Essai publié le 01 juillet 2015

Essai BMW R1200R – Les sens du roadster [page 2]

Texte de Marc / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Pages

Bon, assez tergiversé, maintenant il faut donner vie à la R1200R, une pression sur le bouton du démarreur et le boxer s’ébroue... et toute la moto prend vie. On sent bien les pistons boxer (d’où son nom de boxer). La bande-son est phénoménale et bien loin de l’image pépère que l’on se fait d’une BM... ça gronde, le son est caverneux et le graphe barre du compte-tours monte à la moindre sollicitation de la poignée droite.

D’ailleurs, à propos du graphe-barre indiquant le régime moteur, BMW a poussé le vice jusqu’à indiquer une zone rouge plus basse lorsque le moteur est froid, plus ce dernier monte en température plus la zone rouge est repoussée ! C’est une indication précieuse pour qui veut préserver son moteur.

Une fois en route, on est certain d’être sur une BMW, l’équilibre général est excellent et le poids de la bête, qui n’est pas si élevé avec seulement 231kg avec les pleins, se fait totalement oublier. En ville, on manie la R1200R avec aisance, le couple important aidant grandement à se sortir des embouteillages.

Le grand guidon assure un guidage facile, et ce dernier est grandement facilité par la grosse fourche inversée qui amène une certaine rigidité au train avant. Comme quoi, un flat peut être une moto moderne.

Vient le moment d’emprunter le réseau secondaire et c’est là que la R1200R distille tout son charme. Le moteur souple et ultra rempli démontre tout le bienfait du vilo alourdi en distillant un couple infernal dès les plus bas régimes jusqu’à l’approche de la zone rouge. Perso, au niveau des sensations moteur, j’ai eu l’impression de rouler sur un T-Max sous anabolisants qui revenait d’un séjour d’entraînement dans l’ex-Allemagne de l’Est, la boîte de vitesse en plus.

Il suffit donc de se caler sur le quatrième ou le cinquième rapport, de toute façon au pire il y a le shifter, d’enrouler et de profiter des moustiques qui viennent s’écraser sur votre sourire béat tant la R1200R pousse en sortie de courbe, martyrise son pneu arrière, gronde à la décélération et tient sa ligne en courbe.

C’est bien beau de watter en sortie de courbe, il faut aussi de temps en temps prendre les freins pour soigner son entrée en virage... et là, pas de surprise, la R1200R est au standard BMW, à savoir un freinage puissant et endurant.

Vous pensez peut-être que je vous rabâche avec le freinage made in BMW, mais il faut reconnaître que le constructeur à l’hélice est passé maître dans ce domaine. Comme quoi qu’il n’y a pas besoin d’avoir des derniers étriers Brembo monobloc pour planter des freinages de trappeur. Aujourd’hui, une excellente centrale ABS suffit.

Un autre élément que BMW maîtrise à la perfection est la transmission par cardan, ce dernier se fait oublier et on presque l’impression d’avoir un transmission par chaîne. Pour les plus vieux d’entre vous (comme moi...) on est bien loin des R80 par exemple qui se dressaient à l’accélération ou descendaient au freinage. Aujourd’hui, la transmission par cardan est totalement transparente, sauf lorsqu’il s’agit de passer par la case service et changer la chaîne... le cardan étant presque garanti à vie.

Après, que dire de la suspension électronique dont était équipée ma moto d’essai... Personnellement je pense que c’est l’avenir et que BMW a pris un TGV d’avance dans cette technologie qui est aussi révolutionnaire que l’injection à son époque et l’ABS après.

A l’usage, le mode adaptatif laisse la suspension s’auto-adapter aux conditions de la route, ce qui est juste magique. Vous pouvez partir en mode cooooool et la suspension le sera aussi, avant de "péter un fusible" car vous êtes en retard pour aller pêcher Cendrillon à la sortie du bal et là encore la suspension deviendra plus ferme, vous permettant d’attaquer.

Enfin, une fois votre belle sur la selle, vous pourrez la ramener tranquillement avec un mode à nouveau pullman, le tout sans sortir un seul outil ! D’ailleurs, ça me fait penser que mon SDS préféré a particulièrement apprécié le confort de la selle et son revêtement anti-dérapant l’empêchant de glisser sur moi, ou de partir en arrière vu le couple de l'engin (là je parle de la moto).

La R1200R vous amènera au bout du monde avec son réservoir de 18 litres, la consommation étant des plus raisonnables pour un gros twin de 1200cc, et ce même sur l’autoroute ou le moteur ronronne tranquillement alors que vous vous casez derrière le saute-vent. D’ailleurs, lors d’un passage sur nos "chères" double-voies, j’ai particulièrement apprécié le cruise-control qui permet de se caler sur une certaine vitesse sans se prendre la tête.

Bref, pour résumer la R1200R vous amènera à l’essence même du roadster : un moteur, du couple, du vent dans le museau et un plaisir infini de la moto alors que beaucoup du même genre se sont presque autant radicalisées que des sportives et sont contraignantes à la conduite. Croyez-moi, l’essayer c’est l’adopter, on parie ?

Marcouille

Au final...

On a aimé :
+
La patate du moteur
+
La stabilité en courbe
+
Le freinage
On a moins aimé :
-
Les options qui font grimper la note
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
La patate du moteur
+
La stabilité en courbe
+
Le freinage
On a moins aimé :
-
Les options qui font grimper la note

Fiche technique

Véhicule
Marque :
BMW
Modèle :
R1200R ABS
Année :
2015
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Boxer bicylindre 4 temps, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée :
1'170 cm3
Refroidissement :
air/liquide
Alimentation :
Injection électronique numérique
Performances
Puissance max. :
125 ch à 7'750 tr/min
Couple max. :
125 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
6 rapports à commande par crabots
Embrayage :
En bain d'huile, commande hydraulique
Partie cycle
Châssis :
Treillis en deux parties, moteur porteur
Suspension AV :
Fourche Upside-Down 45mm
Course AV :
140 mm
Suspension AR :
Monobras oscillant avec Paralever et monoamortisseur réglable
Débattement AR :
140 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
Double disque flottant 320mm, étrier à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque 276mm, étrier flottant double piston
Dimensions
Longueur :
2'165 mm
Empattement :
1'515 mm
Largeur :
880 mm
Hauteur de selle :
790 mm
Selle basse 760mm, selle haute 820mm
Poids total :
231 kg
Réservoir :
18 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'900.-
Selon les options
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.
Le roadster à compresseur s'offre une amélioration - Kawasaki Z H2 SE
La Kawasaki Z H2 a jeté un pavé dans la mare en adoptant le compresseur pour un roadster. Deux ans après sa sortie, le modèle d'offre une SE mieux équipée.
Kawasaki mise sur sa Ninja ZX-10RR pour continuer de régner en Superbike
L'expérience acquise en course est cruciale pour le développement d'une sportive. Pour rester dans le cadre du règlement, certaines choses doivent être distribuée à la série. C'est le cas de pièces de la nouvelle Ninja.
BMW renouvelle sa G310 R pour 2021
Pour séduire de jeune conducteur, BMW mise sur un look soigné et sportif ainsi qu'un équipement très complet. Revue de détails.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !