Essai publié le 20 mars 2017

Essai Suzuki GSX-S750 2017 - Le roadster sept et demi gagne en sportivité et en maturité

Texte de Marc / Photo(s) de Rogério Sarzedo

En marge de notre essai de la GSX-R 1000 2017, nous avons également pu prendre le guidon de la nouvelle GSX-S750 qui vient se mêler à la lutte des roadsters de moyenne cylindrée, catégorie qui a le vent en poupe ces dernière années.

Le constructeur d’Hamamastu se devait de mettre à jour son roadster de moyenne cylindrée, tout d’abord afin de répondre aux normes Euro4 et également afin de lutter contre la concurrence qui est rude dans le domaine des nakeds de moyenne cylindrée.

Les mises à jour

Commençons pas le look, élément ô combien important dans cette catégorie. Suzuki n’a pas réinventé la roue, mais plutôt optimisé ce qui existait déjà en gardant la même ligne et en en fluidifiant les formes. La GSX-S y gagne en maturité, ses courbes et ses lignes étant harmonieuses. Ainsi parée, elle plaira autant aux jeunes, qu’à une clientèle féminine ou encore au motard aguerri.

Sur la GSX-S750A, le silencieux d’échappement se pare d’un enjoliveur chromé pendant que sur la GSX-S750ZA il est en full black tout comme l’ensemble de la moto.

La fourche, élément essentiel à une bonne tenue de route et à un bon feeling, monte en gamme avec une Kayaba de 41mm sur laquelle prennent place des étriers radiaux à 4 pistons qui annoncent une redoutable freinage. La planche de bord qui fourmille d’informations est directement reprise à sa grand soeur de 1000cc.

Le moteur n’est pas en reste, bien que répondant aux normes Euro4, il gagne pas moins de 8cv pour en annoncer fièrement un total de 114. Ce qui le place parfaitement dans la catégorie et annonce une certaine « sportivité ». Il est doté d’un traction control réglable sur 3 positions plus une pour le couper.

Les assistances électroniques et mécaniques

Une assistance au démarrage fait son apparition, il suffit d’appuyer une fois sur le démarreur afin de lancer le 4 cylindres en ligne de 749cc. Un système anticalage fait également son apparition, ce dernier fait monter un peu les tr/mn sur le régime du ralenti lorsqu’on relâche l’embrayage. Toutefois, après avoir essayé, si vous lâchez l’embrayage d’un coup, le moteur calera tout de même. Mais on saluera cette assistance à la conduite en ville.

Enfin, pour preuve de sa sportivité revendiquée, la GSX-S750 se chausse des derniers Bridgestone S21, ça va accrocher sévère !

Bon ça suffit, la selle du roadster Suzuki nous tend les bras et les routes sinueuses de la région de Cascais dans la banlieue du circuit d’Estoril, bien qu’encore humides, sont prêtes à nous accueillir. Il est aisé de trouver sa place à bord de la GSX-S, seul le réservoir est « à la Suzuki » c’est à dire assez large, mais sans écarter exagérément les jambes. C’est juste moins étroit que sur sa concurrente anglaise, par exemple.

Agile et précise

Dès les premiers tours de roue et jusqu’à la fin de l’essai, je serai bluffé par la précision de la fourche et son guidage parfait dans le sinueux. On a vraiment l’impression de tenir la roue avant dans les mains et de pouvoir la mettre où on veut sur la route.

Après une portion de route assez roulante, on arrive dans le parc naturel de Sintra-Cascais où les routes sont étroites et viroleuses à souhait ! Surtout que le dénivelé y met du sien, on se croirait presque sur un « mini-TT ». Le rythme de notre ouvreur nommé Pere est plus que soutenu, la maréchaussée locale étant absente du bord des routes. Il s’agit de ne pas mollir et de tenir la cadence.

Dans ces conditions sinueuses, la GSX-S met également en avant son agilité. Elle se balance sans peine d’un angle à l’autre grâce à son grand guidon et à son excellente fourche. Comme quoi qu’il n’y a pas besoin d’avoir un châssis en aluminum pour être une sportive dans l’âme, le cadre périmétrique en acier étant excellent, tout du moins sur un roadster de moyenne cylindrée.

Le moteur fait le job dans la plus pure tradition d’un 4 cylindres en ligne, à savoir avec des reprises qui s’améliorent plus le régime monte ou encore avec une grande souplesse lorsque l’on s’amuse à reprendre à un régime à peine supérieur au ralenti. Cela manque un peu de « fun » face à un 3 pattes ou à un twin.

Un coeur de sportive

En faisant chanter le moteur dans les hauts régimes, je fais également travailler le traction control qui fait très bien son boulot et qui ne coupe pas l’arrivée de la puissance de façon trop brutale. Par contre, l’amortisseur arrière peine parfois à digérer à la fois la puissance et le relief bosselé du goudron, ce qui déclenche le traction control.

Les freins sont très efficaces, les étriers à 4 pistons étant puissants et dosables, et la puissance à disposition est très bien encaissée par la fourche qui excelle également dans cet exercice. Ce d’autant plus que l’ABS est transparent et qu’il ne vient pas perturber le levier droit. A voir si dans une utilisation vraiment intensive, comme lors d’un track days par exemple, l’ABS ne serait pas trop sensible. Sur la route il est en tout cas excellent.

Après un bref arrêt photo au Cabo da Roca, point le plus à l’ouest du continent, il n’y aura pas à nous forcer pour reprendre la route qui nous mènera jusqu'à une belle ville portuaire. La traversée de cette dernière démontrera les aptitudes de la GSX-S à affronter la ville notamment grâce à son aide au démarrage qui fait légèrement monter le régime moteur. En jouant avec, cela ne m’empêchera pas de caler, mais pour une utilisation « normale » ce gadget sera un précieux allié pour les débutants.

D’ailleurs, il est regrettable que la GSX-S ne soit pas disponible en 35kW, cette dernière aurait pu être une excellente monture pour les nouveaux permis et aurait pu les accompagner longtemps après être passée par la case débridage.

Alors placée face à la concurrence ?

En conclusion, je dirais que la GSX-S est une excellente moto pleine de compromis qui, de ce fait, plaira à une large clientèle. Son excellente fourche et son châssis agile mettront en confiance autant les jeunes permis, la clientèle féminine que le motard aguerri. J’ai juste regretté que l’amortisseur arrière avoue assez rapidement ses limites en comparaison de l’avant.

Son moteur souple mais rageur dans les hauts régimes permettra de se faire plaisir et il est largement suffisant pour sortir des limites du « bien-pensant » en vigueur sur nos belles routes helvétiques...

Enfin, en ce qui concerne son prix, on le trouvera bien placé selon qu'on la compare à un modèle ou à un autre de la concurrence. En effet, il faudra plutôt se pencher du côté de la fiche technique pour comparer la puissance et l'équipement, car aujourd’hui avec un élargissement des cylindrées, la petite Suzuki peut être comparée sur le marché à des modèles de 675cc  (765cc maintenant) ou 900cc chez la concurrence.

Marcouille

Au final...

On a aimé :
+
La fourche excellente
+
L'agilité
+
L'électronique efficace et transparente
On a moins aimé :
-
L'amortisseur
-
Sa cylindrée face à la concurrence
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
La fourche excellente
+
L'agilité
+
L'électronique efficace et transparente
On a moins aimé :
-
L'amortisseur
-
Sa cylindrée face à la concurrence

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Suzuki
Modèle :
GSX-S 750A et GSX-750ZA
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 16 soupapes
Cylindrée :
749 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique, assistance au démarrage
Performances
Puissance max. :
114 ch à 10'500 tr/min
Couple max. :
81 Nm à 9'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Cadre périmétrique en acier
Suspension AV :
Fourche inversée 41mm réglable en précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur réglable en précontrainte
Débattement AR :
135 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque 310mm étriers radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque 240mm étrier 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'125 mm
Empattement :
1'455 mm
Largeur :
785 mm
Hauteur de selle :
820 mm
Poids à sec :
187 kg
Poids total :
213 kg
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Metallic Triton Blue / Glass Sparkle Black (GSX-S750A)
 
Rouge (GSX-S750A)
 
Noir (GSX-S750ZA)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'795.-
CHF 9'995.- GSX-S750ZA
En ligne :

Plus d'articles Moto

BMW présente la R18 Classic et 4 toutes nouvelles R Nine T !
Le Vintage, c'est devenu une vraie machine à cash pour BMW. La R18 a ouvert la porte de la deuxième salve, la R18 Classic et la R Nine T s'engouffrent dans la brèche.
Course de côte de Verbois 2020 – Billet du bord de « piste »
Ce 64ème opus de la course « intergalactique » de Verbois aura eu lieu, cette fois-ci c’est sûr.Mais sur un seul jour, le samedi 17 octobre 2020.
Honda officialise le nom "Grom" pour sa MSX125 en Europe
A l'approche de la saison 2021, Honda présente sa nouvelle Grom. Ça fait désormais partie de son nom officiel.
Bridgestone présente le nouveau Battlax Sport Touring T32 et T32GT
Sur son nouveau pneu Battlax Sport Touring, Bridgestone a encore amélioré la tenue sur le mouillé, chiffres à l'appui. Décliné en version GT, le nouveau T32 s'adresse aussi aux motos les plus lourdes du marché.
Surprise, il y a aussi une 890 Adventure (non R)
La présentation de la 890 Adventure R au cours d'une longue vidéo laissait une question en suspens. Voici maintenant la réponse.
Swank Sardegna Rally : Une 2ème édition plus forte que le Covid !
Le Swank Sardegna Rally, c'est un rallye à l'ancienne, pas comme les autres, dont la seconde édition s'est tenue malgré ce fichu Covid. David, toujours à l'affût de terre à projeter et d'aventures insensées, était parmi les participants.

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.