couleurs de la moto. Un shifter fait également son apparition, ce qui vous permettra de monter les rapports à la volé, et honnêtement, l'essayer, c'est l'adopter. Un cruise control, un écran TFT couleurs, des poignées chauffantes sur trois niveaux, une fourche Kabaya entièrement ajustable, un amortisseur arrière avec une molette d’ajustement de la précharge et trois coloris (Midnight Black, Nimbus Grey et Phantom Blue) font de cette GT 2018, un modèle très bien doté.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur qui offre du couple et une allonge sans fin
+
La facilité de prise en main et sa légèreté
+
L'excellent confort des suspensions
+
L'intégration des valises
+
Le rapport prix/prestation qui est excellent
On a moins aimé :
-
Bulle d'origine trop basse pour les grands
-
Molette de navigation de la version GT difficile d'accès
-
Son du moteur un peu trop discret

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
Tracer 900
Année :
2018
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT
Cylindrée :
847 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
115 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
87.5 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Diamant
Suspension AV :
fourche inversée
Course AV :
137 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur
Débattement AR :
142 mm
Pneu AV :
120/70 R 17
Pneu AR :
180/55 R 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 298mm
Frein AR :
Simple disque de 245mm
Dimensions
Longueur :
2160 mm
Empattement :
1500 mm
Largeur :
850 mm
Hauteur de selle :
850-865 mm
hauteur ajustable 2 positions, selle basse en option
Poids total :
214 kg
Réservoir :
18 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Nimbus Grey (Tracer 900 & Tracer 900 GT)
 
Tech Black (Tracer 900)
 
Midnight Black (Tracer 900 GT)
 
Phantom Blue (Tracer 900 GT)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 11'590.-
13'590 CHF Tracer 900 GT
En ligne :

Plus d'articles Moto

Une nouvelle GSX-R 1000 pour 2022 ? La rumeur court
Suzuki est le dernier constructeur a ne pas avoir remanié sa sportive pour la mettre en conformité avec les normes Euro5. Or, selon les rumeurs la firme d’Hamamatsu y travaillerait afin de proposer une nouvelle GSX-R 1000 en 2022, le tout assorti d’un retour en WSBK.
Idée sortie du week-end : Yamaha MT Tour les 5 et 6 juin 2021
Bien que le siège de Hostettler AG ne soit pas tout près de la Suisse romande, une visite chez Yamaha Suisse vaut la peine !
La nouvelle Triumph Speed Twin en approche et elle a l’air affutée
La nouvelle Triumph Speed Twin est en approche. C’est le dernier opus d’une lignée apparue en 1938 et on nous le promet plus affûté que jamais.
Essai Honda X-ADV 750 2021 - Le Crossover à deux roues
Avec le X-ADV le constructeur ailé propose un mode de locomotion nouveau qui, dans tous les cas, ne laisse pas indifférent. Réussite ? Pour le savoir il faut grimper dessus.
Essai de la Zero SR/F : Silence, ça pousse!
Essai d'une moto branchée qui risque de vous surprendre.
Voici la nouvelle Yamaha R7, future concurrente de l’Aprilia RS660 ?
Les photos de la nouvelle Yamaha R7 ont fuité. Une future concurrente de l’Aprilia RS660 ?

Hot news !

Aprilia RSV4 Factory 2021 - A la pointe de l'efficacité
10 jours d'essai au guidon d'une Aprilia qui ne cesse de s'améliorer avec les années.
Cette fois c'est officiel, la Yamaha YZF-R7 va faire son retour
Les documents CARB (California Air Resources Board) sont comme les enfants et les leggings : ils ne mentent pas ! Et c'est en les consultant qu'on peut voir qu'une Yamaha YZF-R7 va faire son retour en 2022.
Essai retro : CB 750 Four K0
Que pouvons nous retenir de la légendaire CB 750 plus de 50 ans après sa sortie ?
Essai Yamaha MT-09 2021 - Vous en aurez pour votre argent
Véritable moteur de la marque vers ce qu'elle est devenue, depuis 2013 la MT-09 a grandement contribué à la renommée de Yamaha à travers l'Europe. Place à un modèle entièrement nouveau et gavé de technologie.
Essai Aprilia Tuono 660 - Avec elle, le constructeur de Noale va se distinguer
L'annonce du moteur 660 chez Aprilia était clairement une bonne nouvelle. Ce vent de nouveauté, la marque de Noale en avait bien besoin.
Mais pourquoi les MotoGP sont-elles devenues si moches ?
La forme et la fonction, éternel débat.Les canons italiens de la beauté: des Grand Prix 500 de 1993 au MotoGP de 2021...