Essai publié le 26 octobre 2015

Essai du scooter Quadro4 - Le maxiscooter à quatre roues accessible au permis B

Texte de Yann Blondel & Patrick Schneuwly / Photo(s) et vidéo(s) de Patrick Schneuwly

Voici plusieurs années que la firme suisse Quadro avait annoncé l’arrivée d’un scooter d’un nouveau genre. Comme son nom l’indique, il dispose de quatre roues. Quoi, un scooter à quatre roues ? Oui, vous avez bien lu !

Le Quadro4 est donc apparu en ce milieu d’année sur le marché européen ; il vient compléter la gamme à savoir le Quadro3 et Quadro3S qui, eux, ne disposent que de trois roues, ce qui n'est déjà pas mal (ou une de trop diront certains!). Quoi qu’il en soit, c’est une véritable innovation que nous avons pu tester avec ce Quadro4 et le moins que nous puissions dire, c’est qu’il permet beaucoup de choses !

Esthétiquement parlant, le Quadro4 ressemble à son frère à trois roues. Normal puisque la face avant est identique en tout point, le but étant bien évidemment de faire des économies afin de conserver un tarif contenu.

La face avant ajourée met en évidence le système de suspension HTS (Hydraulic Tilting System) permettant de prendre de l’angle (pris d'angle maximale : 45 degrés). Les trois vérins assurent l’amortissement et l’inclinaison ; ils sont interconnectés pour chaque train. Le vérin central assure l’absorption des chocs et gère les réactions des vérins latéraux, eux sont en charge de l’inclinaison. Si cette suspension peut paraître complexe, sachez seulement qu’elle est prévue pour durer la vie du scooter. Si vous deviez avoir un accident ou autre, il vous en coutera CHF 900.- pour changer l’ensemble avant ou arrière.

La comparaison avec le Quadro3 s’arrête là, puisque 78% des pièces sont nouvelles. On retrouve ainsi un nouveau cadre adoptant deux roues motrices à l'arrière équipées d’un différentiel et d’une double courroie de transmission. Tous les 5'000 kilomètres, il faut compter CHF 160.- pour un service. Le changement des courroies est quant à lui à prévoir en fonction de leur usure, soit environ tous les 10’000 kilomètres ; leur changement est facturé CHF 160.- (pour la paire). Correct, non ?

Le tableau de bord est également nouveau et propose tout ce qu’il faut : un compte-tours analogique, un compteur de vitesse, un cadran digital disposant d’une horloge, d’une jauge à essence en forme de nid d’abeille, un thermomètre extérieur, un indicateur de température d’huile, un double trip partiel et plusieurs indicateurs lumineux dont un qui avertissant l'ouverture du coffre. L’ensemble est très facile à prendre en main, vous n’aurez donc pas à bouquiner durant des heures pour savoir vous en servir.

La selle est large pour un maximum de confort. Une fois montée sur cette dernière culminant à quelques 770mm, la position adoptée est des plus naturelles et les grands gabarits se sentiront aussi très à l'aise ; le Quadro 4 est donc bien un maxi-scooter. Toutefois, les personnes de moins d'un mètre septante risquent de se trouver un peu haut ; en même temps, avec quatre roues, il y a peu de risques de chavirer, le Quadro4 tenant seul (ou presque) à la verticale. La pression sur la pédale de frein (au pied droit) verrouille la suspension et la direction, ce qui vous permet de rester droit.

Ce frein (de parking) est disposé juste en-dessous du guidon, ce dernier permet de verrouiller la suspension lors d’un parcage. Un autre frein de parking est également présent du côté droit de la selle et actionne une tige qui vient bloquer un des disques de freins arrière. Ceci évitera des actes malveillants ; enfin, sans même actionner l'un des freins de parking, le Quadro 4 ne se couche pas...

Du côté des rangements, c’est un peu la déception puisque ces derniers ne sont pas très accueillants et au vu du gabarit, nous nous attendions à mieux. Nous trouvons donc un petit coffre sous le guidon qui accueillera votre smartphone (une prise 12V se chargera de la recharge). Le logement sous la selle recevra volontiers un casque intégral, mais rien de plus. Le coffre est éclairé et dispose aussi d'une prise 12V.

Les présentations sont faites. Passons en selle !

La suite en page 2.

Le démarrage reste conventionnel avec une simple pression sur un bouton. Le monocylindre 4-temps de 346cc en position centrale s’ébroue timidement sans vibrations. Il développe 30 chevaux à 7’500tr/min et la courbe du couple a été retravaillée afin d’atteindre la performance maximale plus tôt, soit à 5’000tr/min.

A la moindre rotation de la poignée de droite, le Quadro4 se montre volontaire et offre de bonnes accélérations, même s’il ne vaut pas les stars du marché. Toutefois, la puissance est largement suffisante pour effectuer un départ canon au feu rouge ou encore pour arriver la vitesse autoroutière.

Lors des premiers démarrages, on sent immédiatement que l’on ne se trouve pas sur un deux ou trois-roues conventionnel, la direction paraît un peu lourde durant les premiers kilomètres ; au fil du temps, cette "lourdeur" se fera oublier.

Le premier roulage se fait en ville. Il faut un peu de poigne pour faire virer cette direction alourdie d'une roue supplémentaire. Rien de déstabilisant, après quelques kilomètres parcourus, on s'y habitue rapidement. Quant à l'encombrement, il est identique à celui d'un maxiscooter, son gabarit restant dans la moyenne de la production actuelle. Seules les manoeuvres dans les files de voitures serrées demandent plus de précautions.

Les ronds points s’enchaînent et deviennent un véritable terrain de jeu, même aux vitesses légales, tant le Quadro4 prend de l’angle facilement. Pour rappel, l’angle maximal est de 45°, sans risque de chuter. En utilisation conventionelle, très peu d'utilisateurs atteignent cette limite, d’autant que pour y arriver il est nécessaire d'appuyer généreusement sur le guidon.

Nous avons pu atteindre cet angle maximal sur la piste TCS du Plantin à Genève (voir notre vidéo en fin d'article).

Une fois extirpé de la jungle urbaine, on met le cap sur la campagne. Le Quadro4 y est comme un poisson dans l’eau malgré son poids de 257kg et sa puissance de 30 chevaux. Comme dit plus haut, la puissance est largement suffisante pour offrir de bonnes relances. Les longues courbes s’avalent à vitesse grand V ; beaucoup d'angle peut être pris, avec une grande stabilité. A aucun moment, la tenue de route n’a été mise en défaut et, pourtant, le Quadro4 a été mis à contribution.

Il n’y a que dans les virages serrés où l'inertie se fait sentir. Pousser sur le guidon sera impératif pour resserer encore la trajectoire. Naturellement, avec le temps, chacun apprivoisera le comportement typique du Quadro4.

Côté confort, les suspensions sont tout simplement bluffantes d’efficacité. Elles absorbent parfaitement les irrégularités de la route. Bien que dépourvu de système ABS, le Quadro4 offre, grâce à ses quatre roues, une distance de freinage très courte, même sur revêtement humide. La stabilité dans cet exercice est remarquable. Les quatre disques de 240mm font parfaitement leur travail et assurent une belle constance, que ce soit sur un freinage intégral (avec le levier de gauche ou au pied à droite) ou seulement sur l’avant (levier de droite).

Sur autoroute, le large carénage avant protège généreusement. La bulle, même positionnée assez bas, n'occasionne pas de remous ou de turbulences parasites. Pour les gros rouleurs, il existe une version haute pour plus de protection, encore ! Les longs rubans d'asphalte ne lui font pas peur, même si, au-delà de 130km/h, il faut forcer pour parvenir à 140km/h. N'oublions pas qu'il ne s'agit que d’un 346cc de 30cv (pour 257kg) ! Mais rassurons-nous, une version plus puissante devrait voir le jour d’ici quelques mois.

Du côté de la consommation, la firme suisse annonce fièrement une moyenne de cinq litres pour cent kilomètres parcourus ; de notre côté, nous avons mesuré une consommation moyenne de 4,6litres/100km. Avec le réservoir de 13 litres, l'autonomie est généreuse. Bien évidemment, ce résultat a été obtenu en utilisation mixte.

Le remplissage du réservoir est délicat. Au moment du remplissage du réservoir, le risque de débordement est présent quand on met trop de débit à la pompe, et, avec la proximité du coffre de rangement, l'essence a vite fait de s'y glisser.

Il est temps de passer à notre vidéo, vous y découvrirez de belles prises d’angle  alors que le scooter venait d’arriver à la rédaction. Des tests d’accélérations et de freinage sur piste humide (équivalente à un revêtement d’une patinoire) et un passage dans des buissons histoire de voir si le Quadro 4 tient le choc.

La motricité, gérée avec parcimonie sur piste glacée, vous permet d’avancer sans arrière pensée. Et si vous deviez toutefois mettre de grands coups de gaz, le Quadro 4 vous gratifierait de superbes séances de drift. Le freinage intégral joue parfaitement son rôle et, a contrario d’un scooter conventionnel, vous ne vous retrouverez pas les quatre fers en l’air. Dans cet exercice, nous aurions toutefois aimé un ABS pour raccourcir encore un peu plus les distances de freinage et surtout pour garder le contrôle en cas d'évitement. Le passage dans les buissons était avant tout pour le fun, mais il démontre surtout que le Quadro 4 permet de passer partout et avec le sourire sous le casque.

Quadro a réussi un véritable tour de force en réussissant à homologuer son Quadro 4 pour les titulaires du permis B. Plus fort encore, le Quadro 4 est proposé au tarif de CHF 10'990.-, soit le prix des stars de la catégorie scooter à deux roues.

Conclusion :

Le Quadro 4 risque bien de bouleverser le marché des maxiscoots, notamment pour les scootéristes ou automobilistes qui parcourent de grandes distances pour se rendre à leur travail et ce, 365 jours par an. Oui, rien ne l’arrêtera, même pas la neige, puisqu'avec ses quatre roues, dont deux motrices, il peut-être équipé de pneus neige. L’accessibilité aux possesseurs de permis B est un véritable plus pour Quadro. Toutefois, amis caisseux, si vous n’avez jamais touché un deux, trois ou quatre-roues, nous vous conseillons de faire un petit passage en moto-école afin de vous familiariser avec ce genre de machine. 

Le salon EICMA de Milan réservera également son lot de surprises pour équiper le Quadro 4 !

El Yannou

Au final...

On a aimé :
+
Stabilité à toute épreuve
+
Freinage intégral
+
Moteur volontaire
On a moins aimé :
-
Espace de rangement insuffisant
-
Absence d'ABS
-
A quand un moteur de plus de 350cc ?
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Stabilité à toute épreuve
+
Freinage intégral
+
Moteur volontaire
On a moins aimé :
-
Espace de rangement insuffisant
-
Absence d'ABS
-
A quand un moteur de plus de 350cc ?

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Quadro
Modèle :
Quadro4
Année :
2015
Catégorie :
Scooter
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Monocyclindre, 4 temps, 4 soupapes
Cylindrée :
346 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Electronique
Performances
Puissance max. :
30 ch à 7'500 tr/min
Couple max. :
33,2 Nm à 5'500 tr/min
Transmission
Finale :
2 courroies
Embrayage :
Centrifuge à sec
Partie cycle
Châssis :
Tubulaire
Suspension AV :
HTS (Suspension oléopneumatique pendulaire)
Pneu AV :
110/80-14
Pneu AR :
110/80-14
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
2 disques de 240mm
Frein AR :
2 disques de 240mm
Dimensions
Longueur :
2'180 mm
Largeur :
1'340 mm
Hauteur de selle :
770 mm
Poids total :
269 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Grey Titanium
 
Swiss Red
 
White Snow
 
Black Mat
Catalogue
Prix de vente :
CHF 10'950.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Honda Chopper Lil' Pussy by Zambrag – Le Dax ultime made in Bali
Le mot "chopper" est quasiment indissociable de chromes rutilants, de gros V2 qui sent bon l'huile chaude et le gros couple. Mais ça c'était avant de voir le Honda Dax "Lil' Pussy" qui sort des ateliers Zambrag à Bali.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Bagarre de trail, KTM dégaine la 1290 Super Adventure 2021
On sait que la 1290 Super Adventure doit se renouveler pour passer la couperet de la norme Euro 5. Sur ces photos du prototype, on ne doute pas que cet énorme échappement est là pour ça.
La Ducati Multistrada V4 2021 surprise lors d'un roulage enduro
Suite aux apparitions lors de test sur route et d'homologation, nous avons déjà partagé un certain nombre de photos. Elle a récemment été surprise sur une piste proche de l'usine.
CFMoto MT800 ou KTM 750 Adventure ?
Cette image ne laisse pas de doute, il y a un moteur du genre du LC8c dans ce cadre. On reconnait aussi des éléments de châssis semblable à du KTM. Mais qu'est-ce qu'on voit vraiment ?

Hot news !

Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.
Aprilia RS660 – Le premier teasing est en ligne
Surprise à plusieurs reprises lors des tests sur route, Aprilia lève le voile sur la très attendue RS660 dans un teasing qui bouge.
BMW F900 XR vs. Yamaha Tracer 900 GT - Duel de voyage en 900 cm3
Le nouveau roadster de la marque allemande a fait l'objet d'un comparatif face au leader du marché, la Kawasaki Z900. Pour la déclinaison plus trail, la F900 XR, on a choisi de l'opposer à la Yamaha Tracer 900 GT.
Essai Honda CB1000R Neo Sports Café - Sortie de léthargie
La précédente CB1000R, c'est une des premières motos qu'on avait essayé sur le site en 2010. Depuis tout ce temps, elle n'aura changé qu'en 2018. Mais que s'est-il passé en 8 ans de développement ? Bah euh...
Essai KTM 390 Adventure - Elle doit être prise au sérieux
A l'annonce de sa sortie, j'étais sceptique. Je n'ai jamais vu une moto de ce segment sur nos routes, alors pourquoi celle-ci devrait marcher ? D'abord parce que l'Europe n'est pas le marché cible et ensuite parce qu'elle est vachement bien cette 390 Adventure !!