Essai publié le 21 juillet 2014

Essai Honda F6B – Vaisseau non furtif !

Texte de Marc / Photo(s) de Patrick Schneuwly

L’essai de cette Honda F6B a commencé un peu par hasard, mon orientation motarde allant plutôt vers tout ce qui est équipé de guidons bracelets, carénage intégral, horde de chevaux et freins surdimensionnés. Là, avec la Honda F6B je suis à l’extrême opposé, mais ça serait vous mentir que de vous dire que je n’ai pas aimé cela !

Dans la gamme Honda, il y a en a pour tous les goûts, du petit trail 125 à la sportive, en passant par le custom et le roadster tout public. Avec la F6B, point de tout cela, cette moto s’adresse à une clientèle plus bling-bling, car avec elle, impossible de ne pas passer inaperçu. En m’approchant pour la première fois de la F6B, je suis surpris par ses dimensions à la fois généreuses et harmonieuses.

Alors chaussez vos baskets, on va en faire le tour et ça va être long vu l’empattement de la bête. La face avant large contraste avec l’embryon de bulle, les phares sont généreux et les clignotants restent allumés, ce qui permet de bien identifier la F6B, même la nuit ! Hé oui, je vous l’ai dit, vous ne passerez pas inaperçu.

Le tableau de bord fait très « motomobile », les larges cadrans permettent de bien voir le régime moteur (est-ce utile ?) ainsi que la vitesse en position centrale et la température moteur ainsi que le volume restant de précieux liquide. Vous trouverez également sur l’écran numérique les infos de trips, l’heure et la température par exemple. A mon sens, sur une telle machine, il manque un indicateur de rapport engagé, bien que le moteur soit très souple.

Sur la partie gauche du carénage, on trouve les commandes de la radio, également présentes au commodo gauche sur le guidon. A l’usage, c’est un réel plaisir que de pouvoir rouler en musique, il est même possible de brancher son iPod, iPhone ou autre périphérique via une prise jack qui se trouve dans le vide-poche gauche. On trouve d’ailleurs un 2ème grand vide-poches au centre de ce qui devrait être le réservoir. Le bouchon de remplissage de celui-ci se trouvant juste en-dessous et le réservoir en lui-même, au centre de la moto, ce qui est gage d’un excellent centrage des masses.

Vient enfin le temps de s’attarder sur la large et moelleuse selle. On dirait que Honda a piqué un fauteuil grand luxe pour l’installer sur sa F6B, et le même sort est réservé au passager. A l’arrière de la selle que ne manquera pas d’occuper votre SDS, l’arrière se fait fuyant ce qui donne une ligne très dynamique à la Honda. Et cette arrière abrite deux larges coffres, un de chaque côté, dont l’ouverture est munie de vérins hydrauliques afin d’offrir une ouverture tout confort. La présence de larges arceaux de protection m’a réconforté.

Et comment ne pas vous parler de la pièce maîtresse de cette Honda : son imposant 6 cylindres à plat de 1’800cc ! Celui-ci attire l’œil avec les culasses opposées à plat. Tous les périphériques sont bien dissimulés derrière des caches et le long échappement fait la part belle au chrome. Ce moteur est à la fois un monument et une œuvre d’art.

En voulant poser mon séant sur la selle de la F6B, je me suis immédiatement rendu compte qu’il n’y avait pas besoin de l’enjamber à la façon d’une sportive (les habitudes…) ou d’un trail, la hauteur de selle au-dessus du niveau du bitume étant des plus réduites. On se pose vraiment sur la F6B et le guidon vient naturellement à la rencontre des mains tout comme les cale-pieds qui sont idéalement placés, à savoir pas trop en avant.

Bon il est l’heure de décoller, ce qui n’est pas un vain mot quand votre vaisseau affiche 385kg tous pleins faits. Ce chiffre me tourne dans la tête, c’est presque deux fois le poids de ma moto de piste… Je passe la première, qui s’accompagne d’un grand « clonck », fait quelque peu cirer l’embrayage pour trouver son point de friction et hop en route.

Dès que j’ai passé les 5km/h, j’ai l’impression que la F6B a perdu la majeure partie de son poids, la maniabilité est bluffante pour un tel morceau, la moto se balançant d’un côté à l’autre avec le grand guidon.

Je me rends bien vite compte qu’il faut bien décomposer le passage des rapports, la boîte n’aimant pas les passages à la volée ou trop rapides, mais ceci est bien normal, le bagger Honda est fait pour rouler cool, prendre son temps pour admirer le paysage et surtout laisser aux badauds le temps d’admirer ses courbes. Enfin celle de la moto, voire du SDS qui sera content de monter à l’arrière.

Après un petit tour de mise en jambe, je me rends également compte que Honda a supprimé la marche arrière présente sur la Goldwing, il faut donc bien réfléchir avant de garer la F6B car bien qu’elle semble légère une fois en route, il en est tout autrement lors des manœuvres à l’arrêt ou à très basses vitesses. Si vous la garez roue avant contre le trottoir en descente, il vous faudra certainement demander de l’aide pour vous sortir de cette posture.

La selle moelleuse m’appelant à rouler, je décide de partir pour faire une balade bucolique, au menu bord du Lac de Genève, euh pardon du Léman et petites routes pour profiter du paysage. A l’usage le 6 cylindres à plat est une pure merveille, je n’ai jamais connu de moteur aussi souple et aussi coupleux. Il accepte sous sourciller de repartir bien en-dessous des 1'000 tr/mn et on ne sent pas le cardan. La poignée droite devient un modulateur de vitesse qui permet des accélérations impressionnantes sans avoir recours à la boîte de vitesses.

Le freinage est très bon et le fait que ce bagger soit équipé d’un système anti-plongée (ça rappellera des souvenirs aux personnes de mon âge) permet à la moto de rester bien droite et de ne pas écraser la fourche sous l’action des 385kg. Le frein arrière est aussi excellent et il ne faut pas hésiter à le solliciter sans craintes, les trois disques étant équipés de l’ABS.

Les suspensions sont de bonne facture, elles absorbent bien les déformations de la chaussée, le solde étant avalé par la selle. Par contre, vu la longueur du vaisseau et le châssis qui n’est pas celui d’une sportive, la Honda louvoie quelque peu lorsque la vitesse s’accroit exagérément et que le bitume n’est pas parfait.

Et quand je vous disais qu’il est impossible de passer inaperçu, lors d’un tour en ville, un passant m’a littéralement sauté dessus en me demandant de quel modèle il s’agissait et si c’était un exemplaire unique. Une autre fois, après un tour avec mon SDS habituel (oui, oui, toujours la même, la seule qui ose monter derrière), nous nous sommes rendus dans un resto de la campagne genevoise pour profiter d’une terrasse en ces belles soirées d’été et j’ai parqué la Honda juste devant ladite terrasse. Vous me croirez ou non, mais toutes les personnes qui sont passées devant se sont arrêtées, même les femmes, pour faire le tour de la F6B et la détailler. Cette moto est vraiment valorisante pour son conducteur.

Les 25 litres du réservoir peuvent offrir une belle autonomie théorique de 450km, mais cela dépendra encore de votre mode de conduite. En effet, si vous cruisez tranquillement sur le 5ème et dernier rapport qui fait office d’overdrive, vous atteindrez certainement ce chiffre, mais si vous préférez rouler sur les départementales et jouer avec les accélérations du 6 cylindres, vous atteindrez alors une consommation d’environ 7L/100km et vous tomberez sur la réserve avant d’avoir parcouru 300km, ce qui reste fort honorable.

Bien qu’elle ne soit pas faite pour, la F6B s’affranchit sans peine d’un trajet autoroutier, l’embryon de bulle protégeant sans peine au-delà de la vitesse contrôlée par moult radars dans nos contrées. La prise au vent n’étant pas trop forte, il n’y a aucun besoin de s’accrocher aux branches du guidon. D’ailleurs, Honda n’a pas jugé nécessaire de pourvoir la F6B du cruise-contrôle qui équipe la Goldwing.

C’est un peu comme la ville, bien que la Honda y soit à l’aise pour être admirée et pour attirer tous les regards, vu la largeur du vaisseau, il sera impossible de se faufiler entre les voitures, vous serez donc contraints de suivre le flot des véhicules. Cependant, avec la musique, cette promenade devient un réel plaisir et en plus, si votre dulcinée vous confie une liste de course, aucun souci, vous aurez largement de quoi caser 1 sac de course de chaque côté de la F6B dans les coffres latéraux.

Bref, moi qui suis vacciné aux sportives, ou toute moto permettant de flirter avec la limite, j’ai revu ma copie au guidon du bagger Honda. Ça fait du bien de prendre son temps pour rouler, de pouvoir profiter du paysage sans trop craindre les boîtes à coucou qui fleurissent au bord de nos routes et d’emmener son SDS pour une balade en version hôtel 5 étoiles.

Seul son prix un peu élitiste en freinera quelques-uns, et encore, quand on aime on ne compte pas. La F6B est bien plus valorisante qu'une montre provenant d'une de nos grandes manufactures et elle vous amènera un autre plaisir avec son fabuleux 6 cylindres.

Marcouille

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur 6 cylindres
+
Le moteur
+
La finition
+
Le côté "m'as-tu vu"
On a moins aimé :
-
Le prix
-
Le châssis en mode sport
-
L'absence de cruise control
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur 6 cylindres
+
Le moteur
+
La finition
+
Le côté "m'as-tu vu"
On a moins aimé :
-
Le prix
-
Le châssis en mode sport
-
L'absence de cruise control

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Honda
Modèle :
F6B
Année :
2014
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
6 cylindres à plat opposés, 4 temps, simple ACT et 12 soupapes
Cylindrée :
1832 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique PGM-FI
Performances
Puissance max. :
118 ch à 5'500 tr/min
Couple max. :
167 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d'huile
Partie cycle
Suspension AV :
Fourche télescopique à assistance pneumatique 45mm avec anti-plongée
Suspension AR :
Monobras Pro-Arm avec mono amortisseur Pro-Link réglable et contrôlé par électronique
Pneu AV :
130/70 R-18 (63H)
Pneu AR :
180/60 R-16 (74H)
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque hydraulique flottant 296mm étriers à 3 pistons
Frein AR :
Simple disque hydraulique 316mm étrier combiné à 3 pistons
Dimensions
Longueur :
2'605 mm
Empattement :
1'690 mm
Largeur :
1'455 mm
Hauteur de selle :
725 mm
Poids total :
385 kg
Réservoir :
25 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 26'950.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

France - Des policiers utilisent des drones pour verbaliser des motards
Face au constat, la préfecture a mis en place ce mercredi matin des contrôles routiers avec l’assistance d’un drone, centrés sur les comportements dangereux des motards.
Essai Yamaha Ténéré 700 - L'essence même de la polyvalence
La Yamaha Ténéré mid-size fait son retour en grande pompe. Beaucoup de charisme, de fun et des performances bluffantes en toute situation !
Bénédiction des Motards aux Mosses – Le lundi 10 juin
La désormais traditionnelle Bénédiction des Motards aux Mosses aura lieu le lundi de Pentecôte 10 juin.
Un scooter électrique Ducati débarque sur le marché cet été
Ça y est : j’entends les puristes crier au scandale !
Skyleader UL-39 Albi - Le moteur de la BMW S1000 RR prend son envol
La société Skyleader rend hommage au blason de BMW en incorporant le moteur de la sportive S1000 RR au UL-39, son nouveau jet biplace.
Une Ducati Panigale électrique ? Voici la vision d'Aritra Das avec sa Ducati Elettrico
L'électrique, tout le monde y vient, que nous soyons pour ou contre, nous devrons tôt ou tard y passer. Que ce soit par conviction ou par dépit, cette solution arrivera très prochainement dans nos garages.

Hot news !

Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!
Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.