Essai publié le 20 février 2018

Essai Triumph Speed Triple RS – Le retour de la Reine

Texte de Gonzo / Photo(s) de Triumph

Dans le monde des roadsters, il y a des valeurs qui ne changent pas avec le temps. Depuis 1994, la Triumph Speed Triple fait partie des références en étant une, si ce n’est La pionnière dans le genre. Du couple, de l’allonge, un caractère joueur, voire même une aura, voilà ce que ce que c’est une Speed Triple. Le tout dans un équilibre incroyable entre puissance, finesse de la partie cycle, et ressenti du pilote.

Pour 2018, l’anglaise s’offre un sérieux lifting, tout en gardant ses atouts majeurs afin de revenir comme étant la Speed la plus puissante et la plus efficace jamais produite. Présentation des deux versions de la Speed Triple, S et RS.

Vous le savez certainement déjà, pour ce nouveau millésime, le fer de lance de Triumph sera décliné en deux versions, à savoir les Speed Triple S et Speed Triple RS. Les différences entre les deux versions se situent dans la partie cycle, avec la présence du manufacturier suédois Öhlins sur la version RS contre du Showa pour la version S. D’autres attributs confèrent à la version RS un caractère encore plus abouti et plus exclusif pour arriver à un niveau de finition exemplaire, proche de la perfection.

L’électronique est également plus perfectionnée sur la version ultime. Mais patientez un peu, je développerais plus tard ces différences. Le moteur en revanche reste identique sur les deux variantes de la Reine d’Hinckley.

La volonté actuelle se veut gourmande en chiffres. Du coup, la majorité des « gros » roadsters récents affichent des chiffres qui s’approchent presque dangereusement (inutilement) des sportives. De son côté, la nouvelle mouture de la Speed évolue également en terme de performances, mais de manière raisonnable, et voit sa puissance augmenter de 10 canassons pour passer à 150 chevaux. De la même manière, le couple évolue également pour grimper à 117 Nm.

Mais à Hinckley, l’idée n’était pas de présenter une Speed Triple identique au modèle précédent avec quelques watts de plus. Bref, plus de watts de manière générale, tout en restant accessible. La grande force de la reine de Hinckley ne réside donc pas que dans son moteur.

Le trois cylindres de 1050 cm3 a donc été revu de manière importante et on n’annonce pas moins de 105 nouveaux composants moteur.  Du coup, la zone rouge se voit repoussée à un peu plus de 11'000 tr/min, soit 1'000 tr/min de plus, le tout pour une montée en puissance plus affirmée mais surtout plus durable. Et pour rendre tout ça encore plus grisant, l’échappement a été revu et se voit plus direct pour des vocalises à en faire pâlir bien des chanteurs. Et encore, on ne parle pas de l’élément Arrow monté de série sur la version RS…

Mais qu’est ce qui a changé exactement pour pouvoir augmenter la puissance de 7% et le couple de 4% ? On ne va pas rentrer dans le détail, mais plusieurs mises à jour du moteur rendent ces améliorations possibles, comme par exemple un nouveau pignon de vilebrequin, des chemises de cylindre allégées ou encore de nouveaux pistons et une nouvelle culasse afin d’améliorer « l’écoulement » des gaz qui permettent d’augmenter le taux de compression.

En 2018, il est inimaginable de concevoir une moto qui se veut performante sans passer par la case « électronique ». La nouvelle Speed Triple ne déroge pas à la règle.

On s’en rend immédiatement compte en voyant le tableau de bord qui n’est autre qu’un écran couleur TFT de 5 pouces. Et attendez de l’allumer, vous verrez rapidement l’animation du logo Triumph associée au démarrage vous plonger dans un univers digne d’un jeu vidéo. Dans un souci d’ergonomie améliorée, il est possible de régler l’angle de vue et l’intensité de l’éclairage pour une visibilité optimale.

Cet écran, découvert sur la « petite » Street Triple, ne fait qu’annoncer la couleur (c’est le cas de le dire) puisqu’à partir de lui, on va pouvoir, au moyen des commodos rétro-éclairés et du joystick, choisir le mode de conduite souhaité.

Pour la version S, 4 modes sont  au menu à savoir les traditionnels Rain, Road, Sport et (celui que je préfère) le Rider qui est entièrement personnalisable, au point de pouvoir supprimer les assistances… Wheelings et travers de porc deviennent donc envisageables ! La version RS permet d’accéder à un mode supplémentaire qui n’est autre que le Track, qui offre des réglages avancés quand à l’ABS et à l’antipatinage.

Si le mode Rain bride la moto à 100 chevaux, les autres modes interviennent sur la réponse à la poignée de gaz « ride-by-wire » et sur les différentes assistances, mais en aucun cas sur la puissance délivrée par le trois pattes.

Tiens, les assistances, parlons-en. La Speed Triple S est donc équipée de l’ABS et de l’antipatinage, réglables en intensité d’intervention et déconnectables. Toujours de série, un régulateur de vitesse est maintenant de la partie afin d’agrémenter le catalogue des offres électroniques de la « S », en plus des feux de jour et de la prise d’alimentation USB. Au niveau du tableau de bord, il est possible de choisir différentes versions de l’affichage des infos, qui changent d’elles même en fonction du mode de conduite choisie.

C’est au niveau de la « RS » que le niveau électronique fait réellement une évolution majeure. Cette fois-ci, les systèmes ABS et antipatinage sont optimisés pour les virages et assure une répartition optimale des forces de freinage, du taux de glissement et du couple pour de meilleures performances. Pour faire simple, on peut envoyer du lourd, que ce soit en terme d’accélération ou de freinage, lorsqu’on est sur l’angle. Evidemment, pour gérer tout ça, il fallait bien une centrale inertielle avancée.

Pour la Speed Triple RS, l’IMU a donc été développée en partenariat avec Continental et collecte en tout temps toutes les mesures  nécessaires (mesures de roulis, de tangage, de lacet, d'angle d'inclinaison et d'accélération) au bon fonctionnement des assistances. Comme la version S, la RS dispose de plusieurs affichages au tableau de bord. La version upgradée permettant de choisir entre 6 affichages différents.

Dernière évolution technologique, la Speed Triple RS est dotée d’un système keyless, avec un nouveau système de verrou de direction et de démarrage sans clé, lui aussi désactivable.

Dans cette présentation de la Speed Triple, on parlé moteur, on a parlé électronique, mais on n’a pas encore abordé la partie cycle. Et pour la Speed Triple, la partie cycle, c’est une grande partie de la réussite de cette moto. Sur le précédent modèle que j’avais eu l’opportunité d’essayer, j’avais trouvé l’ensemble suspensions/cadre parfait, tant au niveau du ressenti au guidon qu’au niveau de l’efficacité. L’idée de base a été de conserver cette alchimie sur le nouveau millésime. On retrouve donc un cadre en alu à double berceau, sublimement terminé par ce mono-bras oscillant qui met en avant cette nouvelle jante brillante à 5 bâtons. Exquis! Si votre choix se porte sur la Speed Triple S, la continuité de ce cadre se fera par l’intermédiaire des éléments de suspensions Showa. Si en revanche, vous avez craqué sur la version RS, c’est comme d’habitude du Öhlins qui fera la jointure entre le cadre et les Pirelli Diablo Supercorsa. Pour être clair, voici l’équipement des deux versions :

  • Speed Triple RS : fourche inversée Öhlins NIX30 de 43 mm et mono-amortisseur bitube Öhlins TTX36.
  • Speed Triple S : fourche inversée Showa de 43 mm et mono-amortisseur Showa.
  • Que vos suspensions soient dorées ou noires, elles seront entièrement réglables en précharge, détente et compression.

Ajoutez à cet ensemble un freinage signé Brembo M4.34, et vous obtenez une combinaison idéale pour que la nouvelle Triumph soit dotée d’une des meilleures parties cycle du marché des roadsters. D’autant plus que le poids de la Speed Triple S égale celui de l’ancien Speed Triple R (192 kg) alors que le RS est plus léger de 3 kg. Merci au carbone ajouté ça et là ainsi qu’aux différences avec le modèle « standard » !

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son moteur
+
Sa partie cycle ultra saine
+
Rhaaaaa ce son!!!
+
Elle est belle
On a moins aimé :
-
Pas de shifter d'origine
-
Traction contrôle indissociable de l'anti-wheeling
-
Un prix qui peut être repoussant
-
Elle est pas (encore) à moi

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speed Triple RS
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne à refroidissement liquide, 12 soupapes, doubles arbres à cames en tête
Cylindrée :
1'050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle avec SAI
Performances
Puissance max. :
150 ch à 10'500 tr/min
Couple max. :
117 Nm à 7'150 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage multidisque à bain d’huile anti-dribbling
Partie cycle
Châssis :
Double berceau en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Öhlins de 43 mm NIX30 avec réglage de la précharge, de la détente et de la compression
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Amortisseur Öhlins TTX36, réglage de la précharge, de la détente et de la compression
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
190/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant Ø 320 mm, étriers monobloc à montage radial 4 pistons Brembo. ABS déconnectable
Frein AR :
Simple disque de 255 mm, étrier coulissant à 2 pistons. ABS déconnectable
Dimensions
Longueur :
2'075 mm
Empattement :
1'445 mm
Largeur :
775 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
189 kg
Réservoir :
15,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Jet Black
 
Crystal White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17'150.-.-
En ligne :

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speed Triple S
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne à refroidissement liquide, 12 soupapes, doubles arbres à cames en tête
Cylindrée :
1'050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle avec SAI
Performances
Puissance max. :
150 ch à 10'500 tr/min
Couple max. :
117 Nm à 7'150 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage multidisque à bain d’huile anti-dribbling
Partie cycle
Châssis :
Double berceau en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Showa de 43 mm avec réglage de la précharge, de la détente et de la compression
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Amortisseur Showa, réglage de la précharge, de la détente et de la compression
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
190/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant Ø 320 mm, étriers monobloc à montage radial 4 pistons Brembo. ABS déconnectable
Frein AR :
Simple disque de 255 mm, étrier coulissant à 2 pistons. ABS déconnectable
Dimensions
Longueur :
2'075 mm
Empattement :
1'445 mm
Largeur :
775 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
192 kg
Réservoir :
15,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Blacke
 
Crystal White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'850.-.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

4Ever Multistrada - Ducati offre 4 ans de garantie à la famille Multistrada
Les Ducati 950 et 1260 Multistrada sont désormais garanties quatre ans kilométrage illimité.
La Harley-Davidson FXGTS Coast Glide décroche le titre de la Battle of the Kings 2019
Après une compétition internationale intensive précédée par des manches nationales et internationales, la Harley-Davidson de Laidlaw's a été élue le 5 novembre Global Custom King et grand vainqueur de la Battle of the Kings 2019.
Une nouvelle agence Kymco ouvre ses portes à Genève
100%2-Roues continue son développement et ajoute la marque Kymco à son arc.
Essai Ducati Panigale V2 - Ne m’appelez pas baby !
La Panigale V2 n’est pas une baby Panigale « au rabais », contrairement à ce qu’on pourrait penser à prime abord.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
Alliance Kawasaki-Bimota - Quelle suite est attendue ?
La présentation de la Bimota Tesi H2 aura été la véritable surprise du salon EICMA de Milan, cette dernière confirmant l'union entre les deux constructeurs. Mais maintenant on peut rêver à la suite qui sera donnée.

Hot news !

EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.
EICMA 2019 - MV Agusta dévoile une Superveloce 800 « économique »
Dévoilée et commercialisée à prix d’or, version Oro oblige, l’année passée, la Superveloce 800 avait frappé fort, étant adulée ou détestée. Le constructeur de Varèse proposera dès 2020 une version plus « économique ».
L'Aprilia Tuono 660 déjà surprise lors d'un roulage
Alors que la présentation officielle de l'Aprilia RS 660 se fera la semaine prochaine, la version roadster certainement nommée Tuono 660 a déjà été surprise lors d'un roulage à Imola.
EICMA 2019 – Voici la première image de l'Aprilia RS 660 2020
Très attendue sur le stand du constructeur de Noale, Aprilia vient de lâcher la première vraie image de sa future Supersport mid-size, la RS 660.
Concept BMW R18 – Deux modèles aperçus lors d'un transport
La présentation officielle du Concept R18 du constructeur à l'hélice devrait arriver sous peu, deux prototypes ayant été aperçus lors de leur chargement dans un véhicule.
Triumph Thruxton RS 2020 – Le café racer ultime d'Hinckley
Le constructeur anglais fait feu de tout flamme, après les nouvelles Daytona 765, Rocket III R et GT et la Street Triple RS essayée il y a à peine quelques jours, voici l'arrivée d'une version RS de la Thruxton.