Essai publié le 29 juillet 2016

Essai Harley-Davidson Softail Slim S - Le muscle américain

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Présentée en fin d’année 2015, la nouvelle Softail Slim S livrée pour l’occasion dans ce coloris Rétro Military, m’aura clairement tapé dans l’oeil, reste à savoir si elle me tapera dans le coeur à la fin de ma chevauchée.

Au premier coup d’oeil, impossible de se tromper sur l’identité de cette moto, c’est bien un pur produit de notre cher Oncle Sam avec un gros V-Twin bien visible, une assise à ras le bitume et de grosses sorties d’échappement. Des éléments qui caractérisent particulièrement la famille des Softail.

Rétro Military, un sans faute !

H-D est fier de ses motos et encore plus de celles qui ont servi avec les marines lors de la Seconde Guerre Mondiale. Un hommage leur est rendu avec cette version qui arbore ce superbe coloris vert orné de l’étoile blanche. L’ensemble des commandes et le bloc moteur reçoivent un teinte noir du plus bel effet, ce qui offre un excellent contraste avec ce coloris exclusif.

La face avant est digne d’un utilisateur d’anabolisants, tout en épaisseur et largeur, cette impression est renforcée par la fourche spécifique aux modèles Softail, mais également par le guidon de type Hollywood ou encore le phare, tous teintés de ce noir brillant. La partie arrière est au plus bas avec une boucle à ras les pâquerettes. Au premier coup d’oeil, les non-initiés penseront que l’arrière est dénué de suspensions, fort heureusement, ceci n’est qu’une illusion d’optique puisque deux amortisseurs officieront en tant que soulageurs de vertèbres. Les longs silencieux se chargeront de distiller les galops du bloc 110B de 1’801cc.

Côté équipement, nous sommes bien sur une H-D, ne cherchez donc pas les fioritures que les autres marques proposent, le strict minimum est de mise, avec une jauge de carburant et un décompte pour l’autonomie restante, un indicateur de rapport engagé très peu lisible, des trips partiels, l’heure, un cruise control pour les longs rubans ou encore un ABS et c’est tout. Simple et rustique, on vous dit. Le verrouillage se fait toujours sur la colonne de direction.

Il me tarde de la démarrer, ce bloc 110B s’annonce fort prometteur et mon enthousiasme sera confirmé lors du premier démarrage avec une sonorité ronde et feutrée, mais qui me convient parfaitement. L’assise est au plus bas avec une selle creusé qui permet de parfaitement caler mon séant. La position des pieds tombe pile poil pour les grandes tiges qui me servent de jambes et les larges repose-pieds permettent de caler mon 46 fillette sans soucis. Le sélecteur de vitesses double, permet de monter les rapports avec la pointe du pieds ou d'un appui du talon. Une bonne dizaines de kilomètres vous permettra de vous familiariser avec ce système qui, au final, se révèle plutôt pratique s’il est bien réglé.

Mes bras s'aggripent sans problème au large guidon de type "Hollywood" et les amateurs de fitness auront presque l'impression de se retrouver avec une barre de développé couché au bout des doigts, large et épaisse, sans pour autant devoir faire des efforts pour manier les 321kg tous plein fait, sauf lors des manoeuvres pour se poser au bord d'une terrasse.

La finition de l'ensemble est sans défaut sur cette version : pas de fil apparent, tout est savamment dissimulé dans le cadre ou derrière des caches, Harley a fait de gros efforts ces dernières années sur la qualité perçue, mais ceci a naturellement un coût. J'y reviendrai plus tard.

Cravache les mustangs sauvages !

Cette Slim S édition 2016 accueil le tout nouveau bloc 110B de la firme de Milwaulkee, un moteur qui s'annonce comme prometteur d'autant qu'il délivre son couple camionesque de 13,6Nm dès 3 000 tr/min. Le tout se gère facilement grâce à l'adoption du système Electronic Sequential Port Fuel Injection et son accélérateur de type Ride by Wire.

Un quart de tour sur la droite du Neimann et une pichenette sur le démarreur mettent en branle le V-Twin et permettent à ses deux silencieux de livrer leur sonorité typiquement US, le tout assorti des vibrations typiques de la marque. Mais rassurez-vous ( ou non...), H-D a fait un gros travail de ce côté et les novices n'auront plus l'impression d'avoir attrapé tout soudainement la maladie de Parkinson, alors que les anciens pourront regretter ce qui faisait le charme des vieux modèles de Milwaukee.

Une fois la machine bien chaude, j'essorre le levier d'embrayage, enclenche la première, toujours avec un claquement au vérouillage typique sur les motos peu kilométrées de la firme et la machine se met en route sans avoir besoin de mettre les gazs. Ploq ploq ploq... cette mélodie qui émane de la double sortie chagrinera certains, en agaçera d'autres ou en ravira la dernière partie. De mon côté et étant proche des 40 balais, je dois avouer que j'apprécie cette sonorité. Non, je n'ai pas fumé et je n'ai pas bu non plus, mais j'apprécie tout simplement cette impression que le V-Twin respire avec un style qui rappelle les Muscle Cars US.

Les premiers kilomètres se feront en ville, un terrain ou la Slim S, même si elle n'a que le nom d'un jean tout fin, s'en sort plutôt pas mal. Bien que basse et lourde, la moto ne rechigne pas à remonter les files de véhicules qui stagnent tels des moutons dans les bouchons. Bien évidemment, si vous êtes fans de gymkhana, il faudra vous touner vers un modèle plus léger. Toutefois, bien aidé par le large guidon qui du coup vous offre un bras de levier important associé à une monte pneumatique plutôt fine pour cette gamme, vous devriez vous en sortir sans trop de mal. N'espérez toufefois pas pouvoir suivre un scooter, faute de quoi vos embouts de guidon risque de laisser quelques tranchées sur les portières de nos amis les caisseux.

Me voici donc extirpé de cette jungle urbaine que seuls nos amis les scootéristes apprécient. Je prends donc la direction de la verte campagne Genevoise et Vaudoise afin de comprendre ce qu'un grand nombre de motards possédant ce type de machine ressentent : cette sensation de cruising au doux son du V-Twin. La promenade était pourtant bien partie avant que je ne recontre une horde de virages, tous plus serrés les uns que les autres. Des courbes qui auront mis à mal les repose-pieds ultra bas et qui les auront fait chanter à tue-tête durant une très grande partie de mon essai. 

Fort heureusement, les rectilignes leur auront laissé la vie sauve. Dommage que les ingénieurs de la firme US n'aient pas pensé à notre marché Européen en prévoyant des kits spécifiques, car hormis la hauteur des plus ridicule, la moto offre un comportement sain, avec une suspension qui encaisse plutôt bien les changements d'angle rapides.

Du côté des Mustangs, c'est la bonne surprise, ils sont tous là. Ne me demandez pas combien, H-D reste dans le secret et ne communique jamais sur la véritable puissance de ses moteurs. Certains diront que ce nouveau bloc flirte aisément avec la barre des 100cv, une estimation que je pourrais confirmer tant le moteur offre de bonnes sensations et des relances de premier ordre. Un essorage de la poignée vous rappelera qu'un Twin, ça pousse ! Pas longtemps, mais suffisament pour mouvoir à bon rythme l'ensemble machine/pilote et vous permettre de prendre quelques longueurs d'avance lors de l'exercice des reprises. Sur le long ruban, calé sur le 6e rapport, la moto offrira de bonne reprises, mais là n'est pas son terrain de prédilection, ni le votre d'ailleurs, car passé 120km/h votre musculature se mettra à travailler et vos mains devront serrer de plus en plus fort les poignées, tant le vent viendra vous mettre à l'épreuve de l'endurance.

Si la suspension se détend fort bien et que le moteur ne nous ment pas sur ses aptitudes à libérer la cavalerie, H-D a encore fait l'impasse sur un freinage digne de ce nom. Comme à son habitude, le frein avant servira uniquement de ralentisseur et il faudra compenser avec la pédale arrière pour vous stoper net. De nos jours, ne mettre qu'un seul disque sur une machine de 321kg relève plus du défi que de la sagesse... J'en reviens même à me demander pourquoi H-D a mis un ABS sur le frein avant, car pour le bloquer, il faudra se lever tôt et bénéficier d'une gelée matinale. M'enfin, elle ne peut pas être parfaite cette Slim S. Rassurez-vous toutefois, des préparateurs dignes de ce nom proposent des kits de freinage qui vous permettront de pallier à ce manque de retour de l'avant. Bon, je le reconnais, je suis pointilleux sur le freinage, j'aime ce qui freine fort, tard et longtemps, en utilisation normale, vous ne devriez pas trouver à y redire.

Durant mon essai et avec le faible kilomètrage, la boîte, comme toute boîte H-D qui se respecte, s'est montrée un poil dure. Une sensation qui se gommera au fil des kilomètres, surtout après le premier service.. Le point mort, pour sa part, reste toujours difficile à trouver et ce durant les premiers 2'000km. Passé ce cap, vous ne devriez plus rencontrer de souci.

La consommation, même si ce n'est pas le plus important, se situera pour une utilisation mixte aux allentours des 6.8 litres, ce qui n'est pas énorme lorsque l'on connait le poids et le CX de la bête.

Ma conclusion. Je la garde ou bien ?

Rahhh, oui, je l'aurais bien gardée si j'avais eu un appel de mon banquier qui m'aurait assuré que mon compte était crédité de la modique somme de 22'600 francs, pour ce coloris. Oui, j'assume, c'est le modèle qui me ferait faire le grand saut dans le monde des barbus à gilet en cuir et autres patchs cousus. Durant ces centaines de kilomètres à son guidon, j'ai apprécié la position de conduite "cool", même si j'opterais certainement pour une paire de reposes-pieds qui me permettrait d'allonger encore mes longues jambes. La sonorité et le couple du moteur m'on séduit, tant par le souffle qui s'échappait des lances-flammes que par le couple gargantuesque du moteur qui permet de rouler sur un filet de gaz et qui ne rechigne pas à sonner la charge à la moindre rotation. Le freinage ? Oui, bon, d'accord je le critique, mais comme dit plus haut, je suis un perfectionniste de ce côté et en roulant coulé, ce dernier se montrera amplement suffisant pour l'utilisation qui est faite par ce type de moto.  Cette moto est sans nul doute la plus réussis de la gamme des Softail. Bon je vous laisse j'entends un doux son de Ploc, ploc, ploc sur l'écran de mon Mac...

El Yannou

Au final...

On a aimé :
+
Le look ramassé et musclé
+
La puissance du moteur
+
Le fait de rouler coulé
On a moins aimé :
-
Le prix... comme d'habitude
-
Ah, et pis aussi le frein avant
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le look ramassé et musclé
+
La puissance du moteur
+
Le fait de rouler coulé
On a moins aimé :
-
Le prix... comme d'habitude
-
Ah, et pis aussi le frein avant

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Harley-Davidson
Modèle :
Softail Slim S
Année :
2016
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Bicylindre en V ouvert à 45°
Cylindrée :
1'801 cm3
Refroidissement :
Air
Alimentation :
Electronique ESPFI
Performances
Puissance max. :
... ch à ... tr/min
Couple max. :
136 Nm à 3'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
6 rapports
Partie cycle
Châssis :
Cadre acier à double berceau
Suspension AV :
Fourche téléscopique
Suspension AR :
Deux amortisseurs réglables en précontrainte
Pneu AV :
MT90B x 16
Pneu AR :
AR MU85B x 16
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque de 300mm, étrier à 4 pistons
Frein AR :
300mm, étrier à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'350 mm
Empattement :
1'635 mm
Hauteur de selle :
650 mm
Poids à sec :
308 kg
Poids total :
321 kg
Réservoir :
18,9 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Vivid black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 22'600.-
22'200.- pour le coloris Vivid Black
En ligne :

Plus d'articles Moto

Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
Alliance Kawasaki-Bimota - Quelle suite est attendue ?
La présentation de la Bimota Tesi H2 aura été la véritable surprise du salon EICMA de Milan, cette dernière confirmant l'union entre les deux constructeurs. Mais maintenant on peut rêver à la suite qui sera donnée.
Loto annuel du Norton Sport Club – Ce dimanche 17 novembre
Après la course de côte internationale de Verbois, le Norton Sport Club organise son désormais traditionnel loto annuel ce dimanche 17 novembre à la salle des Asters à Genève.
Les inscriptions du Hard DéfiTour 2020 sont ouvertes!
Les inscription pour la 4ème édition du Hard DéfiTour sont ouvertes. Celui-ci aura lieu le weekend du 5 au 7 juin 2020 en Augergne.
EICMA 2019 - La Ducati Streetfighter V4 élue plus belle moto du salon
Le salon EICMA de Milan nous aura gâté cette année avec un nombre impressionnant de nouveautés.
EICMA 2019 - Aston Martin a présenté sa première moto "AMB 001"
En partenariat avec la mythique marque de moto Brough Superior, la prestigieuse marque de voitures de sport, Aston Martin, dévoile sa première moto à l’occasion du salon Ecima.

Hot news !

EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.
EICMA 2019 - MV Agusta dévoile une Superveloce 800 « économique »
Dévoilée et commercialisée à prix d’or, version Oro oblige, l’année passée, la Superveloce 800 avait frappé fort, étant adulée ou détestée. Le constructeur de Varèse proposera dès 2020 une version plus « économique ».
L'Aprilia Tuono 660 déjà surprise lors d'un roulage
Alors que la présentation officielle de l'Aprilia RS 660 se fera la semaine prochaine, la version roadster certainement nommée Tuono 660 a déjà été surprise lors d'un roulage à Imola.
EICMA 2019 – Voici la première image de l'Aprilia RS 660 2020
Très attendue sur le stand du constructeur de Noale, Aprilia vient de lâcher la première vraie image de sa future Supersport mid-size, la RS 660.
Concept BMW R18 – Deux modèles aperçus lors d'un transport
La présentation officielle du Concept R18 du constructeur à l'hélice devrait arriver sous peu, deux prototypes ayant été aperçus lors de leur chargement dans un véhicule.
Triumph Thruxton RS 2020 – Le café racer ultime d'Hinckley
Le constructeur anglais fait feu de tout flamme, après les nouvelles Daytona 765, Rocket III R et GT et la Street Triple RS essayée il y a à peine quelques jours, voici l'arrivée d'une version RS de la Thruxton.